lundi 8 août 2022
Le Point

Le Point (75)

« Vous savez que depuis quarante ans, nous avions privilégié la prise du pouvoir par les armes. Nous nous sommes rendu compte que rien n’a été réglé. On n’a fait que repousser les problèmes à d’autres moments donnés et finalement on retombe sur les mêmes problèmes... » Massalbaye Tenebaye

Professeur de Lettres et militant des droits de l’Homme, Massalbaye Tenebaye a été Secrétaire général de la Ligue Tchadienne des droits de l’Homme pendant dix ans. Actuellement il est président de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme et vice-président de l’Union Inter-Africaine des Droits de l’Homme (UIDH). Il est membre du Comité de Suivi de l’Appel à la Paix et à la Réconciliation. A l’occasion de la tenue de la conférence de presse en duo avec Delphine Djiraïbé à Paris, il ne s’est pas dérobé aux questions que Ialtchad Presse lui a posées.

Ialtchad Presse : Massalbaye Tenebaye Bonjour. Pourquoi une Conférence de presse à Paris ?
Massalbaye Tenebaye : Notre présence à Paris participe d’une dynamique d’information et de plaidoyer pour amener davantage d’adhésions à notre projet d’organiser un dialogue national qui regrouperait tous les Partis. Ce travail se fera à l’intérieur du pays. Nous avons installé des comités locaux dans les principales villes du pays. Nous avons organisé deux «Foras» thématiques qui sont des forums des femmes pour exprimer toute la problématique de la question de la femme dans le cadre du développement de la paix ; l’organisation d’un forum des jeunes. Tous ces forums ont été organisés en janvier à N’Djamena. Début février, il y a eu également l’organisation de deux «Foras» régionaux : le premier à Abéché et le second à Moundou où les différentes sensibilités se sont retrouvées pour réfléchir sur les conditions de préservation d’une paix réelle. Cette dynamique que nous avons lancée est une dynamique populaire qui œuvre en faveur de la Paix à l’intérieur et à l’extérieur du Pays. En France, ici, nous sommes venus pour organiser une campagne d’information pour demander aux forces en présence, aux responsables politiques français, aux responsables politiques des autres pays également et la société civile en France de soutenir notre action en faveur de la Paix au Tchad.

Ialtchad Presse : Pensez-vous que l’opposition armée soit franchement favorable pour s’asseoir autour d’une table de négociation avec Idriss Deby sachant que celui-ci est affaibli sur tous les plans d’une part et que, d’autre part, ses principaux généraux viennent de le quitter ?
Massalbaye Tenebaye : C’est ce qui nous des raisons de croire qu’il faut agir vite, agir maintenant. Il est clair que nous ne sommes pas sur le terrain pour pouvoir évaluer la puissance de feu des foyers des rebellions, des structures politico-militaires. Cependant ces forces constituent un atout non négligeable sans lequel la paix ne pourra se réaliser.

Ialtchad Presse : Avez-vous contacté les politico-armés pour leur faire vos propositions qui s’inscrivent dans une logique d’instaurer une paix durable au Tchad ?
Massalbaye Tenebaye : Je note que depuis un certain temps, à travers le discours que tiennent les principaux responsables des rebellions armées, c’est qu’il faut aller à un dialogue, il faut aller à un forum, il faut aller à une sortie de crise. Cela adhère à notre projet d’organisation, avec tout le monde, d’un cadre de dialogue national pour une paix globale, pour ce processus national de résolution de crise. Et c’est en cela que nous estimons qu’il faut, au-delà n’est-ce pas des prises de positions radicales, qu’il s’agisse côté rébellion ou côté Idriss Deby, éviter que les populations tchadiennes retombent une fois encore dans l’horreur et dans l’enfer. Vous savez que depuis quarante ans, nous avions privilégié la prise du pouvoir par les armes. Nous nous sommes rendu compte que rien n’a été réglé. On n’a fait que repousser les problèmes à d’autres moments donnés et finalement on retombe sur les mêmes problèmes.

Le problème tient à deux choses : La gouvernance politique et la gouvernance économique. Il faut un partage juste et équitable de toutes les ressources. Il faut donc un espace de liberté. Liberté d’expression ; Liberté politique ; Liberté d’énergie donc créer les conditions de développement y compris la question de l’armée. Ce sont là les problèmes de fond. Tant qu’on ne règle pas ces problèmes de fond, on ne peut pas parler de démocratie, on ne peut pas parler de développement. On peut prendre le pouvoir par les armes aujourd’hui mais si on ne cherche pas à résoudre ces problèmes, on va se faire renverser encore par d’autres puissances. Et nous voulons mettre un terme à cela.

Ialtchad Presse : Avec ou sans Idriss Deby ?
Massalbaye Tenebaye : Les Tchadiens décideront. Il faut donner la possibilité aux Tchadiens de choisir le président de la République qu’ils souhaiteraient voir à la tête du pays, l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Ialtchad Presse : Comment donner cette possibilité aux Tchadiens ?
Massalbaye Tenebaye : Par le dialogue ; Par les discussions ; Par la résolution pacifique de ces conflits. Nous ne voyons pas d’autres alternatives.

Ialtchad Presse : Je vous remercie Massalbaye Tenebaye.
Massalbaye Tenebaye : Merci.

Ialtchad Presse : Seize ans durant, le dialogue n’a pas cessé d’être amorcé dans ce pays. Mais il n’a jamais porté ses fruits. Pensez-vous que les Tchadiens vont désormais croire au dialogue de chimère ?
Massalbaye Tenebaye : Ce n’étaient pas de véritables dialogues. Qu’il s’agisse de la CNS, rappelez-vous, qui a été biaisée complètement. La CNS a été imposée par la pression des forces sociales et de l’opinion internationale. Le régime a été obligé d’organiser la Conférence Nationale Souveraine. Vous voyez bien que ça a été biaisé même si cela a dessiné le cadre du processus démocratique, de libéralisation de la vie publique. On a installé des institutions républicaines : Assemblée nationale ; Justice ; On a organisé les élections bref, toutes ces institutions ont été déviées de leurs missions, sont confisquées par le régime. On a vu que ça a créé des mécontentements. Des foyers de rébellions se sont créés par-ci par-là. Il y a eu des accords de paix, mais des accords de paix de seigneurs de guerre. Une fois de plus, ce n’étaient pas de réconciliations puisqu’elles se sont soldées dans la tragédie parce que les personnes qui ont signé ces accords de paix, qui étaient des opposants, ont été finalement presque toutes assassinées les unes après les autres. Depuis plus de dix ans, nous n’avions cesse de réclamer que la question tchadienne soit traitée par un règlement global à travers les problèmes de fond et non à travers des ralliements, à travers des accords autours des intérêts juteux. Tant qu’on va dans ce sens, on n’avancera pas. Aujourd’hui, la vérité est là. Elle crève les yeux. On retombe aujourd’hui dans une crise jamais traversée par la passé.

Ialtchad Presse : Quelle est la position d’Idriss Deby par rapport à vos démarches ?
Massalbaye Tenebaye : Je crois qu’il faut être un peu d’une dose de lucidité. Aujourd’hui, nous, en tant qu’organisation de la société civile, nous nous positionnons en facilitateurs, en médiateurs. À partir de ce moment, nous n’aurons pas à juger. Dans tous les cas, le processus que nous engageons aujourd’hui est un processus qui n’exclue personne. Après tout, d’ici jusqu’à juin, le président Deby reste président de la République. Le processus que nous engageons ne peut pas l’exclure. Il est une pièce qui compte sur l’échiquier tchadien et donc il faudrait que tous ces acteurs politiques de la vie publique, qu’on les mette ensemble y compris Idriss Deby. On ne peut pas engager notre processus de paix en l’excluant sous prétexte qu’il a mal gouverné. Il faut laisser le soin aux Tchadiens de décider de son sort.

Ialtchad Presse : Que va-t-il se passer au-delà du mois de juin 2006, sachant maintenant que la présidentielle est prévue pour le 3 mai prochain ?
Massalbaye Tenebaye : Alors au-delà du mois de mai prochain, d’abord nous pensons aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour organiser des élections présidentielles. Politiquement et techniquement ce n’est pas possible, ça c’est clair. C’est pour cela que nous demandons d’abord qu’il y ait des préalables. Il faut d’abord l’organisation d’un dialogue national, d’une paix globale à l’issue de laquelle une transition devra déterminer les conditions dans lesquelles les élections pourront se dérouler. Il faudrait établir au préalable de règles très précises qui conditionneront ces élections. Il faut, avant d’aller aux élections, que les questions de fond soient réglées ; Les questions de mal vivre ensemble soient réglées ; Les questions de l’armée ; Les questions du développement ; La création des conditions pour que les énergies se libèrent ; Les questions de la règle du jeu d’accès au pouvoir ou de l’exercice du pouvoir dans la transparence et en toute démocratie soient réglées. C’est tous ces préalables qu’il faut régler avant d’aller aux élections. Nous pensons qu’il faut prendre en considération tous ces éléments, il faut une période pour résoudre tous ces problèmes avant de prétendre aller aux élections. Il faut garantir la paix et la stabilité afin d’arriver à des élections sûres, transparentes, libres et démocratiques

Ialtchad Presse : Pensez-vous que Deby accepterait des résolutions qui iraient en sa défaveur au cas où il faudrait organiser une table ronde ?
Massalbaye Tenebaye : À la place de Deby, j’accepterais cette occasion que nous lui avons offerte. Pace que là, il va droit dans le mur.

Ialtchad Presse : Quel est votre mot de la fin ?
Massalbaye Tenebaye : Mon mot de la fin, je crois à la Paix au Tchad.

Propos recueillis par Mohamed Ahmed KEBIR
Correspondant Ialtchad Presse

«Nous ne dirons pas que dans le cadre de l’exploitation du pétrole, il n’existe pas de risque. Quand vous descendez de votre lit le matin pour aller au travail,
vous prenez des risques en traversant la route. Donc, disons que toutes les activités humaines sont soumises à des risques...»

De passage à Montréal pour une rencontre avec des partenaires dans le cadre d'une étude d'un projet de développement et une évaluation environnementale régionaux, Monsieur Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole, a rencontré Ialtchad Presse. Durant cet entretien, tous les aspects des questions liés à l'environnement sur le projet pétrole ont été abordés.

Ialtchad Presse : -  Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Ialtchad Presse, la première Presse électronique Tchadienne ?
Sandjima Dounia : Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole. C’est un comité national qui a été mis sur place par le gouvernement pour essayer de suivre et de contrôler tout ce qui est lié dans le cadre du projet pétrolier aux aspects biophysiques, socio-économiques, sanitaires et sécuritaires, entendez sécurité du travail.

Ialtchad Presse : - 
Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Ialtchad Presse, la première Presse électronique Tchadienne ?
Sandjima Dounia : Sandjima Dounia, Secrétaire exécutif du Comité Technique National de Suivi et de Contrôle des aspects environnementaux du projet pétrole. C’est un comité national qui a été mis sur place par le gouvernement pour essayer de suivre et de contrôler tout ce qui est lié dans le cadre du projet pétrolier aux aspects biophysiques, socio-économiques, sanitaires et sécuritaires, entendez sécurité du travail.

Ialtchad Presse : - Le mythe sur le pétrole tchadien est en train de devenir réalité. Le pétrole coulera d’ici peu dans notre pays. Quelle est, selon vous, la date à laquelle la première goutte de l’or noir jaillira du sous-sol tchadien?
Sandjima Dounia : Bon, parler en termes de date, c’est être trop mathématique. Nous allons dire ce que tout le monde connaît au Tchad. C’est qu’en juillet, il y aura la phase de production qui va commencer. Et cette phase de production signifie donc que la première goutte de pétrole tchadien va donc sortir. Et bien sûr, il y aura des phases pour remplir le pipeline, une phase pour remplir le bateau de stockage flottant. Mais dans tous les cas, juillet reste, à notre avis la date du début de production du pétrole tchadien.

Ialtchad Presse : - L’exploitation du pétrole au Tchad a fait l’objet de véritable controverse. Les défenseurs de l’environnement s’y étaient catégoriquement opposés. Qu’est-ce qui explique le fait que, malgré tout, le projet semble arriver à terme selon les échéances voire même plutôt que prévu?
Sandjima Dounia : Là, il faudrait dire qu’il y a eu des efforts certains de la part de nos partenaires du consortium pétrolier, en terme d’effectif qui a été augmenté; effectif des travailleurs, effectif du personnel. Mais en terme également d’ordre technique qui a été mis en place pour permettre de raccourcir le délai, de raccourcir la fin de la phase de construction. Donc là, pour ce qui concerne les environnementalistes qui avaient au départ été opposés, probablement, ils n’ont pas tenu compte de tous les efforts qui ont été faits pour prendre des dispositions. Et aujourd’hui, on peut dire que les plans de gestion de l’environnement qui est un ensemble de document référentiel est une documentation qui a servi à faire des choses selon les normes environnementales.

Ialtchad Presse : - Les ONG et les organisations gouvernementales se voyaient marginalisées des débats et autres décisions majeures concernant le sort des populations des zones exploitées. Quels sont, aujourd’hui, les rapports entre le gouvernement et les ONG ainsi que les organisations paysannes?
Sandjima Dounia : Bon, évidemment entre le gouvernement et la société civile prise dans son ensemble, nous ne pouvons pas dire que les relations ne peuvent être que des relations très tendres. Chaque corporation défendant ce qui peut se comprendre, son point de vue. C’est ce qui est tout à fait normal.
Le gouvernement qui est dans ses attributions chargé de défendre les intérêts de la population, se voit quelque fois mal à l’aise de se trouver avec les ONG, qui disent défendre les intérêts de la population. Dans tous les cas, aujourd’hui, les rapports entre le gouvernement et la société civile sont dans une bonne phase. Nous nous acheminons toujours vers des meilleurs rapports. Et la preuve, vous avez du remarquer, nous nous trouvons entre des représentants des ONG et du gouvernement qui sont là ensemble pour pouvoir discuter avec un bureau d’étude canadien qui a été commis pour élaborer le plan de développement régional et l’évaluation environnementale régionale de la zone du projet pétrole de DOBA.

Ialtchad Presse : - Quelles sont les dispositions qui ont été prises par le gouvernement pour atténuer les risques environnementaux et les risques socio-économiques?
Sandjima Dounia :
Bon, il faudrait signaler que tout à l’heure vous avez parlé des environnementalistes qui s’étaient opposés à la mise en œuvre du projet. Effectivement, il faudrait signaler que la Constitution du Tchad est une Constitution qui dispose en certains de ses articles, si vous prenez l’article 48 et l’article 52, vous trouverez donc des dispositions qui sont liées directement à l’environnement. Et cette constitution date de 1996. C’est dire que, soucieux de respecter les dispositions constitutionnelles, le Tchad, avec l’appui de ses partenaires notamment du groupe de la Banque Mondiale a mis en place un comité, le comité de surveillance et de contrôle du projet pétrolier. C’est un comité qui existe sur financement de l’association pour le développement de la BM et qui est donc en train de travailler. Donc, dans le cadre de ce comité technique, deux attributions lui sont dévolues, notamment suivre et contrôler les aspects environnementaux du projet pétrolier mais également s’assurer que les mesures d’urgences qui sont mises en place pour atténuer les impacts environnementaux négatifs du projet pétrole sur la région productrice sont bel et bien mises en œuvre. Dans ce sens là, passant donc les activités de suivi et de contrôle par des équipes de la CTNSC qui sont en place (une équipe biophysique, une équipe socio-économique, une équipe chargée de la santé et de la sécurité du travail) pour parler par exemple de ce que nous avons fait au niveau du CTNSC en terme de mesures d’urgence. Si nous prenons le cas de la gestion des ressources naturelles, nous avons signé un contrat avec l’agence pour l’énergie domestique et l’environnement pour des activités liées à  la gestion durable et participative des ressources naturelles dans la région pétrolière. Et nous nous trouvons dans une phase teste qui doit durer un an. Les activités avancent bien de ce côté-là. En ce moment sur une activité d’enquête trafic pour voir un peu quelle est la quantité de bois transformés en charbon, qu’est-ce qui sort, d’où est-ce que ça sort etc. 
Deuxièmement, sur le plan de la santé, nous avons également signé un contrat avec le projet population et lutte contre le SIDA pour des activités dans ce sens-là. Donc, ce projet-là, assure un certain nombre d’activités dans le cadre de la lutte et de la prévention contre les maladies sexuellement transmissibles (MST) et notamment contre le VIH SIDA.Nous avons dans ce sens-là acheté et mis à la disposition des populations dans la zone des cartons de préservatifs en quantité suffisante. Dans un autre sens, nous avons acheté et mis à la disposition de la délégation préfectorale sanitaire du Logone orientale des médicaments pour environ 72 millions de FCFA. Nous sommes sur le dossier d’appel d’offre pour réhabiliter l’hôpital de Doba. Nous avons acheté également un groupe électrogène pour l’hôpital de Doba. Nous sommes en train d’évaluer les soumissions pour la construction du centre de santé urbain de Doba. C’est tout ce qui concerne la santé.  Mais également d’autres infrastructures publiques que nous avons pu, soit lancer la construction, soit nous sommes au niveau de la finalisation du dossier de l’appel d’offre. Par exemple, il y a la construction de l’hôtel de ville de Doba et de Bebidja. Dans le réseau eau, assainissement et gestion de déchets urbains, nous avons construit dans une première phase des décharges publiques, des latrines, mais également des bacs à ordure. Nous avons aussi fait des extensions de caniveaux et dans une deuxième phase qui est en cours en ce moment, il y a une construction de château d’eau de Bebidja. Il y a également la construction de deux décharges publiques à Doba et à Bebidja. Donc, tout cela est dans le cadre du réseau assainissement et de gestion de déchets urbains. Et, c’est tout cela qui constitue un certain nombre d’activités et bien sur d’autres activités vont venir, notamment la construction du marché moderne a Doba et a Bebidja. Ce sont ainsi les mesures qui sont prévues dans le plan de gestion de l’environnement et que nous essayons de mettre en œuvre et répertorier d’autres mesures additionnelles pour lesquelles nous sommes en train de chercher des financements notamment la construction des clôtures des écoles pour assurer la sécurité des enfants, la réhabilitation de l’hôpital même de Bebidja etc.

Ialtchad Presse : - Les conséquences sur l’environnement pourraient être énormes en cas de pollution (soit 104$/habitant) alors que les bénéfices du projet sont estimés à 4 dollars/ habitant durant les 30 ans que durera l’exploitation selon l’étude de l’université Wanick en Grande Bretagne en 1999. Ce risque d’un désastre écologique existe. Or, selon la fondation américaine Environment Development Funds, il n’y a jusque-là aucune analyse sur les trajectoires des nappes en cas de fuite, ni de plan d’intervention spécifique. Comment interprétez-vous cela?
Sandjima Dounia : Nous ne dirons pas que dans le cadre de l’exploitation du pétrole, il n’existe pas de risque. Quand vous descendez de votre lit le matin pour aller au travail, vous prenez des risques en traversant la route. Donc, disons que toutes les activités humaines sont soumises à des risques. Cela est sûr.

Maintenant, dire qu’il n’y a pas de plan spécifique et bien sûr il suffit que vous ayez des correspondants à N’Djamena et que vous leur demander d’aller au centre de documentation du CTSNC, on leur montrera les plans spécifiques d’intervention en cas de déversement d’hydrocarbure. D’abord, il faut signaler que le plan de gestion environnemental, dans le document de référence, il existe un plan général avec des principes généraux d’intervention. Après ça, il y a eu des plans spécifiques et notamment en ce qui concerne le cas du Tchad, il y a deux plans spécifiques : Un plan pour la zone des champs pétroliers donc là  où passent les installations de surface. Si vous prenez en termes de canton, c’est le canton de Miandoum, Béré et Komé. Vous avez un second plan spécifique pour le cas d’intervention, en cas de déversement du pipe-line. Donc on ne peut pas dire aujourd’hui qu’il n y a pas de disposition qui ont été prises pour diminuer les risques. Il peut y avoir des risques, un écoulement mais au moins pour intervenir en cas d’écoulement, il y a des documents et ça peut se vérifier. Il suffit d’aller à la documentation du CTSNC ou dans la salle de lecture d’ESSO pour trouver ces documents et pouvoir les lire.

Ialtchad Presse : - Avoir un plan est une chose et avoir les moyens et les ressources humaines nécessaires à cette intervention en est une autre. Pensez-vous qu’aujourd’hui en cas de déversement de pétrole, le Tchad dispose de moyens logistiques et des hommes qui pourraient effectivement remédier à cette situation?

Sandjima Dounia : D’abord il faut lever une espèce d’équivoque. C’est que dans le cas d’activités pétrolières, c’est la compagnie pétrolière d’exploitation qui prend les dispositions pour intervenir en cas de déversement d’hydrocarbure. Donc on ne parle pas  de ressources de CTSNC, on parle en termes de ressources du consortium. Dans ce sens-là, nous disons qu’il existe des documents de référence. Premièrement, il y a des équipes qui existent au niveau d’ESSO et qui sont chargées de faire le contrôle autour du pipe-line mais également il existe un système informatique qui permet de surveiller dès qu’il y a une fuite à un niveau ou à un autre. Cela c’est en ce qui concerne le système de contrôle. Pour ce qui concerne les RH, ces ressources humaines existent comme on l’a dit tout à l’heure. Pour ce qui concerne les équipements, ceci dépend des niveaux. Il y a des niveaux de déversement 1 par exemple qui ne nécessite pas beaucoup d’équipements. Et là, le consortium ESSO en dispose à Komé. Il y a les niveaux 2 et 3, là, à partir de ce moment, on fait des interventions avec des équipements qui viennent de l’extérieur. Dans ce cas, bien sûr, les dispositions sont prises. Bien sûr cela prendra du temps. Mais ces équipements existent à Londres et on peut les faire venir. Dans ce sens, il faut signaler que nous avons des dispositions de facilités qui ont été négociées par le gouvernement pour permettre à des experts d’intervention d’entrer facilement sans prendre le détour de visa. Également avec le Ministère des Finances, il y a des facilités de douane. Parce qu’il y a des équipements qui arrivent. On ne doit pas les soumettre aux exigences de la douane. Donc il y a dans ce sens des facilités qui sont offertes et qui font entrer très rapidement les équipements, les experts d’intervention en cas de déversement. De toutes les façons, ceci ne sera pas à l’honneur du consortium de se trouver dans une situation où il y a des déversements et il ne peut pas intervenir. Pour la crédibilité du consortium, ça ne sera pas bien fait pour la compagnie pétrolière de se trouver dans une situation de ce genre a. Donc des dispositions sont prises mais comme nous l’avons dit, il n’y a pas de risque zéro.

Ialtchad Presse : - En 1999, les ONG sont montées au créneau pour dénoncer la faiblesse de l’indemnisation et des compensations. Le cas du manguier est le plus édifiant. ESSO proposait 3500 FCFA pour l’abattage d’un manguier. Après étude, la valeur du manguier est montée à 550 000 FCFA avec en plus, la fourniture de jeunes pousses et de quoi les entretenir. Quelles sont à court terme et  à moyen et long terme les autres indemnisations prévues pour remédier à la situation?
Sandjima Dounia :
D’abord en termes d’indemnisations, il y a les indemnités individuelles que ça soit en espèces ou en argent. Ce sont des indemnités qui ont été faites aux concernés. Il faudrait signaler qu’il y a une possibilité de recours. Cela veut dire si après avoir reçu votre compensation, vous n’êtes pas satisfaits, et que vous vous sentez quelque part lésé (parce que les barèmes existent, par exemple si vous avez une  télécopie, je vous balancerai les derniers barèmes des indemnités), il y a des voies de recours. Il suffit d’écrire soit directement à ESSO soit au CTNSC pour dire : moi, je suis un paysan, j’ai un champ de tant, je devrais une compensation de tant, j’ai par exemple 50 manguiers…On devrait faire ceci et on ne l’a pas fait…Alors nous allons nous rapprocher de vous et nous essayerons de trouver des solutions à partir des barèmes qui sont là. Ceci c'est donc pour la phase compensation : compensation en espèces, en nature, individuelle…Mais il y a également la compensation communautaire. Pour ce qui est de la compensation communautaire, ESSO a commis donc une ONG qu’on appelle GTZ, une ONG allemande qui travaille avec une ONG tchadienne et qui a donc fait de consultations au village pour voir comment, qu’est-ce que la communauté villageoise veut, est-ce un puits, est-ce un grenier communautaire…Et donc, GTZ et les ONG tchadiennes qui travaillent dans ce domaine  la essayent de discuter avec la population pour voir si leurs choix et bientôt nous allons donc passer à la mise en œuvre de ce choix qui été faits par les communautés villageoises avec l’aide technique et les conseils des ONG nationales. Donc nous nous trouvons à ce niveau-là pour les compensations communautaires.

Ialtchad Presse : - Le député Yorongar prévoyait entre 80 000 et 100 000 le nombre de personnes à déguerpir. Quelles sont les mesures qui ont été prises pour relocaliser ces personnes?
Sandjima Dounia :
D’abord nous ne savons pas d’où est-ce que le député Yorongar tire ses chiffres. Ce que nous savons, c’est que nous avons réinstallé 26 familles. Si vous prenez la moyenne des familles tchadiennes 6 personnes selon les démographes. Nous sommes ainsi peut-être au-dessus de 100, 150 à peu près. Donc il y a cette réinstallation qui a été faite. Parler de 80 000, 100 000, je préfère ne pas m’aventurer sur les chiffres. Nous nous donnons les chiffres que nos experts socio-économiques sur le terrain nous rapportent. Donc nous ne pouvons pas considérer les chiffres de 80 000, 100 000 personnes. Peut-être il vous dira un peu plus d’où est-ce qu’il a tiré ces chiffres.

Ialtchad Presse : - Comment le gouvernement prévoit-il réduire la pauvreté avec l’exploitation du pétrole?
Sandjima Dounia :
D’abord pour ce qui concerne la région pétrolière, nous sommes en ce moment au Canada pour discuter avec un bureau d’étude qui a été retenu en association avec un bureau d’étude tchadien la SOGEMAC, pour élaborer un projet de développement régional et une évaluation environnementale régional. Déjà l’élaboration de ce plan régional fournit un document référentiel pour des actions qui peuvent être entreprises dans les 5 années à venir au profit de la région pétrolière. Ceci, c’est la première phase. Un autre aspect qu’il faut signaler dans le cadre de la réduction de la pauvreté, c’est que dans le prêt que le gouvernement a fait auprès de l’Association International pour le développement, il y a un point qui n’est pas négligeable, resservie à un fonds social appelé Fonds d’Actions Concertées d’Initiatives Locales (F.A.C.I.L). Ce fonds a trois volets d’activités :

     1- un volet sur les infrastructures socio-économiques de base : écoles, centres de santé, ouvrage de franchissement sur les cours d’eau….

     2- un deuxième volet d’actions : renforcement de capacité et le développement local

     3- un troisième volet d’actions : actions génératrices de revenus ou les micro-crédits.

Dans chacune de ces actions, il y a des actions qui sont entreprises. Par exemple, récemment nous avons été à Miandoum pour savoir à quel niveau se trouve les constructions de six salles de classes du Collège d’enseignement général (CEG) de Miandoum. Nous rappelons que le CEG de Miandoum est un Collège où il y a des salles de classes en paille tressée, en secco ou les élèves sont assis sur des troncs d’arbre, sur des briques etc. Donc; la communauté villageoise a demandé  en premier lieu, qu’on construise des salles de classe pour leurs enfants. Et c’est cela que le F.A.C.I.L s’attache à faire en ce moment. Et c’est presque fini. Il y a également d’autres salles de classes en constructions dans d’autres localités.
Deuxièmement, dans le cadre de renforcement de capacité, il y a eu, par exemple, la formation en gestion des associations des parents d’élèves. Il y a eu la formation en greffage et certaines cultures maraîchères. Donc, ce sont des formations de ce genre. Troisièmement en actions génératrices de revenus ou en micro-crédit, il y a également des ONG intermédiaires qui ont signé des contrats avec le FACIL et ont reçu à avoir le fonds qu’il faut pour rétrocéder ou donner, des prêts à des bénéficiaires pour faire des activités du micro-crédit. Donc, dans ce sens-là aussi nous pouvons dire qu’il y a un souci de réduire la pauvreté par le gouvernement. Le troisième élément qu’on peut citer, il y a un plan de développement de F.A.C.I.L. C’est qu’il y a une loi qui porte sur la gestion du revenu pétrolier. Dans cette loi, on dit qu’il y a une part importante qui va être consacrée au secteur prioritaire : la santé, l’éducation, les infrastructures, le développement rural, l’agriculture, l’élevage, l’environnement, l’eau etc. Ainsi, du fait que déjà dans ces dispositions de la loi, il est prévu qu’on puisse orienter une part importante des revenus pétroliers dans ces secteurs-là, signifie, si on le veut bien, que le gouvernement s’attache, se soucie à la réduction de la pauvreté non pas seulement dans la région pétrolière mais dans tout le Tchad. Voilà ce qu’on peut dire pour montrer la volonté du gouvernement à réduire la pauvreté à travers le projet pétrole.

Ialtchad Presse : - Le Tchad a créé un comité de surveillance formé de fonctionnaires, de parlementaires et de membres de représentants de la société civile pour veiller à la bonne gestion des recettes pétrolières. Cependant, Marie-Helene Aubert, député française, trouvait l’administration tchadienne exsangue et va à vau-l’eau, incapable de suivre l’exécution correcte et transparente du projet. Les recettes du pétrole sont, selon elle, susceptibles de détournement. Qu’en pensez-vous?

Sandjima Dounia : Bon, premièrement il faut sauter sur le mot « susceptible », heureusement elle dit que c’est « susceptible.» Donc elle-même n’est pas sure de ce qu’elle dit.
Deuxièmement, le collège de contrôle et de surveillance de revenu pétrolier est une institution qui comporte des gens d’une certaine respectabilité. Et il faudrait que les autres apprennent à respecter ceux qui sont dans les institutions, à ne pas se baser sur des aprioris, sur des préjugés pour pouvoir dire que les revenus pétroliers doivent être mal gérés. Il vaut mieux que le collège existe, attendre qu’il se mette à l’œuvre pour pouvoir lancer de tels jugements ou dire un certain nombre de choses. Là-dessus, c’est le point de vue de Mme Marie-Hélène. Démocratiquement, nous acceptons qu’elle dise ce qu’elle pense.

Ialtchad Presse : - Je trouve que nous sommes arrivés au terme de notre entretien. Toutes les questions qui suscitaient d’ambiguïté dans l’esprit des tchadiens en général et  des internautes de Ialtchad Presse en particulier, ont été touchés. Donc, je ne peux que vous remerciez de nous avoir accordé cet entretien. Et on trouve toujours que ce n’est que partie remise parce que le dossier pétrole pour nous vient de commencer. Et donc 25 à 30 ans d’exploitations voire plus avec tout ce qu’on a comme gisement pétrolier au Tchad. Ce n’est vraiment que le début du commencement. On aura besoin de vous, vous qui êtes personnellement impliqué dans ce projet pour permettre aux tchadiens tant de l’intérieur que de l’extérieur de savoir au jour le jour comment évolue ce dossier.
Ainsi en mon nom personnel, tout le groupe Ialtchad Presse vous remercie une fois de plus.

Sandjima Dounia : Merci, bon courage
Ialtchad Presse : - Merci

Entretien réalisé Par Ahmad Mandekor

«...On est parti du constat qu'il n'existait aucun site web qui traitait objectivement et en toute neutralité les problèmes de notre pays en général et ceux de la jeunesse tchadienne en particulier. (...) Pour ce faire, il était impérieux pour la jeunesse tchadienne tout entière de s'offrir un cadre pouvant lui permettre de débattre elle-même de ses problèmes...» Moussa Yayami, Hamid

Ialtchad Presse déjà deux ans. Aujourd'hui, nous profitons de cette occasion pour faire un petit peu le point avec le Directeur de publication et Webmaster Moussa Yayami, Hamid, créateur de ce qu'on pouvait qualifier aujourd'hui de portail de réflexion et d'information par excellence de la jeunesse tchadienne. 

Ialtchad Presse : Qui a conçu ce site ? depuis quand a-t-il été créé ?
Moussa Yayami, Hamid :
Celui qui a conçu le site, c'est moi, Hamid. Il a été créé vers la fin 2000. À l'époque ce n’était pas aussi riche en contenu mais j'ai préféré le publier afin de pouvoir le façonner ialtchadement, c'est à dire l'améliorer de manière dynamique et responsable avec les ialtchad. Notre grand départ était le jeudi 11 janvier 2001. Je remercie beaucoup ceux qui ont cru dès les premières heures en Ialtchad Presse et ce sont joints en moi plus particulièrement toi, pour le travail abattu chaque jour. Bien évidemment merci à tous ceux qui m'ont soutenu et qui  continuent de me soutenir. Je ne pourrai les citer tous car ils sont nombreux, mais qu'ils sachent que je ne les oublie pas, c'est aussi grâce à eux que ce site fonctionne.

Ialtchad Presse : - Quels ont été vos motivations et vos objectifs?
Moussa Yayami, Hamid :
On est parti du constat qu'il n'existait aucun site web qui traitait objectivement et en toute neutralité les problèmes de notre pays en général et ceux de la jeunesse tchadienne en particulier. Or, nous sommes conscients du fait que notre pays a traversé plusieurs décennies des guerres et des déchirures ayant créés des cicatrices difficiles à panser où d'ailleurs personne n'en est sorti gagnant. Pour ce faire, il était impérieux pour la jeunesse tchadienne tout entière de s'offrir un cadre pouvant lui permettre de débattre elle-même de ses problèmes. 
Dès le départ, nos objectifs consistaient à : 

  • proscrire les idées négatives et futiles encrées dans l'esprit des jeunes ;
  • être un relais entre les médias locaux et la scène internationale ;
  • parler de ce qui se passe réellement au Tchad, de ce que les tchadiens vivent et font chaque jour ;
  • éviter de creuser le lit de l'ethnicisation, de la régionalisation, bref de la division ;
  • servir de rapprochement entre les tchadiens disséminés de par le monde ;
  • Arriver à créer un climat de confiance médiatique entre les fils et les filles de notre pays c'est à dire un carrefour virtuel par excellence des ialtchad.

Voilà en quelques mots les objectifs que nous nous sommes assignés. 

Ialtchad Presse : Quelles sont les sources d'informations et la fréquence de mise à jour d'ialtchad ?
Moussa Yayami, Hamid :
Nos informations proviennent des médias nationaux et internationaux, de la part de nos correspondants ainsi que de la bonne volonté des ialtchad repartis un peu partout dans le monde. Il est à noter que nous mettons beaucoup l'accent sur la fiabilité et la pertinence de l'information ainsi que la crédibilité de leurs provenances. Par contre notre mise à jour se fait de la manière la plus régulière et soutenue qu'on n'en peut trouver ailleurs grâce à une équipe très dynamique dotée d'une permanence de presque 24h sur 24h.

Ialtchad Presse : Comment s'effectue le fonctionnement administratif et l'entretien d'Ialtchad Presse ?
Moussa Yayami, Hamid :
Tous les membres de l'équipe participent à la recherche, aux traitements et à la diffusion des informations sauf que les tâches quotidiennes sont reparties à tour de rôle entre les différents membres. Cette dynamique harmonieuse nous a permis de faire d'Ialtchad Presse ce qu'elle est aujourd'hui.

Ialtchad Presse : Voilà deux ans que Ialtchad Presse existe, quel est le bilan du site ?
Moussa Yayami, Hamid :
En général, nous avons atteint la quasi-totalité de nos attentes. Nous sommes partis d'environs une dizaine de visiteurs par jour à pratiquement plus d'un millier d'internautes par Jour, de partout dans le monde qui viennent prendre de l'air sur les pages d'ialtchad Presse. Tous les jours c'est aussi entre 2000 et 7000 pages consultées. Nous n’attendions pas autant, pas aussi vite, c’est 5 fois plus que nos prévisions les plus optimistes. En plus ces chiffres augmentent chaque jour. Les statistiques ci-dessous illustrent bien cela.

Autrement, notre fierté est de pouvoir enfin offrir à la jeunesse tchadienne cet instrument tant précieux qui lui permet de discuter librement de ses problèmes, d'échanger son vécu en vue de préparer son avenir.

En outre, nous nous réjouissons de pouvoir respecter notre ligne de conduite qui se traduit par la neutralité et l'impartialité qui jusqu'à là nous a permis de contenir les divergences des uns et des autres mais aussi d'affirmer notre indépendance. Toutefois, notre leitmotiv demeure celui qui consiste à présenter une tribune libre qui refuse les plaisantins se contentant à donner un avis à l'emporte-pièce ou encore à se lancer dans des critiques vulgaires et stériles. D'où notre acharnement à vouloir cultiver un climat de confiance inter-ialtchad basé sur des principes comme le respect, la tolérance, la solidarité, etc.
Plusieurs témoignages ainsi que la participation massive de nos frères et sœurs montrent aujourd'hui le rétablissement effectif de cette atmosphère de confiance mutuelle et de respect du prochain qui nous a malheureusement toujours fait défaut.

Nonobstant ce constat rassurant, il en demeure pas moins qu'il reste beaucoup à faire afin de donner à notre site l'image de marque et la notoriété tant attendues. 

Ialtchad Presse : Que pourraient être les perspectives d'avenir d'Ialtchad Presse ?
Moussa Yayami, Hamid :
Il faut reconnaître que notre Presse est embryonnaire. Elle existe grâce au travail bénévole et studieux de l'équipe dirigeante. Mais cela ne nous empêche pas d'élaborer davantage des projets combien ambitieux qui visent à concurrencer les portails panafricains existant, bien que ces derniers disposent de moyens considérables.
Toutefois à court terme:

  • nous tenterons de promouvoir le bien-fondé de cette Presse tant sur le plan national qu'international ;
  • nous comptons lancer très bientôt d'autres rubriques notamment un "Salon d'entreprise" qui servira d'observatoire d'investissements au Tchad ;
  • une rubrique publicitaire permettant de faire connaître les entreprises nationales sur le marché local et à l'échelle supranationale ainsi que de favoriser les échanges avec des partenaires étrangers.

À moyen et long terme:

  • nous envisageons créer un journal écrit Ialtchad Presse à l'image des attentes de la jeunesse tchadienne ;
  • puis faire de cette Presse un réseau d'information de référence incontournable pour toute personne ou organisme intéressé par le Tchad.

Cependant, l'avenir de cette Presse incombe à tous les jeunes ayant le souci du défi, de l'unité, de la fraternité, du sens de patriotisme visant à sortir notre pays de la médiocrité. 

Ialtchad Presse : Pour conclure, je voudrais te demander à qui appartient Ialtchad Presse ?
Moussa Yayami, Hamid :
Certes, cette question est trop pertinente du fait de sa récurrence, mais grande est ma frustration d'attribuer au site une certaine paternité. Car comme son nom l'indique, ialtchad signifie les enfants du Tchad. Par conséquent, il va de soi que ce site appartient à tous les concernés. Je profite de l'occasion pour inviter toute la jeunesse à apporter leur pierre angulaire au développement de cet outil indispensable à notre épanouissement tous azimuts.
Aussi que chacun fasse preuve de sagesse, de responsabilité, de courage, d'abnégation pour l'instauration du respect des diversités culturelle, religieuse, ethnique et d'opinion. Car cet outil est loin d'être une tribune de règlements de compte, de procès, de rancœur. Il n'est de mise que les idées d'où surgiront les prémisses d'un Tchad nouveau bâti sur l'espérance. Cette célèbre phrase de Thomas Sankara, ce grand homme, figure emblématique de la jeunesse africaine devrait nous inspirer davantage: « là où s'abat le découragement s'élève l'espoir des persévérants ».

ialtchad Presse : Merci
Moussa Yayami, Hamid :
À moi de remercier une fois de plus tout le groupe Ialtchad Presse, les internautes, les correspondants pour leur concours combien important à la survie de cette Presse. 

Propos recueillis par Brahim Wardougou 

Goukouni Weddeye : Mon pays, la Paix et Moi
“Le Tchad d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier à moins qu’on veuille délibérément le juger au passé.”

Le 19 août 2009 dernier Goukouni Weddeye, Président de la République du Tchad à deux reprises : 23 mars 1979 - 29 avril 1979 et 3 septembre 1979 - 7 juin 1982, est rentré définitivement au pays après 27 ans d’exil. Ialtchad Presse est partie à sa rencontre et son Excellence à bien voulu nous confier ses prochaines vues. Il se dit absolument disponible pour se mettre au service de son pays. La paix, la réconciliation nationale et le développement socio-économique du Tchad sont à l'avenir ses préoccupations.

Ialtchad Presse : Bonjour Mr le président. Goukouni Weddeye de retour, lassitude de l’exil ou fruit de la politique de la main tendue du Président Idriss Deby Itno ?
Goukouni Weddeye :
Ni l’un, ni l’autre, mon retour est plutôt basé sur ma propre conviction à la nécessité d’apporter une contribution dans le cadre de la paix au Tchad. C’est pour cette initiative que j’ai entrepris en 2007 des démarches auprès du feu Président gabonais Oumar Bongo. Ces démarches ont abouti à une réunion que j’ai eu à présider avec certains opposants et d’autres personnalités politiques tchadiennes, c’était la conférence de Libreville de juillet 2007. Après Libreville, nous avons eu à rencontrer le Président Idriss Deby Itno à N’djamena, nous nous sommes informés de son avis afin d’harmoniser nos opinions. La rencontre s’est bien passée, le Président nous a donné son approbation et nous a exhorté à poursuivre notre initiative. C’est dans ce cadre que des comités de paix et de réconciliations ont été mis sur pied.

Malheureusement, nos démarches ont été sabotées par des manques de volontés de part et d’autres. Des pays stratégiquement importants pour la paix au Tchad comme la France, la Libye, le Soudan nous ont bloqué la porte en refusant de soutenir nos démarches. A ces difficultés, s’ajoute la mort du Président Oumar Bongo, notre principal soutien.

En définitif, nous avons jugé qu’il serait judicieux d’engager des discussions directes sur place à N’Djamena avec le Président Idriss Deby. J’avoue qu’il n’a ménagé aucun effort quand il s’agit de paix au Tchad. Ouvrir des discussions inter-tchadiennes sur place est la solution adéquate. Voilà en gros ce qui a motivé mon retour.

Ialtchad Presse : Déjà en 1993 vous étiez là lors de la conférence nationale souveraine, et brûler symboliquement des armes. Mais vous regagniez plus tard votre exil. En quoi ce second retour sera différent du premier ?
Goukouni Weddeye :
Vous savez, lorsque la  1ère fois j’étais venu m’associer au président et au 1er ministre pour brûler les armes, c’était avec la ferme conviction de mettre un terme à toute hostilité armée. Mon honnêteté ne souffre de rien, j’avais bien assisté à la conférence nationale. Cependant beaucoup de tristes événements sont venus jalonner le parcours de notre pays et saper nos belles initiatives. Des oppositions armées au Lac, au Sud, au Nord et la guerre n’a jamais été aussi présente avec son corollaire de victimes. Beaucoup de tchadiens seront tués, des familles entières décimées et des vies brisées. Je ne peux revenir et cautionner tout cela. Aujourd’hui vous conviendrez avec moi qu’il y a eu des changements notables, bien que cahin-caha, le pays est dans une dynamique de stabilité et de développement.  L’accord du 13 août  2007 entre le gouvernement tchadien et l’opposition démocratique est un pas considérable vers une stabilité politique du pays qui est gage de tout développement. Des importantes lois ont été adoptées, une commission électorale a été créée d’un commun accord. Aussi, il faut le noter, peu sont ceux qui croient aujourd’hui à la solution militaire, ce qui fait que beaucoup de nos frères sont revenus ou sont en négociations. Il y a là une réalité des volontés des tchadiens et autant il faut apporter sa contribution, venir aider ceux qui ont la volonté de faire quelque chose pour l’avenir de notre pays. Le Tchad d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier à moins qu’on veuille délibérément le juger au passé.

Ialtchad Presse : Après 27 ans d’exil, quels sont aujourd’hui vos sentiments ?
Goukouni Weddeye :
Au vu de tous les problèmes et autres désolations fratricides qu’a connu ce pays, il y a lieu d’espérer aujourd’hui. Le pays commence à avoir un peu de souffle, que chacun apporte le sien pour seconder celui du pays. Certes, beaucoup reste à faire, mais nous avons là une opportunité à saisir, à essayer de redresser ce pays et personne ne nous reprochera d’avoir osé.

Ialtchad Presse : À la sortie d’une audience avec le Président Idriss Déby Itno vous affirmiez vouloir être utile pour le pays, à quel titre et comment comptez-vous, vous y prendre ?
Goukouni Weddeye :
Le titre importe peu, je veux aider mon pays uniquement dans le cadre de la paix, apporter ce que je peux, et cela en toute circonstance, sans rien attendre.

Ialtchad Presse : Comptez-vous assumer un rôle politique si possible ?
Goukouni Weddeye :
Je ne dirais pas non dans le cadre de la paix, je suis là pour contribuer à la stabilité, à la démocratie et au développement de mon pays. 

Ialtchad Presse : Depuis l’indépendance, le Tchad a toujours été confronté à la guerre et son corollaire d’instabilité, vu vos expériences personnelles, quels enseignements avez-vous tiré ?
Goukouni Weddeye :
Rien n’est pire que la guerre, le retard que le Tchad accuse aujourd’hui dans tous les domaines est dû aux hostilités qui ont circonscrit la destinée du pays. Cependant la lutte déclenchée par Brahim Abatcha et suivi par nous même dans le cadre du FROLINA a apporté un grand changement sur l’orientation politique du pays qu’il fallait nécessairement corriger la dérive à l’époque. Sur ce point, personnellement je n’ai rien à regretter. Pour revenir à la question, l’état du Tchad et surtout la situation de ceux qui y habitent  résument en eux même tout. L’urgence ce n’est pas de confabuler sur les responsabilités des uns ou des autres, c’est plutôt de s’employer à mettre fin à cette tragédie tchadienne.

Ialtchad Presse : Il s’avère qu’il y a encore des tchadiens qui croient au changement par les armes, votre point de vue ?
Goukouni Weddeye :
Sur ce point, j’ai une position tout à fait différente à ceux qui pensent ainsi. Voilà plus d’une quarantaine d’années qu’on fait le plaidoyer de la guerre, je crois que tout tchadien doit comprendre que le dialogue reste l’issue adéquate pour régler nos différends. Toujours penser à résoudre les obstacles par les armes, est à mon avis une grosse erreur, regardons seulement la posture du pays par rapport aux pays voisins.

Ialtchad Presse : Pour terminer
Goukouni Weddeye :
Oui ! Je souhaite à mon pays et au peuple tchadien la paix, la démocratie et la prospérité, ce sont là, les nécessités pour l’heure. L’unité de tous les tchadiens est une impérative pour la reconstruction du pays. Bannissons cette quête de l’intérêt personnel pour l’intérêt de tous, et pensons au devenir de nos enfants.

Moussa Yayami, Hamid

Le cinquantenaire de l’indépendance du Tchad sera célébré le 11 janvier 2011. Le chronogramme conçu pour l’événement sera dévoilé officiellement le 28 novembre 2010 et quarante-cinq jours d’intenses activités sont prévus après cette date. Pour savoir comment cette grande commémoration se prépare, Ialtchad Presse est allé rencontrer le président du Comité National des Festivités du Cinquantenaire (CONACE), Adoum Younousmi, Ministre des Infrastructures et des transports. Ingénieur en Génie Civil, le Ministre Adoum Younousmi reste un des éléments essentiels du Tchad émergent. Interview. 

Ialtchad Presse : A l’instar de plusieurs autres pays africains, le Tchad fête ses cinquante années d’indépendance le 11 janvier prochain. Pourquoi ce report ?
Ministre Adoum Younousmi : Ce report est une initiative très ancienne. Déjà en 1961 le Président Tombalbaye a promulgué une loi pour reporter la fête de l’indépendance. Les raisons sont aussi valables aujourd’hui. C’était pour des raisons diverses. Il faut dire qu’au début des années d’indépendance, la fête se déroulait à N’Djamena. Tous les tchadiens devaient venir à la capitale pour la circonstance en pleine saison pluvieuse. Déjà les voies de communication étaient inexistantes. Les gens abandonnaient leurs travaux champêtres pour se déplacer. Après la première édition, le président Tombalbaye a pris une ordonnance pour transférer  la fête au 11 janvier afin que tout le peuple tchadien puisse fêter. Les raisons sont nobles, nous avons jugé nécessaire d’appliquer cette loi.

Ialtchad Presse : L’Organisation de cet événement qui s’annonce grandiose vous a été confiée, comment elle se prépare ?
Ministre Adoum Younousmi : Pour nous, c’est une commémoration de nos cinquante ans d’indépendance avec ses hauts et ses bas, il faut le reconnaître.  Le Tchad a traversé beaucoup de périodes difficiles durant les cinquante ans passés. Il  y a aujourd’hui des acteurs de ces cinquante ans, il y a d’autres concitoyens qui sont nés après l’indépendance et qui ont subi ses évènements. Nous devons nous retrouver pour commémorer ces cinquante ans ; nous assoir ensemble, discuter de notre passée, l’assumer et de faire en sorte qu’autour de cette question du pays, de l’Etat nation, on puisse mobiliser tous les fils du pays la main dans la main, avancer, pour notre pays qui émerge. Que les années à venir permettent à tous les fils du Tchad de s’unir d’avantage, d’aimer leur patrie. Donc, l’évènement qui se prépare n’est pas une occasion de festoyer, c’est une commémoration.

Ialtchad Presse : Que peut-on savoir sur le chronogramme conçu pour les principales activités prévues pour le Cinquantenaire ?
Ministre Adoum Younousmi : Le chronogramme est très riche en ce sens que, vous aurez des débats, des conférences, des projections de films sur les cinquante ans du Tchad. Nous allons prendre les archives que  certains de nos concitoyens comme le feu Édouard Sally (Paix à son âme!) avait constitué pour réaliser un film sur l’histoire du Tchad. Sally devrait réaliser un documentaire sur le Tchad, malheureusement il est décédé. Cependant, avec les autres cinéastes, nous avons promis de faire en sorte que la mémoire de Sally puisse être pérennisée et de retracer dans le film les cinquante ans du Tchad.

Il y aura également des colloques avec des scientifiques et des historiens et le tout sera auréolé le 28 novembre en principe par une cérémonie officielle du cinquantenaire. Le chronogramme est très vaste, il intègre quarante-cinq (45) jours d’activités intenses. L’apothéose c’est le 11 janvier avec un défilé civil et militaire imposant, etc. La date du 11 est réservée pour l’aspect solennel car nous aurons beaucoup d’invités de marque. Et le 12 janvier, nous auront une fête entre nous même, tchadiens, parce que toutes les Régions du Tchad enverront les délégations qui reflètent la culture du pays pour l’animation.

Ialtchad Presse : Où en sommes-nous des préparatifs notamment sur le point des infrastructures prévues pour cet événement ?
Ministre Adoum Younousmi : Il n’y a pas d’infrastructures proprement dite pour le cinquantenaire. Le Chef de l’Etat a lancé depuis quelques années des grands chantiers pour pouvoir faire du Tchad un pays où on peut bien vivre, s’éduquer, se faire soigner et faire du Tchad, un pays où il y a l’autosuffisance alimentaire. Il y a bien d’autres  chantiers tous azimuts, cependant, ce ne sont pas des chantiers du cinquantenaire. Parmi ces infrastructures, une seule sera achevée d’ici peu  pour la fête du cinquantenaire. C’est la place du cinquantenaire qui abritera la fête avec ses avenues pour les défilés. Je précise que tous les chantiers continueront d’être exécutés après la commémoration. C’est un processus qui a été lancé il y a des années et il continuera jusqu’à ce que le pays soit suffisant en infrastructures.

Ialtchad Presse : A combien estimez-vous les dépenses pour l’organisation du cinquantenaire ?
Ministre Adoum Younousmi :
La commémoration du cinquantenaire nous coûtera sept milliards et deux cent quelques millions de FCFA (+ de 7 200 000 000 FCFA). Ce budget ne comprend pas les infrastructures. Nous avons donné un cachet particulier à cette commémoration en ce sens que toutes les régions vont fêter dans les mêmes conditions ou presque. Dans cette somme, il y a à peu près un tiers du budget  alloué aux 22 régions à raison de cent million par régions. Sur les sept milliards, cinquante pour cent sont réservés aux régions et aux ambassades de manière à ce que tous les tchadiens y compris, ceux des provinces du pays et de la diaspora fêtent dans les conditions relativement digne que ceux de N’Djamena.    

Ialtchad Presse : D’aucuns disent qu’il n’y a rien à fêter du cinquantenaire de l’indépendance. Que répondez-vous ?
Ministre Adoum Younousmi : Dire qu’il n’y a rien à fêter, je ne partage pas cet avis. Je l’avais si bien souligné au début de notre entretien que ce n’est pas une fête. C’est plutôt un évènement commémorant les cinquante ans de notre indépendance. Donc, ce sont des festivités commémoratives.

Ialtchad Presse : Vous êtes Ministre en charge des infrastructures, portefeuille très important, vous êtes aussi président de la fédération tchadienne de football, maintenant en charge des festivités du cinquantenaire. Comment arrivez-vous à concilier toutes ces activités ?
Ministre Adoum Younousmi : J’avoue que concilier ces activités n’est pas chose facile. Déjà dans mon département, nous sommes très occupés. Faire des infrastructures dans un pays aussi immense que le Tchad où l’attente de la population est très forte, c’est déjà un grand défi que nous relevons chaque jour. J’ai été copté à la Fédération Tchadienne de Football Association (FTFA) par des amis qui pensaient que je pourrai apporter un plus dans la gestion du football tchadien. Ils ont pensé que l’Etat était absent et qu’il faut l’impliquer davantage à travers le lobbying que je ferai au sein du gouvernement afin que l’Etat puisse consentir énormément des moyens pour le football. Je crois qu’on est en train d’y arriver, les membres du gouvernement sont toujours sensibilisés et quelques grandes entreprises essayent de sponsoriser le football. Ce n’est pas facile mais la tendance est bonne. J’avoue que je n’ai pas assez de temps cependant, j’ai une équipe dynamique qui s’occupe déjà si bien de la chose et j’apporte le leadership nécessaire.

Ialtchad Presse : Un mot sur le football tchadien. Du quasi débâcle des Sao du Tchad quels enseignements vous avez tiré ?
Ministre Adoum Younousmi : Le football tchadien est malade, les prestations de nos équipes nationales ont été médiocres. Ce n’est pas parce que nous n’avons pas de moyens mais nous pensons que nous n’avons pas des joueurs capables de faire la différence. Nous n’avons pas une équipe soudée, nous n’avons pas une équipe engagée qui mouille le maillot et tous ces paramètres font que nous échouons toujours. Tous ces échecs ne peuvent se corriger qu’à travers la formation des jeunes. C’est pourquoi nous ouvrons à la fin de cette année, le centre de formation « l’académie de football de Farcha » et d’autres écoles privées que nous allons appuyer fortement de manière à sortir dans les trois ans avenir, une équipe compétitive. Nous sommes tout à fait optimistes parce que beaucoup de pays sont passés par des centres pour assoir leur football à l’exemple du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal du Mali et récemment de la Centrafrique. Tous ces pays, à un moment donné se sont abstenus des compétitions, ils ont formé à la base, et après, une équipe est sortie. Mais le défi, c’est de faire en sorte que derrière, il y’aient toujours des pépinières pour arroser l’équipe. Nous conjuguons nos efforts pour arriver à ce résultat. Rien n’est impossible.

Propos recueillis par Moussa Yayami, Hamid

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays