mercredi 20 octobre 2021

IaltchadTribune

IaltchadTribune (91)

L’instabilité politique tchadienne connaît des rebondissements incessants au point où l’opinion internationale se demande les motivations concrètes de ces mouvements prônant le changement ainsi que les tenants et les aboutissants de leurs projets. Mais au-delà de ces conflits, le peuple exprime-t-il le sentiment de vivre ensemble ? Et quels rapports avec les conflits interarmées ?

 En effet, la délimitation du territoire n’aura peut-être pas suffit à forger un peuple d’une diversité ethnique peut-être sans précédent à vouloir vivre ensemble quoique certains aient réussi à le faire, je veux dire d’autres nations. Cependant, devrions-nous prendre des exemples sur leurs construits sociopolitiques ou voudrions-nous marquer notre différence par notre esprit belliqueux et enfoncer ce beau pays dans un cercle vicieux à tout jamais ? Telle est la question que se pose une frange de jeunesse tchadienne en quête d’un avenir commun et désirant une solution autre que des combats sanglants aux issus incertains et dont la main invisible à ce sujet n’en dit pas moins. Ainsi donc, trouver les causes profondes de ces soutiens systématiques externes serait trouvé le Graal. D’ailleurs c’est ce qu’essaient de faire la plupart de ces mouvements mais leurs positionnements politiques ainsi que le choix du leadership ne semblent pas convaincre les parties prenantes et peut-être même pas l’opinion publique tchadienne car il y’a jamais deux sans trois. Enfin bref la peur d’une énième réplique de ces processus hante le peuple. Coup du sort, manque de lucidité tactique, quelles sont les causes de ces échecs politiques ?

Je pense que certaines causes de nos échecs sociopolitiques seraient d’abord le manque du sentiment de vivre ensemble, s’en suit l’égocentrisme. En fait, on fait semblant de vouloir vivre ensemble et que toutes nos actions se résument qu’autour du pouvoir. Comme si tout tchadien est né pour gouverner et que tous les moyens sont bons pour y arriver. Tabous ou constat cruel, en tout cas il est temps de lever le voile car ce problème est un facteur fondamental d’unité et de cohésion SOCIALE d’un peuple. Son champ d’action inclus nos différences culturelles, ethniques, religieuses, et l’esprit de progrès commun. Mais aujourd’hui le constat est alarmant tant au niveau interne qu’externe car la communication inter tchadienne est difficile du fait qu’on n’aime pas vivre ensemble. La préférence clanique l’emporte sur le patriotisme engendrant l’émergence des nombreuses parties politiques ayant des visions politiques différentes les uns des autres. Or le multipartisme n'est pas synonyme de tribalisme. Cette confusion est source des divergences fondamentales fragilisant certaines coalitions tant politico-militaires que civiles pour conflits d'intérêts entrainant ainsi des échecs stratégiques perpétuels écartant progressivement la perspective d’unité. D’ailleurs les échecs des multiples et récents affrontements opposant ces différents antagonistes illustrent parfaitement la fragilité de notre capacité à communiquer et à nous entendre, je dirais même que c’est l’égocentrisme implicite. Nos échanges ne se résument qu’à des confrontations physiques menant à des hostilités aux issues non négociables et que la force physique l’emporte sur la raison. Jamais de compromis. Jamais. Dans ce cas, construire un pays relève d'une équation complexe et difficile mais pas impossible car nous pouvons encore compter sur la nouvelle génération comme levier d’action indispensable pour rendre le système vertueux.                                              

Jeunesse tchadienne, nous sommes face à notre destin et nous nous devons de relever les défis. Nous devons tirer les leçons du passé pour construire un avenir meilleur. Mais construire ce pays, c'est avant tout sortir des stéréotypes ethniques et des préjugés, dépasser le clivage nord-sud, musulman-chrétiens, mettre de côté nos intérêts personnels et communiquer en ayant un dialogue responsable afin d’agir ensemble. Nous devons partager des valeurs patriotiques et faire de nos différences culturelles un atout pour renforcer les liens qui nous unissent et promouvoir une image positive de notre pays sur le plan international afin d’oublier ce cliché qui nous associe aux sauvages.  Oui nous pouvons changer la vision de notre société par une synergie issue des dialogues et compromis sincères dans le respect de nos traditions et dans l’intérêt de nos progénitures. Que l’héritage de nos parents ne nous obscurcisse pas la vision d’un Tchad nouveau mais qu’il nous serve de base constructive d’un avenir responsable et meilleur. Seul une telle volonté, un tel engagement peut apporter des changements radicaux au sein de la société. Nous devrions alors mettre de côté nos haines, nos rancœurs, notre vision négative de l’autre.  Desserrons enfin nos points et tendons-nous les mains pour une unité durable .Faisons du dialogue et de l’ouverture d’esprit une arme de construction d’un avenir meilleur, c’est la clé de notre destin commun car ensemble tout est possible.

Piquet DINGAMMADJI

Par le temps qui court, beaucoup de familles s’interrogent sur l’avenir de leurs enfants. Rien d’anormal puisque la finalité des études, c’est avant tout la réussite professionnelle avec à la clé un emploi répondant aux attentes de chacun ou du moins un job pour assurer les besoins physiologiques tels que manger, boire et dormir. Mais hélas, la donne change et l’idéologie qui fait de l’école un gage de réussite professionnelle tend à disparaitre laissant place à certaines pratiques totalement arbitraires voire malhonnêtes. Ainsi donc, quelles perspectives pour cette jeunesse à qui cette institution reste encore l’unique alternative ? Et quid des autres qui choisissent d’autres chemins ? Que des interrogations silencieuses auxquelles les réponses ne peuvent tomber du ciel.

Bref, bon nombre des jeunes tchadiens se cassent la tête à bicher des milliers de page pendant des années dans l’espoir d’un avenir meilleur ; et pourtant à l’arrivée, rien, nada de nada. Pour les plus dégourdis, en moyenne, 16 années de courage et d’abnégation auraient suffi pour atteindre l’objectif final : décrocher une licence. Pour d’autres un peu plus mais peu importe le temps. À croire que cela leur aurait servi à quelques choses mais en fin de compte rien, au pire, chômeurs ou encore diplômés sans emploi. Triste constat. Des efforts consentis pendant des années qui finissent dans une impasse, autrement dit à la poubelle. Alors doutes, incertitudes, pessimismes mêlées au désespoir sont des sentiments qu’éprouve cette frange de la population confrontée au jour le jour à la triste réalité de notre société. Jamais autant d’incertitude n’a transcendé l’esprit de cette génération qui se sent complètement lâchée voire abandonnée à la merci du destin.  Et pour couronner le tout, la crise financière complique la donne par effet de ricochet donnant ainsi raison au gouvernement qui peine à embaucher. Le piston reste alors l’unique solution ; encore qu’il faut avoir le minimum d’argent requis pour prétendre postuler à un poste ; et que faire pour les plus démunis alors ? D’ailleurs la probabilité de succès de ce processus baptisé piston est minime par ce que certaines personnes, de mauvaise foi, en font un fonds de commerce ou de quoi compléter leurs fin de mois. Même pas étonnant parce que tout le monde le sait et personne ne fait rien pour dénoncer ou prohiber cette pratique.

En revanche, ceux qui ont la chance d’étudier à l’étranger finissent par y rester par peur de se retrouver au chômage réduisant ainsi le capital humain, source de développement socio-économique de notre pays. Et c’est ainsi que la plupart de l’élite tchadienne se retrouve à l’étranger au service de leur pays d’accueil observant le leur agonisé lentement et progressivement alors qu’elle est capable de proposer des solutions alternatives aux dérives qu’il(le pays) traverse. Il faut aussi dire que le climat sociopolitique ne favorise peut-être pas le retour au bercail de cette frange de la population. Enfin bref d’autres jeunes réussissent quand bien même à grimper facilement les échelons et avoir des postes clés au sein de l’institution républicaine ; coup de chance, mérite ou favoritisme, allez savoir ? En outre, certains qui travaillent en ce moment sont parfois défavorisés financièrement vis-à-vis des étrangers même à compétences égales. Manque de confiance de l’état, discrimination, sinon pourquoi ? Pire encore certains organismes ne veulent pas leurs donner des postes de responsabilité sous prétexte qu’ils n’ont pas de compétence recherchées. Certes, mais l’état a une part de responsabilité dans cette situation par ce qu’il ne propose pas d’une manière significative un cadre de formation de haut niveau permettant d’accéder à ces postes. Et on s’étonne tout de même que le pays soit pauvre alors qu’on donne des sommes d’argent faramineuse à l’élite étrangère. À quand le déclic alors ?

Enfin, quelles solutions pour ceux qui ne sont pas faits pour les études ? Y’a-t-il un cadre d’accompagnement social pouvant les aider à trouver leur chemins ? Pourquoi s’étonner si beaucoup finissent brigands, alcooliques, assistés ou autres ; constituant ainsi une charge énorme pour la population active. Et j’ajoute au passage les chômeurs, les paysans car sans solde eux aussi.  Plus leur masse est importante augmentant considérablement le taux de chômage, plus la population active subit les effets directs. Conséquence, pouvoir d’achats très faible. Tandis que le prix des denrées alimentaires augmente, la consommation des ménages diminue entrainant ainsi l’économie dans le gouffre et le pays devient de plus en plus pauvre. Que faire pour améliorer cette situation alors ? Le débat est ouvert.

Piquet DINGAMMADJI

En visitant N’Djamena après une longue absence à l’étranger on peut remarquer avec aisance que tout ou presque est stagnant dans la première ville du Tchad. Que ce soit dans les infrastructures routières, l’assainissement des eaux usées, l’éclairage public, l’énergie…et j’en passe. Mais en même temps il faut reconnaître que le pouvoir public se force, vraisemblablement, à injecter de l’argent pour moderniser notre pays, ne serait-ce que pour notre capitale qui ressemble à une grande bourgade malgré l’entrée du Tchad au club des pays exportateurs du pétrole depuis cinq années écoulées.

Les promesses Younsoumi
Bien que toutes nos principales avenues ne sont pas encore goudronnées, faute de volonté politique et non de moyen car la caisse publique n’a jamais connu une aisance financière pareille à celle que nous connaissons actuellement grâce à la rente pétrolière. Bien entendu nous sommes appelés à être optimistes dans la mesure où notre Adoum Younsoumi tient à ses bonnes promesses grinçant les dents de pas mal des Tchadiens et selon lesquelles son département s’engage à bitumer annuellement une soixantaine de kilomètres dans la capitale et une vingtaine dans les grandes villes.

…et Monsieur Communication
Il me semble que Younsoumi n’est pas le seul prometteur de grands projets dans l’actuel Cabinet de YSA. Notre illustre journaliste et Ministre de la Communication Mahamat Hissein nous a promis de moderniser son vétuste secteur à travers une numérisation qui débarrasserait le tout jeune ONRTV ainsi que l’ATP au moins de l’archaïsme qui les caractérise depuis toujours. Que font les autres Ministres ? je pense que les autres membre de l’Exécutif n’échappent pas  à trois hypothèses : soit ils craignent de donner des promesses sans lendemain à leurs concitoyens, soit ils préfèrent laisser les choses se faire en temps et en heure voulus, soit ils n’ont rien ou presque comme promesse réalisable dans l’avenir proche.

L’opération Zen Bada
S’il ya un prix annuel à décerner pour tout responsable tchadien faisant couler beaucoup d’encre, tout en étant le grand sujet de toutes les lèvres, ce serait sans doute l’actuel Maire de la Ville de N’Djamena, Zen Bada Qui l’emportera pour cette année. L’opération de déguerpissent menée par la Mairie a suscité l’ire des plusieurs familles devenues vulnérables après la destruction de leurs maisons. Je pense que la dignité de ces victimes ne sera conservée que si l’Etat s’engage à verser une vraie indemnisation suivie d’une mesure d’accompagnement permettant aux habitants des endroits déguerpis de se reloger ailleurs. Cette opération certes a permis à l’Etat de récupérer ses réserves occupées illégalement, ce qui permet la réalisation de projets à intérêt public dans des endroits stratégiques. Bref, ça contribue à la modernisation du pays dans la mesure où la loi s’applique à tous sans distinction et que l’opération de déguerpissement ne devient pas un jour une opération de destruction pour destruction car nul n’est contre le réaménagement de la ville de N’Djamena s’il se fait dans un climat de sagesse et entente entre l’Etat et les habitants concernés.

L’énergie introuvable

  En attendant la naissance de la fameuse raffinerie de N’Djamena l’électricité reste toujours un lux pour la plus part des abonnés de la STEE  qui digèrent mal que leur pays exporte du pétrole alors que leur Etat n’est toujours pas en mesure  de régler cette crise qui handicape le développement du Tchad pis, les choses ne s’arrêtent pas sur ce stade puisque les charbonniers ont aussi monté sur le cran en défiant un pouvoir public qui veut organiser l’activité voire fixer le prix du sac de charbon à 3000 F CFA alors que le prix se sont envolés jusqu’à 12 000 F CFA à cause de la mauvaise gestion de cette crise par les autorités concernées qui sont à mon avis incapables, à l’heure où je parle, d’apporter une alternative à ce produit nécessaire à la cuisine tchadienne qui ne peut pas se débarrasser de ce produit sans la généralisation ainsi que la subvention du Gaz de Ville qui demeure comme la plus part de produit  nécessaire un lux, jusqu’à ce que le contraire soit réalisé .

ABDELSEMI AHMAT

Certes, avec le vent de la démocratie qui a soufflé en Afrique dans les années 1990, on avait cru que le Tchad a rompu avec cette tradition de guerre que connaît le peuple tchadien depuis l’indépendance. Hélas! Quelles années plus tard après la chute de la dictature, nous constatons que la démocratisation du pays n’a ni apaise ce conflit, ni éradiqué ses germes. Les facteurs prédisposant ce grand pays le Tchad au conflit sont de nouveau manipulés à des fins politiques. Or “ toute manipulation politique majeure prépare l’esprit à la guerre civile”. Les grandes puissances et les pays limitrophes se calfeutrent derrière ce conflit pour réaliser leurs projets au Tchad en aidant soit les rebelles ou le gouvernement. Tout porte à croire que le Tchad se porte bien et que le pays devient de plus en plus crédible. Cependant, cette stabilité est un silence imposé au peuple tchadien par une élite clanique et ou militaire compradore par des méthodes cœrcitives. Tout laisse croire que le grand risque d’une explosion sociale est prévisible avec la situation donc traverse les fonctionnaires de la fonction publique et les querelles entre les autorités du pouvoir central.

Pendant la Conférence Nationale Souveraine de 1993, les participants ont mis sur place des structures pour instaurer une démocratie consensuelle et participative au Tchad. Mais depuis 1996, celle-ci s’est envolée en éclats et la volonté d’un seul parti (le MPS) prime sur la volonté générale. Le MPS s’est accaparé de tous les pouvoirs et même de la liberté d’expression ou de l’opinion du peuple tchadien. Les autres partis politiques qui reviennent d’eux-mêmes s’associer à lui sont phagocytes et les leaders auxquels il fait la cour et qui refusent sont liquidés. Alors, la conséquence directe de cette pratique politique est la présence de deux oppositions : une opposition politique très mal structurée pour faire face au régime d’une part et une opposition politico-militaire divisée incapable de s’organiser d’autre part.

Le manque d’une volonté politique réelle à dialoguer pour résoudre ce conflit et la vision de cette élite décidée à confisquer pour longtemps le pouvoir, ne fait que réveiller les démons de la violence. A présent, le pouvoir a réussi à briser toutes les oppositions par des pratiques politiques moyenâgeuses et à contrôler à lui seul tous les organes prévus par Montesquieu pour l’épanouissement des citoyens. Or un monarque devient despote dès qu’il s’accapare de tous les pouvoirs. C’est pourquoi aucune règle d’une politique démocratique ne sous-tend actuellement les actes du régime, sinon, un “ machiavélisme “ dépourvu de sens et une “politique de l’Autruche”. Les acteurs de la mouvance au pouvoir clament haut et fort que c’est le MPS qui a instauré la démocratie au Tchad. Il est le seul garant de celle-ci donc le seul habilité à déterminer les règles du jeu politique.

Par contre, comme le disait  Emmanuel Kant «  Aucun Malheur n’est plus effrayant pour l’homme que de se voir livrer à une création de même nature que soi qui pourrait vous contraindre à suivre son propre arbitraire et à faire ce qu’elle veut » L’élite au pouvoir oublie que l’ordre social ne peut en aucun cas reposer sur des contraintes et les répressives. La démocratie est un régime globalisant et rassemblant. Les dialogues et les consensus sont les seuls moyens qui l’enracinent dans un pays comme le Tchad. Étant ni une fin en soi, ni un acquis définitif cette pratique d’autodestruction des autres formations politiques comporte assez de risques car la démocratie n’est qu’une pellicule mince qui se déchire pour un rien et laisse réapparaître la barbarie. Généralement, les guerres civiles ont souvent pour causes :

-  la frustration des acteurs sociaux ;
-  le gouvernement d’un pays par les mœurs d’un clan ou d’une ethnie;
-  l’apparition d’une élite qui veut vivre du travail des autres ou qui monopolise à elle seule tous les biens sociaux;
- le refus de la légitimité d’un régime par le peuple:
- la stratification sociale en dominant/dominé et surtout lorsqu'un groupe d’individus ou un peuple se révolte avec les armes contre les autorités légales.

A présent on compte une centaine des mouvements politico-militaires qui combattent le régime de N’Djamena et une autre centaine des partis politiques qui luttent pour un véritable changement démocratique au Tchad. À quand le changement ?

Bref, retenons que tous les déclics de la guerre sont en place. La seule chance du salut du peuple tchadien réside dans la capacité de l’élite au pouvoir à gérer ces contradictions. Nous avons constaté que le conflit tchadien rejaillit aux années trois et aux années neufs de chaque décennie. Alors avec la prolifération des conflits interethniques les populations tchadiennes commencent par se regarder avec méfiance et mépris comme à la veille de l’année 1979. Même si le régime de N’Djamena a encore le soutien de la Libye et surtout de la France, on remarque que les relations Franco-tchadiennes vont de plus en plus mal ce dernier temps.

Si la pratique politique nous permet de présager l’avenir du Tchad, l’économie qui est le point cardinal de tout conflit social doit mieux étayer nos investigations. Depuis 1979, les activités économiques sont entrées en dysfonctionnement avec l’organisation sociale. Mais depuis 1992, une bourgeoisie militaire est mise en place et un prolétariat encore inorganisé subit ses injustices. La gabegie est légalisée. Cette gestion anarchique des deniers publics a causé la faillite de presque toutes les entreprises d’Etat. Avec le diktat du Programme d’Ajustement Structurel ( PAS ) imposé au pays du tiers-monde par les institutions de Bretton Woods, la plupart de ces bourgeois d’Etat sont devenus des actionnaires dans les entreprises et dictent en ce moment leurs lois à la population tchadienne toute entière sans logique économique, sinon, guidés par le seul désir de s’enrichir le plus vite que possible comme toujours. Les grands commerçants qui depuis toujours ont le monopole du secteur commercial y sont évincés pour plusieurs raisons.

Or, en privant un individu de ses attaches traditionnelles, cela crée en lui l’irritabilité, qu’on ignore la fin. Pour reconquérir leurs anciens droits, ces commerçants ne pourront-ils pas s’unir un jour et financer une vraie rébellion contre ce régime. De même la mise en valeur de certaines ressources minières du Tchad offusque des fois, car certaines ressources, minières et naturelles du pays sont bradées à des richissimes d’après-guerre ou des groupes d’individus. Eu égard à ce qui se pratique, l’activité politique n’est plus la capacité d’un acteur à dominer les rapports dans la répartition des biens tel que chacun trouve son compte, mais un moyen de s’enrichir pour les autres. D’après une enquête réalisée par N’Djamena-Hebdo, 72% des N’Djamenois vivent au seuil de la pauvreté absolue et 28% vivent dans une opulence insultante. Bien que les inégalités sociales existent dans toutes les sociétés, le fossé va toujours grandissant entre les riches et les pauvres au Tchad. Par ce procédé de disposer du peuple tchadien et de ses avoirs, les initiatives privées sont frappées par des taxes qui les découragent de plus en plus relatif à leurs activités commerciales. Cette même source précise que 81% des N’Djamenois estiment que le risqué d’une guerre à N’Djamena est possible car le circuit économique est mobilisé par une élite qui ne tolère ni la concurrence économique ni ne laisse de chance à l’autre de se réaliser pour évoluer dans ces secteurs commerciaux. De même ce fameux pétrole pour lequel Américains, Français et Libyens ont fait couler à flot le sang des Tchadiens est aujourd’hui sur le marché mondial. La passion de voir ce pétrole coulé et l’obsession de compter ses dollars sèment de la trouille dans la tête de certains acteurs politiques.

Souvent, il est remarqué que tous les pays qui passent par la guerre changent des codes de conduite sociale. Pour retrouver ce code de conduite de paix, il faut que les institutions religieuses travaillent d’arrache-pied. Depuis la fin de cette tragédie de 1979 par exemple où les facteurs confessionnels ont été manipulés subtilement à des fins politiques, l’islam et le christianisme se disputant âprement le terrain et se montrent de plus en plus offensifs au Tchad l’un comme l’autre. L’islam qui a bénéficié du soutien du pouvoir politique a tendance à prendre le dessus sur tout le territoire. Après avoir reçu l’autorisation d’organiser le BAC arabe dont le taux de réussir des candidates oscille toujours entre 70 et 80%, un institut de promotion de la langue arabe a été créé en 1992 et s’ajouter aujourd’hui autres instituts au pays. Un tel établissement n’a rien de mauvais en soit dans un pays laïc comme le Tchad. Ce qui hante l’esprit, est la vision des musulmans de faire du Tchad un Etat musulman. Mise à part cette raison, la seconde qui effraie les non musulmans, est cette confusion qu’il y a entre l’islam en tant que religion et l’arabe en tant que langue de communication au Tchad. Pour beaucoup de musulmans tchadiens, l’arabe est indissociable de l’islam. Avec la création de cet institut qui, en fin de compte est devenu une université et qui délivre le doctorat du troisième cycle et des doctorats d’Etat à ses étudiants, n’assisterons-nous pas à une arabisation du pays se posent la question les tchadiens non musulmans ? A ces deux faits que nous pouvons considérer comme un stade normal de développement de l’islam, s’ajoute le bilinguisme était décrété par le gouvernement (arabe et français deux langues officielles).

Au vu de toutes ces données rien ne nous étonnerait si demain le français est relégué au second rang et le Tchad, proclame Etat musulman. Les preuves ne font pas défaut pour prouver cela. A la conférence Nationale Souveraine en 1993 par exemple, l’imam de la grande mosquée de N’Djamena à la personne de Hassan Hissein Abakar avait clairement revendiqué l’application de la charia à la radio et à la télévision tchadienne.

Vu les massives violations des droits de l’homme dans la zone méridionale, les populations du sud revendiquent depuis 1993 la fédération du pays. Mais l’Etat reste cantonné sur sa position d’Etat unitaire. Derrière ce refus de l’Etat ne se cache-t-elle pas des raisons d’ordre religieuses, se posent la question les sudistes ?

Car le principe de l’islam est: un seul Etat ( un seul peuple), une seule réligion et une seule langue. Le refus de cette fédération par presque tous les leaders du nord ( musulmans ), la multiplication des mosquées dans la zone méridionale, le développement de la coopération islamo-arabique tout azimuts ne témoigne-t-il pas ce projet à long terme au Tchad ? Si l’islam a un projet pour la zone méridionale, le christianisme de son côté n’est pas resté inactif. Non seulement il résiste à l’ouragan de l’islam dans sa zone, il sort aussi de plus en plus de sa zone géographique. Depuis 1990, les églises évangéliques ont déclenché une opération : ” Tchad pour Christ en l’an 2000”. Cette opération se propose d’aller de village en village pour annoncer la Bonne Nouvelle de Christ à toute la population tchadienne.  Ayant fini avec la zone méridionale, il ne reste que la zone septentrionale fief de l’islam. Réussiront-ils à pénétrer ce milieu dominé par l’islam depuis plus de sept siècles ? Ce qui frappe l’œil actuellement, c’est la manière dont les églises et les mosquées poussent chaque jour comme des champions un peu partout sur le territoire national. Des sectes de tous genres ont trouvé un terrain favorable pour s’y installer, tous se regardent de mauvais œil et sont toujours très méfiantes les unes faces aux autres. Elles ont perdu leur caractère de tolérance d’avant la guerre civile et mieux ont tendance à se politiser ou à se laisser manipuler encore par le politique. Peut-être un appel à la cohabitation religieuse ou à la tolérance sera lancée par le gouvernement les jours à venir. Exemple: le 26 septembre 1992, est né à N’Djamena dans une famille chrétienne un enfant qui portait inscrit à son avant-bras droit le nom du prophète MOHAMED. L’église catholique voulait s’occuper de la vie de cet enfant en vertu de la foi chrétienne de ses parents. Mais les autorités islamiques ont converti ces derniers à l’islam et s’occupent de la vie de cet enfant. Comment est devenu cet enfant, beaucoup des tchadiens musulmans comme chrétiens se posent la question ?

Là encore, le problème ne se pose pas car l’enfant est encore mineur. Ce qui effraie c’est l’attitude ou la religion qu’adoptera cet enfant à l’âge mûr. En dépit de tous ces constats, il est possible que nous assisterons dans les prochaines années à un affrontement entre les fidèles de ces deux religions compte tenu de l’intolérance qui les animent. À partir du religieux, on peut penser à une explosion du faite que “ les tensions annonciatrices des grandes pulsions belligènes s’accompagnent des ferveurs religieuses. Lorsque les peuples se mettent à parler de leurs dieux et de leurs ancêtres, c’est que la guerre n’est pas loin” Nous demandons aux autorités tchadiennes de prendre leurs responsabilités pour éviter cela.

Mieux toute tentative de faire du Tchad une république ayant pour fondement idéologique une quelconque religion mettrait en péril l’intégrité déjà dangereusement menacée. La violence, l’orgueil et l’injustice font perdre le pouvoir aux princes. Poursuivant presque cette même politique austère de Tombalbaye et de Hissein Habré, à l’égard de certains peuples dans un contexte de démocratie, aucune couche sociale n’est actuellement épargnée des injustices de l’élite au pouvoir. Comme la privation, l’injustice elle aussi crée la frustration qui à son tour conduit à des véhémences. Nous pouvons dire aussi que l’injustice participe souvent à l’arbitraire et au désordre. Or lorsqu’un peuple vit dans le désordre, beaucoup de gens luttent pour le pouvoir ; mais non pour un changement réel du terme. C’est ce qui expliquerait peut-être ces nombreux coups d’Etat ou encore ce grand nombre de mouvements politico-militaires qui luttent pour le pouvoir au Tchad.

En plus de l’injustice qui alourdit le climat entre les acteurs sociaux, il y a les licenciements abusifs du personnel des sociétés paraétatiques ou étatiques et la mise à retraite des soldats de l’armée qui sont de nature à favoriser une explosion sociale. L’injustice, la frustration et l’arbitraire ont créé un climat d’insécurité et favorisé le développement du banditisme que l’on appelle au Tchad “ les Colombiens “Dans les campagnes les couches sociales ne cessent de se provoquer à cause des biens sociaux. À côté de cette couche des professionnels, il y a la masse estudiantine. L’accès aux universités n’est plus destiné à quiconque. Les concours d’entrée dans les écoles professionnelles sont l’apanage de quelques-uns et de plus l’État étouffe le génie de certains tchadiens par la géopolitique comme l’atteste beaucoup de documents sur la géopolitique. Comment est-on arrivé à cette situation de chômage chronique des bacheliers ? Depuis quelques années le gouvernement délivre chaque année plus de six mille attestations de BAC aux candidats. Mais ce qui offusque, est le fait que les universités au Tchad n’ont pas une capacité de mille places en première année. Que feront les cinq milles autres bacheliers qui ne réussiront pas à s’inscrire à l’université alors qu’ils ont la même chance d’accès que les autres. De plus ceux qui réussissent à se faire former soit à l’université soit dans les écoles professionnelles sont automatiquement mis au chômage tantôt parce qu’ils sont mal formés tantôt par manque de structures d’accueil. L’Etat par des procédés dilatoires empêche leur intégration à la fonction publique. Pour être intégré dans la fonction publique, il faut être militant ou militante de MPS ou avoir un parent bien place dans l’administration publique tchadienne.

Les initiatives privées sont la chasse gardée de la bourgeoisie naissante. Dès que ceux-ci tentent de s’y lancer, ils sont durement frappés par des taxes incroyables. Cette même bourgeoisie refuse de les employer au profit d’une main d’œuvre non qualifiée donc moins chère à payer. Or” le citoyen est membre de la société de travail. Sa première exigence est celle d’une part équitable au produit social... Tout son style de vie intervient dans la définition de cette équité et c’est au gouvernement de calculer ce qui est acceptable et accessible à toute la communauté… L’unité et la cohésion de celle-ci ne résisteront pas à la longue à un régime d’injustice flagrante à des différences de revenues trop accuses, à des décalages trop criant entre les niveaux de vie des divers groupes… L’inégalité des chances d’accès à la direction des affaires sociales, l’oppression pesant sur certains groupes poussent les parties désavantageuses de la population à la révolte…” C’est pourquoi nous assistons à un nombre important des jeunes bacheliers licenciés dans la rébellion qui luttent pour un changement profond au Tchad. Ainsi donc, la société explosera un jour au fil du temps.

Gaya- Ple Ben Seïd

Qui a dit que l’Afrique était une terre de « spécificités » ? Rien de ce qui parait normal sur d’autres continents ne se justifie automatiquement en Afrique. Peu de temps après les indépendances, dans les années 60 du siècle dernier, l’on a estimé que l’Afrique n’était pas prête de fonctionner sur la base de systèmes politiques pluralistes, à cause d’un risque de déchirements tribaux préjudiciable à la construction d’Etats-nations. Alors, la plupart des pays africains ont adopté le système du parti unique, avec ce qui s’en suivit : la restriction et le contrôle des libertés publiques, les répressions aveugles des ‘minorités’ opposées à l’ordre établi, la formation de véritables dynasties familiales au pouvoir appuyées par la tribu la plus favorisée, etc.

Ce système, qui ne différa pas de régimes militaires comme civils, fut longtemps justifié et même soutenu par les anciennes puissances coloniales voulant des pantins sûrs pour garantir leurs intérêts sordides tendant au pillage des richesses du continent. Jusqu’à ce que la fin de la guerre froide, dans les années 90 vienne desserrer l’étau de la pensée unique dans le monde et que, subitement l’Occident se redécouvre les vertus de la démocratie qui a fait son salut au sortir de la deuxième guerre mondiale. On s’est rappelé des immenses attentes des populations africaines et des processus de démocratisation ont été engagés çà et là, avec plus ou moins de bonheur.

Dans l’ensemble, il y eu plus d’échecs que de réussites. Dans le meilleur des cas, comme au Mali, au Bénin, en Zambie, en Tanzanie, entre autres rares exemples ‘acceptables’. Sinon, le seul acquis fragile, en voie de remise en cause actuellement, c’est la liberté de parole retrouvée au sein des élites africaines. Au début très allergiques, les pseudos dictateurs ont fini par comprendre que cette liberté de parole était le minimum qui devrait être concédé à leurs opposants et aux sociétés civiles, au risque de précipiter leur ‘tour de Babel’ de pouvoir éphémère. Avec l’aide des services spéciaux et des mafias redoutables de l’Est comme de l’Ouest, ils s’évertuent à maîtriser les rennes des systèmes démocratiques en cours.

Les procédés sont de plus en plus connus : hold up électoraux, tronquage des listes… Cependant, l’éveil des consciences allant grandissant, les méthodes de rétorsion contre la démocratie naissante africaine et ses espoirs évoluent aussi.

En Guinée Conakry, la reprise en main est à présent effective : le pouvoir vieillissant de Lansana Conté a mis les bâtons dans les roues de cette ‘pré transition’ du gouvernement de Lansana Kouyaté, obtenant sa chute prévisible. Ainsi, s’appuyant sur la mise à l’écart des partis politiques par les forces sociales et la soif de ces derniers de retrouver les délices du pouvoir, les conseillers de Lansana Conté ont bien joué sur cette faille du système pour réhabiliter leur régime agonisant. La faute des syndicats consistait à croire à une élimination possible du régime honnis par un processus légal intégré au système en place lui-même. C’est sans compter avec le fond de mentalité perverse et assoiffée qui motive la classe politicienne.

Au Kenya, paradis vacancier des Occidentaux, le septuagénaire Moï Kibaki s’accroche au pouvoir. Après avoir été élu précédemment, avec la bénédiction de l’ancien dictateur Arap Moï, Mr Kibaki s’est rappelé subitement qu’en Afrique, seuls les dictateurs durent au pouvoir. La lutte pour le pouvoir étant synonyme de montée de nouvelles classes tribalo affairistes ou de la déchéance de celle aux commandes, il lui parut suicidaire de respecter les valeurs de la démocratie pour sa propre survie et celle de son ethnie majoritaire la plus favorisée. Au prix d’un début de guerre civile, il obligea l’opposition à un marché de dupes dont seule l’issue en fera une jurisprudence africaine recommandable. En effet, à la fin de cette gestion partagée de pouvoir entre lui et Raïla Odinga, il n’est pas sûr que les conditions d’un passage de témoin élégant et pacifique soient réunies pour autant. Le camp de Kibaki n’y a pas intérêt. La transition actuelle n’est donc qu’une mi-temps !

Au Zimbabwe, l’Afrique se ridiculise en inventant la notion de ‘héros’ à qui tout un peuple doit une allégeance éternelle. Mr Mugabe, quadragénaire dont on sait que les capacités de gouverner sont réduites par l’âge, est devenu la réincarnation africaine de la folie du pouvoir. Qu’il ait ‘arraché’ aux blancs les terres riches des fermes, cela faisait partie de l’Accord d’Indépendance. Rien d’héroïque ni de spectaculaire ! Il l’aurait fait unilatéralement sans accord préalable, comme Nasser en nationalisant le canal de Suez ou Mossadegh avec le pétrole iranien sous le règne du Shah Pahlavi, il serait effectivement un héros, un grand héros. Non seulement il l’avait fait tardivement, ayant passé le clair de son temps à éliminer les autres mouvements politiques de son pays tels que la ZAPU de Joshua N’Komo, mais il utilisa la répartition de ces terres comme arme politique démagogique en faveur de ses partisans, créant ainsi un nouveau clivage entre citoyens d’un même pays. La famine qui s’est installée dans cet ancien grenier d’Afrique australe serait-elle aussi un complot britannique ? Personne n’a prouvé que l’opposant Morgan Tsvangiray défendrait les intérêts de la minorité des fermiers blancs, sinon comment expliquer que la majorité des électeurs noirs, c’est-à-dire de ceux qui ont intérêt à posséder les terres confisquées aux blancs, ont préféré Tsvangiray à Mugabe ? L’opinion africaine serait-elle plus éclairée que les intéressés zimbabwéens eux-mêmes pour les assimiler collectivement à des pantins des impérialistes ? Pourquoi Mugabe devrait-il s’arroger le droit de ne pas quitter le pouvoir et imposer un tribut à son peuple pour l’avoir libéré des blancs ? N’est-ce pas la même propagande derrière laquelle se réfugient les potentats africains pour s’accrocher au pouvoir ?

D’autres pays et non des moindres ont fait sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels. Ce garde-fou était ce qui leur causait le plus de difficultés, après toutes les autres manœuvres réussies de coup de force institutionnel. Tant qu’ils seraient en vie, rien d’écrit ne devrait les empêcher de s’accrocher au pouvoir. C’est comme un mal de l’air en avion ou en altitude : l’idée de tomber est plus insupportable que le malaise en lui-même ! À défaut, la méthode Obasenjo – Poutchine pourrait intervenir, quand le potentat partant est sûr de contrôler l’appareil sécuritaire de l’Etat et se permettre d’installer son poulain aux commandes.

La Mauritanie a bien suivi cet exemple avec le dernier coup d’Etat. Aux arguments pertinents et au soutien exprimé aux putschistes par une frange importante de l’élite politique mauritanienne, nous opposons une question simple : à quoi sert-il d’élire des dirigeants pour les renverser avant la moitié de leur mandat ? S’il y a crise politique, la Constitution ne prévoit-elle pas des mécanismes de règlement respectueux du suffrage universel ? À vrai dire, les putschistes supportent mal cette normalisation de la vie publique qui devrait passer, à ses débuts, par cette instabilité inévitable. Les élites qui contrôlent le système politico-économique mauritanien sont des tentacules de l’ancien pouvoir dictatorial de Ould Taya. Ce coup d’Etat est une reprise en main qui compliquera davantage la vie démocratique dans ce pays pauvre et divisé sur une vraie base raciste et esclavagiste. Seul un semblant de pouvoir aux apparences démocrates et à l’ancrage tyrannique sera accepté par les vrais maîtres du jeu internes et extérieurs.

La promotion des ‘spécificités’ africaines, atteignant leur apogée, aboutissent à des scénarii du type « traduction manu militari devant la Cour pénale internationale ». Les chefs de guerre (petits chefs d‘état bananier autoproclamés) et les chefs d’Etats en fonction sont ainsi jaugés comme les pions d’un damier, pour mettre en œuvre le nouveau droit international humanitaire et politique. Là aussi, des voix s’élèvent toujours d’Afrique comme en retard pour protester, comme si ce développement n’était pas prévisible ? Alors, on tente rapidement de mettre en place des tribunaux nationaux au Darfour pour juger les criminels de guerre dont on niait jusqu’à l’existence quelques jours plus tôt ?

Face à l’impossible alternance normale, de plus en plus d’intellectuels et même de démocrates déçus adhèrent à la logique du coup de force, soit à la manière mauritanienne, soit par l’organisation de rébellions armées ou la prise de contrôle du directoire rebelle (comme en Centrafrique). Tout en déplorant le caractère regrettable du procédé de « putsch », ces élites africaines gauchisantes le considèrent comme le moyen le plus approprié de vaincre le refus d’alternance promu par les potentats en place. Peu importe les casses, les milliers de réfugiés et de déplacés, la déscolarisation d’une génération d’enfants, la flambée des pandémies telles que le VIH Sida, les morts : il semble qu’on ne peut faire autrement, à cause des spécificités africaines !

À quel ridicule s’exposent les Africains ? Et ce seront encore les mêmes Africains qui crieront à la générosité internationale dans les grands forums où les autres continents viennent pour proposer et vendre : le don des céréales contre la famine endémique et ‘structurelle’, les médicaments gratuits contre le VIH Sida pour les milliers de femmes violées par les ‘libérateurs’ de tout poil, l’eau potable (après avoir gaspillé l’argent public dans l’armement massif, la subversion et les placements à l’étranger), le gros lot des troupes onusiennes pour sauver des pays en dérive… C’est vraiment dommage !

Enoch DJONDANG

Nos dinosaures spécialistes de la vie politique tchadienne ne vont pas démentir leur réputation de ‘serviteurs des pompes funèbres’ de la République. En effet, la routine et la monotonie ont retrouvé leurs droits dans la gouvernance de notre pays. Après la fièvre des revendications de la CPDC autour de l’Accord du 13 août 2007, le processus prend du plomb dans l’aile, dans une ambiance générale morose.

Pour qui connaît les habitudes des tchadiens, peu d’entre les compatriotes se soucient de rendez-vous avec les urnes dans quelques mois, si ‘tout se passe bien’ comme dirait l’autre. Ils respirent un coup parce que la nature, en l’occurrence la saison des pluies, vole à leur secours en réduisant au strict entraînement les exercices militaires de part et d’autre des belligérants. Une période propice pour rattraper les activités et les intérêts perdus en début d’année, avant le retour de la saison des campagnes guerrières après les pluies. Rien ne préjuge d’une avancée notable vers la paix, alors le peuple joue au pragmatisme et s’occupe de son quotidien devenu très difficile avec la cherté croissante de la vie, phénomène face auquel les pouvoirs publics décident mais ne peuvent imposer leurs sentences. On ne touche pas aux lobbys commerciaux familiaux puissants qui savent à quelle porte frapper !

Le parti au pouvoir, qui a su s’adapter à toutes les situations, ne voudra pas perdre du temps. Mettant à profit sa restructuration interne et son renforcement du sang neuf de nombreux fugitifs des partis de l’opposition et de la rébellion armée, il a déclenché l’offensive de la conquête des forces vives, sachant que les dinosaures de la CPDC ont d’autres chats à fouetter dans les tiroirs et tirelires du gouvernement. L’expérience a prouvé maintes fois que l’opposition ne sera jamais prête pour un scrutin. Sa seule stratégie, de moins en moins payante ces dernières années, a été le boycott comme alibi pour ne pas répondre de ses propres carences. Le MPS le sait et met en place sa toile sur le pays. Qui le lui reprocherait ? Qui est prêt à perdre ‘bêtement’ pouvoir et privilèges dans un pays intéressant à l’ère pétrolière comme le Tchad ?

La CPDC tombe dans son propre piège de ‘coalition de salon’. Ce jugement n’est pas trop sévère au regard de la réalité ambiante. Quel parti membre de cette coalition a-t-il opté pour la stratégie offensive de la conquête du terrain, en même temps que le MPS au pouvoir ? Qu’attendent-ils ? Les moyens ? Qui leur en fournira et quand ? Les leaders entrés dans le gouvernement sont de vieux loups qui ont très vite adopté comme credo la fameuse ‘solidarité gouvernementale’, et par conséquent se sentent moins concernés par les préoccupations diffuses de leur coalition politique CPDC. Ils savent que leurs intérêts propres seront garantis tant qu’ils tiendront cette solidarité et que leur idylle durera uniquement le temps du mariage de raison. Après quoi, certains seront encore plus fatigués et usés tant par les affaires que par l’âge pour aller jouer aux gladiateurs dans l’arène politique conflictuelle des élections contre l’intrépide IDI.

Par sa présence minoritaire et son influence marginale au sein du gouvernement actuel, la CPDC est plutôt obligée par le programme social de IDI que par sa ‘feuille de route’ mal négociée et largement inconnue du grand public. C’est une DCP (Démocratie Consensuelle et Participative) au rabais qui ne dit pas son nom. En effet, en terme de produits, les tchadiens verront plus le ‘social’ promis par IDI d’ici quelques mois que la mise en place d’un nouveau processus électoral isolé des préoccupations les plus pertinentes sur l’état de la gouvernance (généralement abandonnées par les partis politiques à la société civile). Et les scrutins se joueront sur ce plan là ! N’ayant pas oublié la tendance volteface inavouée de ses alliés politiques du moment, IDI ne se laissera pas surprendre par ceux-ci renfloués financièrement par leur passage aux affaires. IDI n’aime pas jouer aux prolongations de matchs et le dernier quart d’heure a toujours été gagné par lui jusqu’ici, autant avec ses opposants politiques que rebelles. Comme l’a enseigné Machiavel, c’est la fin qui compte et non pas les procédés utilisés !

Les autres membres de la CPDC se cramponnent au comité de suivi comme si c’était à ce niveau que la mise en œuvre de l’Accord du 13 août 2007 se fera exclusivement. Quand ils tiendront la dernière réunion de suivi avant les campagnes électorales, le MPS aura déjà intelligemment conforté son statut de favori. Ils auront beau tenté de s’agripper aux faits et gestes menaçants des politico-militaires, réclamé des dialogues inclusifs, le MPS fera sa campagne même sous la menace rebelle et gagnera sans aucune peine faute d’adversaires sérieux. Si non, qu’ils nous démontrent comment au rythme actuel et avec leurs méthodes de caméléons arrosés ils comptent remporter la moindre élection ? Le suffrage universel peut réserver des surprises désagréables aux leaders fanfarons.

Dans leur lutte pour la survie au quotidien, les tchadiens ne connaissent pas les partis politiques, parce que ceux-ci ne connaissent les tchadiens que quand arrive le temps des élections. Par contre, les tchadiens connaissent mieux les rebellions armées, parce qu’ils sont appelés périodiquement à vivre les frayeurs et les affres de la guerre dans leurs localités, comme cela se passe en permanence dans l’Est du Tchad. Dès que les Toyota sont annoncées à X00 km de N’Djaména, le fameux ‘sauve qui peut’ fait le reste ! D’ailleurs, en vérité l’Accord du 13 août 2007 ne concernera que les régions où l’on ne vénère ni ne stocke les armes de guerre. Dans l’autre Tchad guerrier, les urnes ne sont pas les bienvenues et il n’y a pas de consultation qui tienne. Ce sont les régions à démographie électorale super galopante et où les résultats sont toujours au-delà des 90% qu’il vente ou qu’il pleuve. Et il n’y a pas de CPDC ni de démocratie dans ces contrées-là !

Contrairement à beaucoup d’autres pays, les partis politiques au Tchad se comportent comme de simples clubs de quartiers bons à réclamer leur part de bonbons à ‘papa’, mais incapables de développer leurs activités et de coller leurs réactions aux phénomènes publics sociaux, économiques, culturels ou environnementaux de l’heure. Le seul sujet dans lequel tous ces opposants excellent, c’est la critique des toussotements de IDI et de ses proches, comme si cela suffisait pour remplir la calebasse vide du citoyen ou devenir un projet de société novateur ? Quid des débats internationaux actuels, aucune présence idéologique affirmée sur les tribunes politiques africaines (à l’exemple de Goupandé ou de Ziguélé de la RCA voisine !), aucune signature littéraire, toujours le jeu des coulisses et les coins sombres ! Dans ces conditions, des recensements prévus au lancement de la campagne législative prochaine, seul le MPS sera en mesure d’évaluer à son avantage ce qui aurait été réellement fait selon les termes de l’Accord du 13 août 2007. Parce que présent sur le terrain, même avec les moyens de l’Etat : tant pis pour celui qui n’est pas conséquent avec lui-même en prenant des responsabilités !

Le contexte politique de démocratisation se dégrade de plus en plus en Afrique en ce moment. Après avoir usé jusqu’au hold up électoral, pour coincer les oppositions politiques les plus audacieuses et les empêcher de prendre en main hors contrôle néocolonial les ressources des pays africains, l’Occident évolue vers l’imposition des partages aléatoires de pouvoir là où la force de l’opposition et la détermination des peuples pour le changement rend nulle l’utilisation des anciennes méthodes (exploitation du préjugé tribal, délation, achat des consciences, corruption massive, fausses rumeurs malveillantes, tricherie, etc.). Nous sommes encore loin d’un tel schéma nouveau, en l’absence d’une vraie opposition cohérente. C’est pourquoi l’Accord du 13 août 2007, dans notre contexte sclérosé, permettra cette fois-ci au camp d’IDI de gagner sans trop se fatiguer et en toute légitimité. Beaucoup seront choqués par cette analyse provocatrice, et pourtant si les mêmes causes produisent les mêmes effets, par un simple A + B + C=, l’on pourrait aboutir aux mêmes conclusions.

C’est aussi pourquoi nombre de cadres et d’intellos, en faisant ces calculs mentaux rapportés à leur personne et aux préoccupations de survie physique et matérielle, font vite le choix de la carte politique à prendre, comme au loto ou au tiercé ! ‘La force de l’homme tchadien n’est-elle pas dans la marmite’, plutôt que dans son cerveau et/ou dans ses bras, comme disait l’autre compatriote ? Et la vie continue, ‘les chiens aboient et la caravane passe’, dit aussi le slogan gagnant[i] ! L’éditorialiste officiel Bendjo ne me démentira pas ?

Enoch DJONDANG

Il est, aujourd’hui  évident que l’homme, qui , pour des raisons inavouées veut, mordicus, faire valoir à  l’opinion publique internationale que Hissein Habré  n’est rien d’autre qu’un vulgaire dictateur mégalomane , se trouve, lui-même, être un opportuniste mercantiliste à l’affût des situations  lui générant de liquidités dont ni l’odeur infecte ni la couleur ensanglantée ne gênent  ce malfrat dans sa quête perpétuelle de délices morbides. Dans son dessein cynique de déstabiliser Habré, sa famille, les tchadiens et partant toute l’Afrique noire afin de remplir ses poches étrangères à la cause continentale, Reed Brody ne ménage aucun effort pour que sa fausse accusation contre l’africaniste Habré devant qui, les velléités expansionnistes occidentales se sont vues mortifiées, trouve droit de cité dans une  société planétaire inique, cœur d’un monde sans cœur, dirigée partialement par des grandes puissances comme les USA  représentant les Amériques et la France l’Europe tout entière.

Dans l’émission « Grand Reportages » récemment diffusée sur les antennes de la RDI, l’énigmatique Brody ayant fait de l’affaire Habré une potentielle vache à lait, refuse un poste aux Nations Unies proposé par l’un de ses amis prétextant que l’affaire était à son paroxysme et qu’il ne pouvait laisser tout tomber. Visiblement, il s’attendait à une éventuelle extradition de l’ancien homme fort du Tchad du Sénégal dont l’issue n’est rien d’autre, pour lui, que jaillissement de pognon, or, argent, diamant qui rendrait ses programmes de vacances et de bamboula bien aisés et arrondis.  Quelques jours plus tard quand Denis Sassou, président du Congo Brazzaville par sa lecture posée, rendit publique de l’intention des chefs d’Etats de l’Union Africaine de juger Hissein Habré au Sénégal, la gêne était ostensiblement lisible sur le visage du ridicule Brody mais il opta de la dissimuler par une exclamation de joie feinte. « … et voilà ses propres anciens pairs reconnaissent ses actes et le condamnent…. C’est l’essentiel » s’exclame-t-il. Eh bien, Brody ! Ses anciens homologues ne l’ont nullement condamné mais ils ont simplement peur de toi et de ces barbares que tu représentes et, qui, en ce moment où je rédige mon article t’instiguent de plus belle. Non seulement, l’Afrique tout entière se refuse de sacrifier un homme qui durant de longues années difficiles porta son flambeau au-devant de la scène mais aussi un des éminents fils de l’Afrique centrale en l’occurrence Menyé W. Boumoua t’ayant démasqué dans ton intrinsèque nature te décrit en ces termes :  « Il y a quelques jours, Reed Brody, un juif sioniste originaire d’un pays de l’Europe de l’Est (Bulgare ou Hongrois comme Sarkozy), devenu américain par nationalité, et émargeant à la mystérieuse nébuleuse dénommée Human Right Watch, appellation trompeuse qui peut abuser de plus d’un pour peu que l’on considère les activités et les positions à géométrie variable et très sélectives de cette officine d’un poids financier considérable et redoutable dont les ingérences néfastes sont principalement dirigées contre les pays du Tiers-Monde, en particulier l’Afrique, Reed Brody donc, très tôt appâté par la mine d’or que représentait l’affaire Hissein Habré, a inondé, comme il sait le faire régulièrement, le Net d’un morceau de sa littérature de caniveau aussi fétide que démagogique ; ».

La littérature de Brody est aussi empuantie que le derrière d’une hyène.  Frère Boumoua, aviez-vous aussi réalisé que la cause qu’il défend et sa politique sont aussi creuses et vides qu’une paume de mendiant ? 

Les tchadiens dans leur ensemble, par ma voix, vous expriment Professeur Boumoua leur profondes gratitude pour avoir, par votre article si joliment étoffée, défendu une préoccupation qui est, normalement, la leur. Toujours est-il que nous avons grandement besoin de ces augustes fils de l’Afrique, qui comme vous s’érigent en défenseurs de notre cher continent tout entier. En disant cela, mes pensées vont vers tous ces chefs d’Etats, qui sans raison valable, se sont vu arrachés prématurément à leur peuple à l’instar de kwame Nkrumah du Ghana et Hissein Habré du Tchad. Pour ne citer que ceux-là.

Ali Souleymane

Le bien-aimé du peuple tchadien dont le nom ne cesse de revenir comme un leitmotiv, à nos lèvres si assoiffées d’unité, d’union et d’unification, est, bel et bien, Hissein, fils de Billah Korey et de Habré Michalami. Longtemps, il couva son nationalisme dans le désert du B .E.T. (Borkou Ennedi Tibesti) quand il volait, entre autres, au secours d’un jeune tchadien terrassé par un jeune libyen. Jeune écolier de la ville de Faya largeau, Boss étant adolescent gringalet et tout petit, défendit son sol et son sable natals parce que son instinct et son destin lui dictèrent qu’il le fera plus tard dans sa vie d’adulte. Sans aucune violence apparente Hissein changea le cours de la bagarre en aidant son chétif compatriote à renverser le costaud libyen et tout bonnement continua son chemin.  Ce jour-là, les jeunes et les vieillards trouvèrent, en lui un enfant plein d’avenir et de promesses. Désormais les feuilles de palmier cessèrent de frémir à son passage, les jeunes filles ne surent se priver de cris d’admiration en son endroit, les vieillards firent de lui un complice sur qui, il faut compter, les tempêtes de sable commencèrent à l’accompagner dans ses mouvements, ses déplacements et ses décisions.

 L’injustice, dans son pays, était si criante que Hissein l’enfant prodigieux lança son cri de fureur qui domina le rugissement des lions, le miaulement de chats et de panthères, le mugissement  de bœufs, et de vaches et le beuglement des buffles retentit, soudain, comme pour lui dire, nous tous, te suivons dans ta lutte, dorénavant, justifiée.  Et puis un dernier cri de la nature qui propulse, l’adolescent-homme, du foyer familial vers un avenir qui était mi-figue mi-raisin.

Et, ensuite, les dattiers de la palmeraie de Faya se ployèrent, en signe d’adieu, pour l’allaiter de leurs dattes juteuses et succulentes et puis, Hissein s’en est allé. Billah et Habré se confondirent en larmes et les autres les rejoignirent dans leur mélancolie et chagrin, qui, quelques années, plus tard, deviendront le salut et la fierté de tout un peuple : le peuple tchadien en particulier et celui de l’Afrique noire en général.    

A sept cents Kilomètres, à vol d’oiseau, de son terroir, Hissein se conduira en administrateur civil compétent, responsable et incorruptible qui attira l’attention des autorités Kanémiennes, en l’occurrence, le charismatique Alifa Ali Moustapha Ali zezerty  du Kanem qui en fit écho auprès d’un autre nationaliste douteux(parce qu’il procédera plus tard à la cession de la bande d’Aouzou au jeune colonel Kadhafi) au nommé François tombalbaye qui avait, en main, la clef de la réussite ou de l’échec de tout le Tchad. Il devint par la suite, Ngar(Dieu) Ta (donné) en un mot, Dieudonné ce qui, littéralement, signifie ne partage avec personne ce dont Dieu ou Allah t’a comblé. Il faut, ici, se rendre à l’évidence, mises à part les considérations tribales, ethniques, claniques ou encore religieuses, Ngarta a été simplement avide du pouvoir mais il se considérait un nationaliste hors pairs portant sa canne de malheur et qui, ma foi, n’égale ni de près ni de loin le fils de billah Korei notamment Hissein Habré. Malencontreusement (adverbe vieilli mais je parle comme Mohalbaye), c’est Ceux qui sont nés, longtemps après lui comme Djondang notre fameux politicien-juriste de paille et le moraliste saumâtre qui prennent plaisir d’altérer et d’envenimer le cours de l’histoire sans aucune érudition notable mais simplement aux aguets de tout ce qui est susceptible de dresser le Nord du Tchad contre son sud.  Est-ce que les tchadiens ont-ils le droit d’interroger le docte-ancien-ministre qui prétend être hors pairs sur son passage dénotant une révérence presque obséquieuse à l’endroit de son chef IDI quand il était à la tête d’un ministère non pas des moindres sous le piètre règne de la médiocrité qui venait tout juste de s’installer ?  Quelle était ta contribution à la grande œuvre de reconstruction, de l’édification et à l’instauration de la démocratie multipartite quand tu étais ministre décisionnaire du ministère cité plus haut. Qualifier la tête de Hissein Habré de stèle ? Nom d’un chien ! Tu dois être haineux et d’une attitude vipérine ce qui est logiquement impropre aux intellectuels si tu étais, es et en sera un.

Tes minables études ne te serviront qu’à dresser les uns contre les autres. Le code de famille (tu sais de quoi je parle) dont tu faisais mention il y a plus d’une année n’a pas encore vu le jour parce que les tchadiens ont toujours besoin de se sentir en harmonie dans un Etat où le sort et les circonstances les lient de façon sempiternelle.  Exploiter les sensibilités interethniques est une vieille méthode, crois-le-moi, qui ne te mènera nulle part dans tes visées divisionnistes. Get back on earth !

Assez de digression ! Pour revenir à notre héros national, il va sans dire que le régime de l’époque, le contraignit à utiliser la méthode dure pour rappeler ses concitoyens à l’ordre car céder une parcelle de notre territoire national à l’ennemi, ne constitue pas son langage de tous les jours ; Alors que le Ngarta l’a fait sans aucune vergogne lors d’une rencontre avec Kadhafi « le colonel aux petits pieds » comme aime l’appeler le nationaliste Boss.  

Frères et sœurs c’est cet homme qui, par sa sueur et le prix de sa vie, a courageusement défendu sa patrie et l’Afrique tout entière contre la domination étrangère que les pays du Nord et certains de nos compatriotes instrumentalisés veulent juger de manière effrontée. Aujourd’hui, les colonisateurs d’antan omniprésents sur toutes les scènes touchant notre pays, sciemment le musèlent. Et des « compatriotes » comme Djondang, sans vergogne parce qu’ayant mangé dans toutes les marmites, avec leur ironie et mauvaise foi veulent signifier à notre peuple que le silence du Lion traduit une certaine culpabilité.  Quand notre pays fut victime d’un complot international, les dernières paroles du guide éclairé étaient les suivantes :

« Vive le Tchad, vive le Peuple, vive les travailleurs ! Ce sont mes dernières paroles, j’ai la certitude que le sacrifice ne sera pas vain et qu’au moins surviendra une punition morale pour la lâcheté et la trahison. »

Le peuple Tchadien et l’Afrique tout entière ne baisseront pas les bras jusqu’à ce qu’un gain de cause soit obtenu dans la rocambolesque affaire de Hissein Habré.

C’est le message de tout un peuple partant de tout un continent !

Troisième partie

Le désamour étant un mot trop ignominieux pour laisser comme héritage à son peuple, le héros national égal à lui-même, nous légua un précieux trésor qu’est cette phrase annonciatrice : « le sacrifice ne sera pas vain».  Il parlait effectivement de ce titanesque sacrifice que les tchadiennes femmes, hommes, enfants consentirent quand il s’est agi de brandir à la face du monde le sentiment de jalousie quant à la préservation de leur indépendance, leur liberté, leur traditions défenderesses et, enfin, la reconquête de la totalité de leur intégrité territoriale grande d’un million deux cents quatre-vingt-quatre mille kilomètres carrés. C’était une noble mission que les tchadiens dans leur ensemble accomplirent avec une véhémence et une témérité extraordinaires. Néanmoins, il n’en demeure pas moins qu’il existe, de nos jours, des tchadiennes et tchadiens qui aient une aussi grande bouche que celle de l’alligator pour débiter et d’aussi minuscules oreilles pour écouter prétextant qu’ils étaient jeunes lors du passage miraculeux de Boss dans notre pays, le Tchad. Ayons quand même la sincérité et la bonne foi de nous souvenir de ce que le messager de la paix dit :

« Le capital étranger, l’impérialisme, ont créé le climat qui a cassé les traditions : celles que montrent Idriss Deby et ses acolytes et qu’aurait réaffirmé la France et la Libye. C’est du Soudan et de la Libye, avec l’aide de la France, qu’Idriss Deby espérera reconquérir le pouvoir afin de continuer à défendre ses propriétés et ses privilèges. Je voudrais m’adresser à la femme simple de notre terre, à la paysanne qui a cru en nous, à l’ouvrière qui a travaillé dur et à la mère qui a toujours bien soigné ses enfants.»

Nous n’avions besoin ni d’étincelles ni d’ombre pour comprendre ce limpide et transparent message qui se veut comme tremplin à un peuple fragile et vulnérable. Bientôt dix-huit ans, les tchadiens, pour qui, la chose nationale est d’une importance capitale, ne cessent de méditer sans que sommeil ou une quelconque léthargie ne les prennent. Alors que les partisans du désordre, de la médiocrité, de la traitrise et de la lâcheté ne cessent de tenir un langage ahurissant, propre à réveiller les morts. Le combat du Président Habré était le combat de tout le peuple tchadien parce que nous gérions un Etat de siège où de 1982 à 1990 nous avions été malmenés, bousculés, agressés, violés, brutalisés et atteints dans notre dignité d’hommes et femmes libres par des opportunistes et esclavagistes de tous crins. Aujourd’hui, encore, le peuple digne et fier du Tchad dans sa totalité se dresse contre toute éventualité d’inculpation de Hissein Habré qui incarne le rétablissement de la dignité et la fierté de plus de cinq millions de tchadiens, à l’époque des crimes que vous prétendez lui attribuer. Quarante mille personnes exécutées en huit ans ? Ma foi, il y en avait de quoi décimer toute l’Afrique ! Soyons sincères et logiques avec nous-mêmes. Alors, comment expliquer le fait que les autorités sénégalaises sur instruction de la France impose un silence moribond à notre président d’hier, d’aujourd’hui et de demain pendant dix-huit longues années ? ne disait-il pas avant son départ ce qui suit :

« Ils vont sûrement faire taire ma voix et vous ne pourrez plus entendre son métallique. Peu importe, vous continuerez à m’écouter, je serai toujours près de vous, près du Tchad et, vous aurez au moins le souvenir d’un homme digne qui fut loyal avec la patrie. »

  S’il y eut quarante mille personnes disparues sous son règne, pourquoi ses détracteurs n’arrivent-ils pas à présenter quarante mille plaintes en bonne et due forme ? Croyez-le-moi, ils n’en ont pas quarante avec preuve à l’appui.  Honte au Sénégal qui se fait forcer la main pour modifier sa législation constitutionnelle par un colonisateur et esclavagiste dont les effets négatifs continuent de planer sur notre chère Afrique ! Le héros national, Hissein Habré n’est pas un homme qui a la langue dans la poche. Nous tous tchadiens et ses détracteurs savons si seulement, on lui laissait du temps et l’occasion de s’exprimer, il se défendrait de façon lucide et convaincante comme il l’a toujours fait. Mais la France et les autres pays complices ont peur de lui donner cette opportunité. Mais, si jamais le Sénégal se laisse faire par cette mascarade de jugement moyennant quelques milliards de CFA, la région risque de s’embraser et beaucoup de têtes tomberont et au Tchad et au Sénégal. Prenez-le comme une menace si vous le voulez.  Nous voulons d’une vraie justice mais non pas de la parodie et du cinéma.

 C’est le message d’un peuple fidèle à son chef !

Ali Souleymane

Selon les grands médias, l’Alliance Nationale, principale coalition des forces rebelles tchadiennes (ou « mercenaires » selon), vient de déclarer sa disponibilité de participer à un ‘dialogue inclusif’ avec le pouvoir et les autres acteurs. Nous n’allons plus revenir sur les contours de cette terminologie ‘dialogue inclusif’, car c’est par les faits et les intentions réelles des acteurs publics tchadiens que ce ‘machin’ prendra une forme qualifiable. Nous saisissons cette annonce de la rébellion, survenant après une défaite militaire confirmée à mi-mots, pour analyser là où nous en sommes aujourd’hui dans la difficile quête de la paix. Nous essayerons avec l’indulgence des internautes de résumer les positions des belligérants de la crise tchadienne, au regard seulement des faits avérés, pour voir à quelle distance sommes-nous de la paix.

D’une manière générale, la position des rebelles a toujours connu deux variables.
Quand leurs leaders étaient en négociation en 2007 en Libye, ils avaient dans un premier temps, réclamé la participation des partis politiques et de la société civile comme préalable aux discussions. Par quelle alchimie, quelques temps plus tard, ces mêmes leaders déclarèrent publiquement qu’ils lèvent ce préalable de participation des autres acteurs et que les négociations étaient très avancées, à part quelques petits détails à évacuer. Pour les partis politiques (CPDC, FAR…) et les sociétés civiles qui faisaient de cette participation leur credo, ce fut un vrai coup de poignard dans le dos. Puis les Accords de Syrte furent signés en grande pompe le 25 octobre 2007 et largement diffusés pour la première fois. A ce stade, les tchadiens pouvaient espérer approcher la paix. Malheureusement, la sincérité était absente de toutes ces gesticulations. On ne croit qu’aux armes et ce sera comme ça !

La preuve ? Un mois à peine après Syrte, les rebelles déclarèrent ces accords caducs et les hostilités reprirent de plus bel en fin 2007, pour atteindre leur apogée en février 2008 avec le cauchemar de N’Djaména. L’échec de cette énième tentative de coup de force et la gravité de ses impacts ont fini de convaincre l’opinion que la paix n’est pas pour demain.
Avant de tirer une telle conclusion hâtive, analysons les paramètres, côté rebelle, qui rendront difficile un vrai retour à la paix ou même simplement une ‘paix des braves’ (solution ne concernant que les promoteurs de la main armée). Sans se tromper, la conception de la solution finale, pour la plupart des groupes rebelles, sous-entend les éléments suivants :

-   En priorité, le renversement par tous les moyens du général IDI : il parait inconcevable, pour certains leaders ayant été proches de ce dernier et parents, de revenir comme simple ‘courtier’ à ses pieds (question d’honneur tribal ?) ;

-     A défaut, gagner du temps en obtenant une position politico-militaire dans le système qui permettra d’y arriver tôt ou tard ;

-     Pour cela, un désarmement des milices rebelles parait la pire des bêtises pour ces leaders : ils exigent de rentrer avec leurs forces telles quelle, en considérant que la signature d’un accord les reverse automatiquement, avec armes et bagages, dans les forces gouvernementales. De plus, ils avaient contribué eux-mêmes à cette partition de la force publique en assemblage de forces clanico - tribales, selon les alliances secrètes entre familles dominantes ;

-     Pour les groupes rebelles issus des ethnies ‘délaissées’ du pouvoir FROLINAT, le ralliement et le désarment sont possibles, moyennant quelques compensations avantageuses dans l’Administration et l’armée, ce qui explique la facilité avec laquelle ils finissent par rallier le pouvoir en place ;

-     Les Accords de Syrte n’ont jamais reconnu l’Accord du 13 août 07 comme ‘l’Accord de base’ du règlement du problème tchadien, ce qui veut dire que le suffrage universel qui doit fonder la légitimité de tout pouvoir et de toute autorité, parait encore incompatible avec les intérêts et les visées des rébellions tchadiennes. Aucune d’ailleurs n’a jusqu’ici fait des commentaires sur le contenu de cet accord, ses insuffisances et des propositions concrètes pour le compléter utilement et le renforcer.

En face des rebelles, les partis politiques, tout en réclamant le dialogue inclusif, défendent un autre credo. Ils savent qu’ils sont liés par les textes fondant leur existence et régissant leur fonctionnement. Ils savent que, dans les conditions normales d’un pays démocratique, seuls les partis qui siègent à l’hémicycle ou sont capables de tenir la rue dans une confrontation avec l’autorité en place, sont considérés comme les vrais acteurs politiques. Or, dans notre contexte, peu seraient en mesure de remplir ces critères, même si l’étau sécuritaire et répressif se desserrait. Alors, certains sont partants pour espérer que l’application correcte de l’Accord du 13 août 07 correspondrait aussi à leurs intérêts et à leurs visions du pays. Tandis que d’autres visent tantôt la contribution financière promise de l’Etat en s’agitant dans la mouvance présidentielle, sans rien représenter sur le terrain. D’autres encore, selon la logique de l’opportunisme et de la sournoiserie à la tchadienne, ont les pieds des deux côtés du fossé : le jour, ils sont légalistes dans un camp, la nuit ils espèrent la réussite d’un putsch militaire qui les permettraient de s’allier aux nouveaux maîtres du pays dans le partage du gâteau du pouvoir.

Assis autour d’une table ronde ou carrée, face aux rebelles, la position de certains partis politiques sur certains sujets tels que l’actuel mandat présidentiel, serait fort délicate, au risque d’être considérés comme des partisans des dits putschistes. Or, c’est ce qu’espèrent certains des leaders rebelles pour qui la cohabitation avec IDI pour quelques temps légaux encore serait pire qu’une prison !
Maintenant, voyons le côté des sociétés civiles. Le risque le plus évident pour ces activistes est de se faire piéger sur un terrain où les intérêts et la loi de la jungle justifient l’acharnement et les coups fourrés. La société civile ne peut que défendre des règles du jeu claires et sincères. Elle ne peut pas transiger sur des questions inévitables, telles que les crimes politiques, la responsabilité des conflits intercommunautaires, les causes des injustices socio - professionnelles, le caractère impersonnel et non appropriable de la fonction publique, etc… Si elle a le courage de faire de ces points son credo, elle risquerait d’être l’ennemie la plus coriace des autres acteurs publics, principalement tous ceux qui défendent la légitimité de la main armée et de « ses acquis ».  Alors, on peut bien s’interroger sur ce qu’espère la société civile dans des discussions creuses et virulentes qui tourneront quasi-exclusivement sur les attaques de personnes et/ou de clans rivaux autour de la question du pouvoir ? Les réconcilier sur quoi et contre qui ? L’Etat de droit ? La démocratie pluraliste ? Le suffrage universel direct, transparent et incontestable ? Au regard des enjeux, il importe que la société civile cadre préalablement et rigoureusement sa participation à des rounds politiques, au risque que la naïveté et l’inexpérience de certains de ses leaders ne la piège et ne la discrédite durablement.

Du côté du pouvoir et du gouvernement, les tentatives de coup de force des rébellions, depuis au moins les Accords de Syrte, ont fournis une argumentation en béton pour mettre le tout sécuritaire en priorité.
En effet, il n’est aucun régime si menacé par ses opposants, qui accepte gentiment de se faire « hara kiri ». Les actions rebelles, ayant de surcroît échoué plusieurs fois, ont conduit les partenaires extérieurs et même un peu plus d’opinion publique intérieure, à opter pour la sécurité et la stabilité, en d’autres termes faire avec le pouvoir en place, devant l’inconnue lourde en incertitudes. Les partisans de la rébellion armée, actifs sur le Net, devraient prendre en compte cette donne qui va croissante en audience. Les gens en ont marre d’être réduits, avec leurs familles, à fuir ou à se tapir sous leurs lits, dans l’attente que des frères ennemis règles leurs comptes qui semblent ne pas concerner tout le monde. Pourquoi le citoyen lambda en est arrivé à cette attitude ? La réflexion n’est pas exclusive, pourvu qu’elle soit objective. Il est rare, dans l’histoire des peuples, que l’état d’esprit des populations soit plutôt de fuir devant l’avancée des « éventuels libérateurs ». La relecture objective des évènements de février dernier s’impose !

Le sentiment frustrant d’être pris dans l’étau soudanais, malgré la gravité de nos problèmes intérieurs, renforce davantage cette défiance populaire face à l’inconnue des aventures politico-militaires. L’autre revers des tentatives de coup de force des rebelles, c’est le risque de la crispation du pouvoir dans la perspective des prochaines consultations électorales. Car non seulement elles risqueraient d’être hypothétiques, dans l’impossibilité de réaliser de vrais recensements dans un climat de guéguerre permanente, mais elles arriveraient à échéance sans que l’opposition civile n’ait eu le temps de se préparer, à cause de la guerre cyclique. Gageons que la saison des pluies soit mise à profit par les démocrates pour reprendre la main sur les « mains armées », sinon on tournera en rond !

La dimension personnelle et clanique est essentielle dans les atermoiements de tout processus de normalisation. Nous avions dit plus haut que le désarmement effectif des forces rebelles, avant ralliement, leur paraissait inacceptable dans leurs perspectives secrètes. Il y aurait d’autres raisons plus sociologiques à cela : la vendetta ! Cette barbarie d’un autre âge qui a fini par s’imposer dans la vie publique tchadienne, comme la tradition albanaise de la vengeance, empêche ses promoteurs de concevoir une vie normale où la sécurité, l’intégrité physique et la quiétude seraient simplement assurées par les services sécuritaires de l’Etat sans exclusif. La masse des crimes de sang commis de sang-froid et non jugés, les codes d’honneur violés à l’occasion des représailles sur le terrain des affrontements fratricides (viols, vols aggravés à main armée, assassinats, massacres intercommunautaires) rendent difficile l’acceptation d’un désarmement social général. Tandis que, à l’exemple tragique du leader de l’ex-rébellion FUC rallié, il serait désormais inacceptable pour le général IDI de permettre à des ‘Robin des Bois’ de faire la parade à N’Djaména devant les portes du palais rose avec leurs Toyota et leurs sbires armés jusqu’aux dents, sous- couvert d’accords de réconciliation. Les grandes tranchées et le dispositif défensif de la ville en témoignent amplement. Alors, quelle sera l’alternative pour les leaders les plus coriaces de la rébellion armée ? Pourront-ils supporter la mésaventure de Jean-Pierre Bemba ou de Mahamat Nour Abdelkérim ? Accepteront –ils l’exil et la renonciation en échange de la paix ?

En conclusion, au regard de tout ce qui précède, on est loin d’espérer un retour imminent de la paix, surtout que certains acteurs sont habitués à cette situation de chaos permanent depuis leur jeunesse.
Ils pourront persister aussi longtemps que le destin n’en décide autrement, peu importe le prix pour les tchadiens ! Tant que les parrains extérieurs peuvent tirer leurs profits de cette sale guerre, tant que la majorité silencieuse et ses élites démissionnaires se camperont dans la peur et la fatalité, tant que l’argent nerf de la guerre coulera à flot pour soutenir les conflits au détriments des impératifs de développement et de lutte contre la pauvreté, les tchadiens doivent accepter de vivre l’enfer comme leur lot et leur mérite collectif !

Quelqu’un avait écrit sur le Net : « Que valent plus ces révolutionnaires que le défunt Néhémie dans la dénonciation de l’injustice ? ». Tentative de réponse : mon ami Néhémie était précurseur d’un Tchad Nouveau qui est encore à l’état de fœtus dans l’esprit de ses compatriotes, donc trop en avance sur le temps. C’est peut-être aussi notre malheur commun, les amis de Néhémie, de Béhidi, de Dr Ibni et de ceux qui tiennent encore le nez hors des eaux boueuses et puantes du pays de Toumaï le troglodyte et des Sao ?

Enoch DJONDANG

Le VIe Congrès ordinaire de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) devait se tenir ce mois de février 2008 à Abéché, la capitale historique et politique du Nord-Est du Tchad. Ce choix de lieu avait été décidé au congrès précédent tenu à N’Djaména. Un congrès, c’est l’occasion pour une organisation de faire le point sur son bilan, sur le contexte environnemental, se définir de nouvelles orientations et se doter d’une nouvelle direction. La LTDH, créée par le Manifeste du 15 février 1991 à N’Djaména, est la première organisation associative des droits humains au Tchad.

Elle était une organisation mythique pour les Tchadiens pour plusieurs raisons :

-     Elle était créée dans un contexte encore marquée par la peur au sortir d’une dictature féroce, celle de Hissène Habré ;

-     Elle apportait un concept nouveau d’humanisation de la société tchadienne et faisait du respect du droit du citoyen un élément central de son combat ;

-      Elle s’était fondée sur une base pluraliste reflétant réellement la diversité nationale : parmi la centaine des premiers membres fondateurs, il y avait toutes les sensibilités régionales et politiques, même des cadres du parti au pouvoir MPS ;

-     Dès le départ, elle avait mis la barre de la lutte très haute, en consentant de grands sacrifices dans un contexte de violences criminelles terrifiantes : un an seulement après sa création et le jour même de son premier anniversaire le 16 février 1992, son Vice-président l’avocat BEHIDI Joseph fut lâchement assassiné par des professionnels du crime. Par la suite, certains de ses militants payeront cher leur engagement à travers le pays ;

-     La LTDH avait acquiert par sa détermination une capacité d’agir sur l’ensemble du territoire, jusqu’aux coins reculés et oubliés comme le Tibesti : que des violations massives des droits humains se passent au fin fond du Ouaddaï, du Sud ou du Lac Tchad, elle relevait le défi de la dénonciation et de la gestion de crise ;

-     La LTDH avait aussi risqué gros dans des cas difficiles comme Ninguilim au Ouaddaï, les 300 Goranes déportés du Nigeria, les évènements du 13 octobre 1991 (Affaire Hadjéraï), la dure répression dans le Sud, etc. Elle avait même démontré sa notoriété en défendant le cas des compagnons arrêtés de feu Abbas Koty, ce qui à l’époque n’était pas du goût d’une certaine opinion très remontée contre le Clan au pouvoir ;

-     En dehors de ce combat de la protection quotidienne des droits des citoyens, la LTDH avait formé plus d’un millier de citoyens de toute provenance sociale, professionnelle et religieuse. Par exemple, elle avait participé à la formation en droits humains et droit humanitaire de nombre de promotions de gendarmes tchadiens, d’agents d’exécution des lois, d’autorités administratives et militaires et d’autres sociétés civiles.

-      À l’actif de la LTDH, des mémorandums, des rapports annuels sur l’état des droits humains, des rapports d’enquêtes de bonne facture, ainsi que des outils pédagogiques de sensibilisation et de formation.

C’est dire que cette organisation occupe encore et toujours une place affective dans la plupart des milieux. Posséder une carte de la LTDH avait été salutaire à de nombreux voyageurs sur les routes hantées par les vrais faux malfaiteurs de notre pays.

Malheureusement, comme nous sommes au Tchad, les maux et virus qui minent et qui ruinent tous les espoirs naissants dans notre pays, sont aussi passés par les couloirs de la LTDH. Aujourd’hui, elle n’est que l’ombre d’elle-même. De nombreux militants et membres fondateurs ne cessent de nous interpeller, en tant que Président fondateur, sur l’appréciation critique qu’ils se font du déclin irrésistible de leur organisation. Car la LTDH n’appartient et n’appartiendra à personne en propre. Elle n’a pas été créée pour servir des intérêts et penchants mondains des uns ou servir de strapontin de positionnement pour les autres. Elle ne peut être au service de réflexes tribalistes, régionalistes ou partisans inavoués. Si l’on en est arrivé là, c’est le développement d’un mal endogène lié aux contradictions et aux antagonismes internes de notre société tchadienne. Ce mal qui veut que tout soit régionalisé, partitionné, dévié de l’initial, pour s’adapter à la petitesse des individus. Je passe sur les voies et moyens utilisés à ces fins honteux, que vous connaissez tous pour le vivre à ciel grand ouvert à tous les niveaux de pouvoir social au Tchad.

Aujourd’hui, si je suis obligé de prendre la plume pour battre le rappel des militants de la LTDH, c’est que l’heure est grave et qu’il faut que le VIe Congrès sorte notre organisation de la faillite. L’état des droits humains a dépassé les limites du tolérable. Il y a des régions où, sans exagérer, la vie n’est pas loin de l’état primitif et sauvage de l’humanité. Cette situation ne saurait être tolérée que si les acquis de notre lutte n’avaient pas existé. Aujourd’hui, la LTDH dispose d’un réseau intérieur incroyable de militants qu’elle n’utilise plus : ils sont partout, dans toutes les institutions de l’Etat, civiles, militaires, sécuritaires. Il y en a parmi les rébellions armées, les oppositions politiques. Beaucoup s’interrogent et attendent à quand leur organisation retrouvera ses marques de noblesse ? Ce n’est pas pour la gloriole d’un individu ou d’un groupe de potes, mais pour un Tchad débarrassé de l’oppression, de la négation de la valeur de l’humain et de la vie. Ce n’est pas pour se positionner politiquement mais pour bien rappeler aux acteurs publics en mal de pouvoir les gardes fous, les limites à ne pas franchir.

Si aujourd’hui l’opinion internationale ne voit que des hommes de violence, des voyous, des aventuriers comme identité commune à tous les Tchadiens, c’est parce que la défaillance des défenseurs des droits humains se fait de plus en plus sentir. Il y en a pourtant qui continuent de se battre dans leur coin courageusement, mais que peuvent-ils seuls contre un système monstrueux qui enfle chaque jour un peu plus, en se nourrissant de la déchéance des élites ?

D’autre part, toute organisation doit s’adapter au contexte stratégique du moment. Après avoir oscillé durant plusieurs années entre le Sud et certaines parties du grand Nord, le centre de gravité des violations massives et systématiques des droits humains s’est focalisé pour une longue période dans la partie Nord-Est du pays. C’est là que devraient prioritairement être orientées nos actions, sans négliger le reste. Quand la donne évolue ainsi, l’organisation devrait aussi s’y adapter. Nous avons besoin de reconstruire et de consolider des bases militantes solides et intégrées dans les parties les plus sensibles actuelles du territoire national, dont principalement le Nord-Est.

La LTDH ne peut se donner autres priorités au risque qu’il s’agisse d’une déviance de nos traditions de lutte et d’engagement. L’esprit du mouvement associatif et la conscience citoyenne devraient désormais être promus dans ces contrées du Nord abandonnées à la barbarie et aux tourments de toutes sortes. Si vous convenez avec moi qu’il devrait en être ainsi, les militants de la LTDH où qu’ils soient devraient faire un plaidoyer interne et social pour que l’organisation retrouve force, légitimité et cohésion pour se remettre en ordre de bataille. Les hommes de valeurs ne manquent pas pour être les moteurs de ce réveil salutaire.

Par exemple, il serait raisonnable que le Congrès reporté d’Abéché porte à la tête de la LTDH quelqu’un de reconnu pour son engagement, son ancienneté et son intégrité dans le combat mené, surtout connaissant et maîtrisant mieux la problématique humanitaire gravissime de l’Est. Le camarade Abdelkérim, président de la Fédération LTDH du Ouddaï- Biltine répondrait bien à ce profil. De plus, ce militant a une vision vraiment nationale de la lutte et l’as souvent démontré. Au moment où il faille mettre un terme aux griefs répétés de nos militants originaires du Nord et d’autres régions marginalisées dans les actions, ce sera un signal fort du Congrès à l’opinion et aux partenaires. Le fait de résider en quasi-permanence à Adré n’a pas vraiment d’incidence sur cette option Abdelkérim. Les moyens modernes actuels et la dernière réforme interne de la LTDH responsabilisant les présidents de fédérations et renforçant le Secrétariat permanent du siège national le permettent : il faut simplement les hommes qu’il faut !

La LTDH est une machine complexe, délicate et sensible. Sa gestion interne et quotidienne, ses rapports tant avec ses membres qu’avec le grand public et les partenaires stratégiques, financiers et politiques devraient être confiés à des mains expertes. Car c’est là que pourraient se former les contreperformances. Il n’y a pas de meilleur profil actuellement que le camarade Eric Dessandé ! Membre fondateur, sa forte personnalité ; ses talents de gestionnaire et d’animateur pointilleux font de lui l’homme qu’il faut pour reprendre en main la direction technique de la LTDH, en qualité de Secrétaire Général Exécutif. Nous sommes sûrs qu’il saura refaire du siège de notre organisation cet endroit sacré de refuge de plus d’un désolé de ce pays malade.

Je tiens à préciser ici que je n’ai contacté ni Abdelkérim ni Eric et que je procède dans la plus grande transparence par le Net, car la LTDH est un nerf vital de notre pays. Je ne le fais pas non plus par calcul, je n’y gagnerai rien de particulier sinon que je voudrai voir le Manifeste pour une Société de droit au Tchad, acte fondateur de notre lutte commune, reprendre sa place dans la vie de la LTDH et de tous ses militants où qu’ils se trouvent. C’est aussi mon devoir en tant que Président fondateur. Nous devons rester fidèles à cet engagement qui est plus noble que toutes les autres causes qui se disputent tragiquement l’espace de notre pays et notre peuple !

Et je suis convaincu que si la LTDH et les organisations qui ont été les piliers de notre processus démocratique se ressourçaient, le spectre du chaos permanent qui est en train de pousser à l’exil des milliers de nos compatriotes, surtout avec février 2008, sera brisé. Il n’est aucune force opposée au progrès moral et social qui pourrait résister indéfiniment et impunément ! J’invite donc les camarades militants de la LTDH de sortir de leur silence ou découragement pour adresser des messages d’encouragements, des critiques objectives et des suggestions à leur organisation à l’adresse suivante, pour un tournant historique avec le Vie Congrès ordinaire à Abéché !

Enoch DJONDANG
Ancien Président fondateur

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse