lundi 8 août 2022
Le Point

Le Point (75)

Le Projet d’appui aux réfugiés et communautés d’accueil (PARCA) a été lancé le 8 novembre dernier à Koumra, chef-lieu de la province du Mandoul, par le chef de l’État, Idriss Déby Itno.  Ialtchad Presse a rencontré le coordonnateur national du projet, Japhet Doudou Beindjila, revient sur le bien-fondé de l’initiative. Entrevue.

Bonjour, monsieur, le coordonnateur national ! Qu’est-ce que le Projet d’appui aux réfugiés et communautés d’accueil ?

C’est un Projet d'appui aux réfugiés et aux communautés d'accueil. C’est une initiative du gouvernement de la République du Tchad qui a bénéficié de l'appui financier et technique de la Banque Mondiale pour aider les ménages vulnérables qui sont autour des camps des réfugiés et également les réfugiés eux-mêmes. L'idée c'est de faire en sorte qu'il y ait un équilibre entre les réfugiés et les communautés hôtes. Depuis toujours, les réfugiés ont bénéficié de l'appui de tous les partenaires. La Banque Mondiale et le gouvernement ont réfléchi. Et ils ont constaté un déséquilibre. Il fallait corriger cela à travers le PARCA. Le but est de diminuer les tensions autour du partage des ressources naturelles entre les réfugiés et les communautés hôtes.

Pourquoi avoir choisi la province du Mandoul ?

C'est simplement parce que nous avons également des réfugiés dans le Mandoul, à Moïssala. Mandoul fait partie de la province qui appuie le projet. Comme je le disais, l'idée c'est d'amener le changement au sein des communautés hôtes qui sont autour des camps. Les Tchadiens ont beaucoup souffert de cette crise des réfugiés qui a envahi le Tchad depuis quelques années. Ils sont là sur le sol tchadien, on a utilisé les mêmes ressources, les Tchadiens ont tout donné pour les réfugiés. Maintenant ils sont devenus plus pauvres que les réfugiés. Donc il faut corriger ce déséquilibre. Et apporter un appui aux Tchadiens qui ont accueilli leurs frères réfugiés de la Centrafrique, du Soudan etc.

Quels sont les domaines d'intervention ?

Il y a deux composantes clés. La première composante est le renforcement des infrastructures communautaires. Le projet va investir dans la construction des écoles et des centres de santé, des châteaux d'eau pour renforcer la communauté hôte. Nous allons également construire des écoles dans les camps des réfugiés et là où il y a un besoin. S'il n'y a pas de besoins, nous allons faire tous ces investissements dans les camps donc ce sont les Tchadiens qui vont bénéficier de cet appui.

La deuxième complaisante est le transfert monétaire non conditionnel. Ce sont les filets sociaux. Sur la base des enquêtes que nous réalisons, nous arrivons à identifier les ménages vulnérables, c’est-à-dire pauvres. Dans le Tchad profond, vous trouverez des gens qui vivent dans des difficultés. Ce sont ces gens-là qui sont nos cibles. Le PARCA s’attaque à leurs problèmes, on essaie d'apporter des ressources financières directes. C'est de l'argent qu'on donne à la communauté, en raison de 45 000 FCFA par trimestre. On donne à chaque ménage qui est identifié et sélectionné. Nous avons une base de données, sur la base d'une enquête. Nous avons eu à la phase pilote. Les résultats sont très encourageants. Tous ceux que nous avons appuyés, 96% sont des personnes démunies. C'est l'étude qui a montré cela. Et c'est cela qui nous encourage. L'appui continu des plus hautes autorités est présent et nous exécutons leurs orientations.

D’autres provinces sont concernées par le projet ?

Nous intervenons dans 7 provinces du Tchad, là où il y a les réfugiés, dans un rayon de 25 kilomètres à savoir : Logone oriental, Ouaddaï, Lac, Wadi Fira, Ennedi Est, Moyen Chari et Mandoul. En ce qui concerne la proportion de financement, nous appuyons à 70 % la communauté hôte et 30 % pour les réfugiés.

Important à savoir : d’un montant global d’environ 67,5 milliards de FCFA, le PARCA couvre, à travers les programmes Filets sociaux, 130 000 ménages pauvres et vulnérables. Ces derniers sont bénéficiaires des transferts monétaires non conditionnels et des subventions d’activités productives, dont 18 800 ménages vulnérables de la province du Mandoul.

Entrevue réalisée par Maurice N’gonn Lokaar

La fête de Toussaint est célébrée tous les 1ers novembre de chaque année à travers le monde par les fidèles de l’Église Catholique. Quelle est l’origine et le sens de cette fête ? ABBE Allangomadji Hony Maximes, responsable de la Paroisse Saint-Paul de Kabalaye répond. Entrevue.

Que signifie la Toussaint ?

Abbé Allangomadji Hony Maximes,

Nous célébrons dans quelques heures de la Toussaint comme vous venez de le dire. C’est une fête que nous fêtons comme Noël ou la pâque. C’est une grande fête chrétienne qui célèbre la sainteté des hommes et des femmes qui ont témoigné de leur foi en Jésus-Christ. Dans le calendrier liturgique catholique, nous avons des Saints. Nous portons leurs noms. Nous les fêtons tout au long de l’année liturgique. Il y a aussi des saints de l’église que les humains ne connaissent pas. Ils sont vivants en présence de Dieu parce qu’ils ont vécu ici sur terre. En fêtant Toussaint, nous demandons aussi de la communion avec les saints à toutes ces personnes qui vivent dans la félicité de Dieu. Ils prient Dieu pour nous parce qu’ils contemplent déjà la face de Dieu. Telle est la célébration de la Toussaint en un mot. Dans la Sainte Bible au livre d’Apocalypse, qui nous sert de la lecture demain, dans sa vision, Saint-Jean a vu, ceux qui sont marqués par le sceau de Dieu et qui sont au nombre de 144 000 en raison de 12 000 par tribus sur les 12 tribus d’enfants d’Israël. Cela concerne ceux qui sont connus. Cependant dans la suite de sa vision il a vu encore une multitude innombrable des gens que lui-même affirme de ne pas connaître. Il a fallu qu’un vieillard lui explique que « cette foule est composée de ceux qui ont lavé leurs robes dans le sang de l’Agneau. C’est-à-dire ceux qui ont témoigné de leur foi ici sur terre. Témoigner c’est la traduction littéraire du mot martyr. Le grand martyr ne consiste pas seulement à mourir, mais c’est de manifester l’amour quotidien dans notre vie.

Fêter la Toussaint dans un contexte différent cette année avec la Covid-19. Comment la fêtez-vous ?

Abbé Allangomadji Hony Maximes,

Dans le contexte de la pandémie, nous essayons de voir, depuis la reprise des activités dans les églises, toutes les dispositions ont été prises pour que les célébrations eucharistiques soient limitées à un nombre acceptable. Les fidèles respectent la distanciation sociale. Nous célébrons cette fête en respectant toutes les consignes données par nos autorités religieuses. Même dans la salle, les bancs sont marqués laissant la distance entre les personnes et c’est ce qu’on va continuer à faire.

Vous parlez d’une mauvaise compréhension de la Toussaint, que voulez-vous dire exactement ?

Abbé Allangomadji Hony Maximes,

Une équivoque est à lever. Nous avons une mauvaise compréhension de la Toussaint. Lorsqu’on parle de la Toussaint, nous pensons directement aux défunts. Les fidèles viennent à la célébration en pensant à ceux qui sont morts. Mais ce n’est pas la fête des Morts. Rappelons-nous de la parole que Jésus Christ a dite à Marie de Magdala le dimanche de Pâques le matin, le 1er jour de la semaine après sa mort, « pourquoi chercher parmi les morts le vivant ? » Nous avons l’obligation les saints dans la communion de prier pour les morts parce qu’ils sont en train de traverser une période de purification. L’Église appelle ce lieu le purgatoire. Mais la célébration de la fête n’est pas pour aller aux cimetières. C’est une joie parce que Dieu a permis à l’humanité de vaincre le mal. Et de vivre en sa présence dans son paradis. C’est ce que nous célébrons. Nous célébrons aussi notre espérance, nous les vivants qu’en témoignant Le Christ ici sur terre. Nous allons avoir accès à cette vie de félicité avec Dieu. C’est le 02 novembre que nous allons commémorer avec les fidèles, toutes ces personnes qui sont mortes pour que par nos prières Dieu puisse leur accorder la grâce du péché qu’ils n’ont pas pu obtenir ici sur terre pour entrer dans son royaume.

Entrevue réalisée par
Moyalbaye Nadjasna

Aperçu historique de l’accession à l’Indépendance

Le Tchad célèbre ce 11 août, le 60e anniversaire de son accession à l’indépendance. Pour mieux comprendre la base de cette libération du joug colonial, Ialtchad Presse s’est entretenu avec l'historien Sali Bakary.

L’aperçu historique de l’accession du Tchad à l’indépendance doit être mis en rapport avec la Seconde Guerre mondiale, estime Sali Bakary.  Après cette guerre, dit-il, la France qui était la puissance colonisatrice a pris un certain nombre de mesures qui ont accéléré le processus de l’indépendance. « A la faveur, les colonies francophones ont pu accéder à l’indépendance. Le Tchad avec », affirme-t-il. Les mesures prises étaient entre autres la suppression de l’indigénat, la liberté de créer de syndicats, des partis politiques entre autres.

Le bilan

Pour ces 60 ans d’indépendance, l'historien affirme qu’il y a du progrès. « Beaucoup a été fait sur le plan quantitatif, mais qualitativement médiocre. Des infrastructures sanitaires et éducatives ont été construites, mais manquent d’équipements ». 

L’action politique

Sali Bakary déplore que l’armée soit utilisée comme un moyen d’accéder au pouvoir, mais aussi comme un moyen de protéger ce pouvoir. Ce qui, malheureusement, empêche une alternance pacifique au pouvoir. « Ça dénote de la particularité tchadienne qui fait que depuis le 22 juillet 1966, date de la création du Frolinat, le système politique tchadien est pris en otage. L’arme est utilisée comme un moyen d’accession au pouvoir, mais aussi comme un moyen de protéger ce pouvoir », affirme celui qui est également enseignant d'histoire à l'école normale.

M.Bakary s'est également prononcé sur l'élévation du président de la République, Idriss Déby Itno, ce 11 août à la dignité de Maréchal du Tchad. Pour lui, le récipiendaire mérite cette dignité de Maréchal du Tchad, car il a consacré toute sa vie à l’armée. « Il est le rare sinon le seul chef d’État qui va sur le terrain de guerre. Tous ces éléments méritent d’être pris en compte », dit le professeur.

Entretien réalisé par Ngonn Lokar

Il ne laisse personne indifférent à tel point que ses amis et ses adversaires politiques le surnomment tantôt « feu de brousse » tantôt « le bulldozer ». Il cogne fort et encaisse tel un boxeur. Plusieurs fois ministres, une fois Secrétaire Général à la Présidence, il est aujourd’hui Secrétaire Général adjoint, chargé de la communication du parti au pouvoir. Ialtchad Presse reçoit Jean Bernard Padaré. Entrevue.

Vous avez gagné la bataille de Bohoma, mais on vous a très peu entendu sur la bataille contre le coronavirus ?

Ce n’est pas le MPS qui a gagné la bataille de Bohoma. C’est l’Armée Nationale Tchadienne (ANT)...

…On dit qu’on vous a beaucoup entendu sur cet événement …

c’est l’ANT qui a gagné la bataille de Bohoma. Et vous savez l’unanimité que cela a fait au sein de la classe politique. Que ça soit la majorité comme l’opposition cette victoire a été unanimement salué. Il y avait eu une union sacrée autour de notre armée. Maintenant parlant de la maladie du coronavirus, vous dîtes que cette bataille n’a pas été gagnée ? Elle a été largement gagnée. Ce n’est pas de la langue de bois parce que c’est vrai.

Vous dîtes que la bataille a été très bien menée, mais pourquoi on a dissous le comité de veille pour que le président reprenne, lui-même, les choses en main ?

Il faut replacer les choses dans leurs contextes. Le comité de veille a été mis en place lorsqu’on a eu le premier cas de contamination au coronavirus. Il fallait une thérapie de choc, paré au plus urgent. C’est comme cela que le comité de veille a été mis en place. C’est d’ailleurs ainsi que les mesures barrières ont été édictées, le couvre-feu. Pas des mesures ont étés prises. Donc je pense que le comité de veille a vécu.

N’est-ce pas là un aveu d’échec ? Le Président à d’autres choses à faire. Vous, on ne vous a pas entendu au sein du MPS sur ces ratés.

Il n’y a pas eu des ratés en tant que tels. Il ne faut pas créer de la polémique…

Padaré il y a eu la convention signée entre le comité de veille et la Fondation Grand Cœur (FGC).

C’est un faux débat. Je reviendrai si vous le permettez. Il n’y a pas eu des ratés. Le comité de veille a accompli sa mission avec professionnalisme. Ce comité n’a pas été dissous. Il lui a été substitué le comité de gestion de crise.

Après les dénonciations de l’opposition….

Ça n’a rien à voir. Je disais qu’il fallait passer à une deuxième étape. Les gens aiment les polémiques stériles inutiles. Dans notre camp nous ne voulons pas rentrer dans cette guéguerre.

Pourtant vous-même êtes intervenu, M. Padaré

Oui j’étais obligé d’intervenir parce qu’il y avait des amalgames qui étaient faits.

Vous êtes le porte-parole du MPS, pas de la Fondation Grand Cœur 

Très bien. Je vais m’expliquer. Lorsqu’on dit, la FGC travaille pour le compte du MPS, nous nous sommes tus pendant longtemps. C’était devenu lithanique. Le député que vous avez cité passait son temps à surfer sur ce qui est devenu son argumentaire pour se refaire une virginité politique. C’est pourquoi c’est un faux débat.

15 milliards de francs CFA ont été annoncés comme investissement. Le lendemain, le Comité de veille signe une convention avec la FGC qui appartient à la Première Dame.

N’est-ce pas un conflit d’intérêt ou apparence de conflit d’intérêts ? Est-ce que ça ne pose pas un problème d’éthique ?

Qu’est-ce que vous entendez par conflit d’intérêts ? Je comprendrais que des gens qui n’ont jamais eu à gérer les fonds publics puissent tenir ces propos. Mais quelqu’un qui a été ministre d’État, qui a été aux affaires peut dire cela. Quand le Président annonce 15 milliards, ce ne sont pas des espèces sonnantes et trébuchantes. Il y aura des fonds qui vont être mis, mais aussi des fonds qui proviennent des partenaires. La Fondation Chantal Biya, Danielle Mitterrand ou Mme Sassou vivent de quoi ? Ils vivent des dons et legs.

Êtes-vous en train de dire que les 15 milliards sont un don ?

Je veux simplement dire que la FGC n’a pas eu 1 centime des 15 milliards que le président avait annoncés. Et le conflit d’intérêts, le délit d’initié il faut que les gens lisent bien la notion. Il faut que ceux qui disent cela s’entourent de juristes.

Le comité pouvait lancer un avis d’appel d’offres en urgence. Non ?

Mais vous amusez ou quoi ? On est face à une urgence. Vos voulez qu’on lance un appel d’offres pour attendre un mois, 2 mois. Il y aura 1000 candidats qui vont soumissionner et on va trier, etc. Pendant ce temps, les gens ne meurent pas ? Ceux qui dénoncent on est prêt à les entendre, mais ce sont des attaques politiques.

Vous dîtes ceux qui dénoncent visent quelque chose. Qu’est-ce qu’ils visent ?

Se refaire une santé politique. Je prends un exemple simple dans ma province, le Mayo Kebbi Ouest près de 4000 personnes opérées de la cataracte par la FGC. Et ce n’est pas des fonds publics.

N’est-ce pas à l’État de jouer ce rôle ? 

Depuis que je suis né, je n’ai jamais vu une caravane de la santé opérer les citoyens à Léré où je suis né. La Fondation l’a fait et a opéré 500 personnes.

Justement est-ce que la FGC ne s’accapare pas du rôle du ministre de la Santé ?

Non. Elle ne s’en accapare pas. Si le ministère de la Santé est incapable d’assumer ses responsabilités, c’est son problème. Et il faut que cela passe par le ministère de la Santé ?

Padaré ça fait 30 ans que votre parti est au pouvoir. On ne voit pas des débats.

S’il y a un parti où il y a de vrais débats, c’est le MPS.

Pourtant on ne vous entend pas…

Les débats internes vous voulez qu’on le fasse sur vos plateaux…

Padaré il ne s’agit pas de vos débats internes. C’est de vrais débats publics qu’il s’agit.

Il y a des débats. Par exemple lors d’un congrès le président fondateur peut exprimer une idée et les militants peuvent la rejeter.

Quel bilan faites-vous ?

Le bilan est plus que positif. Vous avez les réalisations sur le plan des infrastructures, des libertés, la construction des centres de santé, des hôpitaux, etc. Je sais que vous avez fait l’Université du Tchad avant de continuer à Montréal au Canada. Avant il n’y avait qu’une seule université.

Vous avez fêté les 30 ans du parti à Mongo, capitale du Guerra. Le président de la République était absent. C’était un flop ou une réussite ?

Non pas du tout. Le président devait venir, mais il était appelé pour une mission plus importante. Les 30 ans, on peut les « re-fêter » à tout moment ou le 1er décembre prochain.

Donc c’était un flop ?

Non ce n’est pas un flop du tout. Il y avait une réunion sur la crise libyenne, le président à une expertise et c’est à bon droit qu’il a choisi de se rendre à cette rencontre.

Les élections sont fixées pour décembre 2020 par la Commission Nationale Indépendante. Est-ce que c'est réaliste ?

Banco ! Nous sommes prêts.

Les élections auront lieu ?

Ce n’est pas nous qui décidons. C’est la CENI, organe indépendant.

Je repose ma question autrement. Est-ce que c’est réaliste les élections législatives en 2020 ?

Je vous réponds les yeux dans les yeux pour vous dire que nous dépendons du chronogramme de la CENI. Si elle nous dit qu’il y aura les élections en décembre ou elle reporte, on est prêts.

La 4e République, vous êtes un des pères, quel bilan vous faites ? Tous les pouvoirs sont à la présidence.

Cela dépend de quel côté on se situe. Quand on est du côté de ceux qui ont contesté, on dira que c’est un échec. Quand on a été comme moi acteur, au cœur de la création de la 4e République c’est un succès. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a plus dispersion des moyens.

Vous exposez le Président

Non on n’expose pas le président. C’est un homme d’action. Il aime agir. Et vous avez vu quand il était question d’aller à Bohoma, il a troqué son « djellabia » contre le treillis.

Padaré, pour vous le Corona virus, comité de veille, comité de gestion, MPS 30 ans, vous comme homme politique : travail impeccable. C’est ça ?

Je ne vous ai pas dit que tout est impeccable, mais tout est perfectible. Le plus important ce que ça avance. Peindre tout blanc, d’un côté et tout noir de l’autre, le manichéisme n’est pas ma conviction.

Réalisation Bello Bakary Mana

Regardez l’interview complète sur le plateau du LE POINT ici :

La jeune cinquantaine bien rodée, l’allure calme, le ton posé et le verbe mesuré, le cinéaste et documentariste Issa Serge Coelho est passé dans nos studios pour parler du cinéma tchadien et de la culture en général. Entretien.

Vous êtes peu connu du public, très discret. Qui êtes-vous Issa Serge Coelho?

Je suis tchadien né à Biltine, ville de l’Est du pays. J’ai eu une enfance heureuse comme beaucoup d’autres dans cette ville avant que ma famille ne décide de s’installer à N’Djamena, la capitale. J’ai connu les affres de la guerre comme la plupart des tchadiens de ma génération. J’ai connu l’exil, conséquence de cette guerre des années 79-80, notamment au Mali où j’ai fait mon collège et le Lycée. Ensuite, l’exil s’est poursuivi en France où j’ai fait des études supérieures en Histoire à la faculté et en Cinéma à l’École Supérieure de réalisation audiovisuelle. A la fin de cette formation j’ai fait un stage. Ensuite, j’ai travaillé comme cameraman pour les chaînes françaises France3, Canal+ et M6. L’envie de faire des films m’obstinait.

Pourquoi avoir choisi de rentrer au pays?

Je dirais que c’est l’appel du pays, autrement dit « l’appel du cordon ombilical ». Une envie viscérale de garder un lien fort avec le Tchad, de parler de ce pays à travers le cinéma. Je l’ai fait grâce à mon premier film, une fiction intitulée « Taxi pour Aouzou » présenté au FESPACO 93 à Ouagadougou au Burkina Faso.

De quoi avez-vous voulu parler dans ce film?

Simplement parler du Tchad. C’est comme une lettre aux amis. J’ai choisi de le faire à travers la journée d’un taximan sur fond du décor de la ville de N’Djamena. Le taxi, c’est le tour de contrôle très réaliste de nos vies. Les gens se rencontrent dans le taxi, ils se mélangent, ils se parlent sans forcément se connaître. Le taxi permet de saisir les réalités. C’est une tranche de la vie réelle.

Vous êtes le « M. cinéma du pays », « le gardien du temple », comment se porte l’industrie du cinéma Tchadien?

Il n’y a pas d’industrie cinématographique au Tchad. Une industrie, c’est une organisation avec un cadre fixe, des fonds, des sociétés de production, des écoles, de la production soutenue etc. Il y a des Tchadiens qui font des films. Ils s’organisent pour le faire par le besoin d’expression. C’est tout.

Il y a une culture cinématographique bien ancré.

Il y avait mais cette culture a disparu. Il y a par contre une cinéphilie. C’est-à-dire des personnes qui s’intéressent au cinéma. Pour avoir une nouvelle culture cinématographique, il faut construire de nouvelles salles de cinéma, sensibiliser les parents pour qu’ils amènent leurs enfants avec eux dans des vraies salles de cinéma. Leur faire découvrir la différence entre voir un film à la maison, peu importe le support, et un film en salle. C’est différent.

Construire des salles de cinéma? Qui va le faire?

L’État doit s’impliquer et trouver la bonne formule. Il y a les associations de la Société civile, les Partenaires techniques et financiers du pays, les mécènes etc.

Pourquoi vous les grandes figures du Cinéma tchadien, vous ne bougez pas?

Nous bougons. Par exemple, Mahamat Saleh Haroun et moi nous faisons de notre mieux. Présentement, nous n’avons pas de l’écoute dans la machine administrative et politique responsable de ces questions. Nous n’avons pas comme on dit des entrées. A l’époque de M. Khayar Oumar Defallah on avait de l’écoute. Il y avait eu aussi un grand espoir, qui a tourné court, avec le passage éclair de Mahamat Saleh Haroun au Ministère de la Culture. Les jeunes nous n’avons pas démérité pour les aider. Ils n’étaient pas intéressés au début parce que l’entourage immédiat leur dit que le cinéma n’est pas un métier d’avenir. Depuis quelques temps cela a changé. Les jeunes ont compris. Ils sont de plus en plus intéressés. Il y en a même un qui a commencé a émergé.

Pourquoi c’est si difficile?

Parce qu’il n’y a pas un cadre fixe. Depuis 12 ans nous nous battons pour que l’artiste ai un statut. Rien. Pas de volonté politique du Ministère. L’artiste tchadien n’est rien. Il n’est pas reconnu dans son propre pays. Il travaille comme à la sauvette. Il ne paie pas la cotisation à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS). Nous avons poussé pour que ça aboutisse. Nous avons amassé de l’argent et avons organisé une rencontre pour réfléchir et faire des propositions. C’est rester sans suite. Au Ministre de la Culture, il faut un homme de culture ou quelqu’un qui a une vision pour la Culture. Nous nous sommes battus par exemple sur la redevance audiovisuelle sur la téléphonie. Elle est 10 francs par jour donc 300 francs par mois. 300 millions étaient destinés aux artistes sur 7 milliards. Une loi à cet effet a été votée, adoptée et promulguée. Ensuite, rien. Nous n’avons jamais vu la couleur de cette somme. Où est passé cet argent? D’ailleurs, cette loi est caduque depuis 3 ans.  

Le poste vous intéresserait-il si on faisait appel à vous?

Non, je suis un homme de terrain. Je ne connais rien à l’administration publique et à la politique. Bref, je ne suis pas politique.

Vous êtes le gérant du Cinéma Le Normandie. Qu’en est-il du contentieux?

Écoutez, c’est un problème simple et compliqué en même temps. La bâtisse n’appartient pas à l’État. C’est une propriété privée qui a été vendue. Il s’est avéré que 2 personnes se réclament propriétaires. L’un semble-t-il a eu gain de cause. L’État a rénové le bâtiment à l’occasion du cinquantenaire sans être au courant du différent foncier qui existait. Figurez-vous qu’à l’époque de la réouverture, c’était la première salle de l’Afrique francophone la plus moderne. Bref, l’État n’est que locataire. Et moi le gestionnaire par l’entremise du Ministère de la Culture.

Au delà du Cinéma, comment relancer la Culture en général au Tchad?

Il faut que les autorités prennent conscience de l’importance de la culture. Elle est un plus à notre identité et un plus à notre économie. Ces derniers temps, il y a comme un déclic des autorités. Les choses changent. Il y a par exemple le Festival Dary et le Festival Sahélo-saharien, des excellentes initiatives. Il faudra les améliorer. Les ouvrir en impliquant ceux qui ont des nouvelles idées. Il faudra éviter de verrouiller ces 2 manifestations culturelles. Par exemple, il faudra penser à déplacer le Festival Dary de la Place de la Nation. Aussi, il faut le « défolkloriser » un peu. Enfin, ces deux évènements constituent les 2 piliers sur lesquels on veut relancer ou rebâtir l’industrie culturelle du pays on va dire...

Quelle réflexion vous avez envie faire pour clore cet entretien?

Le Tchad est un beau pays mais son image est mauvaise hors de nos frontières. On associe trop le Tchad à la guerre. C’est vrai que nous avons beaucoup guerroyé entre nous. Il faut changer cela par la culture et le sport. Aussi, je ne peux pas clore sans faire un clin d’œil à Ialtchad. Voilà un nom évocateur et fédérateur. C’est notre maison familiale. Merci d’être présent dans la durée aux côtés des artistes.

Bello Bakary Mana

« La paix n’a pas de prix. Nous allons continuer toujours, tant que nous pouvons, à œuvrer pour que la paix puisse un jour revenir dans notre pays. » Delphine Kemneloum Djiraïbé 

Avocate et militante des droits de l’Homme, Delphine Kemneloum Djiraïbé a fondé en 1993 l’Association Tchadienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (Aptdh) dont elle a été présidente pendant dix ans. Lauréate du prix Robert F. Kennedy pour les droits de l’Homme, elle est aujourd’hui la coordinatrice nationale du Comité de Suivi de l’Appel à la Paix et à la Réconciliation au Tchad. A l’occasion de la conférence de presse que son Comité a tenue en date du 21 février 2006 à Paris, Ialtchad Presse lui a proposé de réaliser la présente interview pour laquelle elle n’a pas hésité un seul instant, en dépit de l’acharnement de la presse internationale autour d’elle.

Ialtchad Presse : Me Delphine Bonjour. L’Appel à la Paix est-il entendu par tous les Tchadiens ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Nous pensons que c’est l’unique voie de sortie de crise crédible en ce moment. Les politico-armés eux-mêmes réclament un espace de dialogue. Les Partis politiques de l’opposition à l’intérieur réclament un espace de dialogue. Les populations expriment leur ras-le-bol par rapport à la situation de non-paix que nous vivons, par rapport à la situation de prise de pouvoir par les armes. Le pouvoir fragilisé essaye de se maintenir mais de toutes les façons, nous pensons qu’il faut absolument s’engager dans un processus de paix et nous continuons de porter le message là où il doit être entendu et nous espérons que les pouvoirs politiques au Tchad entendront ce message qui est salutaire pour tout le monde.

Ialtchad Presse : De 2002 à 2006, cela fait quatre ans que vous vous battez pour la promotion de la paix au Tchad. Où en êtes-vous et quel bilan avez-vous à présenter aujourd’hui ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : La paix n’a pas de prix. Nous allons continuer toujours, tant que nous pouvons, à œuvrer pour que la paix puisse un jour revenir dans notre pays.

Ialtchad Presse : Vous-vous opposez à la tenue d’une élection présidentielle qui est prévue en mai prochain. Est-ce que le président Deby qui s’est donné les moyens d’être reconduit au pouvoir va accepter cela et pourquoi vous êtes contre la tenue de ces élections ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Tout le monde sait que dans les conditions actuelles, on ne peut pas parler d’élection au Tchad parce que les recensements ont été mal faits. Techniquement, aucune administration au Tchad en ce moment n’est en mesure d’organiser des élections. Beaucoup de personnes liées au pouvoir ont pris les armes parce qu’elles ne croient plus aux élections tel que ça se passe maintenant. Le pouvoir a rompu déjà un consensus national en procédant à la modification de la Constitution et nous pensons qu’il ne va pas encore rompre ce consensus national qui est claire et qui dit que les conditions ne sont pas réunies pour aller aux élections.

Ialtchad Presse : Comment votre Comité entend faire un contre poids face à Deby ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Nous avons une base assez large qui nous permet de porter le message que nous portons. Nous, en tant que Comité de Suivi, voulons jouer un rôle de médiation dans ce processus. Nous renfermons en notre sein les Associations de la société civile, les Associations de Droits de l’Homme, les Syndicats et autres qui ont des stratégies de mobilisations populaires pour faire des revendications. Les Associations de la société civile et les Partis politiques de l’opposition se mobiliseront pour faire un contre poids réel contre Idriss Deby s’il persiste à aller aux élections.

Ialtchad Presse : Pourquoi une conférence de presse portant sur l’Appel à la Paix et à la Réconciliation au Tchad aujourd’hui, quand on sait d’ores et déjà que tout le monde est en train de fuir le régime pour aller s’armer afin de revenir le combattre, de chercher à le renverser ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Nous avons fait une analyse du contexte socio-politique au Tchad et nous avons estimé que la solution serait la mise en place d’une démarche pour la paix et c’est ce que nous proposons. En tout état de cause, nous pensons que le message de paix doit être porté et reste valable dans tous les scénarios, dans toutes les circonstances.

Ialtchad Presse : Comment entendez-vous organiser le processus du dialogue politique que vous prônez tant au Tchad ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Le processus du dialogue peut s’organiser autour de trois thèmes 
- La mise en place des processus institutionnels de transition ;
- La réforme du secteur de sécurité ;
- La mise en place des mécanismes de réconciliation populaire.
Il faut évidemment qu’un comité de pilotage réfléchisse à cela avec le mandat du gouvernement, pour pouvoir donc réfléchir au contour de cette transition, réfléchir à un calendrier électoral et réfléchir à un processus de dialogue national qui va discuter des détails de tout ce que va comporter la transition. Nous pensons qu’un tel dialogue doit s’organiser et peut s’organiser si la Communauté internationale s’y implique en créant les conditions de sécurité nécessaires en face des organes de sécurité interne qui sont complètement en état de désagrégation et en face de la multiplication des armes et des foyers de tensions au niveau interne.

Ialtchad Presse : Avez-vous suggéré ces propositions à la Communauté internationale et quelle en est sa position ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Nous avons suggéré cela à la Communauté internationale qui nous a écoutés pour le moment. Nous attendons sa réaction.

Ialtchad Presse : Le Comité de l’Appel à la Paix déclare devant la presse tout à l’heure que Déby n’est pas garant fiable de la paix et de la stabilité au Tchad. Or pour qu’il y ait une table ronde, il faut la participation de tous, c’est-à-dire celle de Deby ainsi que celle de l’opposition démocratique comme celle des politico-armés. Est-ce qu’avec une participation éventuelle de Deby ou du MPS à cette table ronde que vous préconisez, pensez-vous que vous allez pouvoir vous attendre à un résultat concret ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé
: Nous sommes dans un processus global. Pour nous Deby est un acteur incontournable dans ce processus de paix. Il doit participer au dialogue comme les autres acteurs armés et non armés. Nous pensons qu’un tel processus, pour qu’il réussisse, doit créer les conditions pour que chacun puisse exprimer ses attentes, sa vision du Tchad et il faudrait que tout ce qui va être dit soit inscrit dans un pacte avec un mécanisme de suivi qui puisse garantir l’application. Deby seul ne peut pas prendre le processus en otage. Quand on dit ça c’est minimiser la capacité des autres acteurs à participer à un tel dialogue et à faire entendre leur point de vue. De notre part, nous pensons que la participation de Deby à un tel processus est nécessaire parce qu’il est le président du Tchad, on ne peut pas l’appeler autrement. Maintenant, quant à la dynamique de la négociation, chaque partie prenante à la négociation doit faire prévaloir se prétentions.

Ialtchad Presse : Pensez-vous que l’opposition armée soit favorable pour s’asseoir autour d’une table de négociation avec Deby sachant dorénavant que celui-ci n’a ni les forces ni les moyens de lui résister en cas d’offensive ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Deby n’a pas les moyens de résister. Déjà notre processus ne veut pas présager de la force ou de la faiblesse ou de la capacité d’un acteur à prendre le pas sur l’autre. C’est une situation qui dure, les Tchadiens en ressentent les méfaits dans leurs corps, dans leur esprit et nous pensons que les Tchadiens sont capables de résoudre leurs problèmes autrement que par les armes. Nous savons par ailleurs que la prise du pouvoir par les armes est rejetée par les Tchadiens et a prouvé ses limites. Nous nous retrouverons exactement dans la même situation que celle que nous sommes en train de vivre actuellement où, la personne qui va prendre le pouvoir par les armes ne se prêtera pas au jeu démocratique parce qu’estimant que ce n’est que par les armes qu’on la fera partir. Donc on restera dans un cycle vicieux qui va être vraiment dommageable pour le Tchad et pour les Tchadiens. Nous pensons, en faisant la promotion de ce processus de paix, que c’est un processus qui est salutaire pour le Tchad et pour les Tchadiens.

Ialtchad Presse : Avez-vous pensé à suggérer à Idriss Deby de quitter le pouvoir le plus pacifiquement possible, sans qu’il y ait effusion de sang ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Nous ne voulons pas d’effusion de sang et je crois qu’aucun tchadien n’a besoin d’effusion de sang. C’est pourquoi nous pensons que le processus que nous proposons est un processus non violent, un processus qui éviterait au Tchad une énième effusion de sang.

Ialtchad Presse : Est-ce qu’il vous est arrivé de dire à Deby de penser à quitter le pouvoir de manière pacifique ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Ce n’est pas à nous de dire à Deby de quitter le pouvoir ou d’y rester. S’il y a un processus qui est mis en place, les Tchadiens auront l’occasion de choisir leur dirigeant. Je crois que c’est ça le plus important à l’heure actuelle.

Ialtchad Presse : Avez-vous un vœu à formuler ou une prière à psalmodier pour que la Paix, ce cheval de bataille que vous essayez d’adopter depuis quatre ans puisse porter le calumet que les Tchadiens allumeront peut-être bientôt ?
Delphine Kemneloum Djiraïbé : On appelle tous les Tchadiens à s’associer à ce processus de paix pour qu’une fois les Tchadiens montrent leur capacité à régler leur problème de manière pacifique.

Ialtchad Presse : Delphine Kemneloum Djiraïbé, je vous remercie.
Delphine Kemneloum Djiraïbé : Merci beaucoup.

Propos recueillis par Mohamed Ahmed KEBIR  

Le Tchad à l’instar de plusieurs autres pays africains s’apprête à fêter le cinquantième anniversaire de son indépendance. Proclamé le 11 août 1960 par François Tombalbaye (Président de la République); plusieurs changements se sont opérés au cours de ces cinquante années d’indépendance. Le Ministre de la justice garde des sceaux Mbaïlaou Naimbaye Lossimian, grande figure de la vie politique tchadienne, explique dans Ialtchad Presse ses souvenirs et l’opportunité qu’offre cet événement pour unir d’avantage les fils du Tchad. Entretien.

Ialtchad Presse : M. Le ministre, nous voici à quelques jours du 50ème anniversaire de l’accession du Tchad à l’indépendance, quel sentiment éprouvez-vous ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian :
D’abord je remercie le jeune Média Ialtchad Presse pour l’opportunité qu’il m’offre pour pouvoir donner mes impressions au souvenir inoubliable qui est le 11 août 1960. Personnellement, j’éprouve un sentiment de joie, de fierté parce que cette date-là, le Tchad venait d’être libéré du joug colonial et que désormais la destinée du pays est dans nos mains.

Ialtchad Presse : Vous avez une vingtaine d’années lorsque l’indépendance du Tchad a été proclamée, quel souvenir avez-vous de ce 11 août 1960 ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian : En fait, j’ai gardé un grand souvenir de cette date. À l’époque pendant que le Président Tombalbaye proclamait l’indépendance à Fort Lamy, je me trouvais en vacance chez les parents. On a organisé un grand bal au centre culturel de Moundou où ont pris part les fonctionnaires, les étudiants et les forces vives de Moundou. Franchement la fête était belle. Malheureusement un fumeur en voulant allumer sa cigarette à côté d’un fut d’essences a provoqué un incendie et voilà la flamme a envahi tout le centre. C’était la débandade totale, les filles et les garçons se bousculaient pour sortir donc, c’est sauve qui peut. Et Dieu merci moi je suis sorti indemne. Voilà un peu l’événement qui m’a marquée dans la nuit du 11 août 1960 à Moundou.

Ialtchad Presse : Quel est le bilan de 50 ans d’indépendance ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian : Faire un bilan de 50 ans d’indépendance au cours d’une entrevue me parait un peu difficile mais globalement je dirais que si le Tchad n’a pas connu les guerres internes, il serait classé parmi les pays en voie de développement ou encore un pays mieux nanti. Malheureusement, le Tchad a été freiné par ses propres enfants, les uns influencés par les puissances extérieures et les autres nourris par des ambitions démesurées et voilà le pays a failli basculer dans le néant. Mais il faut reconnaitre que le Tchad est un pays béni de Dieu. Malgré les évènements qu’a connu le pays à travers les guerres successives de 9 mois en 1980, puis celles d’avril 2006, février 2008 dans la capitale N’Djamena, on constate de nos jours des actions de développement concrètes notamment dans le domaine de l’Éducation, de la santé, de l’agriculture et des infrastructures, etc.

Récemment lors d’une mission à Abéché, il y a eu un grand changement. Je ne suis pas retrouvé, la ville a complètement changé. Je me rappelle en octobre 1960 quand j’étais affecté la bas, la ville n’était pas celle qu’on voit aujourd’hui. À l’époque pour aller à Abéché ou à Sarh, on peut mettre facilement une semaine en route mais aujourd’hui tout a changé. Aussi, en ce qui concerne l’enseignement supérieur nous avons 4 ou 5 universités et plusieurs instituts universitaires alors que par le passé on ne parle que de la seule université du Tchad. Nous n’avons pas des médecins, des magistrats, des ingénieurs, des agronomes aux premières heures des indépendances, mais de nos jours, on en a des centaines. Donc à mon avis, c’est un bilan que je dirais de positif parce qu’il y a une nette avancée dans des domaines divers.

Ialtchad Presse : Êtes-vous d’avis que la célébration du cinquantenaire de l’indépendance est une opportunité pour unir davantage les tchadiens ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian :
Je pense que toutes les occasions qui militent en faveur de l’unité, la concorde nationale sont pour moi une satisfaction. Dans les temps anciens, le Président Tombalbaye décalait la fête du 11 août en janvier pour permettre à tous les fils du Tchad, c’est à dire les cadres, les chefs traditionnels de se retrouver à N’Djamena pour se parler. Donc pour moi c’est une opportunité à saluer.

Ialtchad Presse : Êtes-vous optimiste quant à l’avenir du Tchad ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian :
Évidemment, dire le contraire serait un crime de ma part. Non seulement je suis optimiste, mais j’ai toujours été optimiste pour mon pays. Je n’ai jamais baissé les bras devant les perturbations, moins encore devant les difficultés conjoncturelles. L’optimisme est mon credo. À un moment donné, les faibles d’esprit “s’il faut les appeler ainsi” se posaient la question à savoir est-ce qu’on peut sauver le Tchad ? Mais non seulement le Tchad est sauvé, la paix est rétablie et le Tchad est en train d’amorcer son décollage. Que ses fils abandonnent les coups bas, la trahison, l’esprit de gain facile, la conquête du pouvoir par les armes, etc. Le Tchad a toutes les potentialités pour se développer. Nous avons les ressources humaines, naturelles et minérales. J’ai été optimiste, je le suis et je le serais.

Ialtchad Presse : Un vœu pour cette circonstance ?
Ministre Mbaïlaou Naimbaye Lossimian :
Mon vœu le plus cher, c’est le renforcement de la paix retrouvée dans l’unité et la cohabitation pacifique grâce à une bonne et véritable justice.

Propos recueillis par Moussa Yayami, Hamid

«...La paix au Tchad ne peut pas être une paix bilatérale. Ce ne sera pas une paix entre le Pouvoir et le MDJT moins encore une paix entre le Pouvoir et la CMAP et il fallait s'y attendre...» Dr Boulada Jean-prospère président de la CMAP/dd 

Au cours de la rencontre qui a duré une demi-journée dans le luxueux appartement de son Hôtel au centre-ville de Montréal, le président de la CMAP/dd le Dr Boulada Jean-prospère et sa délégation nous ont reçu chaleureusement. Interroger par ialtchad Presse, le président Dr. Boulada nous a confié que la CMAP/dd est, et reste toujours ouvert de cœur et d’esprit. Car, dit-il, la CMAP/dd a été créé pour relancer la dynamique de paix et de dialogue avec les acteurs de la vie politique tchadienne. Mais il estime que l'exigence de paix et de démocratie, condition sine qua none du développement, exige à son tour des garanties solides et fiables ainsi que l'implication de la communauté internationale et cette tournée Nord-américaine est utile pour cette perspective.
Dans cet entretien, il a bien voulu nous livrer en toute franchise ses impressions, sa vision sur la paix et la démocratie au Tchad, et les problèmes de l’heure. A la tête d’une délégation, Dr Boulada a eu à effectuer plusieurs contacts avec notamment les autorités Canadiennes, quelques ONG et surtout une grande rencontre avec les ressortissants Tchadiens du Québec. 

Ialtchad Presse : - Mr le Président, la visite d’un des chefs de l'opposition Tchadienne (CMAP/dd) en Amérique du Nord est un événement important. Peut-on connaître les raisons qui motivent cette visite et ce qui en est attendu?
Dr Boulada Jean-prospère: La CMAP/dd a suivi avec un grand intérêt la récente tournée en Afrique de Jean Chrétien premier ministre du canada en vue de la préparation du sommet de G8. Ce sommet qui s’est déroulé du 25 au 28 juin à Kananaski et présidé par le Canada, a fait un certain nombre de déclarations et pris des résolutions sur le concept du développement durable sur le continent africain. Ce concept intègre nécessairement la démocratie et la paix. Ces résolutions ne peuvent que rencontrer l’adhésion de la CMAP/dd. On se rappelle que c’était dans cette optique que la CMAP originelle avait mis en place une commission baptisée «commission dialogue et paix» présidée par le commissaire aux relations extérieures, le Dr Ley Ngardigal. Cette commission s’était rendue au Tchad en décembre 2001. Les discussions que nous avons eues avec le président de la république et le gouvernement s’inscrivaient dans cette dynamique de paix. Vous pouvez vous référer au communiqué commun CMAP/Gouvernement.
   L’exigence de paix et démocratie, condition sinon quo none du développement, exige à son tour des garanties solides et fiables et une implication de la communauté internationale particulièrement en ce moment où après la formation du nouveau gouvernement et l’installation de la nouvelle assemblé, le dialogue entre les différents protagonistes de la crise politique, tchadienne, reste malgré tout bloqué. Le Canada et les usa, dont la contribution, pour la paix dans le monde est très appréciée nous seraient utiles dans cette nouvelle dynamique de paix que la CMAP/dd a voulu relancer. D’où l’objet de ma visite en Amérique du nord placée sous deux angles, politique essentiellement puis professionnel.
   Pour ce qui est du volet politique, la CMAP/dd dont j’ai l’honneur de présider la destinée souhaite 
  1- Rencontrer les autorités politiques du Canada et des usa pour évoquer la contribution de ces deux pays à la reprise du dialogue politique inter tchadien suivi d'une conférence de paix globale.
   2- Rencontrer les Ong.
   3- rencontrer la diaspora tchadienne.
   4- Rencontrer l’équipe ialtchad Presse.
   Pour ce qui est du volet professionnel, je suis expert judiciaire près de la cour d’appel de Colmar (France). C’est à dire personne qualifiée pour faire la traduction et l’interprétation d’une langue dans une autre au pénal. En effet je suis traducteur interprète  freelance assermenté de russe-français. Je suis membre de la société française des traducteurs (SFT), elle-même membre de la fédération Internationale des traducteurs (FIT). La Fit tient son 16ème (XVI) congrès en ce moment à Vancouver. Et je suis attendu avec une communication scientifique sur le statut des traducteurs interprètes jurés en Alsace et Moselle.

Ialtchad Presse : - Mr le Président, où en êtes-vous de vos contacts avec les autorités canadiennes ?
Dr
Boulada Jean-prospère: Dès notre arrivés, nous avons pris contact avec le cabinet du premier ministre Jean Chrétien pour envoyer une demande d’audience, faisant suite au courrier que notre commissaire aux relations extérieures, Dr Ley-Ngardigal lui avait précédemment envoyé. Le cabinet est au courant des contraintes de la durée de mon séjour au Canada. Mais comme vous pouvez le constater, entre le remaniement ministériel et les rencontres programmées avec les personnalités importantes, le premier ministre Mr Jean Chrétien est très occupé. Malgré tout son cabinet nous assure que nous aurons incessamment réponse à notre demande d’audience.

Ialtchad Presse : - Mr le Président, quelle est votre vision de dialogue et paix au Tchad: Paix ou guerre ? Accord de paix du 07 Janvier 2002 entre le MDJT et le pouvoir ?
Dr
Boulada Jean-prospère: Manque de pot, la délégation de la Commission Dialogue et Paix qui s'était rendu au Tchad, avait refusé de considérer son acte politique posé au Président de la République et à son Gouvernement comme relevant d'un jeu ou d'une simple opération médiatique en signant le communiqué conjoint CMAP-Gouvemement et en acceptant l'invitation du Président de la République d'aller à Komé, malgré les oppositions des cadres du FNTR, démontrant par-là que leurs pieds étaient dehors par rapport à l'acte politique que nous avons collectivement posé. Deuxième raison: celle-ci est la plus importante qui différencie fondamentalement la CMAP/dd de la CMAP/FNTR. Ce n'est pas par ce que la Commission Dialogue et Paix de la CMAP est allée au Tchad remettre son projet de Paix globale et discuter avec le Président de la République que cette Commission, par, un tour de passe-passe magique, était devenue amnésique au point de ne plus reconnaître qu'il y a des foyers de rébellion au Tchad et donc des problèmes politiques. C'est la raison pour laquelle la Commission Dialogue et Paix avait négocié durement avec le pouvoir pour admettre dans un texte juridique que l'abandon de la lutte armée au Tchad, ne pouvait être la conséquence d'une paix globale de tous les protagonistes assis autour d'une même table. À l'époque quand nous étions au Tchad, nous avions pensé au MDJT, nous avions pensé aux autres politico-militaires opérant ou non sur le terrain ou qui sont en exil. Quand vous faites une analyse de la situation socio-politique et économique du Tchad et que vous vous demandez ce que les fils de ce pays sont capables de lui offrir, vous avez le cœur gros comme une patate.
   Le Tchad, après plus de quatre décennies d'indépendance, regorge de cadres techniques et scientifiques de talent. Mais pour des raisons de paix introuvable, la plupart sont pris en otage en exil. C'est pourquoi, pour nous, il faut d'abord créer les conditions d'une paix globale. Pour reprendre l'expression du Président de la République, que les fils du pays se retrouvent et mettent ce qu'ils ont proposé «dans la balance: on pèse le pour et le contre et on prend ce qui est utile pour le pays», avant de proclamer solennellement l'abandon de la lutte armée. C'est ce que l'ancienne Commission Dialogue et Paix avait réussi à obtenir du pouvoir. La paix au Tchad ne peut pas être une paix bilatérale. Ce ne sera pas une paix entre le Pouvoir et le MDJT moins encore une paix entre le Pouvoir et la CMAP et il fallait s'y attendre : l'accord de paix cadre entre le MDJT et le Pouvoir scellé le 7 janvier 2002 à Tripoli ne pouvait que faire long feu. Pourquoi ? En dehors des raisons multiples dont les explications seront longues à développer, nous dirons qu'il-n ‘y a pas de confiance entre les deux parties et le syndrome des évènements de février 1979 (guerre civile provoquée par un Premier Ministre contre le Président de la République), ne pouvait que durci les positions et faire voler en éclat cet accord entre l'exigence de l'intégration dans l'armée dite nationale des éléments du MDJT et la formation d'un gouvernement de transition.
   Le MDJT a pris les armes pour combattre l'injustice. Depuis, ces combattants et cadres ont payé un lourd fardeau pour cet engagement et courage légendaire que nous leur concédons. Mais ce n'est pas par ce que les autres Tchadiens n'ont pris les armes qu'ils ne pensent pas moins aux voies et moyens pour établir un Etat de droit véritable au Tchad, c'est-à-dire la paix, la justice et la démocratie. Cette tendance qui consiste à décréter à un parti ou à mouvement la respectabilité politique par un rapport de force militaire qu'il maintient sur le terrain et à considérer l'autre qui ne fait usage de la violence comme une entité négligeable, est une tendance qui fait l'apologie de la violence. Il est vrai que ceux qui ont décidé de la conduite de la guerre et de la lutte armée, ont peu réfléchi aux conséquences mais aux causes. Les conséquences qui sont tout de même des vies humaines sacrifiées et la destruction des infrastructures socio-économiques, la pose des mines anti personnelles, valent-elles les causes nobles, soient-elles, qu'on peut négocier. Pour négocier, il faut que les intérêts des uns et des autres soient préservés ou trouvent un compromis. Autrement, nous n'arriverons jamais à faire sauter les verrous de la négociation. Nous ne pouvons que pousser les protagonistes du conflit dans leurs derniers retranchements par une intransigeance et un jusqu'auboutisme suicidaires pour eux-mêmes et pour le peuple. Il n'y a pas que des Tchadiens qui font l'apologie de la violence. Certaines chancelleries occidentales vous tiennent le discours similaire alors qu' elles sont les premières à mobiliser tous leurs moyens d'information de masse pour vous discréditer d'avoir utilisé la violence dans votre conquête du pouvoir. Or l'apologie de la violence dans l'histoire du Tchad, est une catastrophe. Alors le moment est venu pour la nouvelle génération d'hommes et de femmes Tchadiens de voir autrement la politique. Quand nous faisons de tel raisonnement, les mêmes chancelleries n'ont fait qu’acquiescer que nous avons raison. C'était le sens de la démarche de la CMAP dont sa Commission Dialogue et Paix a rencontré le Président Idriss Deby en décembre 2001 à N'Djaména. Tous les problèmes posés par le MDJT à savoir la formation d'un gouvernement de transition, la réforme de l'armée et des institutions de la République, sont réels. Mais cet accord ne marchera pas par ce qu'il est bilatéral. Au niveau de la CMAP/dd, nous n'avons de cesse de répéter que si accord, il y a, il doit être global d'un accord. Un accord de paix global concerne tous les acteurs de la vie politique tchadienne, la société civile et les ADH. Un tel cadre qui fera appel de témoins aux institutions internationales à savoir la naissante l'UA et l'ONU et des observateurs internationaux et illustres personnalités tel que Nelson Mandela, est une garantie sûre au Président Idriss Deby que l'application de cet accord de paix global par un gouvernement tchadien quel qu' il soit, que ce soit celui de la transition (à former après l'accord de paix global) ou celui qui sera issu des élections libres organisées par le gouvernement de transition, ne le poursuivra pas pour complicité de tortures et crimes de Hissein Habré. C'est uniquement à ces conditions qu'on ferra sauter les verrous de la paix introuvable au Tchad. Sur l'exemple de l'Afrique du Sud, nous pensons qu'il n'y a pas des problèmes que les Tchadiens ne peuvent pas négocier pour avoir la paix.
   Pour la CMAP/dd, c'est dans les phases préparatoires de cette conférence de paix globale qu'on élabora la plateforme du gouvernement de transition. Le gouvernement de transition ne sera pas un gouvernement déjà connu dans l'histoire du Tchad. C'est un gouvernement spécial dont le contour va être balisé pour éviter les dérives qu'a connues le Tchad. Il doit définir ses relations avec le pouvoir exécutif (statut du Président de la République) législatif et judiciaire.

Ialtchad Presse : - Mr le Président, quelle est aujourd'hui le rapport de force à l’échelle nationale et international ?
Dr
Boulada Jean-prospère: Je schématise les données la France est avec idriss deby, les usa sont avec idriss deby, les institutions financières internationales (BM) sont avec idriss deby, les consortiums sont avec idriss deby. Ajouter à cela, le fait que le 11 septembre ne permet pas à la lutte armée d'avoir un écho favorable.
- L’opposition politico-militaire dans son ensemble est divisée car elle s’enfonce dans des querelles de leadership
- N'en parlons plus de l’opposition intérieur démocratique.
Chers compatriotes. Nous sommes entre nous. Et nous pouvons parler à cœur ouvert. Ce que je vais vous dire, beaucoup le savent déjà. Notre pays est un enjeu international principalement pour sa richesse mais aussi pour sa position géopolitique. On a dit et répété que le développement d’un pays ne peut se concevoir sans démocratie. Or notre pays a fait l’objet de deux hold-up électoraux successifs. 

Ialtchad Presse : - Mr le Président, quel sentiment vous inspire l’abandon de la lutte armée par le FNTR ?
Dr Boulada Jean-prospère: Le FNTR est un mouvement qui se dit politico-militaire et revendique à son actif 400 combattants opérant à l'Est du pays. Quelle est la réalité de son rapport de force militaire sur le terrain ? Nous ne le savons pas pour ne pas dire inexistant. Entant que mouvement signataire du Protocole d' Accords portant création de la CMAP, le FNTR est libre de ses activités politiques par rapport au choix des formes de lutte et de sa stratégie pourvu que celles-ci ne portent pas atteinte ou ne nuisent à la Coordination dans son ensemble. Or la Coordination a connu une longue période de crise par la faute des cadres dirigeants du FNTR et la CMAP originelle s'est muée en CMAP/dd dont les membres m'ont honoré de leur confiance pour me nommer à la Présidence. L’autre groupe, est justement celui que nous avons qualifié de CMAP/FNTR.
   Donc, l’abandon de la lutte armée par le FNTR, pour revenir précisément à votre question, est pour la CMAP/dd, un non-événement. Pour plusieurs raisons. Première raison : D'abord, ce n'est pas au 6ème Congrès que le choix de cette stratégie anime les dirigeants du FNTR. Déjà au 5ème Congrès la question cogitait leurs esprits, ce qui se reflétait dans leurs déclarations publiques. Eh bien, dans ce cas il faut joindre l’acte à la parole. Pour nous, quand on pose un acte politique, il faut le suivre jusqu' au bout. Et vous allez le comprendre dans notre démonstration que l’acte posé par les cadres du FNTR se résume à un pied dedans, un pied dehors. C'est ainsi que l'acte d'une proposition du dialogue avec le pouvoir, a été considéré par les cadres du FNTR comme une opération médiatique.

Ialtchad Presse : - Mr le Président, si on peut revenir un peu en arrière, quelle place laissez-vous à vos anciens frères d’armes, la CMAP/FNTR comme vous la qualifiez?
Dr
Boulada Jean-prospère: Permettez-nous Mr Brahim d'être peu loquaces à ce sujet. Nous avons définitivement tiré un trait sur notre passé. Cela se comprend car nous n’allons pas éternellement trimbaler derrière nous nos vieilles casseroles ce n’est pas du tout péjoratif l’expression «vieilles casseroles». Nous ne visons pas quelqu’un ni un mouvement politique en particulier. Les vieilles casseroles pour nous sont :
  - Les incompréhensions

 - les interprétations tendancieuses de notre initiative du dialogue  et de paix
  - les querelles de leadership
  - les crocs-en-jambe ou peaux de banane intentionnellement posées sur nos chemins.
  - Les discussions interminables sur des questions de forme alors qu'il est plus utile pour le pays de discuter sur des problèmes de fond. Il appartient à tous ceux et toutes celles qui sont rompus à cette vision anachronique de nous rejoindre dans cette nouvelle dynamique de paix.

Ialtchad Presse : - Mr le Président, Ialtchad Presse pour vous en quelques mots ?
Dr Boulada Jean-prospère: Ialtchad Presse est un des sites tchadiens les plus performants, transcendant, faut-il le rappeler les clivages. Ialtchad Presse apporte à sa manière sa pierre à l’édification du Tchad, pour ces mines d’informations sur son site, cette tribune du débat d’idées et du débat contradictoire, permettant aux tchadiens de la diaspora de s’extérioriser à défaut d’influer sur le cours des évènements au Tchad. Ce qui, en soit, est déjà une thérapie du groupe, dans ces pays d’exil, où, en dépit de leur hospitalité légendaire, vous rencontrez des frustrations de toutes sortes. Ialtchad Presse contribue à la sainteté d’esprit de nos ressortissants et le Tchad a besoin de ses fils sains d'esprit, et Ialtchad Presse y est pour beaucoup.

Ialtchad Presse : - Merci Mr le président et bons séjours en Amérique du Nord

Dr Boulada Jean-prospère: C'est moi qui vous remercie

Interview réalisée par Brahim Wardougou 

Le Secrétaire aux Affaires Étrangères Adjoint, Chargé de l’Afrique Rapporteur Général de la Commission de Réconciliation Nationale du MDJT Mr NGARO Ahidjo Ahmadou après avoir nous parler de son mouvement, s'est montré optimiste en la réalisation de l'Accord du 07 Janvier 2002 lors d’une interview accordée à Ialtchad Presse.  Par ailleurs il a souligné la nécessité pour les Ialtchad d'assumer désormais leur avenir et demande à ces derniers de se souder les coudes sans considération de confession, ethnie, région, tribu ou coterie donnée...

Ialtchad Presse : - Vous êtes Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint, Chargé de l’Afrique, Rapporteur Général du MDJT, principale rébellion tchadienne, parlez- nous brièvement de ce Mouvement et de ses projet de société et programme.
NGARO Ahidjo Ahmadou : Il n’y a pas longtemps encore, le langage des armes passait pour être la panacée à nos incuries. N’ayant pas d’autres voies de recours, une infime poignée de patriotes s’inscrira dans la même logique pour combattre la misère, la pauvreté, l’injustice, l’insécurité et l’asservissement qui sont le lot quotidien du peuple tchadien… La légitimité de ces revendications finira par faire des émules dans toutes les couches sociales du pays. Ainsi sera né le MDJT sur les traces Tibestiennes des premières rébellions que le Tchad a connues…  

Le nombre infime des combattants et la précarité des moyens disponibles en ce moment- là donnèrent à plus d’un, l’impression d’une aventure de très courte durée. Mais, hélas ! Puisqu’on n’en tînt pas compte, la triste saga des chaînes montagneuses du Tibesti se répéta : En effet, ce relief accidenté a toujours offert une couverture militaire de choix au premier combattant qui y prend appui. Depuis les années 60, cette logique a prévalu : Des groupuscules de rebelles dépourvus de tout ont ainsi pu venir à bout des Armées les mieux équipées…

Comme il est d’usage au Tchad, la sagesse ne surviendra malheureusement qu’après accumulations de pertes variées... Le statu quo enregistré de part et d’autre, le contexte international défavorable à l’acquisition du pouvoir d’Etat par la force et l’appel des Chefs d’Etat des pays membres de la CEN-SAD aidant, des pourparlers furent amorcées en Décembre 2001 entre les belligérants... Un Accord de Paix verra jour le 07 Janvier 2002, sous la Médiation Libyenne et grâce aux efforts personnels du Colonel KADHAFI, Guide de la Révolution d’Al- Fatah. Du coup, le MDJT, jadis Mouvement armé en lutte, opéra une pleine métamorphose politique.

Le Congrès qui s’est tenu du 11 au 20 Décembre 2001 à Sebha (Libye), a doté le MDJT des Statuts, Règlement Intérieur et Programme Politique ; des structures crédibles en sortiront et des cadres nommés à divers postes de responsabilité… Ces Textes de Base sont, quant à eux, fondés sur des convictions profondes dont la première source part du constat ci- après : Le Tchad est devenu un vaste cimetière tant pour enterrer ses milliers de martyrs que pour ensevelir des projets de société les plus affinés, étouffés prématurément dans l’œuf parfois du fait de leur aspect un peu trop vague et sans commune mesure avec la réalité de tous les jours…

Partant, le MDJT met en avant-garde son sigle pour élaborer le projet de société qu’il se propose de gérer en partenariat étroit avec le peuple : Démocratie et Justice qui en sont les points cardinaux suffisent à traduire les vœux chers de tous les Tchadiens...

Hormis les fonctions régaliennes classiques de l’Etat sur lesquelles repose ce projet de société, je m’en vais de manière ramassée vous en donner quelques grandes lignes. Il est axé principalement sur l’Unité Nationale : Le Tchad est UN et Indivisible ne doit plus être une simple rengaine… Ce slogan doit se traduire par des mesures sociales pratiques et courageuses telles que : L’incitation aux mariages mixtes, les brassages des populations, la cohabitation saine entre éleveurs et agriculteurs, la recomposition pluriethniques et multiconfessionnelles des quartiers urbains…

Le 2ème credo de ce projet de société est l’application au Tchad du principe de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut : Que le rabotage de bois revienne au menuisier, la réparation de véhicule au mécanicien… Que le médecin ne soit plus détourné de son bistouri pour se voir confier la tâche d’entretenir les installations électriques...  

Cela dit, le MDJT est d’obédience Sociale- Démocratique, Libérale et Individuelle. Il met un point d’honneur sur l’épanouissement de l’individu qui est gage de l’épanouissement de la Nation toute  entière…

Par ailleurs, la politique qui est une remise en cause permanente de soi, exige des stratégies qui s’adaptent aux sociétés humaines, que l’on sait, sans cesse changeantes … Étant entendu que l’ère des dogmes et des doctrines figées est à jamais révolue, on ne peut classer le MDJT ni dans une Gauche Statique, ni moins encore dans une Droite Classique… Les idéologues et autres penseurs du Mouvement ont, dès à présent, le devoir de définir une voie assez originale qui pourrait, pourquoi pas, prendre la forme d’un Centre Gauche/Droite. Cette synergie aura la particularité de puiser aux différentes idéologies tout ce qu’elles ont de positif…  

Très sommairement, voilà ce qu’on peut déjà retenir du MDJT. Toutefois, il suffit de se rapprocher des services compétents du Mouvement pour de plus amples informations. Dans le même ordre d’idées, un Site Internet spécial sera prochainement consacré à la question...

Ialtchad Presse : - On peut constater des divisions au sein du MDJT à travers les différents Communiqués émis. En tant que Secrétaire aux Affaires Extérieures Adjoint, Chargé de l’Afrique, comment percevez-vous ces querelles intestines qui semblent aujourd’hui secouer le MDJT ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Tant que les Textes de base et les Organes statutaires du Mouvement restent en vigueur, le MDJT vit ! Il n’y a donc pas lieu de paniquer parce que des râles sont notables par-ci, par-là pour annoncer la fin prochaine d’une certaine politique- prestidigitation.

Néanmoins, si dans un Mouvement de lutte ou dans toute autre Organisation humaine apparaissent des divisions ou des confusions, la sagesse recommande de rester souder aux normes régissant son milieu d’attache : De ce fait, les croyants iront automatiquement vers leurs Livres Saints ; les Militants modèles se dirigeront tout naturellement vers les Textes de Base qu’ils ont approuvés par applaudissements nourris. Quelques soient les Communiqués, leur sérieux ne peut s’apprécier que par rapport à l’identité de leurs auteurs. Pour le reste, les Textes de Base du Mouvement sont là pour faire la part des choses...

En effet, le MDJT est loin d’être une Organisation Monarchique où des postes s’héritent par affinités ethniques, claniques, confessionnelles ou régionales… Fort heureusement, la dernière lettre du sigle ‘’M.D.J.T’’ conforte plus d’un patriote convaincu dans la mesure où elle s’adresse bel et bien au Tchad dans sa dimension la plus nationale et non à une coterie donnée.

Pour ainsi dire, en l’absence du Président, l’Article 5, Alinéa 5 B du Règlement Intérieur du MDJT dispose : «Ils (mis pour les deux Vices Présidents) sont élus par le Congrès, en même temps que le Président pour une durée de trois (03) ans… Ils assistent celui- ci et le remplacent en cas d’empêchement, dans toutes ses attributions, selon leur ordre protocolaire… ».

Sur la même lancée, des Porte- Paroles sont chargés des relations publiques au sein du Mouvement et un Rapporteur Général pour assurer le relais au niveau de la Commission de Réconciliation Nationale : En quoi est- ce que ces attributions statutaires incomberaient- elles à d’autres individus, si ce n’est que pure diversion ?

Nous autres n’avons foi qu’aux dispositions des Statuts et Règlement Intérieur du Mouvement qui prévoient la tenue d’un Congrès Extraordinaire pour pourvoir aux postes vacants et amender, au besoin, les Textes de Base.

Les Communiqués abracadabrantesques distillés ces derniers temps sont caractéristiques de ce qu’on qualifierait d’esprit- Petit- Combattant- Tchadien.  Nous espérons tous que le Congrès en vue donnera bien lieu à une lutte active contre ce phénomène dont la survivance serait, à terme, préjudiciable tant à la cohésion interne du Mouvement qu’à l’ardeur de ses nombreux partisans. Prétendre défendre les idéaux du MDJT suppose se conformer à l’esprit et à la lettre et non instrumentaliser ses textes !

Ialtchad Presse : - La perspective de la tenue du dialogue entre le MDJT et N’Djamena, notamment l’Accord du 07 Janvier 2002 de Tripoli, a semblé porter beaucoup d’espoirs… Près de un an plus tard, où en est- on ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Un processus de négociation est comparable à un verger qui ne se récolte qu’avec le temps, c’est -à- dire une fois les fruits arrivés à maturité… En bons jardiniers de la paix, les trois parties impliquées dans ce processus de négociation (Gouvernement du Tchad, Libye et MDJT) ont mis le temps qu’il fallait pour pouvoir, enfin, parvenir à un exemple de réconciliation réussie… Les précipitations et autres arrangements de façade ne donnent que fruits verts ou Accords sans lendemains… Alors, la colique ou les gueules- de- bois sont légion.

De notre part, personne n’a jusque- là failli dans la mesure où la phase capitale du processus a été franchie il y a 12 mois environ. L’Accord  du 07 Janvier 2002 qui en est une bienheureuse consécration, dispose en son  Article 8, je cite : «La formation de trois Sous- Commissions Techniques (Politique et Juridique, Militaire et de Sécurité, et Socio-économique) chargées de rédiger les détails du présent Accord dans un délai n’excédant pas deux mois à partir de la date de sa signature… ».

Ce qui a été fait dans les limites du temps imparti. Cette reprise a donc permis d’aborder les modalités pratiques dudit Accord. Ainsi donc, sur les 10 points que le MDJT a eu le mérite de faire adopter, un seul a fait l’objet de blocage… Mais en dépit de ce parcours sans faute, des avis tatillons se sont manifestés dans nos rangs. Il fallait donc recourir au vote pour trancher. Le Procès- Verbal N°001 du 24 Avril 2002 est éloquent à ce propos : 90% des voix exprimées font abstraction du Poste de Premier Ministre exigé par certains des nôtres…

Mais, comme il s’agit de poser des actes de portée historique auxquels le Peuple tchadien fonde tout son espoir, le MDJT était tenu d’en informer d’abord sa base… Le Communiqué Conjoint du 04 Mai 2002 signé par la Partie Gouvernementale et le MDJT convient de cette nécessité impérieuse ; interaction qui a, d’ailleurs, été saluée par la Libye, Partie Médiatrice.

Entre temps, beaucoup d’eau a coulé sous le pont, vous me direz non sans raison : Citons la mort de Youssouf Togoïmi et les accrochages de Faya, Fada… Mais, il n’en demeure pas moins aujourd’hui que les conditions aussi bien objectives que subjectives de faire une paix juste et durable sont plus que jamais réunies…

La reprise des négociations ne visera plus qu’à faire la volonté de la majorité ci- dessus exprimée, c’est- à- dire céder sur le dernier point qui fait obstacle ; ensuite, passer à la finalisation de l’Accord du 07 Janvier 2002. Cette phase d’application aurait mérité qu’on s’y attarde beaucoup plus que tout autre chose : Car négocier, c’est aussi savoir lâcher du lest lorsque votre vis- à- vis a tout concédé ! Autrement dit, on court le risque de verser dans l’irrationnel destructeur… Ce qui n’est de l’intérêt de personne, ni moins encore de celui du peuple qui en a marre des tergiversations politiciennes !

Ialtchad Presse : - Selon vous, qu’est- ce qui peut motiver le MDJT à signer l’Accord du 07 Janvier après 4 années de lutte armée ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Les appels concomitants de paix lancés par le Président Tchadien, le Guide Libyen et les Chefs d’Etat membres du Conseil Présidentiel de la CEN- SAD semblaient si sincères que nul n’avait plus de raison de rester indifférent...

En acceptant cette offre de dialogue et de paix, le MDJT a prouvé combien sa lutte ne vise autre objectif que l’intérêt supérieur de la Nation : L’instauration au Tchad de la Justice qui est l’égalité de tous devant la Loi, la Démocratie qui est le pouvoir du peuple pour le peuple et par le peuple, est le but de notre lutte. Par conséquent, le MDJT est prêt à toute option pouvant éviter le drame à notre peuple qui nous est si cher.

Ceci étant, après le temps de guerre qui lui a permis de revendiquer des droits légitimes, le MDJT s’inscrit dans une logique de paix maintenant que ses idéaux, c’est- à- dire celui du Peuple, peuvent être défendus autrement...

Ialtchad Presse : - Et si le dialogue avec N’Djamena échoue, quelle serait votre dernière option ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : À mon avis, le dialogue est l’art de la patience et de la mesure ; c’est aussi la valse des propositions et contre-propositions… Lorsqu’un blocage survient, ce qui est courant, il suffit de convenir d’une suspension opportune afin que chaque partie fourbisse ses arguments, voire calmer ses nerfs… Davantage de dialogue est la solution miracle quand on reprend des négociations qu’on croyait perdues d’avance !

Cette sagesse a prévalu lorsque, pour une question de poste de Premier Ministre difficilement accessible, les parties en présence ont ajourné les travaux en Sous- Commissions pour permettre que des consultations aient lieu au niveau des bases respectives… En d’autres termes, nous sommes encore loin de la probabilité d’échec.

Ialtchad Presse : - Imaginez un scénario conduisant votre Mouvement au pouvoir, quelles seraient vos priorités au plan de la reconstruction socio-économique du pays ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Le MDJT au pouvoir, c’est la victoire du peuple parce que c’est lui qui, bravant les dangers les mains nues, a pris la déterminante décision de s’ériger contre des pratiques de gouvernement datant, pour la plupart, des heures ténébreuses de l’indépendance…

Pour ce qui est du modèle de notre régime, nous partons de ce postulat : Aussi vertueux que soient les concepts comme Démocratie, Économie, Capitalisme ou, que sais- je encore…, que représentent- ils concrètement dans le vécu quotidien du Tchadien moyen… ? Un pays sortant de loin comme le nôtre a davantage besoin de projets détaillés, programmés, chiffrés et réalistes… Il n’a que faire de ces agencements de textes prêt-à-porter d’importation dont a coutume de gaver le bas-peuple…

En tant qu’émanation de la Base, le MDJT marque la différence en proposant à son mandataire, c’est- à- dire le peuple, un programme et un projet de société qui l’aideront à s’assumer en toute souveraineté afin de mieux répondre aux exigences de la globalisation et de la mondialisation où la bataille des compétences est reine…

Moins lettré et ayant sûrement mieux à faire ailleurs, le bas- peuple a besoin de comprendre, par exemple, les indices sur lesquels d’aucuns se fondent pour calculer son SMIG, fixer les prix, voire répartir les revenus de l’Etat ; son pouvoir d’achat devant s’apprécier au panier de la ménagère, la Sécurité se jaugeant à partir des cohabitations harmonieuses dans nos villes et campagnes… Par voie de conséquence, on doit cesser d’assimiler le peuple à cette notion vague et abstraite qu’on applique généralement aux foules d’indigents qu’on mobilise de manière circonstancielle pour applaudir n’importe quoi ou voter n’importe qui…!

En faisant de la restauration de l’autorité de l’Etat, la défense des Droits de l’Homme, le rétablissement de la Justice Sociale et la Sécurité son cheval de bataille, le MDJT touche du doigt les fondements mêmes d’un Etat de Droit qui prend sous d’autres cieux l’appellation de communisme, Socialisme ou libéralisme… Mais au Tchad, particulièrement, il s’agit d’exister tout d’abord comme un Etat moderne dans le concert des Nations civilisées…

Réussir ce pari, c’est offrir un terrain fertile à l’éclosion socio-économique nationale. Mais pour l’heure, combattre l’esprit- petit- combattant- tchadien qui empoisonne les rapports humains, crée la méfiance entre les composantes sociologiques nationales, bloque la croissance et retarde le développement est la première des priorités. C’est ce à quoi le MDJT entend s’attaquer inlassablement s’il accède au pouvoir !

Ialtchad Presse : - La classe politique tchadienne, l’opposition en particulier, piétine toujours lorsqu’il y a lieu de négocier avec le Gouvernement en place : Hier, c’était l’effritement de la CMAPP ; aujourd’hui, tout laisse croire qu’il y a division au sein du MDJT… Quelle est votre analyse sur ce problème ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Il y a toujours eu des nombreux non- dit en ce qui concerne les piétinements notables dans les négociations entre le Gouvernement et l’opposition tchadienne… Qu’est- ce qui a bien pu être dit, quels engagements ont été encore pris sur le dos du Peuple…? Et ces pactes secrets…?

A ces multiples interrogations, le peuple a besoin que les signataires des différents Accords, aujourd’hui désuets, puissent répondre un jour. Alors, jaillira la vérité pour établir les responsabilités exactes des échecs successifs… Mais avant que chaque partie ne se prononce clairement, je me refuse à des jugements hâtifs par respect pour la Démocratie et la Justice telles que prônées par notre Mouvement !

En revanche, j’ai été de ceux- là qui ont enfanté la CMAP; mais je fus un faux père puisqu’on m’a seulement annoncé la naissance de l’enfant sans qu’une fois je n’aie rencontré sa mère… Je suis sûr que beaucoup de fondateurs présumés se reconnaîtront à travers cette métaphore ! C’est dire que la barque a pris de l’eau au départ : Il va sans dire qu’on ne peut que tourner en rond en dépit des efforts louables consentis par une nouvelle classe de dirigeants du Mouvement…

Les organisations de l’opposition comme ceux du pouvoir, sont des entités publiques qui exigent transparence, probité et loyalisme dans leur conduite. Toute gestion opaque et partisane ne génère que dissonance de cloches, voire dispersion dans les rangs…

Jusqu’à preuve du contraire, le MDJT n’a pas encore atteint ce seuil. Le phénomène des alliances, mésalliances, trahisons et autres attaques personnelles est, à mon sens, lié à un état d’esprit propre à une catégorie de spécialistes de la géométrie variable. En dépit de la disparition de son Président et des sautes émotionnelles notables ici et là,  le MDJT fait, quant à lui, son petit bonhomme de chemin.

Ialtchad Presse : - Quelles Observations faîtes-vous de l’opposition tchadienne en général, armée et politique en place ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Parler d’opposition politique ou armée, m’amène à poser un regard critique sur l’arène politique nationale dans son ensemble : En effet, le commun de nos concitoyens en sont encore à se demander qui s’oppose et qui dirige réellement au Tchad ; sachant qu’on est plus opposant dès lors qu’on défend un programme politique et un projet de société qui sont la goutte jumelle de celles appliquées par le régime au pouvoir ; de même qu’on l’est moins lorsque le soir, on arpente les couloirs du pouvoir pour percevoir salaires de ses collaborations occultes… De l’autre côté, un régime issu des consultations démocratiques rentre en opposition contre lui- même dès lors qu’il viole le programme et le projet sur la base desquels il a été élu…

Que dire de ces caciques qui s’opposent aujourd’hui pour la simple raison qu’ils sont tombés en disgrâce… ? Et, ces aigris- là qui contestent pour un oui ou un nom sans jamais rien proposer de concret… ? Et, ces Souverains qui répriment la Vérité et la Raison par pure envie de nuire… ?

C’est la confusion au niveau de la classe politique nationale qui se trouve être constituée par deux extrêmes alors qu’aucune conviction nationale ni différence doctrinale de fond ne l’explique : Combien sommes-nous, de ces Organisations politiques à nous réclamer de la Sociale- Démocratie, du Socialisme ou du Communisme…? Combien sommes-nous réellement à agir en vrais démocrates dans nos vécus quotidiens, pratiques professionnelles ou militantes… ?

A force de créer des contradictions là où il y en a le moins, l’intolérance, la suspicion maladive, la violence aveugle nous détournent des lucides analyses des données dont a besoin tout homme politique… Ainsi, la politique qui est l’art de joindre les impondérables devient au Tchad, l’art de multiplier les inconséquences et les intrigues, de marquer les divisions et les délations…

L’absence de dialogue rassurant, l’incapacité pour chacun d’amorcer le premier pas salutaire et sincère vers l’autre, traduit la morosité de la scène politique actuelle : Tout y est désuet, sans aucun attrait pour l’électorat parce que tant la majorité que l’opposition sont en panne de stratégies crédibles de sortie de crise…

Faute de faire dignement face à cette triste réalité, l’opposition s’enlise chaque jour un peu plus, présentant, à de rares exceptions près, des colorations variées : Opposition de façade ou de mode ; de plaisance ou de saloon ; de jour ou de nuit ; sous-marine, spatiale ou souterraine ; opposition du ventre ou du bas- ventre ; rampante, couchée, assise, debout ou jouissive, tout court…

En tout état de cause, qu’elle soit velléitaire ou active, l’idée de s’opposer est en soi noble ; mais à la condition qu’elle soit constructive. À ce chapitre, il n’est pas déraisonnable d’avouer qu’une opposition radicale n’a jamais servie une alternance démocratique responsable au pouvoir !

En résumé, le plus grand ennemi de l’opposition, il faudrait se résoudre à le retrouver dans ses propres rangs ! Par contre, une majorité habile a toujours su en faire un bon rempart… !

Ialtchad Presse : - Dans votre dernière mise au point, vous parlez d’une mission du 2ème Vice-Président ADOUM  TOGOÏ  ABBO, au lieu d’une arrestation… Si c’est le cas, quel était le but de sa mission et dans quelles conditions s’est- elle déroulée ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Tout est parti de la reprise des négociations : Comme je l’ai dit plus haut, les travaux en Sous- Commissions consistaient à rédiger les modalités pratiques de l’application de l’Accord du 07 Janvier 2002… Vous convenez que cette phase n’est pas sans drainer des passions…

Butés sur le 10ème point relatif au poste de Premier Ministre, il a été convenu, après vote, de s’en remettre à la base militaire pour trancher. L’expression démocratique qui s’en est suivie a démontré que les décisions du Congrès primaient sur des consultations de routine… Cette lecture pourtant sensée a fait l’objet de toutes les extrapolations…

De réunions élargies en concertations restreintes, l’idée d’informer au lieu de consulter la base fut admise. Une Délégation de la Commission de Réconciliation Nationale conduite par son Président, le Général ADOUM TOGOÏ ABBO, en était chargée à travers les différentes positions du MDJT.

A la surprise générale, celui- ci et le défunt Président étaient plutôt attendu pour d’autres choses : Le premier devait répondre des chefs d’accusation qui pesaient sur lui…Alors que le second avait à justifier cette accusation… En effet, chacun des deux Présidents présentaient l’Accord du 07 Janvier 2002 sous l’angle qui convenait le mieux à ses aspirations… Confondue, la base voulait savoir si le processus de paix était un ralliement en pure forme tel que soutenu…

Après du temps et des séances d’explications soutenues, la Zone Militaire N°2 ne pouvait que succomber au charme dudit Accord-cadre : Par leur Motion N°002/MDJT/BP/HCM/Z2/02 du 19 Novembre 2002, le Commandement Militaire N°2 manifesta sa totale adhésion à la mission et exhorta la Délégation de la Commission de Réconciliation Nationale à redoubler d’efforts dans ce sens… De l’autre côté, des sanctions exemplaires furent prises à l’encontre des principaux responsables de cette menée subversive…

Ialtchad Presse : - Brièvement, quel message voulez- vous qu’on retienne de votre dernier mise au point par rapport à l’article faisant de « ADOUM  TOGOÏ  ABBO libéré pour raison de santé ? ».
NGARO Ahidjo Ahmadou : Je voudrais tout d’abord relever que je ne suis pas l’auteur de la dernière mise au point à laquelle vous faîtes allusion. Du moins, elle émane des Organes compétents du Mouvement. J’ai reçu mandat de signer cet acte à caractère impersonnel en ma qualité de Rapporteur Général de la Commission de Réconciliation Nationale : C’est dire que nous ne sommes pas des usurpateurs au MDJT ; heureusement d’ailleurs !

Cette mise au point lève le voile sur le flou entretenu à propos de la position du 2ème Vice-Président. Elle exhorte les Patriotes à faire fi de la profusion de contrevérités dont on tente de les gaver : Dieu merci, beaucoup ont aussitôt compris que ADOUM TOGOÏ ABBO n’est pas arrêté mais plutôt détenu ; il ne peut être libéré puisqu’il rentre délibérément d’une longue mission... Et sa santé est des plus excellentes…

Ialtchad Presse : - A l’issue de cet entretien pour les Ialtchad qui vont vous lire ?
NGARO Ahidjo Ahmadou : Comme je le disais plus haut, la scène politique nationale est en vacances de longue durée faute de stratégies viables de rentrée…  Pour lui redonner de la couleur, du tonus et de la nouveauté, et rajouter ne serait-ce qu’une plus-value intellectuelle à son développement, la régénération de nos forces d’action à travers une classe d’acteurs politiques plus jeunes, plus cultivés, plus probes et plus patriotes s’impose…

Ailleurs, les anciens y veillent spécialement pour combler au fur et à mesure les tares liées à leurs âges avancés ainsi qu’à leur éternité au poste qui finissent par devenir un handicap… Ce serait un crime de lèse- succession que de compter sur les Grand-Frères du Tchad qui ne songent qu’à se river aux diverses fonctions…

Les Ialtchad doivent donc assumer désormais leur avenir en s’imposant de plus en plus dans la lutte politique et associative. Autrement dit, ils risquent de subir le destin désastreux de ces aînés dont l’égocentrisme n’a nulle part d’égal : À leur temps, ces derniers avaient bénéficié de tous les égards de la République ; rendre la pareille à la postérité ne leur vient point à l’esprit…  Pire, pour mieux confondre la jeunesse, ils les engagent sur leurs pas alors que celle-ci à des défis plus importants à relever en cette heure d’informatique, d’Internet et de voyages spatiaux… À parler franchement, les Ialtchad n’ont plus une seule seconde à perdre sur ces querelles anachroniques qui constituent, depuis l’Indépendance, le fonds de commerce par excellence de leurs aînés …

Je demande donc à tous les Ialtchad de se souder les coudes sans considération de confession, ethnie, région, tribu ou coterie donnée… À cause de l’intolérance des aînés, plusieurs Ialtchad ont dû s’expatrier ; nés à l’extérieur, d’autres sont loin de connaître ce Tchad qui engloutit ses propres enfants… Tous, gardent de tristes récits ou témoignages de parents décimés ou brimés injustement, s’ils ne sont pas eux-mêmes les victimes…

Dieu merci, leur ardeur d’acquérir sans cesse du savoir tout comme leur voyage à travers des réalités nouvelles sont autant d’enseignements qui pourront valablement aider de nombreux jeunes compatriotes à sortir de l’obscurantisme dans lequel ils sont actuellement confinés… C’est en échangeant nos expériences et nos découvertes que nous pourrions un jour de concert avec les frères et sœurs restés au pays, suggérer le modèle qu’il faut à notre peuple …

Ce devoir n’est pas une exclusivité des organisations politiques ou armées, des traditionnels patriarches, Chefs de clans ou de files… C’est une exigence suprême pour tous les Patriotes soucieux du retour à la paix, à la cohésion et au développement harmonieux du pays… La jeunesse a de tout temps payé de son espérance de vie les excès des anciens ! Les Ialtchad dérogeront difficilement à la règle : Qui, à part eux, peut consentir ce sacrifice duquel se décide leur avenir… ?

Cette tâche semble, certes, ardue lorsque les Ialtchad acceptent les seconds rôles qu’on leur fait jouer depuis plus de 42 ans d’indépendance. Bien que dotés de valeurs intrinsèques indéniables, ils ont aujourd’hui moins de chance d’accéder aux responsabilités qui leur permettent généralement aux jeunes premiers de participer à la gestion des problèmes spécifiques de leur génération...

La seule solution est de se soustraire de cette traditionnelle tutelle des aînés qui empêchent que les jeunes libèrent avantageusement les énergies incommensurables qui se terrent en eux, de manière à donner libre cours à leur esprit fécond...

Et pour atteindre des résultats escomptés, d’innombrables champs de possibilités existent pour celui qui sait tirer leçon de la misère du peuple tchadien : Un match de football, un concert musical, une exposition artistique, un symposium ou une conférence/débat a toujours aidé à atténuer les tensions les plus vives ; ces occasions ont également servi à éveiller les consciences, lutter contre l’exclusion, les injustices, l’ethnicisme…

Elles ont aussi permis de revendiquer des droits légitimes, de susciter un sursaut de solidarité, de raffermir la fibre patriotique. Elles ont surtout constitué le leitmotiv d’une jeunesse en quête de repères sûrs, d’assurance, de cohésion et de progrès comme c’est le cas des Ialtchad…

Si les premiers cadres du pays ont pu atteindre des résultats, somme toute, acceptables, il n’y a pas de raison que les Ialtchad ne soient pas capables de relever les défis qui les assaillent si les conditions de leur épanouissement sont réunies…

En plus de l’espace Forum qui leur est alloué, une structure conviviale existe aujourd’hui : Il s’agit d’une ONG dénommée Cercle d’Études et de Recherches pour la Promotion de la Culture, des Arts et Sports (C.E.R.PRO.C.A.S). Ouvert à tous les Ialtchad de 7 à 77 ans, il permet d’échanger, sans tabou aucun, des idées positives pour nous extirper du suicide collectif ! Il suffit donc d’écrire à l’adresse E-mail suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Quant à vous qui animez le Site Ialtchad, je ne cesserai de vous féliciter et vous adresser du fond du cœur mes encouragements pour vos actions en faveur du Renouveau Tchadien : Vous pointez du doigt la lune et je pense que les Ialtchad sauront lever haut les yeux pour regarder l’astre qui illumine l’univers ! En tout cas, l’histoire de notre pays retiendra vos mérites et la noblesse de votre contribution. 

Ialtchad Presse : - Je vous remercie.
NGARO Ahidjo Ahmadou : C’est moi qui remercie.  

Propos recueillis par Brahim Wardougou    

Le travail d’un fossoyeur de la DDS, consiste à faire chaque jour le tour des prisons pour ramasser les cadavres et aller les enterrer... En moyenne nous enterrons dix personnes par jour. La plupart du temps dans des fausses communes.

Nous continuons notre série d’entrevues sur l’affaire Hissène Habré. Une procédure juridique qui oppose l’ancien dictateur et ses victimes tchadiennes. Une bataille juridique qui défraie la chronique dans la capitale sénégalaise.
C’est notre troisième entretien. Cette fois-ci, c’est avec la deuxième victime tchadienne venue de N’Djaména pour témoigner pour convaincre l’opinion publique sénégalaise de l’ampleur des crimes connus par l’ex-président tchadien exilé au Sénégal. Les ONG persistent pour demander au peuple sénégalais de se séparer de son hôte, Hissène Habré. M.Clèment Abafouta, ancien détenu, victime du régime Habré, était le fossoyeur de la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS). En plus d’être prisonnier, il a enterré ses codétenus.

Pour rappel, M. Abafouta a été arrêté par les agents de DDS à peine qu’il venait d’obtenir une bourse d’études pour l’Allemagne. On lui a notifié et reproché dans les locaux de la tristement célèbre et redoutable machine répressive de vouloir rejoindre un de ses parents, un exilé, opposant au régime tchadien d’antan.

Depuis quinze ans M. Abafouta se bat à tous les niveaux pour réclamer justice. Après sa sortie de prison en 1990, il milite au niveau national au sein de l’Association des Victimes, des Crimes et Répressions Politiques ( AVCRP), où il est membre du bureau et administrateur. Mais il est actif aussi au niveau international aux côtés de Human Rights Watchs (HRW) dans le but de poursuivre Hissène Habré devant les juridictions belges. Il nous a reçus ce jour du 24 octobre 2005 au sortir d’une séance de travail avec la Coalition sénégalaise pour l’Extradition de Hissène Habré vers la Belgique( COSEHAB), au siège de la RADDHO, Amitié II, sis avenue Seydou Nourou Tall, Villa N° 4024, Dakar, Sénégal.
C’est un homme humble, posée et respectueux qui a répondu avec flegme à toutes nos questions. « Je suis optimiste quant à l’extradition de Hissène Habré » dit-t-il. Il affirme saisir une fois de plus cette occasion pour sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale et justifier ainsi auprès d’elle les raisons de son combat.

Ialtchad Presse : Bonjour M. Clément ! Vous êtes à Dakar pour l’affaire Hissène Habré, dites-nous comment vous êtes arrivé à la prison de la DDS ?
Clément Abafouta: Je suis arrivé à la prison de la DDS, le 12 juillet 1985, où j’ai été interpellé  dans la nuit par ses agents de renseignements.

Ialtchad Presse : Qu’est-ce qu’on vous reprochait ?
Clément  Abafouta: On me reprochait de vouloir rejoindre un oncle à moi, opposant au régime de Hissène Habré. Je venais juste d’obtenir mon baccalauréat en plus d'une bourse d’études pour l’Allemagne.

Ialtchad Presse : Comment avez-vous accueilli la nouvelle d’extradition en tant qu’ancien détenu ?
Clément  Abafouta: Naturellement en tant qu’ancien détenu, c’était une immense joie pour moi car j’attendais depuis des années cette opportunité. Et je crois comprendre qu’une fois Hissène Habré serait extradé, ce serait alors plus que jamais ma victoire.

Ialtchad Presse : Comment êtes-vous passé de prisonnier en fossoyeur ?
Clément Abafouta : Je ne sais comment vous expliquer cela (quelques secondes de réflexion). Je pense que c’est lié à ma corpulence physique mais c’est arbitrairement que l’on m’a sélectionné pour faire partie du groupe des fossoyeurs. Je n’avais pas le choix.

Ialtchad Presse : En quoi consiste le travail d’un fossoyeur à la DDS ?
Clément Abafouta : C’est le plus gros de travail. Il consiste à faire chaque jour le tour des prisons pour ramasser les cadavres et aller les enterrer.

Ialtchad Presse : Combien de temps aviez-vous fais cela ?
Clément Abafouta : J’ai fait quatre ans en prison. Donc quatre ans dans cette triste œuvre de fossoyeur.

Ialtchad Presse : Combien de personnes enterriez-vous par jour ?
Clément Abafouta : En moyenne nous enterrons dix personnes. La plupart du temps dans des fausses communes.

Ialtchad Presse : Les avocats de Habré mettent en doute vos témoignages. Que répondez-vous ?
Clément Abafouta : Ils sont mal informés. Puisqu’ils sont des avocats, ils ne  peuvent que soutenir leur client contre ses adversaires. Simplement, jusqu’à la preuve du contraire, j’ai été arrêté par la DDS et je porte encore des séquelles  qui justifient  effectivement le fait que j’ai été  prisonnier sous le régime Habré Habré.

 

Ialtchad Presse : Quelles sont par exemple vos séquelles ?
Clément Abafouta : D’abord, j’ai failli perdre toutes mes dents. Jusqu’aujourd’hui je fais de cauchemars. J’ai des douleurs au niveau de mes jambes. Je souffre de fatigue générale et ne peux faire un travail intellectuel de longue durée. J’ai de la céphalée. Et comme vous me voyez devant vous, je porte des lunettes.

Ialtchad Presse : Où en êtes-vous avec vos démarches en ce moment ?
Clément Abafouta : Depuis notre arrivée à Dakar, chaque jour, nous essayons de faire plus et gagner du temps. Mais au niveau du Sénégal, le public était sous informé sur Hissène Habré. Mais depuis trois semaines les Sénégalais commencent à mieux comprendre les choses sur les actes de cet homme. Je dirai qu’il y a une avancée significative sur notre travail.

Ialtchad Presse : Vous venez de mettre sur pied une coalition pour l’extradition de Hissène Habré, comment elle entendez-vous œuvrer pour atteindre cet objectif ?
Clément Abafouta : Nous avons plusieurs stratégies et le moment n’est pas opportun pour dévoiler nos techniques. Mais, je dois vous dire que je suis satisfait par rapport au soutien de la société civile sénégalaise. Elle n’a pas hésité à s’associer à notre lutte. En ce qui concerne nos stratégies, nous utilisons  efficacement la presse. Nous faisons des réunions d’orientations et nous envisageons rencontrer toutes les couches sociales sénégalaises pour mieux leur expliquer pourquoi nous tenons à ce que Habré soit extradé en Belgique où il devrait être jugé.

Ialtchad Presse : Qu’en pensez-vous  de la réticence des pays comme les États-Unis et la France qui ne sont pas motivés par un éventuel procès de Habré ?
Clément Abouta : Si les États-Unis et la France sont réticents c’est qu’ils se reprochent quelque chose. Car c’est eux qui ont soutenu et maintenu financièrement et matériellement Habré au pouvoir grâce à un système de répressions et de tortures. J’ai en mémoire que c’est sont les États-Unis  qui ont formé les agents de la DDS. Qu’à cela ne tienne, je garde espoir car la justice vaincra.

Ialtchad Presse : Avez-vous déjà été indemnisé par les autorités tchadiennes ?
Clément Abouta : Le processus relatif à notre indemnisation est en cours. Nous avons soumis un projet des lois au niveau de l’Assemblée Nationale tchadienne. Apparemment les choses avancent et je crois bien qu’une fois ce projet de lois voté, le processus d’indemnisation sera enclenché.

Ialtchad Presse : Êtes-vous soutenus par les autorités tchadiennes dans cette campagne d’extradition de Hissène Habré ?
Clément Abouta : Oui car nous avons été reçus par le président de la République en 2000 Idriss Deby qui nous a rassurés de son soutien, de même que le Premier ministre de l’époque. Je sais également que le président de la République a écrit à Human Rights Watchs pour leur dire qu’il soutient nos actions. En fin de compte lui-même était victime.

Ialtchad Presse : Qu’en pensez-vous de cette loi de compétence universelle ?
Clément Abouta : D’abord, je salue cette la loi belge qui, à travers une disposition transitoire satisfait les critères de poursuites engagées contre Habré, n’eut été cela, on ne pourrait jamais encore parler du cas Habré. Et le dossier serait déjà clos. Je crois que c’est comme une grâce de Dieu car je suis croyant.

Ialtchad Presse : Que pensez-vous de la réticence des autorités sénégalaises sur l’extradition de Habré?
Clément Abouta : Bon ! C’est vrai car je suis là depuis un mois, mais je n’arrive toujours pas de voir la face réelle des autorités sénégalaises. Toutefois, d’ici les prochains jours elles finiront par céder à ce lobbying et à toute cette campagne que nous menons.

Ialtchad Presse : Qu’allez-vous faire si vous n’arriviez pas à obtenir l’extradition de Habré vers la Belgique ?
Clément Abouta : Dans un premier temps, je refuse de croire à cette perspective. Dans un deuxième temps, nous allons nous remettre à l’histoire et elle jugera le Sénégal qui est un grand pays réputé pour sa maturité démocratique qui manquera  son rendez-vous avec la justice internationale.

Ialtchad Presse : On dit que l’opinion publique tchadienne n’apprécie pas toutes vos poursuites concernent seulement Hissène Habré alors que l’actuel président Deby y était aussi pour quelque chose pendant cette période  de terreur. Qu’en dites-vous ?
Clément Abouta : Le président Deby est au pouvoir et en cette qualité, il n’est pas « poursuivable». En ce qui nous concerne, notre dossier se limite au règne de Hissène Habré. Si les gens disent que Idriss Deby y était aussi impliqué, il reviendra à Habré une fois à la barre de faire des révélations pour dire que je n’étais pas seul et doit démontrer par des preuves la part de responsabilités attribuées à Deby. Sauf que Habré est bel et bien seul à le faire.
À mon avis, je suis mal placé pour inculper Deby. Par contre face à Hissène Habré, je possède des preuves qu’il m’a soumises à des traitements inhumains et dégradants pour m’avoir torturé et privé de liberté.

Ialtchad Presse : Vous êtes optimiste quant à l’issue de votre bataille ?
Clément Abouta : Effectivement, je suis optimiste.

Ialtchad Presse : Merci ! M. Clément Abafouta
Clément Abouta : C’est moi qui vous remercie.

Entretien réalisé par Makaila Nguebla, correspondant à Dakar

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays