vendredi 1 juillet 2022
Reportage

Reportage (903)

Le bureau de la Coordination des associations de la société civile et de défense des droits de l’homme (CASCIDHO) a fait un point de presse  relatif à la manifestation du 14 mai 2022 et l’arrestation des leaders de la société civile ce matin à  l’Hôtel Novotel la Tchadienne. Reportage.

Mahamat Digadimbaye indique c’est avec une consternation que la CASCIDHO a suivi la manifestation du 14 mai, suite à une marche pacifique autorisée par le Ministère de la Sécurité publique et de l’Immigration à des organisations de la société civile,  membres  de la coalition Wakit Tamma.  Après une analyse des faits et conséquences, la CASCIDHO décide de se prononcer sur cette question qu’elle continue de suivre avec une attention particulière. Pour lui cette manifestation autorisée répond  aux principes des libertés publiques et des droits de l’homme garantis par les conventions internationales et la charte de transition à laquelle les autorités ont permis l’organisation des marches pacifiques. Selon lui cette marche pacifique censée exprimer une opinion, mais malheureusement à causer des dégâts considérables et des actes de violence sur des individus et du vandalisme sur les biens publics et privés ont été observés. Des leaders de la société civile, organisateurs de cette marche ont été arrêtés et mis sous mandat de dépôt. Il a constaté à cause de cette marche quelques atteintes à l’intégrité physique de certains manifestants ont été signalé.

La CASCIDHO de M. Digadjimbaye affirme qu’une manifestation publique doit être strictement non-violente et respectueuse des valeurs républicaines et les forces de l’ordre doivent prendre toutes les dispositions pour garantir la sécurité physique des manifestants, des biens publics et privés. Toute dérive engagerait la responsabilité de l’une ou de l’autre partie.

Mahamat Digadimbaye « J’appelle à la vigilance et d’œuvrer tous ensemble pour la tenue et la réussite du Dialogue inclusif  et souverain, seul et unique cadre pour discuter de tous les maux dont souffre notre pays y compris la relation avec la France. Le coordinateur ajoute que ce n’est pas par la violence ni les intimidations et ni l’exclusion que les problèmes du Tchad seront réglés, ni les rues ni les revendications populaires ne peuvent remplacer les assises du Dialogue national  inclusif ». Il rajoute que la marche vers le dialogue est irréversible, « évitons tout raccourci, et toutes dérives qui risqueraient de compromettre dangereusement l’avenir radieux de notre pays et l’explosion du Tchad » soutient M. Mahamat Digadjimbaye .

Pour finir il affirme que la CASCIDHO s’engage  auprès les autorités pour solliciter la libération des collègues de la société civile arrêtés et poursuivis. Il demande à toutes forces vives de la nation de contribuer au renforcement et à la consolidation de la paix .

Ousmane  Bello  Daoudou

Le secrétaire Fédéral d’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme dans le Moyen-Chari (ACTUS-MC) M. Sidothe Beteloum au cours d’un entretien, ce 21 mai 2022, déplore, la manière avec laquelle les internautes ont manipulé l’information sur l’incident qui s’est produit dans la Sous-préfecture de Danamadji dans la province du Moyen-Chari. Selon lui, ce n’est pas un conflit intercommunautaire, ni un conflit agriculteurs-éleveurs. Mais une simple dispute entre deux individus. Le 20 mai, le gouverneur a ordonné qu’on ouvre le marché. Mais il y a encore d’hésitation du côté des commerçants. Reportage.

M. Sidothe Beteloum, Secrétaire fédéral d’ACTUS insiste et précise que c’est une dispute entre deux jeunes Arabes qui a coûté la mort d’un jeune sudiste qui voulait les séparer. A son avis, la mauvaise interprétation est à l’origine du conflit qui a dégénéré. Il indique s’être rendu hier 21 mai sur les lieux. Il a remarqué que la population vaque normalement à ses besoins. Seulement dit-il, les spéculations et les rumeurs ont circulé, mais lorsque le gouverneur est arrivé il a mis les gens en confiance.  Depuis le 1er jour de l’incident, une patrouille mixte des forces de sécurité est active pour rassurer la population, soutient-il. Le président d’ACTUS déplore 9 morts, dont 6 sudistes et 3 arabes. Les blessés sont repartis entre le centre de santé baptiste de Danamadji, district sanitaire et hôpital régional de Sarh. Selon lui, avant-hier, le gouverneur a ordonné qu’on ouvre le marché. Mais la communauté musulmane s’est réunie et a délégué deux personnes vers les autorités. Selon eux, ils ont subi la perte d’une moto brûlée et des boutiques saccagées en plus des innocents morts et le gouvernement ne s’est pas encore prononcé donc ils ne peuvent reprendre le marché. Le SG de la région s’est rendu aujourd’hui à Danamadji pour un état des lieux. Concernant les arrestations, le président d’ACTUS dit avoir échangé avec le Procureur de Sarh, mais il lui a dit que l’affaire est en instruction au parquet.

La Ligue Tchadienne des droits de l’homme (LTDH) dit dans son communiqué de presse du 19 mai 2022 que la tuerie de Danamadji s’ajoute à une série de crimes et de violences répétées et impunies. Pour la LTDH, ce sont les conséquences de la mauvaise gestion des conflits de Sandana. Il exige que les circonstances qui entourent l’évènement de Danamadji soient éclairées et les auteurs arrêtés et jugés. La LTDH encourage les autorités tchadiennes à accroître dans le strict respect de la loi et des droits humains. Elle appelle tous les acteurs de la vie nationale à s’unir pour lutter contre la violence et l’insécurité qui affectent le pays. La LTDH se dit être résolue à soutenir les efforts nationaux pour faire avancer la paix et la stabilité au Tchad.

Moyalbaye Nadjasna

Le stade de Diguel situé dans la commune du 8e arrondissement de la capitale tchadienne est à l’abandon. L’équipe d’Ialtchad Presse s’est rendu sur le lieu ce 21 mai  pour faire le constat. Reportage.

Construit en 2011 dans le cadre de l’organisation de la deuxième édition des jeux culturels et sportifs de la Communauté ses États sahélo-sahariens (CEN-SAD), le stade de Diguel, même s’il a connu une déformation de son plan architectural, il reste parmi l’un des stades le plus beau, non seulement de la capitale tchadienne, mais aussi du pays. Le manque de volonté des décideurs en charge du développement de sports, les querelles intestines au sein de la fédération de football, d’athlétisme et bien d’autres sports n’ont pas favorisé qu’il y ait une bonne politique de suivi, de gestion et d’entretien de ce grand temple de sports.

Si le stade disposait par le passé des entrées officielles connues de tous et une clôture bien faite, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Une partie de la clôture, le côté nord et ouest du stade se sont effondrés, facilite l’accès aux enfants, aux drogués, aux fumeurs de marijuana communément appelé « bongo » ou « bé ». Ainsi, la tribune présidentielle ou le carré VIP du stade et les vestiaires sont devenus un véritable lieu où toutes les substances qui nuisent à la santé sont prises. Les toilettes sont aussi malpropres et irréprochables à cause de défections, d’urine, et toute sorte de saletés. Ces immondices dégagent des mauvaises odeurs. Sous les gradins, les herbes poussent à merveille sans être nettoyées. Les sièges en plastique teintés aux couleurs nationales commencent à perdre leur éclat initial sous l’effet de l’intempérie. La piste d’athlétisme standard s’est complément dégradé laissant place au caoutchouc des terrains synthétiques. Une partie de la toiture du gradin présidentielle est inexistante. Derrière le gradin présidentiel sont stagnées les eaux de pluie. Un peu du côté nord des tas de poubelles éparpillés.

Mahamat Ahmat rencontré sur le lieu rapporte que, « le gouvernement doit réfectionner le stade de Diguel dans un bref délai et sécuriser le lieu pour son bon fonctionnement ». Juste à côté se trouve Hamza Mahamat. Pour lui, « c’est le manque de suivi et de propreté qui a conduit à l’abîme de ce stade. » il plaide auprès des autorités du sport à réfectionner le stade. A la sortie du stade, nous apercevrons Abakar. Il habite non loin du stade. A son avis, « le gouvernement manque cruellement de suivi, aujourd’hui l’état du stade est déshonorant et alarmant. J’interpelle le ministre de la Jeunesse à réfectionner ce terrain ».

Les travaux de construction du stade de Diguel qui datent d’une décennie n’avancent pas du tout, a conclu Abakar.

Abderamane Moussa Amadaye

Recrutés en qualité de mécanicien-chauffeur depuis le 08 octobre 2021 par la Direction Générale des Réserves Stratégiques puis envoyés au Mali, 22 mécaniciens-chauffeurs ont travaillé sans salaire pendant 19 mois. Ils ont eu à traverser des hauts et des bas pour joindre les bouts surtout assurer les besoins de la famille qui se trouve au Tchad. Rentrés au pays, ces derniers se rapprochent de la direction pour avoir des éclaircissements sur leur situation salariale, mais ils sont toujours sans salaire. Reportage.

Ils s’appellent Sylvanus Miskine, Ngueadoum Doumdongar et Nodjiressengar Kemiyalngar, 3 mécaniciens-chauffeurs sur les 22 recrutés la Direction Générale des Ressources Stratégiques (DGRS) dans la période du 08 octobre 2021 au 23 avril 2022. Ils sont déployés au Mali et y ont travaillé pendant 19 mois sans salaire. De retour au pays, ils mènent des démarches à la DGRS pour entrer dans leur droit, mais rien de clair ne se pointe à l’horizon. Pour eux, la DGRS doit à chacun des 22 mécaniciens-chauffeurs, une somme de 150.000FCFA par mois pendant 19 mois. « La direction nous doit au total 2.850.000 par personne. À notre arrivée, nous avons espéré être payés, mais c’est le contraire. La DGRS a laissé entendre que notre dossier est en cours et depuis ce jour, personne ne nous donne de suite sur notre revendication », a dit Sylvanus Miskine.

Pour Ngueadoum Doumdongar, ils sont partis dans l’intention de subvenir aux besoins de la famille, mais sont surpris sur place avec les difficultés sur le plan salarial. Père de 5 enfants avec des enfants adoptifs, Ngueadoum affirme que les femmes de certains de leurs collègues ont quitté la maison, les unes ont des arriérés de location, d’autres ont vu leurs ustensiles de cuisine confisqués par les bailleurs elles ont vécu toute sorte d’humiliation. Il ajoute que tous les agents déployés comme mécanicien-chauffeur se débrouillaient pour envoyer le crédit appelé dans le jargon militaire « cigarette » que l’État tchadien et l’Organisation des Nations Unies les donnent à la famille. « Même ce crédit qui est de 70.000 FCFA ne tombe pas régulièrement. On fait de mieux pour envoyer les 70.000 à la famille, mais avec les commissions et tout, quelquefois c’est 50.000 ou 45.000 qui arrive aux mains de la famille », ajoute-t-il. Alors difficile pour eux de répondre favorablement aux besoins de leurs petites familles.

Père de 3 enfants, Nodjiressengar Kemiyalngar déplore lui, les conditions de travail auxquelles ils sont soumis. « C’est un endroit pas facile, mais nous sommes rentrés sains et saufs. Nous sommes recrutés comme mécanicien-chauffeur, mais arrivés au Mali, on fait le travail des militaires malgré qu’on n’a aucune formation dans le domaine. Ils nous ont divisés en groupe. Une partie est avec le service de déminage, une autre dans l’équipe de patrouille, on assure le tour de garde et la dernière équipe fait le travail de mécanicien», précise-t-il. Il souligne également qu’ils vont revendiquer leur forfaitaire jusqu’au bout. La DGRS a lancé un avis de recrutement, mais a fait le déploiement de ces 22 agents mécaniciens-chauffeurs recrutés sur le terrain sans un contrat dûment signé par les deux parties.

Kouladoum Mireille Modestine

Un bébé de sexe masculin est trouvé vivant et seul, ce samedi 21 mai. C’était au petit matin au quartier Ridina dans le 5e arrondissement de N’Djamena la capitale tchadienne. Alertée par le chef de carré 4, M. Abdelkader N’Guembang, les éléments de sécurité du commissariat de police CSP5 sont appelés sur les lieux pour constater le fait. Sur leur instruction et à bord de leur véhicule, le bébé est transporté à l’hôpital de la Mère et de l’Enfant pour un suivi médical. Reportage.

Un bébé jeté sur les tas d’ordures a été découvert très tôt ce matin au quartier Ridina carré 4. Un bébé est de sexe féminin. Elle a été bien emmaillotée d’une couverture et abandonnée par sa mère biologique qui a disparu dans la nature. Et cela pour des raisons inconnues, seule elle pourrait avouer les faits. Cette découverte a drainé une marrée des habitants de ce quartier, hommes et femmes. Informé, le chef de carré4 M. Abdelkader N’Guembang a alerté le plutôt possible la police du 5e arrondissement. La CSP5 aussitôt envoyée les éléments pour constater le fait avant de conduire l’enfant et quelques témoins pour le déposer à l’hôpital de la mère et de l’Enfant de N’Djamena.

 Mme Migueyamta Djibrine environ 40 ans est aussi témoin de l’évènement de ce matin. Teint clair, taille moyenne, la jeune dame est mère de plusieurs enfants. Elle se propose par compassion de récupérer le bébé pour le garder. Une de ses voisines elle, s’appelle Fatimé Zara n’a pas d’enfants et se propose-t-elle aussi pour l’adoption du bébé. Selon le chef de carré  numéro 4, tout dépend des autorités qui peuvent décider de remettre l’enfant à qui peut le garder. Selon une source policière du CSP5, la police a déjà fait son travail, ce qui reste c’est de déposer un rapport relatif au fait constaté.

Pour un vieil homme du quartier M. Abdoulaye Issa, autrefois, il n’y avait pas de telle dérive sociale. Aujourd’hui dit-il, les jeunes gens, filles et garçons ne respectent plus leurs parents. C’est la conséquence de la récalcitrante, le phénomène d’abandon des enfants qui ne cesse de se perpétuer. « Je conseille aux parents de ne pas se fatiguer à parler à mes petits-enfants et d’attirer leur attention sur cette dérive sociale. Car la vie humaine est sacrée, il faut la respecter et ne pas le supprimer. Si le vagabondage sexuel qui s’invite entre les jeunes adolescents s’arrête, le phénomène lui aussi va cesser », conclut-il..

Moyalbaye Nadjasna

L’Union des syndicats du Tchad (UST) tient son assemblée générale (AG) ce samedi à la bourse du travail de N’Djamena pour demander la libération sans condition de leurs camarades arrêtés le 14 mai dernier. La centrale syndicale donne 6 jours aux autorités de la transition pour libérer leurs camarades. Ce délai passé, ils déclencheront une grève sèche le mercredi prochain. Reportage

Les travailleurs affiliés à la centrale syndicale (UST) décident d’aller en grève sèche le mercredi prochain si les autorités de la transition ne libèrent pas leurs camarades arrêtés le 14 mai dernier lors d’une manifestation autorisée contre l’ingérence de la France dans les affaires internes du Tchad.  Les responsables de l’UST informent leurs bases au cours d’une AG des démarches à suivre pour faire grève, si leurs camarades ne sont pas libérés. Cette Assemblée générale fait suite à une réunion du Conseil national syndical qui a eu lieu le mercredi dernier sur l’arrestation des membres du syndicat. L’AG a pour but d’expliquer la base de la décision prise par le bureau exécutif concernant l’arrestation de leurs camarades. D’une manière unanime, les travailleurs affiliés à l’UST décident de faire grève la semaine prochaine si les leurs ne sont pas libérés. Ils vont se retrouver en AG le mardi prochain pour discuter les modalités de la grève qui va commencer le mercredi.

Pour Barkar Michel, président de l’UST, ce qui choque les travailleurs, un ministre de la République convoque les leaders syndicaux dans son bureau pour une réunion, puisse arrêter leurs camarades et les envoyer en prison. La centrale syndicale pense que ce comportement est un acte que les travailleurs ne vont jamais accepter. Le président de l’UST soutient que leurs camarades ne sont pas encore été jugés, sont en mandat de dépôt et que rien ne justifie leur déportation à la prison de Moussoro dans le Nord du pays. « De toute façon, un préavis de grève a été envoyé au gouvernement lui donnant six jours pour réfléchir sur ce qui va arriver », dit-il. Selon lui, lorsque l’UST va déclencher ses actions, le gouvernement se rendra compte que la grosse difficulté sera de son côté. Le président explique que leur appartenance à Wakit Tamma  les oblige à se lever comme les autres citoyens pour dire non à la manière dont le pays est conduit.

Au sujet de la marche du 28 mai prochain, Barka Michel précise que cette marche aura lieu et ils la préparent activement et contre la France. Il confirme aussi que ses camarades ont été amenés à Moussoro par avion hier mardi dans l’après-midi.

Lors de cette assemblée, plusieurs travailleurs ont affirmé leur engagement de marcher contre les intérêts français au Tchad. Ils estiment que la France est responsable de la misère des Tchadiens. Ils exhortent les Tchadiens à mobiliser pour bouder la France hors du pays. Les responsables syndicaux ont tour à tour dénoncé l’ingérence française au Tchad et demandent le PCMT d’être vigilant et à ne pas se laisser manipuler par la France. Ils estiment l’UST est un pilier de wakit Tamma et va continuer cette lutte pour demander le départ des Français au Tchad.

Plusieurs centrales syndicales de la sous-région d’Afrique centrale et celles d’Europe ont envoyé un message d’encouragement à l’UST et demandent aux autorités de la transition de libérer sans condition les syndicalistes arrêtés.

Jules Doukoundjé

Il y a eu plusieurs manifestants et non-manifestants arrêtés, le 14 mai dernier après la fin de la marche. Et surtout après les casses des stations-service de la compagnie française Total Énergie. Quelques parents de ces jeunes arrêtés dénoncent ces arrestations au micro de Ialtchad Presse. Reportage.

Ahmat Moustapha, parent d’un manifestant arrêté affirme, « nous voulons la paix dans notre pays. Si les enfants ont manifesté, c’est parce qu’ils sont mécontents de l’ingérence de la France dans les affaires de leur pays. Je trouve que cela est normal. Le Tchad nous appartient à nous tous. C’est eux même qui ont donné l’autorisation de la marche et ils disent encore pourquoi les enfants ont marché ? Qu’ils arrêtent et déposent à la maison d’arrêt de Kléssoum tous des Tchadiens. On veut leur libération ».

Un autre parent, Adoum Moussa dit, « dès que les enfants ont vu les policiers ils ont fui pour se réfugier dans la chambre de leur maman. Sans gêne, les policiers les ont suivis à l’intérieur de la chambre pour les arrêter. Pourtant, ils n’ont pas pris part à la marche. Il faut que l’État prenne sa responsabilité. Nous demandons la libération de nos enfants ».

Hassabalkerim est lui aussi en colère. «  J’ai mon petit qui a été arrêté lors de la manifestation alors qu’il était devant la porte sans prendre part à la marche. Il a fait 5 jours en prison pourtant il est en classe d’examen. Nous demandons simplement sa libération sans quelque chose en contrepartie. Je ne comprends pas, est-ce qu’il y a les Tchadiens supérieurs et inférieurs » ?

Ababa Hassan, un parent s’interroge « je ne sais pas le motif de l’arrestation de mon enfant. Ils étaient nombreux devant la porte et les policiers étaient venus les ramasser. Ils ont fait 5 jours en prison sans qu’on ait leur nouvelle. Même s’ils tuent ils doivent être traduits à la justice et auditionnés. Je demande à l’État le motif de l’arrestation de mon enfant. S’il vous plaît, libérez-les ».

Ousmane Bello Daoudou

Le Conseil International des Musées (ICOM) célèbre cette semaine la journée internationale des musées, placée sous le thème : « le pouvoir des musées ». Reportage.

À l’instar des autres pays, le Tchad a également célébré ce lundi 18 mai 2022, la journée internationale des musées. Cette journée est placée sous le thème « le pouvoir des musées ».

Au Musée Nationale du Tchad, situé au quartier Amriguebé dans le 5e arrondissement de la commune Ndjamena, l’engouement est fort ce vendredi 20 mai. Élèves, étudiants et enseignants ont pris d’assaut la cour ainsi que les pavillons du musée pour découvrir le passé historique de leur pays et du monde exposés dans cette structure.

Pour Mingala Eliane, élève du lycée CEFODEV,  la visite du musée national lui a permis de découvrir le passé lointain et proche du Tchad à l’exemple des images des anciens présidents du Tchad, les résistants contre la pénétration coloniale, la découverte de crâne de Tomai, la culture et art Sao etc. « C’est grâce au Musée national que j’ai pu découvrir mon passé, le passé de mes aïeux et de notre pays. J’invite les autres à venir découvrir », affirme-t-elle. Dans le même ordre d’idées que Mingala, Zakaria Abdelkader, élève au lycée sans frontière de Nguéli souligne que c’est grâce à la visite du musée national qu’il a découvert l’histoire du Tchad et de certains objets préhistoriques. « Certes, nous avons fait des cours en histoire sur le passé de notre pays, mais c’est grâce à la visite d’aujourd’hui que nous avons appris davantage notre histoire » dit-il.

Selon Dr Manga Makrada Maina, historien, enseignant chercheur à l’Université de N’Djamena, Directeur de la Coopération Économique Internationale au Ministère de l’Économie, de la Planification du Développement et de la Coopération Internationale, la journée internationale des musées appelée au JIM est une initiative de l’ICOM qui est une organisation qui s’occupe des musées et qui a initié cette journée depuis 1977 avec notamment des thèmes qui sont proposés et autour duquel cette journée est célébrée chaque année. Cette année, l’ICOM a choisi le thème « le pouvoir des musées ». Ce thème est très significatif et fait des musées comme des centres de partage de connaissance, de culture, un facteur d’unité et de paix. Dr Manga Makrada Maina, c’est aussi prononcé sur le rapatriement d’objets d’art volés par la France lors de la colonisation. Il souligne que le rapatriement des collections d’art du Tchad en France ne doit pas être uniquement politique, mais aussi motivé scientifiquement. Pour lui, il faut préparer des conditions adéquates pour la réception de ses objets. Certes, ils doivent retournés dans leur pays, mais tant qu’il n’ya pas un cadre idéal, ses objets vont perdre leur valeur et voir disparaître. « Oui on veut rapatrier les objets qui nous ont été volés, mais il va falloir que nous soyons convaincus que nous sommes prêts à recevoir ses objets ». Il ajoute aussi « ce n’est parce que certains pays africains l’ont fait, à l’exemple du Bénin (un pays avancé dans le domaine de muséologie) qu’on doit forcément l’imiter pendant que nous ne sommes pas prêts. » Dr Manga Makrada Maina soutient également qu’« il faut faire une réception officielle des objets volés, mais tout en prêtant aux musées européens le temps que nous soyons prêts aux risques de les voir cachés dans les réserves sans être mis en valeur ».

Pour le Directeur du Musée national du Tchad, Dr Adoum Gariam Philippe, la journée internationale des musées est une journée de communion, de réflexion et de découverte de patrimoine. Aujourd’hui 90% des visiteurs sont d’élèves, des jeunes, qui seront les adultes de demain et qui pourront bien maîtriser leur passé historique du Tchad et contribuer à l’unité et au développement. Sur la question de restitution des objets d’art spoliés lors de la colonisation par la France, le Directeur du Musée National du Tchad affirme que 9400 objets ont été identifiés dans les musées français répartis comme suit : 9296 objets au Musée du Quai Branly, 87 objets au Muséum naturel de Rochel et 7 objets au Musée Angoulême.  « La restitution de ses objets nécessite un long processus, mais nous devons le réclamer », conclut-il.

Il faut rappeler que cette journée internationale des musées est un évènement organisé par le ICOM tous les ans autour du 18 mai. Chaque année, met en valeur un thème particulier, au cœur des préoccupations de la communauté muséale internationale.

Abderamane Moussa Amadaye

Suite à la manifestation du samedi 14 mai, quelques leaders ont été appréhendés par la police, auditionnés et déposés à la maison d’arrêt de Klessoum. Il y a eu plusieurs réactions. Ialtchad Presse a recueilli les réactions des artistes à ce sujet.

Maoundoé Célestin affirme, « globalement, je suis d’accord pour la marche parce qu’elle a été autorisée. Mais casser les stations ce n’est pas bien, je condamne. Maintenant, il faut qu’on sache les motifs de leur arrestation. Est-ce que c’est à cause des casses ou c’est l’organisation de la marche ? Je ne peux pas me prononcer. Je ne peux pas dire que leur arrestation est normale, il y a toujours des choses qui leur sont reprochées. Je ne suis pas pour des actes de vandalisme. Et casser des choses. Par exemple, casser le goudron, je condamne. Puisqu’il faut 40 ans pour qu’on ait des rues bitumées. Ils ont le droit de marcher, mais pas de casser. Je condamne ».

Cidson Alguewi, « je parle en tant que Tchadien. Je pense qu’il faut être libre. Est-ce qu’ils ont cassé les biens de leur frère ? J’espère que non. Les biens de l’État et des étrangers ? C’est le ras-le-bol- contre la France. Tout ce qui est détruit n’est rien d’autre que les biens de la France y compris son drapeau. Si on évalue, ce n’est rien du tout. Au lieu de comprendre la population, on crée d’autres problèmes. À mon humble avis, on devait libérer toutes personnes arrêtées. Ce n’est pas normal. Il faut reconnaître que pendant cette manifestation les forces de l’ordre ont brutalisé les manifestants. Est-ce que les policiers qui ont brutalisé ces personnes ont été identifiés et traduits devant la Justice ? La réponse est non. Nous n’avons vu aucun policier ou gendarme traduit en justice. Jamais. Il n’y a pas d’équilibre. Pourquoi certaines personnes sont en prison alors d’autres font du mal sans être traduits à la justice ? »

Pour Tchadiano, la voix de la jeunesse, « l’État a fait une faute grave en arrêtant ces leaders puisque nous connaissons que parmi les manifestants, il y a toujours des personnes mal intentionnées, des bandits, etc. Nous demandons à l’État de libérer ces leaders. L’État est le détenteur du pouvoir si une erreur s’est glissée, il faut pardonner. Nous tous nous faisons des erreurs sans rendre des comptes. Nous demandons la libération de nos leaders ».

Raïs’Kim soutient, « je pense que les arrestations des leaders de la société civile suite à la marche du 14 mai 2022 n’ont respectées aucune norme démocratique. Leur arrestation n’était pas respectée puisqu’ils sont protégés par la loi. Pourtant la marche a été organisée contre l’ingérence de la France dans la politique au Tchad et en Afrique, disons la marche a été autorisée, la police devait encadrer la marche du début jusqu’à la fin alors que cela a été fait. Les policiers ont été applaudis à la fin de la marche  de 9h-10h. Tous les manifestants sont rentrés chez eux. C’était dans l’après-midi que nous avons appris qu’il y avait des casses. Cela devait être la responsabilité de la police dans l’exercice de leur métier. Le gouvernement veut mettre tout le mal sur le dos des leaders qui dénoncent la mal gouvernance, l’injustice surtout la dynastie. Je condamne ces arrestations et je demande leur libération. ».

Ousmane Bello Daoudou

L’Office national de la sécurité routière (ONASER) en collaboration avec des organisations citoyennes entame la dernière manche de la campagne de sensibilisation des usagers de la route ce 19 mai 2022 à N’Djamena, Tchad. Une opération relative à la semaine mondiale des Nations unies pour la sécurité routière lancée le 17 mai dernier par la ministre tchadienne de transport. Reportage.

La caravane de sensibilisation de l’office national de la sécurité routière (ONASER) s’est immobilisé ce matin en face de l’échangeur de Diguel, derrière, le palais du 15-janvier. Jeunes filles et jeunes hommes tenaient en main des pancartes avec des messages spécifiques. Selon Moustapha Younouss, responsable d’une ONG citoyenne sans frontière, ils font cette sensibilisation dans le cadre de la semaine mondiale des Nations Unies sur la sécurité routière. « Nous sommes trois organisations de la société civile constituées, à notre tête ONASER. C’est une campagne de mobilisation et de sensibilisation contre les mauvaises pratiques causes de l’insécurité routière. Nous avons commencé depuis le 17 mai aujourd’hui, cela fait déjà 3 jours et c’est déjà la fin de la campagne », dit-il. D’après lui, les messages forts de cette sensibilisation visent : le téléphone au volant, l’excès de vitesse, l’alcool et la conduite, le non-respect du Code de la route, la non-maîtrise du volant, etc. À son avis, les gens ignorent que les accidents font beaucoup de morts au Tchad. Aujourd’hui, dit-il, les regards sont tournés vers le VIH-Sida, le coronavirus, mais les accidents endeuillent plus les familles au Tchad. M. Moustapha demande aux usagers de la route de prendre conscience et d’être responsables dans la conduite. Il souligne également que les parents ne laissent pas leurs enfants mineurs conduire. C’est un risque pour eux et les autres usagers de la route.

Pour M. Moustapha Younouss, un autre phénomène est a relevé. Il évoque l’attroupement autour d’un accidenté. « C’est une mauvaise manière de faire. Certains vont faire même de selfie avec les accidentés. C’est bien dommage, l’important à mon avis c’est de lui apporter les premiers secours. Il faut récupérer l’accidenté de la voie et bien le placer. Vérifier s’il n’a pas de choc grave ou de traumatisme. Si possible dépêcher l’accidenté et l’amener dans un centre de santé le plus proche », recommande M. Moustapha aux usagers de la route. L’insécurité routière au Tchad est réelle et quotidienne, affirme-t-il. L’agent sensibilisateur déplore que la population soit chaque jour en danger.

Lors de sa déclaration le 17 mai dernier, Fatimé Goukouni W. ministre tchadienne de Transports, dévoilé le thème national qui est « Comportement responsable sur la route ». Selon elle, « la route tue et elle le fait sans pitié ». Pour sous-tendre l’affirmation de la ministre, un célèbre artiste africain a rapporté, « La route ne tue pas, mais c’est nous qui tuons. Soyez prudents tous les jours. » Selon la ministre, le bilan montre que les accidents de circulation au Tchad font plus de 3000 morts en moyenne par an soit, 79% de personnes de moins de 30 ans. Chacun doit jouer le rôle qui est le sien pour préserver la vie de nos concitoyens, a dit Mme Fatimé Goukouni.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse