dimanche 13 juin 2021

Une visite de travail qui tourne au drame

Mai 21, 2021

La ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’innovation, Lydie Béassoumda, a effectué jeudi 20 mai, une visite inopinée au campus universitaire de Toukra. Lors de cette visite, elle a failli être lynchée par les étudiants. Chronique d’une visite qui a mal tourné.

Ce vendredi 21 mai, à 9h d’horloge, une brume de poussière sur la capitale tchadienne, N’Djamena. Nous sommes à Toukra. À l’entrée principale, les forces de l’ordre sont visibles, « l’accès au campus est interdit », nous dit un policier en dirigeant son arme sur nous. Après une discussion, l’homme en treillis, nous permet d’entrer. Un silence de mort règne sur le campus. Rien ne bouge, à l’entrée de décanat, l’on voit des vigiles, des policiers, des carcasses de véhicules cabossés et calcinés, des morceaux de pierres, et de bâtons. La violence avait fait rage. Les stigmates sont encore visibles. Une scène inouie de désolation.

11h, c’est l’alerte. Les étudiants se mobilisent du côté d’Ardebdjoubaml et Farcha, ils revendiquent la libération de leurs amis arrêtés par la police hier lors des  de la manifestation. La police descend sur le terrain et les disperse à coups de gaz lacrymogène.

L’Union Nationale des Étudiants du Tchad (UNET), section de N’Djamena, par son secrétaire Exécutif Adjoint Azibert Malloua anime un point de presse pour dénoncer cet acte qu’elle qualifie de barbarie. Selon le Secrétaire Exécutif de l’UNET, l’Université doit être un exemple de savoir et un foyer des promotions de la non-violence. Ce comportement peu orthodoxe dit-il, « l’UNET exprime son regret et promet œuvrer pour la restauration de la quiétude en milieu universitaire,» rassure le secrétaire Exécutif Adjoint.  M. Azibert Malloua met en garde ceux qui se cachent derrière les étudiants pour atteindre leurs objectifs. Pour permettre la restauration de la quiétude en milieu universitaire et la relance des cours, il demande la libération des étudiants arrêtés.

Chronique de la veille…

Tout est parti d’une visite de madame la ministre de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation dans les locaux du campus universitaire de Toukra. Il est 12 heures passées, lorsque le cortège du ministre a fait son entrée. Reçu par les doyens, la ministre et sa suite sont montées au décanat. Informés, les étudiants très vite se concertent et lance d’assaut. « Obligeons la ministre de nous signer l’ordre de rétablissement de notre bourse, » clament les étudiants. Très vite, les choses prennent de l’ampleur. Ils, les étudiants, commencent par dégonfler les pneus de la voiture du secrétaire d’État du ministère de l’Enseignement, s’en suit de celle du ministre. Alertées, les forces de l’ordre ont fait une descente musclée sur les lieux pour essayer de calmer la situation. Le  président des Universités de N’Djamena  arrivé sur le théâtre de la scène est violemment accueilli par les manifestants, sa voiture est partie en fumée, raconte l’un des délégués de la chambre des étudiants de Toukra présent au moment des faits.

Cet acte a fait réagir les autorités à suspendre les cours jusqu’à nouvel ordre sur le campus universitaire de Toukra. Le porte-parole du gouvernement de transition M. Abdramane Koulamallah, dans un  communiqué paru hier dans la soirée, condamne  ces actes inadmissibles dans un État de droit, dit-il. Selon le gouvernement, les auteurs de cet acte de forfaiture seront identifiés et poursuivis.  « D’ores et déjà, les forces de l’ordre ont appréhendé certains individus impliqués dans ces actes scandaleux et elles continuent leurs investigations pour retrouver leurs complices, » dit le porte-parole. Selon lui, une plainte sera déposée auprès du procureur de la République. « Le gouvernement tient ce fait comme extrêmement grave et ne saurait tolérer ces dérives. Il resterait ferme vis-à-vis des casseurs, » conclut le porte-parole.

Le Syndicat national des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SYNECS), condamne ces actes tout en s’indignant de la violation de ses locaux par les forces de l’ordre.

Il faut le rappeler que cette situation n’est pas pour la première fois au campus de Toukra. L’on se souvient du cas de l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur, Mackaye Hassan Taisso qui a failli il y a quelques années être lynché par les étudiants qui lui imputent la paternité de la suppression de la bourse.               

Djilel-tong Djimrangué
Allarassem Djimrangar

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse