vendredi 1 juillet 2022
Reportage

Reportage (903)

Baccalauréat session de juin 2022, la première série des épreuves écrites est lancée ce lundi 20 juin sur le territoire national. Ialtchad Presse est allé au Lycée évangélique au quartier Moursal dans la commune du 6e arrondissement pour constater le déroulement des épreuves. Reportage.

C’est la série G1 francophone, centre de N’Djamena qui compose au lycée évangélique de Moursal. Au total ce sont 617 candidats qui passent les épreuves. 1h après le lancement des épreuves écrites, quelques candidats sortent souriants des salles d’examen. Ils affirment avoir bien travaillé pour la première épreuve. « Je trouve que les sujets sont abordables. Pour le reste des jours, aucune idée.   J’ai trouvé le sujet de dissertation très abordable. Je ne sais pas si c’est  le cas pour les autres candidats », dit Fatimé Abdoulaye candidate, série G1. Un autre candidat Mahamat Haroun Idriss est soulagé. Il est entré dans la salle de composition avec l’idée de réussir son baccalauréat. Il soutient que son optimisme a fait qu’il a bien traité la première épreuve. Il compte tenir le cap pour les jours suivants.

Orbira Yaignar est la présidente du centre du lycée évangélique affirme que le baccalauréat session de juin 2022 est effectif parce que les acteurs impliqués ont mis très tôt en salle les candidats après les fouilles. Sinon, c’est le cas des candidats qui viennent seulement le jour J et perdent du temps à retrouver leur centre et leur salle. « Il y a certains candidats qui viennent d’autres centres et sont un peu perturbés. Mais nous  avons pris les dispositions pour faire les orientations  par salle et  nous avons lancé la première épreuve. Tout se passe bien en ce moment. Nous avons débarrassé les candidats de leurs téléphones et des bouts des papiers sur eux. Cela a fait que nous n’avons pas encore rencontré les cas des fraudes », précise-t-elle. Aucun autre souci majeur n’est à signaler dans ce centre. Sur le plan sanitaire, les  dispositifs sont pris par l’ONECS qui a envoyé une infirmière avec quelques comprimés. Mais aucun candidat n’est venu se plaindre et aucun cas de maladie n’est enregistré, a-t-elle affirmé.

Haoua Adoum

Baccalauréat session de juin 2022, les épreuves écrites sont lancées ce 20 juin au lycée Ibrahim Mahamat Itno de Farcha par le délégué général du gouvernement auprès de la commune de N’Djamena Brahim Seïd Mahamat. Pour cette première journée, ce sont les candidats des séries G1, G2 et G3 qui composent les épreuves écrites. 42.246 candidats toutes séries confondues composent dans 31 centres retenus pour le compte de la ville de N’Djamena. Reportage

C’est parti pour le baccalauréat session de juin 2022 sur le territoire national. 97.915 composent dans 135 centres à travers le pays. Dans la capitale tchadienne, 42.246 candidats toutes séries confondues composent les premières épreuves écrites dans 31 centres retenus. C’est le délégué général du gouvernement auprès de la commune de N’Djamena Brahim Seïd Mahamat qui a lancé les épreuves. Il était accompagné du délégué provincial à l’Éducation pour la ville de N’Djamena Mahamat Djibrine Saleh. C’est à 08H00mn que l’enveloppe contenant les épreuves pour les séries G1, G2, et G3 sont distribués aux candidats par le délégué général du gouvernement Brahim Seïd Mahamat. Il encourage les candidats à plus de discipline dans le traitement des sujets. « Les enseignants ont fait leur part, il reste aux candidats de faire la leur. Nous vous demandons d’être sereins, à travailler dans le calme et surtout à ne pas se précipiter. Lisez et relisez vos sujets pour bien le cerner. D’ailleurs les épreuves ne sont pas différentes de vos devoirs habituels dans les classes », a-t-il indiqué.

Dans son discours de circonstance, le délégué provincial à l’Éducation Mahamat Djibrine Saleh reconnaît les efforts qui ont été fournis de part et d’autre pour bien finir l’année scolaire. Il s’en réjouit, car selon lui,  le pays a connu plusieurs années de perturbations dans le calendrier des examens et concours, mais le rythme est retrouvé cette année. « Tous les examens se sont déroulés au mois de juin comme il est de coutume. Cela a été possible grâce à un contact permanent entre les partenaires de l’éducation notamment le gouvernement les parents d’élèves et surtout les syndicats des enseignants qui ont placé l’intérêt de nos enfants au-dessus des leurs. C’est le lieu de leur reconnaître le dévouement et l’esprit de sacrifice qui les a caractérisés pendant toute l’année scolaire 2021-2022 », déclare-t-il. Il encourage donc vivement les parties prenantes précitées à plus d’ouverture pour redorer le blason de l’école tchadienne.

Kouladoum Mireille Modestine

A l'instar des autres pays d'Afrique, le Tchad célèbre chaque mois de juin la journée de l'enfant africain. Depuis les deux dernières décennies, plusieurs associations et ONG qui interviennent dans le domaine des droits et de la protection de l'enfant ont été créés. Ils interviennent au côté de l'État pour promouvoir la culture du droit à l'éducation, à santé ou encore la protection contre le mariage précoce et la lutte contre la délinquance juvénile. Parmi ces ONG et associations figure SOS Villages d'Enfants, une association internationale humanitaire qui a pour but d'offrir aux orphelins un cadre de vie familial et l'assurance d'une relation affective et éducative durable. L'équipe Ialtchad Presse s'est rendu au villages des enfants de N'djari pour le constat. Reportage.

Implantée au Tchad le 18 mars 2005 plus précisément à N'Djamena dans la commune du 8e arrondissement à une centaine de mètres de l'hôpital de la Renaissance de N'Djari, le village d'enfants est quadrillé par mur en béton avec trois entrés principaux, deux au sud et un au nord. En son sein, il comporte douze maisons familiales dont quatre détériorés par les aléas climatiques et l'incendie, une école primaire baptisée au nom du fondateur de l'association Herman Gmeiner, un terrain de foot ball avec une tribune latérale, un terrain de basketball, une cantine scolaire, un centre de santé et un space vert dédié  aux orphelins et autres du village.

Pour le Directeur National Ndoutabet Ngardoum Richard  la mission de son Centre est d'assurer la prise en charge parentale des enfants qui ont perdu leurs parents et ceux qui sont à risque de les perdre. Il affirme qu'il y a deux programmes au niveau du Tchad, l'un consiste à la prévention de l'abandon des enfants en travaillant avec des familles, des communautés pour s'assurer que les enfants bénéficient d'une prise en charge parentale adéquate au sein de leur famille. « Ce premier programme consiste à réduire le risque d'abandon d’enfants, il sensibilse et met des moyens pour permettre aux familles d'être autonome et capable de prendre en charge les enfants et d'assurer leurs droits », dit-il.

Pour le second programme, le Directeur National souligne qu'il consiste à faire la prise en charge alternative. Cette prise en charge vise les enfants orphelins et ceux qui ont été abandonnés sans référence. Cette catégorie fait partie des groupes cibles affirme Ndoutabet Ngardoum Richard. « La prise en charge alternative consiste à mettre les orphelins et les enfants qui non pas des familles au village des enfants. Ils sont logés dans les maison de famille dirigées par des parents SOS qui s'occupent normalement de ses enfants comme leurs progéniture biologique. Cette prise en charge est assurée « 24/24 », affirme-t-il. Le Directeur National lance un appel à l'endroit du gouvernement à prendre davantage des décisions pour les enfants et à la population tchadienne d'épouser la culture d'aide aux enfants en difficultés.

 Abderamane Moussa Amadaye

Les préparatifs du baccalauréat session juin 2022 vont bon train. Tous les présidents des centres sont arrivés dans leurs centres, sauf quelques-uns, à cause de la distance. Les épreuves écrites vont démarrer lundi 20 juin dans les 135 centres du pays. Toutes les séries vont commencer ce même lundi, sauf la série A4 qui entrera en examen le mardi 21 juin. Reportage.

Tout est fin prêt pour entamer le baccalauréat session juin 2022. Au total 97 915 de toutes séries confondues sont appelés à composer, soit 61% des candidats de la série A4. La ville de N’Djamena a, elle seule 42.228, soit 43,13%, 55.687 candidats pour les autres provinces, avec un pourcentage de 56,87%. Les premières épreuves commenceront le lundi prochain avec les autres séries, sauf la série A4 qui débutera le mardi.

Pour le président du jury du bac session 2022, Dr Andjaffa Djaldi Simon, la particularité découle du fait que d’année en année, l’effectif va croissant et ils élaborer et développer les stratégies pour faciliter l’organisation pratique de l’examen. Selon lui, il s’agit de ne pas demander à tout le monde de venir et chacun aura le temps nécessaire pour composer. Le président du jury souligne que cette particularité découle simplement du fait qu’ils veulent que tout se passe bien, et pour que les conditions de travail soient améliorées d’année en année.

Pour les candidats, Dr Andjaffa Djaldi Simon, précise que tout examen a ses règles et le règlement dit qu’aucun candidat ne doit venir en salle muni de tel ou tel document, sauf si ce document est autorisé. Il ajoute que ce sont les candidats de séries c et d qui sont autorisés à apporter certains outils et cela doit apparaître clairement dans la règle. Le président du jury affirme que le candidat viendra en salle qu’avec sa carte biométrie qui atteste bien que c’est lui le candidat et il a son outil de travail qui son écritoire.

Le président Andjaffa exhorte les candidats à être sereins et de réunir toutes les conditions nécessaires et utiles pour réussir leur examen. « Le baccalauréat n’est autre qu’un examen comme toute autre », dit-il. Il soutient que c’est comme un devoir de classe qu’il suffit de bien se comporter et de ne pas chercher à tricher.  Il conseille aux candidats se comporter comme s’ils étaient en classe devant son petit sujet. Le président du jury affirme qu’il n’y a pas de miracle, les sujets proposés sont dans la plupart des cas des sujets quelquefois traités en classe, et ajoute qu’on ne sort jamais de programme officiel.

Le lancement officiel du baccalauréat session juin 2022 sera lancé à Massakori, dans la province de Hadjer Lamis par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Les candidats n’ont que 2 jours de révision avant le jour J.

Jules Doukoundjé

Les personnes handicapées traversent le pont de Gueli vers Kousseri pour exercer leurs activités génératrices de revenus depuis plus de 3 semaines. Cependant, elles font face au refus du chef de la circonscription de la douane du Chari-Baguirmi pour la délivrance des quittances leur permettant de faire le trafic. Elles ont organisé un point de presse ce samedi 18 juin à l’école Chagoua FDAR pour dénoncer cette pratique. Reportage. 

Le chef de la circonscription de la douane du Chari-Baguirmi Saleh Abakar Annour refuse de donner la quittance aux personnes handicapées selon le constat fait par ces dernières. Depuis quelques jours, elles ne peuvent pas traverser le pont de N’Guéli vers Kousseri, au Cameroun, pour exercer leurs activités. Furieuses, elles donnent 3 jours au chef de la circonscription de la douane du Chari-Baguirmi Saleh Abakar Annour pour revenir à des meilleurs sentiments. Au cas contraire, les personnes à mobilité réduites promettent de ramper jusqu’au domicile du chef de circonscription de la douane. Selon Ali Oussimbédé Justin porte-parole des personnes handicapées, le chef de la circonscription n’est pas au-dessus du président du Conseil Militaire de Transition (CMT) qui leur a donné l’autorisation d’exercer leurs activités de Kousseri à N’Djamena. « M. Saleh Abakar Annour nous traite de fraudeurs. Mais nous ne sommes pas des fraudeurs. Depuis 3 semaines que nous faisons le trafic, on importe du jus, du sel, etc. Nous venons à la douane pour faire la déclaration des marchandises à importer avant de traverser la frontière. Mais il nous refuse la quittance », explique-t-il. Ali Oussimbédé Justin ajoute que Saleh Abakar Annour est un danger pour les personnes handicapées. Alors si rien n’est fait dans les 72 heures qui suivent, elles vont renouer avec les journées sans tricycle, c’est-à-dire ramper jusqu’au domicile de Saleh pour obtenir gain de cause.

Le porte-parole des personnes handicapées dénonce également ce qu’il qualifie de discrimination à leur égard et affirme que si quelque chose arrive à une personne handicapée, cela relève de la responsabilité du chef de la circonscription de la douane du Chari-Baguirmi Saleh Abakar Annour. L’occasion pour lui d’apprécier à sa juste valeur la bonne collaboration entre les personnes à mobilité réduites et la police en faction au niveau du pont de Gueli. Selon Ali, la police ne les dérange pas dans l’exercice de leurs activités. Mais pourquoi un individu ? s’interroge-t-il.

Les personnes handicapées sont autorisées par les autorités de la transition depuis février dernier à traverser le pont de Gueli pour leurs activités génératrices de revenus. Plus de 200 personnes ont obtenu ce permis et traversent le pont depuis plus de trois semaines déjà.

Kouladoum Mireille Modestine

À l’occasion de la fête de musique, l’artiste engagé Ray’s Kim a animé ce matin 17 juin une conférence de presse sous le thème « Une voie, un peuple » à l’Institut français du Tchad (IFT). Reportage.

Il est 10h passé, Rays’kim accompagnés des quatre autres artistes locaux et le Directeur délégué de l’IFT ont fait leur apparition dans la grande salle de conférence de l’IFT.

À l’entame de ses propos, l’artiste a tenu a remercié l’audience venue pour la circonstance et le panel pour leur présence. Pour Rays’Kim, c’est un honneur et une fierté de répondre présent à l’appel de l’IFT qui a depuis toujours soutenu les artistes tchadiens, les a accompagnés et les a valorisés surtout lors de la fête de musique. Il souligne que contrairement aux années antérieures, cette année, l’IFT a invité un seul artiste pour la circonstance : lui. Il a ajouté aussi, pour équilibrer la piste, « j’ai invité quatre autres artistes, deux anciens, il s’agit de N2A Teguil et de Matibéye G  et deux autres de la nouvelle génération montante, la rappeuse Wawi-B et l’artiste Lyguy ». Rays’Kim rappelle au gouvernement et le ministère de la Culture en particulier à prendre ses responsabilités pour créer un cadre idéal pour les artistes tchadiens afin d’exprimer leur talent et aussi valoriser leur œuvre qui a de la peine à évoluer.

Pour Pierre-Hubert Touchard, Directeur délégué de l’IFT, c’est la deuxième conférence de presse dédiée à la fête de la musique. Il a rappelé que cette fête a été célébrée pour la première fois en 1982 sous l’égide du ministre de la Culture de la France, André Henry.  Il relève que depuis lors, « cette fête est célébrée dans plusieurs pays du monde et à travers plusieurs actions notamment dans les instituts français afin de promouvoir la musique ». Il ajoute qu’au Tchad, l’institut qu’il pilote organise cette année la fête à travers trois concerts, « deux avant le jour de la fête, qui sont, la présentation de l’album du jeune artiste, Oumaarson Jérusalem célébré le 11 juin dernier, le concert d’Afrotronix qui sera célébré demain 18 juin à 19H et enfin le jour J-1, le concert de Ray’s Kim et ses invités », conclut-il.

Rappelons que l’Institut français du Tchad organise depuis plusieurs années la fête de la musique à N’Djamena. Cette année, elle sera célébrée sur plusieurs couleurs avec un seul artiste et ses invités.

Abderamane Moussa Amadaye
Ousmane Bello Daoudou

Le ministère de l’Environnement, de la Pêche et du Développement durable, en appui avec le centre de recherche pour le développement durable et de formation (CERDEF), ont précédé ce vendredi à la mise en terre de plusieurs plans dans la ceinture verte de Gassi, dans le 7e arrondissement de la commune de N’Djamena. Cette mise en terre s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la désertification. Reportage.

A l’occasion de la journée de la lutte contre la désertification, le ministère de l’Environnement, de la Pêche et du Développement durable, avec l’aide du CERDEF ont mis en terre plus 80 plans dans la ceinture verte de Gassi, dans le 7e arrondissement. Le Tchad est l’un des pays du sahel le plus menacé par la désertification et de l’avancée du désert. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement avec ses partenaires a initié plusieurs projets pour freiner cette avancée, en créant des ceintures vertes. Ce projet de ceintures vertes a permis au gouvernement de planter depuis quelques années des milliers d’arbres autour de la capitale tchadienne.

Pour le PDG du CERDEF, Oung-Vang Josué, cette journée rappelle beaucoup de choses, compte tenu de ce fléau qui menace l’humanité. Selon lui, le centre, avec son partenaire le ministère de l’Environnement, de la Pêche et du Développement durable ont organisé cette cérémonie pour commémorer la journée en plantant des arbres pour lutter contre la désertification. Il souligne que le monde est menacé par le changement climatique, en particulier le Tchad qui est plus exposé et vulnérable à l’avancée du désert. « Il y a une forte mobilisation aujourd’hui, cette mobilisation se traduit par une lutte contre ces changements climatiques. Cette lutte doit être durable », insiste-t-il. M. Oung-Vang soutient que pour lutter contre l’avancée du désert, il faut planter les arbres et les entretenir. Il constate que le Tchad est menacé par l’avancée du désert, en exhortant la population à prendre conscience de la situation. Selon lui, il faut une sensibilisation d’urgence. Au sujet de l’abandon des arbres plantés, il reconnaît que ce sont des ratés, mais il faut sensibiliser les populations qui vivent tout autour de la ceinture verte. Le PDG suggère qu’on change aussi la stratégie de protection. Il propose une nouvelle stratégie appelée jardin forêt qui consiste de planter des arbres épineux comme enclot avant planter les arbres.

Le chargé de suivi de plantes, Laga Fourtouin, ajoute que la mise en terre des arbres a été faite par le passé, mais cela n’a pas marché à cause d’un manque de suivi. Il assure que cette fois, ils ont décidé de reprendre la mise en terre de plantes et il s’engage lui-même à suivre ces plantes. Il explique que ces plantes sont des plantes qui résistent aux changements climatiques et aux intempéries.

Pour empêcher les chèvres d’y entrer, il est aussi prévu de faire de tranchets tout autour de la ceinture verte.  Ils ont aussi prévu de construire un château à base de l’énergie éolienne pour arroser les plantes.

Jules Doukoundjé  

Selon la Convention internationale des droits de l’enfant, l’Enfant est tout être humain âgé de moins de 18 ans. Les enfants sont des êtres vulnérables ayant besoin d’un environnement favorable pour un meilleur épanouissement. Mais ce vendredi 17 juin 2022, sur le dépotoir de Gassi, 3e arrondissement de N’Djamena, les enfants fouinent dans les poubelles. Devant les sandwicheries, ils triment et placent de bouts de papiers sur les motos moyennant une somme modique. Certains citoyens déplorent la situation de ces enfants qui passent leur journée sur les poubelles. Reportage.

Vendredi.11 heures. Sur le dépotoir de quartier Gassi des enfants fouillent dans les poubelles. Ces tas d’ordures arrosés par la pluie d’hier nuit dégagent des odeurs nauséabondes. Derrière ce large dépotoir se trouve une grande tranchée. Tout autour de ces enfants qui tournent et retournent les moisissures n’est que danger. Hors micro, un jeune qu’on surnommera Melcar, pour préserver son identité, dit que cela fait plusieurs mois qu’il fouille ici. D’après ce mineur, ces parents n’ont rien, il fait cela pour assurer son quotidien. Il refuse de dire où il habite. Mais il confirme quand même les dangers encourus à travers son activité sur les poubelles. Ces camarades voire des petites filles refusent de parler. Tout est abandonné dans ce dépotoir : les chiens morts, les chats, les excréments des animaux, les défécations à l’air libre. À quelques mètres de la voie principale, Gédéon Djong-maila vient en ville. À son avis c’est dommage de voir ainsi ces enfants dans ces coins insalubres. « Les mots me manquent, peut-être, les autorités peuvent s’approcher d’eux et les écouter. Certainement elles comprendront le mobile réel de leur campement sur ces poubelles », exprime-t-il.

« À peine, la journée de l’Enfance vient d’être célébrée. Voyez ce qui se passe, il faut qu’une sensibilisation soit faite auprès des parents. En toute sincérité, certains parents sont irresponsables, ils ne surveillent absolument pas leurs progénitures. Ces enfants-là qu’est-ce qu’ils bénéficient par rapport aux autres de la protection de l’enfance », lance Serges Madjirangué l’air dépité.

Selon l’article 3 de la Charte africaine des Droits de l’Enfant, « Tout enfant a droit de jouir de tous les droits et libertés reconnus et garantis par la présente Charte, sans distinction de race, de groupe ethnique, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'appartenance politique ou autre opinion, d'origine nationale et sociale, de fortune, de naissance ou autre statut, et sans distinction du même ordre pour ses parents ou son tuteur légal. »  Parmi ces droits, les plus visuels sont : le droit à un nom et une nationalité, le droit à l’éducation, le droit à la santé et aux services médicaux, le droit à l’alimentation, le droit d’être vêtus, le droit d’être protégé, droit aux loisirs, aux activités récréatives et culturelles.

Au Tchad, la constitution, le code de travail, le Plan National d’Action en Faveur de l’Enfant Tchadien (PRONAFET) du 31 août 1995 et autres garantissent les droits de l’enfant. Sur le plan international, quelques conventions et traités ratifiés par le Tchad sont aussi favorables aux enfants. Par exemple, la Convention des droits de l’Enfant (1989), la Charte africaine des droits de l’Enfant, l’Organisation internationale de Travail, la Déclaration des droits de l’enfant en 1959, la Convention relative aux droits de l'enfant. Pour permettre aux enfants tchadiens de jouir vraiment de leurs droits, les autorités tchadiennes doivent redoubler d’efforts dans les actions en faveur des enfants.

Moyalbaye Nadjasna

Le Tchad est considéré comme l’un des pays le plus pauvres de la planète avec 42% de la population qui vit sous le seuil de la pauvreté selon le rapport de la Banque Mondiale de 2018. Les enfants sont directement ou indirectement affectés et exposés par cette pauvreté. Très peu vont à l’école, certains abandonnent l’école à mi-chemin et d’autres finissent soit dans la rue ou dans l’extrême délinquance. Sur proposition du ministre de la Femme et de la Protection de la Petite Enfance, les conseillers nationaux  ont adopté une loi portant transformation du Centre Espoir de Koundoul en Centre National d’Accueil, de Rééducation et Réinsertion des Enfants Vulnérables (CNARREV), pour protéger, surveiller, rééduquer et réinsérer les enfants vulnérables et ceux en conflit avec loi. A l’occasion de la fête de l’enfant africain, l’équipe de Ialtchad Presse s’est rendue à Koundoul, au CNARREV. Reportage.

Situé à 28 Km sud de la capitale tchadienne, dans la sous-préfecture de Koundoul, le Centre National d’Accueil, de Rééducation et Réinsertion des Enfants Vulnérables (CNARREV) a hérité par une loi adoptée par les conseillers nationaux en avril dernier l’ancien Centre Espoir de Koundoul crée en 1961. Il est quadrillé par un mur en ciment avec une seule porte d’entrée. Le CNARREV est étalé sur une superficie de 380 hectares et comporte  quatre (4) dortoirs, une infirmerie, une salle de couture et un grand hall divisé en deux (2), l’un pour la formation professionnelle et l’autre pour le réfectoire.

Hinfiene François Pateziari, Inspecteur principal d’Éducation spécialisée et responsable du CNARREV souligne que la mission du Centre est la protection, la surveillance, la rééducation et enfin la réinsertion sociale des enfants vulnérables. « À travers ses actions, le Centre contribue également à prévenir la délinquance juvénile et apporte des solutions pour des enfants en situation difficile », dit-il. Sur l’éligibilité de l’intégration du Centre, le responsable soutient qu’il y a toute une procédure. « L’âge requis est compris entre 11 à 17 ans révolue », il ajoute,  « Il y a aussi une loi qui définit toutes les conditions de placement d’un enfant ».  M. Hinfiene François Pateziari dit brièvement que le placement d’un enfant sera précédé par une étude sociale qui va déterminer le problème de l’enfant. Il rappelle qu’il ya différentes catégories d’enfants qui seront pris en charge par le Centre, entre autres les enfants en dangers (les maltraités, la déperdition scolaire), les orphelins, etc.

Par rapport à la réinsertion, le responsable CNARREV explique que cela se fait à travers plusieurs activités, « une fois que les enfants sont accueillis au Centre, démarre automatiquement la prise en charge de ces derniers ». Il définit la prise en charge sur plusieurs angles. D’abord, c’est la prise en charge psychologique et psychosociale, ensuite, alimentaire et vestimentaire, et enfin la pris en charge sanitaire, « tout cela concours à la restauration de la personnalité de l’enfant qui est perturbé par les évènements qui l’a vécu soit chez ses parents ou dans la rue », affirme-t-il. De plus, les enfants bénéficient aussi des formations professionnelles au sein du Centre. Il y a la soudure, la menuiserie, le mécanique, l’agriculture, etc. « Les différentes formations contribuent à la restauration de la personnalité de l’enfant et le prépare à retourner dans une vie normale, dans la famille et à s’insérer de façon honorable dans la société », dit-il.

Le Centre Espoir de Koundoul érigé en Centre National d’Accueil, de Rééducation et Réinsertion des Enfants Vulnérables (CNARREV) est un établissement public avec une autonomie de gestion. Tout est fin prêt pour la mise en marche du Centre, il ne manque que la nomination des cadres et  la construction des niveaux bâtiments pour accueillir les enfants.

Abderamane Moussa Amadaye  

Le collectif des avocats des victimes de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré demande une justice complète et non à moitié. L’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme au Tchad (ATPDH) estime qu’il faut poursuivre la lutte pour la restauration de la vérité.  Reportage.

Selon Mme Hildjima L. Agnès, présidente de l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme (ATPDH), ils ont fait de la lutte contre l’impunité leur cheval de bataille depuis 1991, date de sa création. A son avis, l’ATPDH a intégré dans ses activités les crimes et exactions commis sous le règne de Hissène Habré. Pour elle cela ne fait aucun doute des violations massives des droits de l’homme ont été au cœur du système Habré. Mme Agnès souligne que leur association s’est inspirée par l’affaire Pinochet (Chili) et a décidé de contacter Reed Brody de Human Right Watch. D’après elle, Reed Brody s’est révélé être un vrai stratège dans la poursuite de Habré et ses complices. « Une coalition d’organisations tchadiennes, africaines et internationales : la Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH), la Rencontre africaine des droits de l’homme (RADHO), l’Union africaine des droits de l’homme (UADH), Amnistie internationale et la Fédération internationale des droits de l’homme, s’est mise en place. Main dans la main, cette organisation a œuvré avec l’ATPDH et l’Association des victimes des crimes et répressions de Hissène Habré (AVCRHH) pour obtenir la condamnation à perpétuité de Habré devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE) au Sénégal », révèle-t-elle.

Le processus a commencé depuis 2 février 2000 avec l’inculpation par le juge Mbakandji du dictateur tchadien, indique la présidente de l’ATPDH. Elle précise que cette démarche a survécu à tous les soubresauts politico-judiciaires et est parvenue à obtenir cette condamnation. « Les victimes et leurs avocats ont gagné leurs batailles, mais il reste la bataille de l’indemnisation et de réconciliation. L’ATPDH va toujours rester aux côtés des victimes et leurs avocats pour remporter aussi cette manche », lance-t-elle. Pour Mme Agnès, le collectif des avocats des victimes à leur tête Me Jacqueline Moudeina a effectué un travail impeccable, mais difficile. L’AVCRHH née sur initiative de M. Souleymane Guengueng, rescapé de geôle de Habré, présidée actuellement par M. Clément Abaifouta a fait également un beau travail. L’ATPDH poursuit dans sa dynamique de lutte pour la restauration de la vérité, insiste-t-elle.

La lutte n’est pas terminée, s’armer du courage

Me Jacqueline Moudeina, avocate principale des victimes fait état de 40 000 morts, des milliers des disparus suite aux atrocités du règne de Habré. Des veuves et orphelins sont abandonnés à leurs tristes sorts, poursuit-elle. Elle explique qu’ils ont trimé pendant 27 ans. Pendant ce temps, soutient-elle, certaines oreilles leur ont écouté et certains cœurs ont compati avec eux. Ceux-ci, rapporte l’avocate, se sont associés à eux sur le chemin de la justice. Simplement, dit-elle, parce que les victimes et les avocats n’ont pas choisi la vengeance. L’avocate rappelle que le processus du procès d’Habré a commencé à Dakar au Sénégal, puis en Belgique, revenu à Dakar, puis Nairobi en suite Rwanda et enfin revenu à Dakar. Elle affirme aussi que la création des Chambres Africains Extraordinaires (CAE) fait suite à une âpre négociation entre le Sénégal et l’Union Africaine (UA). Ce sont les CAE qui ont réussi à juger Habré. Nous avions un dossier solidement confectionné avec des preuves irréfutables. Cela a fait secouer la tête des juges d’instruction. Ils sont venus au Tchad au moins 5 fois en commission interrogatoire internationale, soutient-elle.

D’après Me Jacqueline, la fosse commune a retenu leur attention, c’est ainsi que des experts argentins étaient dépêchés sur le terrain pour procéder aux excavations. Cela pour avoir la certitude et l’assurance des preuves inscrites dans le dossier d’accusation. Me Jacqueline déplore le fait qu’à leur retour du procès c’est comme s’ils étaient aux toilettes. Selon elle, et les victimes et les avocats ont encaissé ces douleurs. L’avocate déclare qu’ils vont continuer à encaisser parce qu’au-delà, les victimes ne sont pas toujours indemnisées. « On nous dit qu’il y a justice, mais il n’y a eu jamais justice. La justice est complète et non à moitié. Si nous voulons l’impunité zéro en passant par la justice, c’est pour obtenir une justice complète. Il y a des personnes qui se sont constituées parties civiles et les juridictions leur ont fait droit. Mais jusqu’aujourd’hui leur constitution en partie civile est sans droit », tels sont les résultats du jugement de N’Djamena, assure-t-elle.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse