samedi 12 juin 2021

Reportage

Reportage (202)

Le président Idriss Deby Itno a inauguré le nouveau siège de l’Office national des médias audiovisuels (ONAMA), ce mardi 29 décembre. Un nouveau siège pour un nouveau départ.

L’Office national des médias audiovisuels (ONAMA) dispose désormais d’un nouveau siège. Le Président Idriss Deby Itno a inauguré le nouveau bâtiment.

C’est un joyau architectural constitué de sous-sol, de rez-de-chaussée et de 12 étages, étendu sur une superficie de 14000 m ² et d’une hauteur de 70 m. Il a 4 ascenseurs dont l’un est panoramique. Le bâtiment contient, la Direction générale, une Comptabilité, une salle technique centrale, de serveur, de maintenance, la régie, une salle de nouvelles, salle de conférence télévisée, des salles de réunions, un restaurant pour le personnel etc. Dénommé l’immeuble de la renaissance, l’édifice a été construit par le Groupe Al-Manna. Les travaux ont duré 6 ans.

Pour Cherif Mahamat Zène, ministre de la Communication, le 21e siècle exige un outil de communication adapté au contexte. Selon lui, cette infrastructure ultramoderne est un motif de fierté nationale. C’est une référence en matière de modernisation des médias du service public, dit-il. Pour lui, ce bâtiment est un défi majeur pour les journalistes et les techniciens de l’ONAMA. « Avec ces équipements de qualité, l’ONAMA doit rester plus près des attentes du public. L’heure est à l’amélioration et la diversification du contenu des programmes »

Le ministre a attiré l’attention du personnel de l’ONAMA sur le fait que l’espace médiatique est soumis à une rude concurrence des réseaux sociaux. Il appelle le personnel à la rigueur dans le travail et à une bonne gestion des ressources humaines, matérielles et financières. « ONAMA doit être un lieu de référence pour la culture de l’excellence, de mérite et surtout de travail bien fait. Il ne s’agit pas d’un vœu, mais d’un impératif pour atteindre des objectifs. Il faut aussi le changement de mentalités du personnel à tous les niveaux », a martelé le ministre Cherif Mahamat Zène.

Pas le droit de décevoir

Le président Idriss Deby Itno a affirmé que les journalistes de l’ONAMA ne doivent pas décevoir les Tchadiens. Le nouveau siège a tout ce qu’il faut comme nouveaux équipements. Il a exhorté le personnel à travailler fort pour amener les Tchadiens à suivre le quotidien du pays. « Il faut promouvoir la culture de non-violence, le vivre-ensemble et l’unité nationale et surtout être jaloux de la souveraineté nationale », indique-t-il. Le Président demande aux journalistes d’aller chercher l’information, la vraie.

Moyalbaye Nadjasna

Pour juguler le délestage quasi quotidien au Tchad, Youssouf Ali Mbodou crée la start-up dénommée Kouran Djabo qui signifie l’électricité est revenue. Reportage.

Son bureau n’a pas d’électricité ce 16 décembre en début d’après-midi. Il y a délestage. Porte et fenêtres sont ouvertes pour illuminer la pièce grâce aux rayons solaires. Youssouf est assis autour de la table avec trois membres de son équipe. « Vous n’avez pas d’électricité à ce que je vois ? », lui ai-je lancé. Il me répond, « tu connais le pays », d’un air rigolo. 

Situé au quartier Diguel dans le 4e arrondissement de la ville N’Djamena, Kouran Djabo est une entreprise sociale fondée en 2017 par Youssouf Ali Mbodou. Il ambitionne rendre l’énergie solaire accessible aux ménages à faible revenu à travers un paiement échelonné. Mais Kouran Djabo en arabe local tchadien qui signifie « l’électricité est de retour » veut être une solution aux délestages quasi quotidiens subis par les ménages au Tchad. 

L’idée de créer cette start-up est venue, selon le promoteur Youssouf Ali Mbodou, du fait des délestages et du difficile accès à l’électricité de ménages tchadiens. « Quand j’étais petit, j’utilisais la lampe tempête pour réviser. Plusieurs années après je me rends compte que l’accès à l’électricité demeure encore un problème pour les ménages », dit le fondateur.

Bientôt 4 ans que Kouran Ddjabo contribue à illuminer les ménages grâce à ses dispositifs d’éclairage constitué de kit solaire individuel. Le kit est composé de trois lampes, dont deux fixes.

Si l’acquéreur choisit de payer comptant, c’est 50 000 FCFA. Si au contraire, le client opte pour un paiement échelonné, il paie 60 000 FCFA. Cependant, le promoteur de Kouran Djabo préfère le paiement échelonné. Car, dit-il, en cash beaucoup de ménages ne seront pas à mesure d’acquérir le kit. « Mais avec le système de paiement échelonné sur six mois, tout le monde de pouvoir acheter le kit », mentionne M. Youssouf. 

Le paiement initial se fait à 10 000F pour une durée de 30 jours. Après cela, l’utilisateur peut payer selon ses possibilités : 2 500 FCFA pour une semaine, 5 000 FCFA pour deux semaines. Après 6 mois, le kit revient à l’utilisateur. Tout cela avec des conditions. « Si le client ne verse pas la redevance mensuelle jusqu’à 2 mois sans justification, nous retirons le kit ».

Bien que le système fonctionne avec de l’énergie solaire, le promoteur de Kouran Djabo a pris la précaution d’installer un dispositif de sécurité dans le kit. La technique est simple, chaque fois que le client ne paie pas à terme échu, le dispositif ne fonctionne pas. C’est exactement comme le système prépayé de la Société nationale d’électricité (SNE) où quand l’utilisateur épuise son crédit, il n’a pas d’électricité. « Ce dispositif est notre seule garantie pour obliger nos clients à verser régulièrement ce qu’ils nous doivent ».

Éviter que les clients ne soient insolvables, notre solution est financièrement inclusive. Il faut faire un paiement échelonné.

Cela fait 3 ans. La première année, c’était la phase pilote avec plus de 100 kits. Cette stratégie nous a permis de nous adapter en nous au marché et au besoin des ménages. Notre objectif global est de contribuer aux objectifs de développement durable (ODD).

Le problème d’accès à l’énergie est un dossier sérieux. Au Tchad, le taux d’accès aux énergies renouvelables avoisine 6% alors que la moyenne africaine est plus élevée. En même temps, l’Afrique centrale est la sous-région la moins électrifiée de l’Afrique. Il y a 125 000 000 de personnes qui vivent sans électricité.

La demande d’énergie au Tchad est de 10% par an. Il faut donc trouver des solutions alternatives. Il faut se tourner vers les énergies renouvelables qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie.

« Aujourd’hui il faut dire que nous sommes très sollicités. On est actuellement dans 7 villes du Tchad », fait savoir Youssouf Ali Mbodou. Mais l’ambition, il ne faudra pas s’arrêter là. « L’idée c’est de couvrir l’ensemble du territoire tchadien. C’est énorme ». Selon l’équipe de l’entreprise, les demandes viennent d’un peu partout jusqu’aux frontières camerounaises et centrafricaines, des endroits, très difficiles à atteindre. « On va travailler pour y arriver et on mettra le paquet qu’il faut. L’idée n’est pas aussi de rester seulement dans les grandes villes, mais de desservir les villages ».

Youssouf Ali Mbodou attend de l’État la création des conditions favorables aux entreprises Verts par exemple la baisse de la fiscalité pour attirer les investisseurs au pays. Ce qui est positif est la prise de conscience au niveau de l’État qui a défiscalisé les taxes sur les matériaux des énergies renouvelables et la mise à disposition d’un fonds pour l’entrepreneuriat des jeunes.

« Notre vision à long terme est de donner l’électricité dans toute la sous-région Afrique centrale. Avec le solaire, on va beaucoup innover. Pas seulement dans l’électricité, mais aussi dans d’autres secteurs. »

Christian Allahdjim

Le recyclage des objets, et surtout des bouteilles, est devenu une activité lucrative pour des jeunes démunis. Et cela n’est pas sans risque. Reportage.

Un métier comme tant d'autres. Le recyclage des objets est devenu un métier qui se pratique un peu partout au Tchad. A N’Djamena, la capitale tchadienne, certains jeunes ont fait leur gagne-pain en dépit des risques liés à la santé.

Âge moyen 17 ans, ces jeunes fouillent chaque jour les poubelles publiques, les bars, les marchés, les décharges illégales à la recherche des bouteilles. Un grand sac au dos et un panier à la main, ces jeunes fouineurs des poubelles sont en majorité des enfants appelés communément « les enfants de rue ».

Cédric est un de ces enfants. Il sillonne la ville depuis son jeune âge. « J'ai quitté la famille très tôt. Pour subvenir à mes besoins, je suis obligé de faire une activité et j'ai choisi celle de recyclage des bouteilles », explique-t-il.  Dès 5h, Cédric commence à fouiller. Pour avoir plus des bouteilles, « je sors très tôt pour faire le tour. Comme nous sommes nombreux à fouiller les poubelles, je me donne plus de chance en étant parmi les premiers à être sur place ».

Sur les dépotoirs publics, ils ramassent toutes sortes de bouteilles. En plastique ou en verre. Mahamat est comme Cédric, recycleur. « Je ne fais pas la distinction. Je ramasse tout ce que je trouve », fait-il savoir. C’est une fois, au lavage que le tri se fait. Les bouteilles déformées sont reformées grâce à la pompe à air pour leur redonner leur forme d’antan.

Après la collecte, c’est l’étape de lavage. Certains se rendent au fleuve, d'autres préfèrent se retrouver dans un coin de la ville. « Une fois que mon sac est plein, je me rends au fleuve pour laver mes bouteilles. Là-bas je ne paie pas l'eau. J'ai juste besoin du savon détergent », affirme-t-il.

Les clients sont exigeants, d'après Mahamat. Il faut prendre son temps pour bien laver. Les bouteilles sont vendues aux marchés, aux petits restaurants, dans les boutiques. Ces bouteilles ont une nouvelle vie. Elles sont réutilisées comme contenant d'huile, d'eau fraîche, les jus, les yaourts. « Quand j’ai fini mon lavage, je les vends. J’ai mes clients. Certains achètent en gros pour pouvoir revendre, d'autres prennent juste pour leurs besoins », dit Ali.

Madame Fatimé exerce ce commerce depuis bien de temps. Elle est grossiste, « je suis grossiste depuis longtemps. Je prends en gros et je revends à mon tour ». Elle affirme ne pas faire une marge bénéficiaire énorme, mais raisonnable.

Solange, vendeuse d'eau et jus d'oseille, « j’achète chaque jour les bouteilles. Chez mon fournisseur. Un enfant de la rue. Le prix est acceptable. 2 petites bouteilles à 25 FCFA, mais au marché, c’est cher. Une bouteille à 25 FCFA », relève-t-elle. Pour être sûre de la propreté, madame Solange dit qu'elle relave avec de l'eau tiède plus du détergent avant de les réutiliser.

Récupérer après l'usage est une bonne action. Cela évite la pollution de l'air et protéger l'environnement, mais la pratique de lavage après avoir collecté laisse à désirer.

Pour Oueye Noël, étudiant en 6e année de Médecine et stagiaire à l’hôpital général de référence nationale, cette pratique comporte assez de risques sanitaires. Car ces bouteilles ramassées dans des endroits très sales (caniveaux, ordures...) et non désinfectés pourraient contenir des microbes qui peuvent occasionner des maladies. Pour des raisons de santé publique, M. Oueye Noel, conseille à ces jeunes de laver ces bouteilles avec un détergent et les désinfecter avec l'eau de javel avant de les revendre.

Oueye Noël demande aux recycleurs de ramasser des bouteilles dans des endroits salubres (magasins, boutiques...) ou à l'occasion des cérémonies. Et de bien les laver et les désinfecter pour éviter aux consommateurs d’éventuelles maladies.

Il est également important que la population soit éduquée pour ne pas jeter les bouteilles partout, car jetées dans la nature, ces bouteilles polluent l'environnement, explique-t-il.

Orthom L’Or

Le 25 décembre de chaque année, les chrétiens du monde entier et ceux du Tchad commémorent la nativité de Jésus-Christ, Seigneur et sauveur de l’humanité selon la Bible. Quelle est l’origine de cette fête ? Que représente-t-elle pour les chrétiens ? Reportage.

La Noël se prépare activement dans les Églises et Paroisses de N’Djamena, capitale du Tchad. Dans la paroisse de Chagoua, une crèche de l’Enfant Jésus a été fabriquée. L’objectif est d’illustrer aux fidèles chrétiens de cette paroisse dans quelles conditions Jésus Christ est né. Et comment les mages sont venus l’adorer.

Pour le Pasteur Dogos Victor, Coordinateur Département Éthique, Paix et Justice de l’Entente des Églises Missionnaires et Évangéliques au Tchad (EEMET), la Noël a une origine païenne. Elle signifie la fin de l’année et le moment de la réjouissance. Dans l’empire Romaine, indique-t-il, avant l’arrivée du judaïsme, le christianisme et puis l’islam, beaucoup des peuples étaient de polythéistes. Selon lui, dans l’Empire Romain, il y avait qu’on appelait le « dieu soleil ». L’empereur Théodore a imposé le dieu soleil et tout l’empire doit l’adorer. Présents à cette fête, les chrétiens à cette époque ont décidé de donner un autre contenu. Christ est lumière, lorsque Siméon dans Luc chapitre 2, était avancée en âge et que l’Enfant Jésus était amené au temple pour la circoncision au 8e jour. Il prend l’enfant et dit : « Seigneur tu laisses ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole, car les yeux ont vu ton salut. Salut préparé devant tout ton peuple, lumière pour éclairer les nations et gloire d’Israël à son peuple ». Le Pasteur Dogos Victor, déclare que le Christ est venu comme une lumière pour éclairer les nations. Il a dit lui-même, explique-t-il, « je suis la lumière du monde celui qui me suis ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière pour la vie ». 

Pour Coordinateur Département Éthique, Paix et Justice EEMET, « même si la date du 25 décembre n’est pas la date précise de la naissance du Christ, cette fête doit commémorer la venue du Christ pour le Salut et la délivrance.»

Dans la Sainte Bible au chapitre 4 de Luc, versets 18 et 19, déclare, « l’Esprit du Seigneur est sur moi, il m’a oint pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, guérir ceux qui ont le cœur brisé, annoncer la délivrance aux captifs et laisser libre les opprimés ».  Alors, relève Pasteur Dogos Victor que, Noel n’est plus une fête païenne célébrée en l’honneur du dieu soleil dans l’Empire Romaine mais une lumière venue de Dieu. C’est vrai même si l’origine n’est pas biblique, mais les chrétiens lui ont donné un sens. « Ce n’est pas un moment de jouissance faisant du tort aux familles par excès d’alcool, mais il faut plutôt le regard vers Dieu, manifester la joie, rétablir la paix du Christ là où il y a les difficultés, se détourner du mal et venir plutôt vers Dieu », conseille-t-il aux chrétiens. Pour lui, les gens étaient inquiets pour le réveillon, mais il faut remercier les plus hautes autorités qui ont repoussé jusqu’à 1h 00 le couvre-feu. Ce qui permet aux chrétiens de commémorer cette naissance du Christ.

Seul Dieu a le dernier mot

Cette année, le message de la Noël de la Conférence Episcopale du Tchad (CET) est accès sur trois points. Selon l’Abbé Xavier Omer Kouldjim, le Secrétaire général, « Dieu marche avec son peuple, le peuple tchadien marche-t-il avec son dieu et marchons ensemble vers une nouvelle espérance au Tchad.» Pour lui, il faut se tourner vers Dieu, source de la vie, afin de mieux apprécier cette année qui s’achève. Et de confier à Dieu la nouvelle année qui commencera bientôt. « La venue du Fils de Dieu que nous célébrons à Noël nous procure cette joie de la proximité de Dieu avec toutes les nations et entretient en nous l’espérance des temps nouveaux. »

Pour le SG du CET, la foi que Christ et ses disciples nous ont transmise exige de nous la fidélité. Mais surtout, poursuit-il, elle constitue pour nous une obligation de faire fructifier le message de la Bonne Nouvelle. « Frères et sœurs, quelle que soit notre religion, Dieu nous appelle tous à devenir un peuple qui marche en sa présence et à être gardiens et intendants de notre nation, serviteurs de la vérité, de la Justice et de la paix », dit-il. Pour les autorités ecclésiastiques catholiques, seul Dieu a le dernier mot pour toutes les situations humaines. Cette conviction de foi, disent-elles, se caractérise aussi par des initiatives de solidarité entre croyants face à la pandémie. « Que la venue de Jésus, Prince de la paix, procure à chacune et chacun de vous la paix qui vient de Dieu », pour la cohésion sociale.

Moyalbaye Nadjasna

Une fête émousse beaucoup d’envies. Habits neufs, plats spéciaux, boissons, mais aussi et surtout la beauté. Ialtchad Presse continue à vous faire vivre les préparatifs. Cette fois chez les coiffeuses et les tailleurs. Reportage.

Moursal, un des quartiers les plus mouvementés de N’Djamena, la capitale. Le froid semble s’installer dans la cité et l’habillement des N’Djamenois commencent à changer.

Sur l’avenue Marie Thérèse Mbaïlemdana, un salon de coiffure mixte est ouvert. Il n’y a pas encore de bousculade pour le moment. Des jeunes dames se font tresser. Elles se font belles pour la circonstance. Cinq coiffeuses et coiffeurs sont aux manettes. Une cliente se fait tresser. Une autre apporte des mèches pour le redressage. Et encore une autre exige une coiffure spéciale pour une cérémonie de mariage. L’ambiance est à la fête, les esprits aussi.

Moïse Sabo est coiffeur dans ce salon. Il coiffe homme et femme. Il a 17 ans de métier derrière le casque. Il est très apprécié de ses clients pour son talent et son ingéniosité. D’après lui, la fréquence de la clientèle est normale, en cette période de réjouissances. Toutefois il suppose qu’à la veille la demande sera plus grande. « Pour le moment, nous ne sommes pas encore débordés. Peut-être dans les jours à venir », dit-il.   Selon lui, le prix des coiffures varie selon les modèles. Le temps de fêtes n’influence pas ses prix de tresses, ils sont invariables. 

Si dans les salons, le tempérament est normal, les couturiers communément appelés « tailleurs », sont, eux bousculés par les attentes des clients.

Ahmat est assis dans son atelier de couture au quartier Ardepdjoumal semble débordé par le travail. Partout dans son atelier, les commandes non cousues ou à moitié cousues sont entassées pêle-mêle. « Il y a beaucoup de commandes. Je dois les finir avant le 25 décembre », dit-il, l’air soucieux.  Depuis le début de du mois de décembre, Ahmat est harcelé par la clientèle.  « Depuis le début du mois, je croule sous les commandes. Il y en a pour les cérémonies de mariage, de dot, de Noël, etc. À 3 jours de la fête, je reçois toujours les pagnes et les clients n’arrêtent pas », explique le couturier.

À côté de son atelier, il y a celui d’Ali. Il est spécialisé dans la couture des tissus bazins. Il vit le même problème. Son placard est rempli à pleine capacité. Pour finir dans le délai, Ali est obligé de travailler du matin jusqu'à l'heure du couvre-feu. « Je viens à 8h pour rentrer à 20h30. Je fais comme ça pour évacuer les commandes, mais ça ne fait qu'augmenter », se plaint-il. Pour faire le maximum avant le 25 décembre selon Ali, à partir de ce 23 décembre, il va commencer à veiller dans son atelier. « Les clients continuent d'apporter les tissus malgré mon refus ils insistent pour finir par faire des palabres », regrette-t-il. 

L’impatience des clients


Dans l'atelier d’Ahmat, les clients haussent le ton. Certains se chamaillent avec le couturier. Et profèrent des injures. Koutou Rosine, une cliente. « J’ai apporté des tissus de mes enfants depuis le 3 décembre pour éviter les problèmes d’être en retard. Malheureusement, jusque présent les habits ne sont restés pas cousus. Pourtant j'ai déjà payé », dit-elle, frustrée.

Julia Allarassem est l'une des clientes d’Ali. Elle aussi rumine sa colère. « Cette année, j'ai décidé de faire plaisir à mes filles. J'ai apporté les tissus depuis le 6 décembre. Il m'a demandé de passer une semaine après pour récupérer, mais depuis deux jours, je ne fais que défiler dans son atelier ». Elle rajoute, « je regrette, si je savais, j'allais acheter les habits prêts-à-porter ».

D’autres ateliers ne sont pas pris d’assaut par les clients. À Moursal, chez le couturier Dieudonné, son atelier est vide. « Cette année, je n'ai pas beaucoup de clients et ceux qui me sollicitent me demandent de coudre à crédit », soutient-il. D'après Dieudonné, les clients se plaignent de la situation socio-économique.

Orthom L’Or
Kadidja Mahamat Tahir
Moyalbaye Nadjasna

La Noël se prépare d’arrache-pied. Jour ‘’J’’ moins 72 heures. Pour rendre la fête belle, l’achat de cabris, de poulet et autres victuailles font parties des préparatifs. Ialtchad Presse vous propose la couverture média de cette grande fête chrétienne. Reportage.

Nous sommes à un point de vente de moutons, face au bâtiment de la Caisse nationale des Retraités du Tchad (CNRT). Ce n’est pas la fête de Tabaski, mais cette fois, c’est la Noël.  Les rues de N’Djamena, capitale tchadienne, s’animent. Les uns s’achètent des habits, les autres de moutons ou poulets malgré les plaintes sur la morosité économique.

Abakar Saleh est un vendeur de moutons. « Les clients viennent, mais à compte-gouttes pour le moment. Par jour, je vends 3 moutons. Ce n’est pas du tout fameux. Mais comme nous avons encore quelques jours devant nous. J’espère qu’avec le virement des salaires des fonctionnaires, les choses vont bouger », dit-il optimiste. Pour Mahamat, un autre vendeur, les prix de moutons ne sont pas élevés comme les clients le disent. Il y en a à toutes les bourses : 20 000 FCFA, 25 000 et 30 000 FCFA.

Dénemadji Sabine, la trentaine révolue, est accompagnée de sa cadette. « J’ai parcouru différents points de vente. Les prix sont très élevés. Mais ici, c’est acceptable. Je viens d’acheter un mouton à 23 500FCFA. Pour ma petite famille. C’est parfait », explique-t-elle.

Dounia, hors micro, nous indique que c’est devenu une habitude chez lui. Il commence à préparer la fête depuis octobre et il s’en sort bien. Il soutient que les prix sont élevés.

Même son de cloche du côté des volailles au marché de Dembé. Plusieurs clients se plaignent au sujet des prix. « Un poulet coûte entre 5 500 à 7 500FCFA, sauf les canards qui sont à bons prix, mais beaucoup n’en veulent pas », disent-ils. Les vendeurs soutiennent que cela n’est pas de leur faute « si nous vendons au prix que prétendent les clients, nous serons déficitaires ».

Autres denrées alimentaires

Delphine Denebeye est venue acheter le petit sac de la farine de blé, un bidon d’huile et un peu de margarine pour fabriquer les gâteaux. Selon elle, le prix n’a pas changé, « j’ai acheté le petit sac de farine de blé à 10 000FCFA, le bidon d’huile à 9000FCFA et Margarine à 4000FCFA. Les prix n’ont pas changé. » Selon Ahmat, commerçant au même marché, rien n’a augmenté, les prix de différentes denrées sont restés intacts. Aujourd’hui, dit-il, les gens achètent tout en gros et non en détail. C’est cela qui fait qu’il n’y a pas d’achalandages. « Les habits, oui. Les prix ont flambé. Moi je pense que la nourriture vaut mieux que les habits. Il faut bien manger durant cette période de la Noël et du Nouvel An », dit-il dans un éclat de rire.

Moyalbaye Nadjasna

 

 

Les fêtes de fin d’année avancent à grands pas. Mais sur les marchés, l’engouement n’y est pas. Vendeurs et acheteurs se plaignent. Reportage

Au 3e arrondissement de la capitale tchadienne, N'Djamena, le marché central est dans une ambiance morose à l'approche des fêtes de fin d’année. En ce samedi de décembre, tout est au calme après l’ouverture du marché à 10 heures. Les allées et les devantures des boutiques ne grouillent pas de monde. Les commerçants s’ennuient dans sous les arbres en attendant d’éventuels clients. D’autres, fatigués, dorment tranquillement dans leurs boutiques.

Mme Aurélie s’arrête devant une boutique pour enfants. Elle veut une robe pour sa fille. Mais elle peine à en trouver. La cause : flambée des prix. « J’ai fait le tour du marché pour trouver une robe à ma fille, mais le prix n’est pas abordable », affirme-t-elle.

Les prix des articles sont chers, ce que décrient la plupart des clients rencontrés sur les différents marchés de la ville. À l’approche de grandes fêtes, la spéculation sur les prix est devenue une seconde nature chez les commerçants. Pour éviter tous ces désagréments, Mme Irène a choisi d'acheter les cadeaux des enfants avant le 20 décembre. « Je fais mes achats avant le 20 décembre. Même si, à cette date, les prix sont augmentés, ce n’est pas de trop ».

Pour les commerçants, les raisons des augmentations anarchiques des prix des denrées alimentaires et d’autres articles nécessiteux ne sont pas de leur faute. « La fermeture des frontières à cause de la Covid-19 est le refrain que les commerçants nous chantent à longueur des journées », mentionne Mme Irène. Et rajoute, « sinon dans cette boutique, il y a des jolies robes pour les petites filles, mais l'argent fait défaut ».

Les consommateurs ne sont pas les seuls à se plaindre. Les vendeurs aussi. Pour les seconds, la clientèle a déserté. Les marchés sont clairsemés, une atmosphère moins aminée. C’est le cas au marché de Dembé. Mahamat Ali, vendeur des friperies, témoigne, « nous sommes le 19 décembre. On dirait les gens ont oublié les fêtes s’approchent. Jusque-là, pas de client. J'espère que dans les prochains jours cela va changer », souhaite-t-il.

Faire plaisir aux enfants

La pandémie de la Covid-19 a durement éprouvé les ménages. Et les préparatifs des fêtes de fin d’année ne sont pas roses. Comme le cas d’Éléonore Noura. « Cette année, c'est vraiment difficile pour nous. Mon mari a connu un accident. Mais pour la joie des enfants, je suis obligé de me battre pour trouver un complet à chacun pour les fêtes de fin d’année », explique-t-elle.

Faire plaisir aux enfants, tel est la devise de Mme Noura. « Comme la Noël vient une fois par an, je suis obligée d’acheter ces vêtements pour le plaisir de mes enfants ».

 Aux coins des rues

Aux coins de certaines rues de la capitale, les préparatifs sont visibles. Exposition des sapins et d’objets de décoration, des jouets, etc. Mais les petits revendeurs aussi se plaignent de la rareté de la clientèle.

Atom Adoum est un petit revendeur de jouets pour enfants, d’arbres de Noël, des jeux de lumière, les guirlandes etc. Pour lui, 2020 est inquiétante. Pas de clients, même les clients flâneurs qui viennent admirer les marchandises. « La crise économique manque fait très mal. Nous les commerçants nous vivons une période difficile. D’habitude c’est en décembre que nous réalisons plus de la moitié de nos chiffres d’affaires au mieux, mais cette année la situation est critique », dit-il, la mine crispée.

Djimadoum Romain vend des chaussures au marché de Dembé. Écharpe au cou, il est inquiet. « Les clients viennent, mais pas assez, c’est difficile de trouver cinq clients par jour. Les articles sont chers parce que nous empruntons chez les grossistes qui nous fixent les prix de gros élevés ».

Djilel-tong Djimrangué
Orthom l’Or

Kodjineloum Toidibaye Grace est élue Miss Littérature Tchad. Elle représentera le Tchad à la compétition régionale de Miss Littérature au Bénin. Reportage.

Une première au Tchad. L’élection de la Miss Littérature. Pour cette première édition, elles sont 7 filles à se présenter à ce concours qui a pour objectif de célébrer la beauté de la créativité littéraire et valoriser la junte féminine.

Après 5 phases de questions-réponses et de résumé d’un roman, le jury a déclaré Kodjineloum Toidibaye Grace, l’heureuse gagnante, numéro 1. Elle est suivie de Nafissatou Ali, première dauphine et la troisième place est occupée par Nodjiam Malo Elodie. Cette cérémonie a réuni les amoureux des belles lettres à la Maison nationale de la Femme de N’Djamena, le 12 décembre passé.

Me Clarisse Nomaye, la promotrice de Miss littérature Tchad est contente de la réussite de cet évènement, « c’est une expérience que j’ai mûrie. Je l’ai eu la chance de le découvrir au Benin l’an dernier.  C’est un plaisir que cette année cela se passe au Tchad », dit-elle, soulagée. L’idée est, selon elle, de mettre l’accent sur la littérature et surtout sur la beauté intelligente. Le physique de la personne n’est pas important, mais c’est de mettre les intelligences féminines en compétition qui est intéressant.

Miss Littérature est une initiative de la Béninoise Carmel Toudonou. Elle a honoré de sa présence cette manifestation. La première élection régionale a eu lieu l’année dernière au Bénin. Me Clarisse faisait partie du jury.

Selon Carmel, c’est la passion et volonté de vulgariser la littérature et l’écriture auprès des jeunes filles et au grand public qui l’ont motivé à initier cette compétition. Pour elle, le livre permet ainsi de valoriser l’être et de donner confiance aux jeunes femmes. Le but est aussi de faire comprendre au monde que la lecture est le moyen fondamental pour le progrès de la nation africaine, dit Mme Carmel Toudonou.

Il faut souligner que la porteuse de la couronne Kodjineloum Toidibaye Grace représentera le Tchad au Benin pour concourir avec d’autres miss des 8 pays africains à savoir le Benin, Cameroun, Tchad, Burkina Faso, la Cote d’ivoire, la Guinée Conakry, le Niger et le Togo. « Je suis très heureuse de remporter cette compétition », soutient-elle juste après son sacre. « Je dois faire triompher le tricolore et je vais faire de mon mieux pour revenir avec le trophée régional au pays de Toumaï », promet-elle.

Djilel-tong Djimrangué

Établissement français implanté au Tchad, l’Institut français du Tchad est un véritable carrefour culturel. Ialtchad Presse vous amène au cœur ce joyau culturel. Reportage.

C’est un établissement vieux de plus de 50 ans. Les anciens l’appellent toujours Centre culturel français (CCF). Débaptisé, il s’appelle aujourd’hui Institut français du Tchad (IFT). L’IFT est un établissement français implanté au Tchad après son indépendance en 1960. Il est placé sous l’autorité de l’ambassade de France et plus spécifiquement rattaché au service culturel.  Sa mission est, selon son directeur délégué M. Pierre Muller, d’organiser la coopération culturelle entre le Tchad et la France. « Cela consiste à donner la possibilité aux artistes tchadiens de s’exprimer en France tout comme aux artistes français de se produire au Tchad », dit Pierre Muller. Pour lui, l’échange entre les cultures est une source de progrès et d’enrichissement. Et l’IFT concourt à cette fin.

Situé au quartier Ardepdjoumbal dans le 3e arrondissement de N’Djamena, l’IFT est un véritable lieu de vie culturelle, de rencontre et de savoir. Artistes, élèves, étudiants, chercheurs se rencontrent, s’expriment et partagent leurs talents, leurs savoir-faire dans ce cadre agréable. Et les activités sont multiples, les occasions aussi : concerts, projection des films, médiathèque, atelier, etc. Des spectacles sont organisés chaque week-end (danse et théâtre). Toutes les semaines, de multiples activités sont organisées. Les activités centrées sur la jeunesse (les ateliers, les BD, des jeux de société, l’informatique). Des cafés philos, contes, où des jeunes s’invitent à écouter la personne qui fait la présentation et débattent avec elle.

Permettre aux artistes tchadiennes de s’exprimer et de présenter leurs œuvres est majeur pour l’IFT. La preuve, même pendant la période du Covid-19, l’IFT a accompagné les artistes à travers les réseaux sociaux. Du mois de mars à juillet, l’IFT a programmé 12 web concerts dédiés aux artistes tchadiens, 8 émissions dénommées “Aqua culture”, affirme M. Müller. « Ces activités culturelles en ligne ont eu un véritable impact sur le public et ont permis de garder le lien avec les artistes », a-t-il signifié. Même des artistes en herbe bénéficient des espaces de cette institution qui fait dans la promotion des cultures. « Si l’artiste a les potentialités et que malheureusement il n’a pas la capacité de produire un spectacle d’une heure et trente minutes, nous le mettons sur le petit plateau de l’apéro concert », explique Nanadoumngar Labe Ricardo, animateur culturel à l’IFT.

Fonctionnement

L’IFT est une organisation bien structurée et rodée en la matière. Il dispose de deux services principaux à savoir la médiathèque et le service de la programmation et de la gestion des salles de spectacle.

Kouldjim Baptiste est le médiathécaire. Son service renferme la bibliothèque et les services informatiques et audiovisuels. La bibliothèque compte plus de 22 000 livres tous fonds confondus en accès libre. Elle est, selon le médiathécaire, une « bibliothèque publique ». Elle dispose de deux espaces de travail avec de l’Informatique et de l’Internet et une salle de détente. L’accès à ce service se fait sur abonnement d’un an à hauteur de 1 500F pour les enfants, 2 500F pour les élèves et étudiants et 3 000F pour les adultes. Pour la vidéothèque, l’abonnement est de 10 000F. Mais il existe celui de type privilégié (15 000F) où l’abonné, en plus d’emprunter des CD, a accès à la documentation et aux spectacles au sein de l’IFT, précise Kouldjim. Ce que déplore le responsable de la médiathèque est le comportement de certains abonnés. « Il y a des abonnés qui empruntent certains livres importants et disparaissent avec. Ce qui nous a fait perdre assez de livres », a-t-il souligné.

Le service de la programmation et de la gestion des salles de spectacle est confié à Nanadoumngar Labe Ricardo. D’après lui, son service s’occupe de la programmation de toutes les activités : ateliers, séances de conte, cinéma, conférence, spectacle, etc. Ce même service se charge de prendre attache avec des artistes nationaux et internationaux aux fins de les produire sur les podiums de l’IFT. Pour ces activités, l’IFT dispose d’une salle de spectacle grand public avec 400 places assises, l’arbre à palabre, une salle de projection cinéma et un grand jardin avec des espaces ouverts. L’institution dispose également des dispositifs sonores et lumineux aux normes internationales mis sans condition à la disposition des artistes. Ce qui justifie la forte demande. « Les artistes nous sollicitent beaucoup parce qu’il y a une scène et du matériel », dit le directeur délégué.

Rien ne se fait au hasard à l’IFT. Tout se fait là sur la base d’un programme. « Dès la rentrée, nous établissons déjà la programmation de tout ce qui est spectacle, conte, conférence, café, etc. qui auront lieu », soutient M. Ricardo. L’IFT est ouvert à tous les artistes, a fait savoir Ricardo. Cependant, pour se produire en spectacle sur les plateaux de l’IFT, l’artiste doit préalablement signer une convention avec l’établissement. « Dans la convention, nous situons les responsabilités de l’Institut et celles de l’artiste, les droits à verser à l’artiste », explique-t-il.

L’IFT vu de l’extérieur

Guedem Djimbaye Razolo est chorégraphe, danseur, comédien, écrivain, conteur. Il a donné un spectacle à l’IFT pour le compte du festival N’Djam Vi. D’après lui, l’IFT joue le rôle d’un deuxième ministère de la Culture. L’IFT est aussi un centre de formation, un croisement, un espace international d’expression pour les artistes tchadiens. « A l’IFT, nous jaugeons nos spectacles à la dimension internationale, nous rencontrons des artistes professionnels pour échanger », affirme-t-il.  Ce que reconnaît également le directeur délégué de l’IFT : « Nous organisons des rencontres d’échange d’expérience entre les artistes tchadiens et ceux venus d’ailleurs. On ne le fait pas de manière régulière, mais selon des opportunités qui se présentent. » 

L’IFT est, selon M. Razolo, une ouverture à l’international, une fenêtre sur le monde. Pa exemple, beaucoup d’artistes tchadiens ont bénéficié des programmes de résidence de création en France grâce à l’IFT. Le chorégraphe Aleva Ndavogo, le musicien Abdoulaye Nderguet, l’artiste plasticien Appolinaire Guidimbaye alias Doff, etc. ont bénéficié de ce programme.

Pour M. Razolo, l’IFT est un espace important pour la professionnalisation des artistes et lieu de culture pour tous. Et le directeur délégué M. Muller conclut en invitant le public, « tout le monde est le bienvenu. Élèves, étudiants, enseignants, artistes, etc. L’IFT est un lieu magnifique des rencontres. Venez le découvrir. »

Christian Allahadjim

Le souci de l’excellence de la fonction publique tchadienne est la raison fondamentale de la création de l’École Nationale d’Administration (ENA) au Tchad. L’ENA est l’une des grandes Écoles publiques de formation professionnelle installée à N’Djamena, capitale tchadienne. Ialtchad Presse est allé à la redécouverte de cette prestigieuse école de la République. Reportage.

Il était 14heures passée à notre arrivée à l’École Nationale d’Administration (ENA) au quartier Ardep-djoumal, non loin de l’Université de N’Djamena et du Centre d’Étude et de Formation pour le Développement (CEFOD). Nous passons la guérite, un gendarme et agent de sécurité montent la garde. C’est l’heure de déjeuner au Tchad, l’ambiance est détenue sous les hangars « boucarous ». Un petit et joli monument « ENA », sigle de l’École, ne laisse pas indifférent tout visiteur. En face se dresse le bâtiment principal contenant l’administration, les salles de classe, un amphithéâtre, et une bibliothèque.

Selon l’Administration, le Tchad s’est doté dès le 20 mai 1963, d’une École Nationale d’Administration (ENA). Le souci pour les autorités de l’époque est de permettre au jeune État tchadien, d’abord de former des cadres pour remplacer progressivement les administrateurs coloniaux. Ensuite, dynamiser la fonction publique en formant des fonctionnaires de haut niveau dans plusieurs domaines. Selon les responsables, plus de 2500 cadres ont été formés. Et depuis sa création, ce sont 17 Directeurs généraux qui ont dirigé cette institution. Le Français Bernard Lanne était le premier Directeur de 1963 à 1975. L’ENA a 4 directions techniques et une Agence Comptable. Il s’agit entre autres de : la Direction de la Formation initiale et des Stages, la Direction de la Formation continue, du Perfectionnement et de la Promotion du Bilinguisme, la Direction du Partenariat et de la Coopération internationale, la Direction des Études Administratives, Territoriales et de la Recherche Appliquée.

Le dix-huitième est l’actuel Directeur général, M. Sénoussi Hassana Abdoulaye, en poste depuis 2018. « L’ENA depuis sa création a connu plusieurs réformes institutionnelles et administratives majeures », expliquent les responsables. La première réforme date de 1986. Elle portait sur le changement la dénomination. De l’ENA, l’école est passée à l’ENAM (École Nationale d’Administration et de Magistrature), une filière judiciaire était ouverte était rajoutée. En 2014, c’est la 2ème réforme pour revenir à l’ancienne dénomination « École Nationale d’Administration » en abrégé ENA. « Il faut aussi rappeler que dix-sept (17) promotions sont sorties de l’ENA depuis 1986. La dix-huitième promotion est encore en cours de formation. L’intérêt de ces différentes réformes, c’est d’adapter l’offre de formation aux nouvelles exigences en matière de management public », affirme l’administration.

Sénoussi Hassana Abdoulaye, Directeur général de l’ENA, n’est pas nommé seul à la tête de cette institution. Il est venu avec une équipe de cadres hautement qualifiés. « Nous avons élaboré un plan d’action triennal (2018-2021). Ce plan définit une stratégie de refondation de l’ENA qui était en grande difficulté à l’époque », dit-il. Selon lui, la refondation envisagée par son staff, a commencé par la modernisation des systèmes d’enseignement à l’ENA, la révision des curricula au premier et second cycle s’inspirant du système de Licence-Master-Doctorat (LMD). La réfection et l’équipement multimédia des salles, le respect strict des textes régissant l’entrée des élèves à l’ENA et la sélection rigoureuse des enseignants de formations universitaires spécialisés dans le domaine de l’Administration publique, a-t-il précisé.

Des innovations…

Selon le DG de l’ENA, son équipe a mis en place les grands rendez-vous de l’ENA (conférences-débats). Cet espace a déjà accueilli le Président de la République, l’ancien Premier ministre français, Dominique de Villepin, le Président de l’Assemblée nationale, le Gouverneur de la BEAC et bien d’autres éminentes personnalités, informe-t-il. « Pour maintenir la continuité pédagogique de qualité, nous avons organisé pendant l’avènement de la Covid-19, des cours en ligne « e-learning en faveur de nos élèves », a signifié Sénoussi Hassana Abdoulaye. Toujours selon lui, ils ont initié l’Agora de l’ENA, des capsules traitant des thématiques variées diffusées au grand public à travers la télévision nationale et sur les réseaux sociaux.         

En termes de projets, le DG compte lancer des formations en ligne en utilisant une plateforme sur le site actif de l’ENA. Il envisage de mettre en place de cycles de formations continues, de courte durée payante destinées à des cadres de l’État. « Je pense aussi à des masters délocalisés à déployer à l’ENA en partenariat avec l’ENA de France ou l’ENAP du Canada », a confié Sénoussi Hassana Abdoulaye. M. Sénoussi envisage multiplier les accès aux ressources numériques à ses élèves et développer l’enseignement bilingue dans le domaine de l’Administration publique. « Le projet ambitieux sur lequel nous réfléchissons en ce moment c’est l’élaboration des deux guides de référence nationale (légistique et de rédaction administrative) et une charte graphique de l’Administration publique », dévoile-t-il d’un air préoccupé par les lacunes de la qualité des textes de l’Administration.

Pour le DG de l’ENA, il y a des enseignants permanents et vacataires à l’ENA. Une partie universitaire et une autre professionnelle, venant de la haute Administration publique. Il y a aussi des anciens ministres et autres hauts fonctionnaires qui interviennent également. Selon lui, l’administration et les élèves sont satisfaits de leurs prestations. Parce que ces formateurs sont recrutés par une commission technique de l’ENA, sur la base de leurs diplômes. D’autres critères sont pris en compte comme, l’expérience professionnelle et l’expérience dans le domaine de l’Enseignement. Leurs syllabus sont conformes aux attentes de l’École et sont évalués à la fin de leur engagement et par l’administration et par les élèves, explique-t-il. Toujours selon le DG, l’ENA est une école d’élite, républicaine, sans discrimination ethnique, sociale, régionale ou confessionnelle. « N’entrent à l’ENA que les meilleurs candidats ayant réussi le concours. Ni plus ni moins. Le dernier concours a été une preuve de transparence des résultats. La composition sociologique des élèves en témoigne. En dehors de ces critères, je n’en connais pas d’autres ayant cours à l’ENA », a précisé Senoussi Hassana Abdoulaye.

Au sujet de la formation militaire des élèves de l’ENA, « les élèves de l’ENA aspirent à occuper des postes de commandement et d’autorité dans l’Administration publique. A ce titre, ils doivent avoir le sens du dévouement et du devoir. C’est pourquoi, il y a la formation militaire pour élever leur conscience citoyenne et patriotique. La formation est obligatoire et fait des élèves de l’ENA à la sortie des officiers de réserve », dit M. Sénoussi.

Toutefois, la prestigieuse école a des de difficultés. Le DG de l’ENA estime qu’il est indécent d’en parler. Et se reprend, « comme vous le savez, elles sont d’ordre financier, mais par rapport à d’autres écoles, l’ENA n’a pas à beaucoup se plaindre».

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse