dimanche 25 septembre 2022

Reportage

Reportage (1066)

Après quelques semaines des ventes subventionnées initiée par l’Office national de la sécurités alimentaire (ONASA), son directeur général a fait un point de presse ce samedi 6 août. Il affirme que son organisation est sur le point d’atteindre son objectif avant de préciser, que les ventes doivent se poursuivre jusqu'à épuisement des stocks. Reportage.

Abakar Ramadane directeur général de l’ONASA  dit que l’objectif  fixé par son organisation est sur le point d’être atteint. Cette opération va se poursuivre jusqu'à épuisement des stocks prévu, dit-t-il. Pour le directeur  de l’ONASA cette  opération lancée depuis le 19 juillet est la première du genre à N’Djamena. Elle vise à baisser  les prix des denrées afin de soulager le panier de la ménagère. Cette dernière ne ressemble pas  à celle organisée dans les années précédentes. «  Nous avons décidé de décentraliser les points de vente dans chaque arrondissement de la ville de N’Djamena et les localités environnantes. Au Total 26 points de ventes ont été ouverts pour les faciliter l’accès des denrées aux populations durement touchées par la hausse vertigineuse de prix sur les marchés ».

Il ajoute que cette stratégie efficace vise à atteindre directement chaque ménage dans les quartiers de la capitale et surtout, tuer dans l’œuf toute tentative d’appropriation des produits destinés aux nécessiteux par les commerçants véreux.  « Après deux semaines d’opérations de ventes, l’impact de notre stratégie d’action est bel et bien perceptible et vérifiable sur les marchés. La tendance des prix de céréales est à la baisse ; Le riz qui se vendait à 26.000FCFA est redescendu à 22 .000FCFA tout comme le mil et le maïs qui a atteint la barre de 40.000 FCFA se vendent aujourd’hui à 28.000FCFA, voire 29.000 FCFA », renseigne-t-il.  Rappelons que le gouvernement a mis à la disposition de la population de Ndjamena  120.000 sacs de céréales. C’est dans le but d’apporter un coup à cette inflation  galopante que l’ONASA a décidé d’intervenir  de manière agressive pour vendre à des prix accessibles les Céréales. Les Riz à 12.500F, le Maïs, Sorgho et le Mil à 10.000F.

Pour cette année, le gouvernement a pris la décision de mettre plus de  60.000 tonnes de vivres, toutes catégories confondues sur l’ensemble du territoire  tchadienne, afin de faire face aux urgences humaines.

Haoua Adoum Ibeth

Les sensibilités nationales et interafricaines continuent leur plaidoyer pour la réussite de la transition au Tchad. L'association dénommée PARTENARIAT interafricain pour le développement  a initié une rencontre de réflexion à l'intention de quelques organisations de la société civile au ce samedi, 6 août au centre Al-mouna. Cet échange est placé sous le thème : quels apports de la société civile dans la résolution des conflits pendant et après la transition au Tchad. Reportage.

Assurer un climat de paix et de sérénité avant, pendant et après la transition, tel est le leitmotiv de cette journée de réflexion organisée par l'association dénommée PARTENARIAT interafricain pour le développement (PAID). Selon le président d'organisation Adam Tchari Adam, le PAID a pour vocation de prôner  la bonne gouvernance afin d’amener les concitoyens à vivre librement. Il soutient que tous les citoyens doivent collectivement participer à la gestion pays. L’objectif principal dit-il, est d'approuver les voies de dialogue, la tolérance face à la situation actuelle que traverse le Tchad.

Quelle contribution de la société civile dans la résolution des conflits  pendant et après la transition au Tchad, enjeux, défis et perspectives? C'est la question fondamentale autour de laquelle les idées se sont croisées. La vie socio-économique et politique du pays a été parcourue en si peu de temps. Pour la présidente du PAID Alkhadara  Zena Abderahim,  il faut promouvoir  la voie du dialogue surtout inclusif et souverain. Ce qui peut  induire la tolérance et la paix telle est la préoccupation et l'aspiration de l’ensemble nous évitons la vie dure pendant la période et après la transition. Cette  des Tchadiens, assure-t-elle. Cette journée de réflexions déclare-t-elle, va  permette de détailler les bonnes recommandations  qui visent à renforcer les capacités des  organisations. Mais également à promouvoir la cohésion  sociale et le vivre ensemble au sein de nos différentes communautés, insiste-t-elle. « Partager les expériences et recueillir les contributions des participants ainsi que les recommandations  sont les objectifs spécifiques de cette journée de réflexion. la société civile a pour rôle les apports pour un dialogue abaissé dans le contexte transitoire au Tchad' », a conclu Mme Alkhadara  Zena Abderrahim.

Sangnoudji  Francine

Depuis quelques jours des rumeurs font état de la destitution du maire de la commune du 2ème arrondissement municipal de N’djaména Youssouf Mahamat Yaro. Est-il destitué ? que lui reproche-t-on ? Yaro s'est ouvert à l'équipe Ialtchad Presse ce 5 août 2022.

 Au sujet de sa destitution, le Maire du 2ème arrondissement confie qu'il est en poste et dément formellement tout ce qui se dit sur lui. Il affirme que c'est un complot orchestré par Adji Kerim, un délégué de quartier et délégué au bureau politique du MPS du deuxième arrondissement. Il relève que le problème est parti d'un conflit de prise de parole lors de la dernière caravane du MPS organisé dans le 2ème arrondissement en perspectif au DNI. « Lors de la cérémonie j'ai été désigné de dire le mot de bienvenue entant que maire de cet arrondissement et le délégué Adji n'a pas voulu ». a-t-il affirmé. Il ajoute, « Adji qui serait frustré, a convoqué quelques conseillers municipaux proches de lui au Conseil d'arrondissement du MPS pour procéder à ma destitution sur instruction parait-il du Secrétariat du MPS de N'Djamena et désigné Djibrine Tchéré nouveau maire. Ce qui est complètement est faux » dit-il.

Le Maire souligne qu’on ne le reproche ni de la gestion administrative, ni financière mais juste d'un règlement de compte dont l'objectif est de le bouter de cet arrondissement. « Le conseil a été induit en erreur, je suis Maire du 2ème arrondissement » a-t-il déclaré. Le Maire Youssouf Mahamat Yaro ajoute, Adji Kerim n'est pas à son premier coup, « il y'a un temps, Adji Kerim et Djibrine Tchéré étaient venus dans mon bureau pour que je le nomme Secrétaire de l'arrondissement mais j'ai dit que je le ferai après avis du conseil ».

Le maire de la commune du 2ème arrondissement se dit confiant et rassurant quant à la poursuite de ses missions à la tête de la Mairie. « Quand on est leader surtout rigoureux, on n'y peut échapper aux contre-pied mais nous devons les acceptés et continuer à travailler calmement et sereinement afin d'atteindre les missions qui nous a été conférées » conclut-il.  

Abderamane Moussa Amadaye

La mutuelle des femmes de Mandouli (MUFEMA), province du Logone occidental ont procédé ce vendredi à N’Djamena, capitale tchadienne, au lancement officiel du projet « lutte contre les pratiques discriminatoires : sensibilisation et formation ». L’objectif de cette campagne est de promouvoir les initiatives de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) au Tchad. Reportage.  

Malgré le dynamisme noté dans la prise en charge et l’insertion des personnes vulnérables, beaucoup restent à faire pour l’amélioration des conditions de vie des personnes vulnérables. C’est dans ce contexte que la mutuelle des femmes de Mandouli (MUFEMA), a lancé officiellement ce vendredi le projet dénommé « lutte contre les pratiques discriminatoires : sensibilisation et formation ». L’objectif de ce projet est de contribuer à l’amélioration socioéconomique des femmes et des jeunes filles à travers la lutte contre l’expulsion des femmes au foyer après la mort de leurs maris et de sensibiliser les parents des jeunes filles sur les mariages précoces.

Pour la présidente de la MUFEMA, Mme Bolina née Larnam Tébéro Martine, depuis sa création en 2005, la raison de l’existence de la MUFEMA est de soulager la souffrance des femmes soumises à des conditions humiliantes et dégradantes. Selon elle, cette mission fondamentale s’est traduite au cours de son existence par de nombreuses réalisations. Larnam Tébéro Martine souligne que ce projet vise à identifier toutes les femmes discriminées et expulsées de leurs foyers après la mort de leurs maris en utilisant des techniques de sondage et d’entretien. Elle ajoute aussi que le projet permettra de former 50 ménages monoparentaux et de sensibiliser 20 parents des filles contre les mariages précoces, le maintien des filles à l’école et 30 filles seront formées en matière des droits humains.

Prévu pour un délai d’exécution d’un an, le projet est financé par l’ONG ACRA Tchad d’une valeur de 5 millions 560.000 F CFA et va permettre d’améliorer des conditions socioéconomiques des femmes et des jeunes filles. Pour cela, la mutuelle des femmes de Mandouli en collaboration avec un cabinet a préparé un plan d’action d’assurance sociale à l’échelle de la zone du projet pour contribuer au renforcement de la résilience des femmes et des jeunes filles vulnérables aux effets néfastes des VBG et la précarité économique dès la conception de ce projet.  

Dans les pas de la présidente de la MUFEMA, le représentant de la cellule de liaison et de formation des associations féminines (CELIAF), Dillah Romain, pense que le projet de la mutuelle des femmes de Mandouli est inscrit dans le grand projet des défis de lutte contre les violences basées sur le genre et permet de contribuer à l’égalité des sexes. L’animateur précise que cela va permettre d’amener les femmes et les filles à être émancipées et à être autonomes. Le représentant de la CEELIAF souligne que le projet couvre 6 zones du Tchad, dont les 2 Logones, le Mandoule, N’Djamena, le Moyen Chari et le Salamat.  

Créée en 2005, la mutuelle des femmes de Mandouli initie ses membres à la création des activités génératrices de revenus et lutte contre les mariages précoces et les mutilations génitales, mais aussi sensibilise les communautés sur les maladies.

Jules Doukoundjé

Le lancement officiel de la campagne de sensibilisation citoyenne à l’adhésion populaire au Dialogue Nationale Inclusif (DNI) a été lancé ce jour vendredi, 5 août 2022 au sein de la commune du 2e arrondissement de N’Djamena par l’Association Chad Innovation. Reportage.

En présence du maire de la commune du 2e arrondissement, des conseillers municipaux et de la population que la cérémonie de la campagne de sensibilisation citoyenne à l’adhésion populaire au Dialogue Nationale Inclusif a été lancé par le l’Association Chad Innovation.

Pour Sefanassour Al Mahi, coordonnateur de Chad Innovation pour la ville de N’Djamena, cette campagne est initiée par le Ministère de la Réconciliation et le Dialogue en déléguant la tache aux associations locales. Il affirme que cette campagne vise à sensibiliser la population de la ville de N’Djamena et plus particulièrement celle du 1er, 2e et 3e arrondissement pour le DNI. Il soutient que plusieurs équipes vont faire les porte-à-porte, les caravanes, etc, pour faire comprendre à tout Tchadien l’importance du DNI. « Aucun Tchadien ne doit être sous informé du DNI et pourra contribuer même avec la moindre idée à sa réussite et enterrer définitivement la hache de guerre », a-t-il déclaré. Il ajoute aussi  que le problème du Tchad n’est pas seulement politique ou économique, il est aussi social, « nous allons  sensibiliser la population afin de donner une importance au DNI et régler nos problèmes internes », affirme-t-il.

Youssouf Mahamat Yaro, maire de la commune du 2e arrondissement affirme que cette cérémonie consiste à donner les clés de la commune à l’Association Chad Innovation. Il estime cette campagne tombe bien avec le DNI qui se tiendra d’ici quelques jours à N’Djamena. Pour lui, « le vivre-ensemble est mis en mal depuis un temps par des politicards, cette sensibilisation permettra à coup sûr d’éveiller la population afin de refermer la plaie », dit-il.

Abderamane Moussa Amadaye

Le ministère de la Jeunesse des Sports et de la Promotion de l’Entrepreneuriat en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Fond des Nations Unies Pour la Population (UNFPA) a organisé une cérémonie de remise des rapports de recommandation pour la participation au dialogue national inclusif (DNI) ce vendredi 5 août  à l’hôtel Radisson bleu. Reportage .

Pour le représentant du PNUD Kamel Kamaloudan cet évènement est organisé pour concrétiser la participation des jeunes et des femmes au processus de la transition. Le processus concerne l’avenir que l’équipe souhaite, de développement, de prospérité de la paix et de la stabilité. Il n’y a pas de meilleur représentant de cet avenir que les jeunes hommes et les femmes qui sont ici, présent dit-il. Les énergies, la créativité, la vivacité et la résilience de la jeunesse sont les ingrédients essentiels à la construction d’une nation forte. « Ainsi le succès du dialogue national inclusif et sa crédibilité dépendront dans une large mesure de la façon dont les jeunes utiliseront l’espace et faire valoir leur présence. Le PNUD continu d’accompagner le gouvernement et toutes les institutions de la transition dans la mise en œuvre scrupuleuse de la feuille de route de la transition », ajoute-t-il

Le ministre de la Jeunesse Mahamout Ali Seid lors de son discours a souligné que cette cérémonie s’inscrit dans la logique des efforts multiples consentis par le gouvernement du Tchad, sous le leadership du président de la transition qui est très engagée à conduire la transition dans la règle de l’art dans tous les secteurs de la vie socioéconomique, et particulièrement les questions touchant l’épanouissement de la jeunesse.  « Le CMT a mis en place un gouvernement dont l’une de priorités est le maintien de la sécurité intérieure du pays et l’annonce d’un dialogue national inclusif pour permettre aux Tchadiens d’échanger sur les sujets brûlants du moment et tourner la hache de guerre », révèle-t-il. Dès l’annonce du dialogue, la jeunesse à l’instar des autres couches de la population a saisi cette opportunité historique pour préparer sa participation à cette messe de réconciliation. C’est pourquoi plusieurs activités ont été menées dans le cadre de la réflexion et de la préparation des jeunes à participer au DNI. C’est ce qui a conduit à l’élaboration des présentes recommandations, dit-il. 

Haoua Adoum Ibeth

Beaucoup de femmes se lancent dans l’exercice des activités génératrices de revenus pour subvenir aux besoins de leur petite famille. Certaines ont choisi d’être vendeuses ambulantes, d’autres font de la vente sur place avec des produits qu’elles vendent devant leur maison ou ailleurs. Nous sommes allés à la rencontre de quelques femmes qui excellent dans ce domaine pour savoir si cette activité les permet de joindre les deux bouts. Reportage.

Dans les marchés, les grandes artères, les rues, les alimentations, les agences de voyages, on remarque la présence des femmes qui exercent les petites activités génératrices de revenus. Ces activités permettent de supporter les charges de la famille. Mme Lardogonodji Eléonore est une de ces femmes. Elle  est installée derrière l’hôpital Notre Dame des apôtres au quartier Chagoua dans la commune du 7e arrondissement où elle gère sa cafétéria. Mariée et mère de deux enfants, Éléonore quitte le quartier Walia pour faire ses affaires à Chagoua. Selon elle, le chemin pour mener les activités génératrices de revenus n’a jamais été long. Elle offre à ses clients de la soupe, du jus naturel, des rafraîchissants et de l’eau minérale. Madame Lardogonodji Eléonore affirme qu’elle a commencé ses activités avec un capital de 60.000 FCFA. Elle parvient à faire ses affaires jusqu’à 30.000 FCFA par jour. Mais il existe des jours ou le marché a ses caprices. « Dans ce domaine, ce n’est pas chaque jour que tu vas sortir gagnant. Il y a des jours que je rentre avec 3500. Tout de même, je reste positive et j’avance. Mon gros souci est le fait qu’il est difficile de trouver la bonbonne de gaz chargé pour cuire les aliments. Sinon cette activité me permet de subvenir aux besoins de ma petite famille », a-t-elle indiqué.

Un peu loin au rond-point de l’Union dans la commune du 3e arrondissement, se trouve dame Dénémadji Faustine qui fris les poissons devant son domicile. Veuve de son état avec 4 enfants à sa charge, elle exerce cette activité depuis plus de 4 ans. Avec un capital de 10.000 FCFA, madame Faustine fait de son mieux pour épargner afin de payer la scolarité de ses enfants. Pour elle, toute activité génère de bénéfice, et donc il ne faut pas avoir honte quand on veut exercer une activité. « J’élève seule les enfants. Si je ne prends pas cette initiative, mes enfants vont se retrouver dans la rue et je ne veux pas cela. Avec cette activité, j’assure la ration, les soins, l’habillement et la scolarité de mes 4 enfants. Les affaires allaient bon train, mais en cette période de saison pluvieuse, je ne trouve pas les bénéfices comme avant », a-t-elle expliqué. Elle souligne également que la cherté du litre d’huile ne la facilite pas la tâche. Mais espère tout de même que tout ira pour le mieux d’ici peu avec la présence des arachides sur le marché.

Lardogonodji Eléonore et Dénémadji Faustine conseillent à d’autres femmes d’emboîter leur pas, car selon elles, les épaules de l’homme seul ne peuvent pas supporter toutes les charges de la famille. « Avant, on disait que les hommes laissent les femmes au lit pour aller chercher à manger. Mais maintenant c’est le contraire qui se vit dans notre pays. Alors que les femmes sortent de la maison pour chercher leur part de contribution. Peu importe la classe sociale du mari, il ne peut pas tout te donner. Le mieux est de chercher ta part pour aider ta famille », avouent-elles.

Kouladoum Mireille Modestine

Célébrée tous les 30 juillet, la journée de la traite de personne était au centre des débats au CEFOD ce jeudi 4 août.  Ialtchad Presse fait le compte rendu de la journée.

Placé sous le thème : « utilisation et abus de la technologie », cette journée met l’accent sur le rôle d’utilisation des nouvelles technologies et de l’Information. Le mauvais traitement des personnes constitue un crime et une grave violation de droit de l’homme. Un constat a été fait ou des trafiquants exploitent des personnes a des faits domestiques ou d’exploitation sexuelle. D’après François Xavier Ada, la traite de personnes peut revêtir des formes d’exploitations très différentes et recouvrir les réalités très disparates. Pour lui derrière ce terme ce sont des milliers de visages anonymes et le plus souvent invisibles qui sont concernés. Il parle des femmes, des enfants ou des hommes de différentes nationalités. Pour lui, ces personnes sont exploitées par une seule personne, une famille, un réseau local national ou international. Pour lui l’invisibilité du phénomène rend difficile l’identification, la protection et l’accompagnement de ces personnes. Il souligne plus loin qu’elles sont loin des idées de l’esclavagisme moderne, tout comme les travaux forcés ou la prostitution. Il soutient que la traite des êtres humains est un phénomène peu connu dont les données publiques et le sujet ne reflètent pas la réalité. Les actions mises en place pour lutter sont nombreuses.

Rotta Djigamnodji Carlos, Directeur de la Civilisation et de suivi des accords et président du Comité technique multisectoriel de Lutte contre la Traite de Personne au Tchad a soulevé plusieurs aspects. Au plan juridique, c’est d’après lui lors d’une Assemblé général des Nations Unies qu’elle a été créé, elle est célébrée chaque 30 juillet. Pour lui des trafiquants exploitent des Tchadiens à l’étranger et ceux à des fins économiques dans les travails forcés ou sexuelle notamment les femmes et des hommes souligne-t-il. Pour lui des enfants sont aussi victimes de traites internes ou les parents confis leurs enfants à de la parenté et à des amis qui les exploitent dans les champs, les travaux domestiques, les mines, etc. Par exemple dans la région du lac Tchad, des membres de communautés exploitent des enfants pour la pêche, le fumage et la vente de poisson. Des leaders religieux invitent les enfants qui sont appelés communément « Mahadjirine » qui quittent leurs parents et viennent participer à des cours traditionnelles dans les écoles coraniques. Mais ces enfants sont exploités à d’autres fins comme la mendicité, les travaux forcés, les commerces, etc. Le gouvernement pour faire face au problème a pris des mesures qui sont l’ordonnance 06 portant lutte contre la traite de personnes qui est ratifié par la loi 012 du 20 juin 2018, explique-t-il. Un décret de février 2021 portant composition, organisation et fonctionnement de la commission nationale de lutte contre la traite de personne au Tchad. Pour Rotta Dngamnodji Carlos malgré l’effort du gouvernement la traite de personne continue à prendre de proportion inquiétante. Pour lui l’utilisation des NTIC et la multiplication des plateformes en ligne la traite d’être humain a conquis le cyber espace décrit-il.

L’internet offre la place aux trafiquants de recruter, exploités des victimes. Organiser leurs transports et hébergements puis contacter des clients potentiels pour les maltraités. Et d’après lui tout ceci avec plus de rapidité que l’on ne croit et d’anonymat. Cependant cette même technologie offre de grands succès. Donc pour lui la lutte dépendra de la manière dont les forces de l’ordre, système de justice pénale peuvent aussi tirer leurs réponses en menant des enquêtes à travers le NTIC. Il faut multiplier les sensibilisations à l’utilisation de l’internet pourrait contribuer à atténuer le risque que des personnes soit victime souligne-t-il. Il demande à la population de rester vigilante dans l’espace virtuel et signaler les pages ou les activités suspectes en ligne, souligne-t-il. Concernant les derniers évènements de Kouri Bougoudi, Rotta Dingamnadji Carlos affirme que tout comme la commission nationale de droit de l’homme n’a pas accès ils sont aussi dans la même situation, « la situation du nord du pays ne me dites pas ce dont je n’ai pas été témoin. Je me réserve de commenter cela ».

Djénom Josiane

Le président du parti politique Les Transformateurs, Dr Succès Masra a organisé une conférence de presse pour faire le bilan de 10 mois de la transition du Conseil militaire de la transition (CMT). Il a aussi appelé les Tchadiens à se préparer au pire au cas où le dialogue prochain ne serait pas bien organisé et inclusif. Il a promis une grande action citoyenne de désobéissance civile qui annoncera un nouveau tapis rouge pour le pays au cas où le dialogue sans base juridique devrait s’organiser. Reportage.

Le leader du parti Les Transformateurs, Dr Succès Masra a déclaré ce jeudi à N’Djamena au cours d’une conférence de presse au siège du parti sur le bilan des 10 mois de transition conduit par le CMT que son parti est prêt à participer au dialogue prévu pour le 20 août prochain, s’il y a un pont de confiance, une nouvelle charge qui va consacrer les exigences et les engagements pour permettre à tout le monde de venir au dialogue. Il souligne que le PCMT a 15 jours, s’il tient à ce dialogue souverain et inclusif, notant que 15 jours, c’est beaucoup pour finaliser la nouvelle charte avant le jour J. L’opposant se propose d’aider le gouvernement de la transition à le faire. « Nous sommes prêts à aider à écrire une nouvelle charte en moins de 48 heures et nous serons ravis de venir au dialogue sincère et souverain qui aura enfin une base juridique », propose-t-il.

Dr Succès Masra demande au PCMT de se libérer des pressions et de prendre une bonne décision qui fera de lui un homme libre et s’il ne le fait pas, il est complice. Il en appelle à la voix de la raison. Selon lui, des concessions ont été faites, mais en retour il y a la tentation de la confiscation armée du pouvoir. « Nous sommes prêts à aller au dialogue avec les gens qui juridiquement sont contraints à appliquer les résolutions du dialogue », ajoute le président du parti Les transformateurs.

Il soutient qu’il faut se préparer au pire parce qu’il faut vouloir le meilleur pour le Tchad. Pour lui, si ce scénario du pire devait arriver, pour préparer le meilleur, ça voudrait dire qu’on aurait ensemble pris acte du fait que les généraux au pouvoir vont par tous les moyens choisir de rester comme s’ils savent qu’ils ne peuvent pas gagner une élection en reniant leur parole devant le peuple. Selon lui, si c’est le cas, ils vont organiser le dialogue pré cuisiné et avec la même logique, organiser toute la suite de la transition conduisant à de fausses élections. Il précise qu’un dialogue sans une base juridique, les actes de ce dialogue fuirent-il, souverain, n’engage personne et surtout pas ceux qui ont pris le soin de ne pas donner à ce dialogue une base juridique.

Dr Succès Masra appelle les hommes de troupe et les généraux de l’armée nationale à choisir leur camp. « Si un scénario de forcing devait se présenter, vous devez choisir votre camp », lance-t-il. Il les exhorte aussi à choisir le camp de la République au service de tous ou le camp d’un petit groupe au service de quelques-uns.

Il demande aux Tchadiens de se préparer au pire.  Il conseille au peuple de ne pas préparer le pire, mais de se préparer au pire. Il annonce qu’il va organiser des actions citoyennes et de désobéissance qui annoncera un nouvel élan pour le pays au cas où le dialogue sans base juridique consensuel devait quand même s’organiser.

Au sujet de la déclaration du PCMT qui disait que rien sur le plan juridique ne l’obligeait à organiser la transition, il répond que le PCMT doit respecter sa parole qui est une parole d’un officier supérieur. Il conseille le général Mahamat Idriss Deby Itno à organiser la transition et à remettre le pouvoir aux civils.

Jules Doukoundjé

La cérémonie de l'avenue Adoum Tchéré a eu lieu ce jeudi 04 Août 2022 sous le viaduc du palais du 15 janvier dans 8ème arrondissement de la ville de N’Djamena, Reportage.

Dès 9h parents, fils, filles, amis et connaissances se sont mobilisés dans une ambiance de haute facture à travers les danses de terroir pour immortaliser la mémoire du feu Adoum Tchéré à la cérémonie du baptême du boulevard portant son nom. Adoum Tchéré est né le 29 décembre 1925 à Mataya dans la sous-préfecture de Bikine province du Guera. Il a été ministre 5 fois dans le gouvernement de Tombalbaye et Koulamallah. Du 22 décembre 1960 à 22 décembre 1963, il a été respectivement le président du conseil de l'ordre National Tchadien, président de l'assemblée nationale, Secrétaire Général Adjoint du parti progressiste Tchadien (P.P.T) réélu député du PPT-RDA du Guera. Dans son parcours M. Adoum Tchéré a eu de distinction honorifique comme de grand chancelier, grand officier de différents pays notamment son propre pays le Tchad, la France, le Zaïre, la centre Afrique, Niger, Nigeria, Sénégal, Gabon, Allemagne et la Chine nationaliste.

Selon le témoignage Mme Zenaba Bidjere, petite fille de Adoum Tchéré, il a marqué l'histoire du Tchad depuis l'ère de l'indépendance. Pour elle le boulevard que porte le nom de son grand père est significatif parce qu’il croise le boulevard Ngarta Tombalbaye qui était son intime ami et à l'encontre du boulevard Maloum Bada qui est son cousin. Zenaba ajoute que « comme son nom indique Tchéré, signifie la gentillesse, il était tout pour les Tchadiens, bref c'est un père national », conclut-elle émue.

 Ousmane Bello Daoudou

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays