dimanche 25 septembre 2022

Journal

Journal (329)

Les Sao du Tchad ont croisé le fer avec les Léopards de la RDC A' cet après-midi, 28 août 2022 au mythique stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé au Cameroun. Un match soldé par la défaite des Tchadiens, sur le score de 2 buts à 1.

 Pour la phase aller des qualifications pour le Championnat africain des Nations (CHAN) Algérie 2023, les poulains de Mahamat Allamine Abakar n'ont pu résister à la pression des doubles champions de cette compétition. Dès la première période, l'équipe adverse a pris le dessus en marquant 2 buts. Le premier a été inscrit à la 17e minute par Adam Bossu et le second à 2 min de la pause, soit à la 43e min par Kinzumbi Philippe, tous deux joueurs du meilleur club congolais TP Mazembé.

De retour des vestiaires, les Sao du Tchad ont poussé l'adversaire et dominé largement la seconde partie de cette rencontre. À la 52e min, Bakhit le n°10 de Foullah Édifice FC crée un penalty qui sera transformé par le défenseur, n°8 Ahmat Abderaman, joueur de RFC. C'est sur ce score que l'arbitre a mis fin au match.

Pour Alkhali Tarbo, meilleur joueur du championnat national 2022 et attaquant de l'équipe nationale tchadienne joint au téléphone affirme que le match a été compliqué à la première période, mais ils sont revenus en force à la deuxième partie. Il relève aussi que rien n'est perdu pour eux. « Le match retour sera disputé chez eux, mais nous allons les battre et se qualifier », a-t-il déclaré.

Signalons que ce match s'inscrit dans le cadre de la qualification du Championnat africain des Nations (CHAN) qui se tiendra en Algérie en 2023. Le match retour est prévu pour le 4 septembre 2022 à Kinshasa, en République Démocratique du Congo.

Abderamane Moussa Amadaye

L'association humanitaire almoussada a lancé son projet intitulé « un orphelin une moustiquaire » ce vendredi 26 août 2022 au siège de cette association sise au quartier Diguel dans la commune du 8e arrondissement.

Moussa Abdoulaye Youssouf coordinateur de l'association Humanitaire al moussa souligne que l'objectif de ce projet est de remettre des moustiquaires aux enfants orphelins vu l’état dans laquelle se trouve la ville de Ndjamena qui est complètement sous les eaux de pluie. « vous êtes sans ignorer que la pluie est trop dense et la ville de N’Djamena est inondée, le paludisme fait rage en ce moment. Il est de notre devoir de penser à ses enfants pour éviter qu'ils ne tombent malades », dit-il. Pour lui les orphelins souffrent, beaucoup d'entre eux  se retrouvent seuls et personne ne pense à eux. Il est donc logique que cette association vienne à leur secours. « Nous avons d'abord recensé les orphelins pour avoir leurs nombres exacts et nous avons aussi contacté certains parents qui ont répondu à notre appel », explique-t-il.

Ndjeneïsseme Patrice animateur du centre de l'orphelinat Apsoa apprécie l’œuvre de cette association humanitaire qui ne cesse de se préoccuper des orphelins. Pour lui, ces dons de moustiquaires tombent bien, les moustiques causes énormément du paludisme et les enfants sont les plus exposés  c'est un geste noble, dit-il. Il poursuit en lançant un appel aux  personnes de bonne volonté pour voler au secours de ces orphelins. « en cette période où la pluie est intense, les vulnérables  nécessitent une intervention d'urgence ces enfants orphelins et enfants abandonnés pour les aider à sortir de cette crise», conclut-il.

Haoua Adoum Ibeth

Selon la source proche de la famille, le maire Ali Haroun n'est impliqué ni de loin, ni de près dans cette affaire de rixe entre Ahmat Haroun Larry et le conseiller en communication du maire de la ville de N’Djamena M. Ousman Abbas.

Selon les proches de M. Abbas, c’est bien Ahmat Larry qui donné rendez-vous à Abbas Ousman pour qu’ils se retrouvent entre hommes. Et régler leurs divergences à coups de poing. Lieu du rendez-vous : au terrain de la rue de 40 m. M. Abbas arrive sur les lieux, Ahmat Haroun Larry l’attendait de pied ferme en compagnie de ses amis. La bagarre éclate entre Ousmane Abbas et Ahmat Larry et ses amis après s’être défendu quelque temps, M. Abbas, en difficulté appelle ses frères en renfort par à un coup de téléphone afin de venir le trouver au terrain de la rue de 40 mètres sans leur signaler la fâcheuse situation dans laquelle il se trouvait.

Les mêmes sources disent arrivés sur les lieux, les frères d'Ousman Abbas se jettent dans la bagarre sans demander la cause puisque trouvant leur frère était en train d'être tabasser. Pour faire disperser la foule, Zakaria le frère a tiré quelques coups de feu en l'air sans viser personne. La police est intervenue pour arrêter certains membres de deux groupes. « Voilà comment la scène s’est passée entre Ahmat Haroun Larry, Ousman Abbas et ses frères », dit une source proche de la famille de Ousman Abbass qui réfute la version de M. Larry dans la presse et les réseaux sociaux.  

Ousmane Bello Daoudou

Ces derniers jours les perturbations d’Internet sur les deux réseaux de téléphonie mobile d’Airtel Tchad et Moov Tchad deviennent de plus en plus récurrentes. La rédaction d’ialTchad Presse s’est entretenue avec quelques clients de ces entreprises de téléphonies.

« Cher client, Airtel s’excuse pour les perturbations sur l’internet du fait de coupure au Soudan et au Cameroun. Des travaux de rétablissement sont en cours. Merci », c’est le message partagé par Airtel à ces clients pendant la coupure d’Internet de plus de 4 heures. Même si des travaux doivent être effectués, ces réseaux de téléphonie mobile doivent signaler en avance leurs clients avant de couper le réseau. Mais ce n’est pas le cas et ils ne sont pas à leurs premières fois d’afficher un tel comportement à l’endroit de leurs clientèles.  Ces réseaux de téléphonie mobile se moquent éperdument du respect de leurs prestations envers leurs clients.  

A ce sujet l’Autorité de Régulation des Communications Électronique et des Postes (ARCEP) qui est censée amener ces derniers aux respects de leurs contrats avec les clients agissent en sapeur-pompier après l’accident. C’est ainsi qu’après des heures écoulées ils ont réagi sur leurs pages Facebook. Les internautes les ont traités de tous les noms d’oiseaux. C’est en ce terme qu’ARCEP a réagi : « vers 10 heures, les internautes ont constaté la rupture de l’internet. Il y a eu effectivement interruption sur les deux fibres notamment du Cameroun et du Soudan. Maintenant la fibre est rétablie. Celle du Soudan est aussi en cours de rétablissement. Au soulagement de tous, la fibre venant du Soudan vient aussi d’être rétablie » telle était leurs réactions. Face à la situation, quelques clients de ces deux réseaux de téléphonie mobile réagissent.  

Larkos Sabine Mbawa, chargée de formation à l’hôtel Radisson Blue, par rapport à la perturbation du réseau d’internet d’hier 12, vraiment c’est un manque de respect envers nous les consommateurs.

Pour ARCEP, Soit on nous cache le véritable problème soit ils ont failli à leurs communications. Le réseau était coupé vers 10heurs et c’est aux environs de 12 heures que nous avons reçus le message d’Airtel et  de Moov Tchad qui s’excuse pour les perturbations. Selon eux la perturbation vient du fait qu’il y a coupure au Soudan et au Cameroun voisins et que les travaux de rétablissement sont en cours.

Jean Bosco Manga,  Juriste affirme, « au Tchad il y a trop d’amalgames en ce qui concerne les relations contractuelles de droit privé entre les clients abonnés et les sociétés téléphonies mobiles. On constate qu’il y a trop d’intrusion des tiers, alors que les clients attendent que leurs co-contractuelles qui sont ces sociétés décident ou régissent de concert avec eux. Mais tantôt c’est l’État, tantôt c’est le régulateur qui se mêlent de tout. Ces agissements peu orthodoxes ne sont pas de nature à maintenir la confiance avec les abonnés. C’est ce qui met toujours les abonnés en colères lorsqu’il y a des décisions ou des incidents qui peuvent même être raisonnables et compréhensibles. Souvent, on ne donne des explications qu’après la réaction des usagers, et cela est souvent diversement apprécié. Et cela se comprend ».

Rarissengar Ndjenarem Romaric, étudiant : «  le 12 dernier les perturbations du réseau Internet nous a mis dans tous nos états.  Il est impossible dans un premier temps de contacter ma famille et le comble je suis sur un projet de recherche à Dshang en collaboration avec des personnes au pays. La situation a vraiment perturbé notre séance de travail qui était d’abord une priorité et sans mentir je suis très déçu de cette situation. J’appelle les autorités au bon sens et nous exigeons plus de mesure pour la stabilité du réseau internet parce que les réseaux sociaux ne sont pas seulement pour une finalité banale. Mais veille également a l’accomplissement de plusieurs prérogatives qui sont bénéfiques pour les uns a autres qui sont au pays ou partout ailleurs ».

Pour Sonia Djérayom : «  rien ne justifie ce comportement. Car le peuple doit s’informer et s’exprimer sur les sujets du pays. Même si c’est pour le Dialogue ou ils se disent que c’est  inclusif  ils n’ont pas le droit de nous limiter. Les règles doivent être redéfinies par nos prestataires de téléphonie mobile et un respect envers leurs clientèles est une obligation pour eux ».

Djénom Josiane

La tentative d'assassinat sur Ahmat Haroun Larry

Selon l’activiste, dans la nuit du 12 août 2022, des individus armés ont attenté à sa vie. Il dit avoir été agressé physiquement à quelques mètres du domicile familial à côté du marché Al-Afia appelé communément « souk choléra » dans la commune du 4e arrondissement de N'Djamena. L'équipe d'Ialtchad s'est rendue dans son lieu d'hospitalisation pour avoir sa version de fait.

Connu pour ses sorties sur les réseaux sociaux, l'activiste Larry a semble-t-il échappé hier, dans la nuit du 12 août, à une tentative d'assassinat, dit-il. Il souligne qu'à quelque minutes de ce drame, un monsieur l'a contacté pour lui donner un rendez-vous au terrain poste, ce monsieur ne rien d'autre que Abbass Ousmane, le conseiller à la communication de la Mairie centrale de N'Djamena a affirmé M. Larry. Il ajoute, j'ai refusé son rendez-vous, « je lui ai dit, je ne suis pas de ton âge, ne me rappelle plus. Il m'a répliqué pourquoi tu ne nous laisses pas tranquille, ni à la mairie jusqu'à même tu te permets de t'attaquer à ma mère ? Dis-moi là où es-tu actuellement ? » Larry révèle « je lui ai dit que je suis à la rue de 40 mètres, là où on vend les poulets ». Il souligne qu'en ce moment, il était sorti avec un de ses amis avec une voiture pour déposer la femme de ce dernier.

À leur retour, sur le lieu du rendez-vous, trois voitures ont encerclé leur voiture soutient Ahmat Haroun. Des individus sont descendus et nous ont encerclés confie Larry. Il ajoute que ces individus ont tiré à balle réelle sur lui et sur son ami Ibrahim Oumar Mahamat alias Yves mais sans succès. Il dit aussi qu'après les tirs, une autre personne est embarquée sur leur voiture et s'est enfuie avec et d'autres agresseurs ont commencé à les tabasser. Après les tirs à l'arme et des bruits, les voisins sont venus au secours, c'est ainsi que les agresseurs ont essayé de fuir et ont percuté gravement son ami Ibrahim Yves.

Dans la foulée, deux personnes ont été arrêtées, il s'agit de Ousmane Abbass,  Conseiller à la communication de la mairie centrale et le fils de la belle-sœur du maire de la ville de N'Djamena, Ali Haroun et Zakaria Ali Haroun, fils du Maire de la ville de N'Djamena. La victime confie qu'une plainte a été portée contre ses agresseurs. « Si jamais la justice n'est pas faite comme il se doit, nous allons nous même faire justice », martèle Ahmat Haroun Larry.

Abderamane Moussa Amadaye

A l'occasion de la fête de l'indépendance ce jour 11 août 2022 ialtchad presse a baladé son micro à quelques citoyens. Vox pop.

Kossou Boukar, « Avant cela la fête de l'indépendance est un symbole de notre liberté, c'est un moment de rassemblement autour des valeurs patriotiques qui forment le socle de la nationale tchadienne. Valeur de l'unité travail et progrès ». 

Adjudant Soumaïne, «  La fête a tellement changé. À l'époque il n'y a pas certaines choses comme pour le monde d'aujourd'hui, la formation à notre temps est très différente pas comme les jeunes de 2022. Il y a pas techniques de combat, le garde debout est devenu parent, le commandement est de même. Mais il oublie que l'armée est Tchadienne, je remercie Dieu de m'accorder cette vie pour vivre cette fête de 2022. La fête à mon temps n'est pas comme celle d'aujourd'hui la première indépendance était très difficile parce que nous tous nous sommes analphabète, nous n'avons pas une politique avancée. Nous les anciens, nous demandons l'unité, l'égalité et la justice ».

Brahim Ben said, « la fête est grandiose qui a prouvé à la face du monde nous avons une armée courageuse, forte , déterminée et capable de défendre la population tchadienne. Le Tchad est composé majoritairement des jeunes et nous nous acheminons vers le dialogue, donc nous avons espoir ».

Ousmane Bello Daoudou

Le réseau des femmes Élues locales d'Afrique section du Tchad (REFELA/T) a organisé une conférence de presse relative à la participation des femmes au dialogue national inclusif (DNI) ce mercredi 10 août 2022 à la Maison de la femme dans le 8e arrondissement de la ville de N’Djamena, capitale tchadienne.

Dans son mot introductif, la Présidente Mariam Djimet Ibet rappelle aux journalistes la naissance de la transition suite au décès du Marechal  Idriss Deby ITNO et la tenue d'un dialogue annoncé par le président de la transition. Elle affirme que cette conférence à pour l'objectif d'informer les femmes que toutes les dispositions sont prises pour leur participation à cette grande messe de réconciliation et donnera des opportunités à tous les Tchadiens de s'asseoir autour d'une table discuter de tous les problèmes du Tchad afin de trouver une solution définitive. Elle a ajouté que la signature de l'accord avec les politico-militaires est un succès, mais toutefois elle signifie qu'il y a des réticents. Elle les invites en tant que mère, sœur et femme de revenir à des bons sentiments. Quant à la Vice-présidente, Mme Allarabaye Antoinette Bessita, c'est la maman qui donne la vie, c'est elle qui élève donc en aucun cas elle n'aimerait pas voir les Tchadiens se chamailler. « Nous sommes en plein pied dans le dialogue pour apporter notre pierre de construction pour un Tchad nouveau pour léguer à la génération future. Nous devons mettre de côté nos différences et venir assister à ce grand rendez-vous », dit-elle.

 Ousmane Bello Daoudou

Le personnel de la direction générale de l’Agence Nationale pour le Développement Rural (ANADER) et celui du terrain observe ce 4 août une grève sèche et illimitée sur tout territoire national, et ce, après plusieurs prorogations des préavis de grève. Ils revendiquent le paiement des arriérés des salaires de 2016, 2017 et 2018, le paiement des frais de transport de 2016 à 2022 et le reversement effectif des retenues à la CNPS de 2021-2022 par la direction générale de l’ANADER. Reportage.

Ce 4 août, la cour de la direction générale de l’ANADER est déserte. Sur la porte principale est affiché le communiqué qui annonce la grève d’aujourd’hui. Les agents de terrain et ceux de la direction générale revendiquent le paiement des arriérés de salaire de 2016, 2017 et 2018, le paiement des frais de transport de 2016 à 2022 et le reversement effectif des retenues à la CNPS de 2021-2022 par la direction générale.

Selon le communiqué signé par le chargé de revendication Bagaou Ndikwe Badinga, plusieurs rencontres ont eu lieu avec l’administration et les délégués du personnel, mais rien de concret n’a été décidé. Alors l’Assemblée générale décide à l’unanimité d’arrêter toutes les activités de vulgarisation et administratives avec les partenaires par l’observation d’une grève sèche sur le territoire national jusqu’à satisfaction des points énumérés ci-haut.

L’Assemblée générale attire enfin l’attention des chefs d’antennes et chefs de secteurs qui tenteraient de dissuader les agents grévistes. Toutefois, les délégués du personnel restent à l’écoute de l’administration pendant la période de grève et annoncent en même temps que les actions de grande envergure seront envisagées dans les jours à venir.

Mireille Kouladoum Justine

Le Comité technique du CODNI a organisé cet après-midi 4 août 2022 au Palais du 15 janvier, dans la commune du 8e arrondissement de N'Djamena, une conférence de presse relative au quota des participants au prochain DNI.

À la suite d'un arrêté signé ce 4 août par le Premier ministre de la Transition, Pahimi Padacké Albert a entériné les quotas des participants au DNI. Une conférence de presse a été animée par le comité technique du CODNI par Armand Djogoltar, président de ce comité. Il a tenu a clarifié, « toute personne âgée de 18 ans, de nationalité tchadienne et savoir lire et écrire l'une ou les deux langues officielles peut prendre part aux assises. Il a souligné aussi que 1360 personnes prendront part à cette messe nationale de réconciliation. En ce qui concerne les critères de répartition de différentes corporations, le Président dit qu'un travail de fond a été abattu. M. Djogoltar indique le quota des partis politiques est faite sur la base des législatures et l'autorisation de fonctionnement. Il fait savoir  que les trois législatures ont été retenues, celle de 1997, ensuite 2002 et enfin de 2011, les partis politiques qui ont un plus de sièges aux différents parlements auront aussi un nombre important au DNI et ceux qui n'ont jamais participé à une élection législative et ayant une autorisation de fonctionnement n'aura qu'un seul siège. Par rapport au quota des religieux, Djogoltare signifie qu'ils auront au total 24 places répartis comme suit, 7 pour les catholiques, 7 pour les protestants et 10 pour la communauté musulmane. Le Président du Comité technique souligner aussi que la société civile, les autorités traditionnelles, etc. ont un quota bien établi.

Signalons que le DNI est fixé pour le 20 août prochain. Il se tiendra à N'Djamena.

Abderamane Moussa Amadaye

Le contournement de la grande mosquée Roi  Fayçal est baptisé  ce jeudi 04 août à l'honneur du feu  Imam Hassan Hissène Abakar, ancien président du Conseil Supérieur des affaires islamiques (CSAI) au Tchad. Ialtchad Presse a promené son micro pour recueillir des avis au sujet du choix de nom de ce contournement. Vox pop.

Dogos Victor « baptisée la rue du contournement de la grande mosquée en honneur à imam Hassan Hissène Abakar, sans hésitation, c’est une bonne chose. Il a été imam de la grande mosquée de N’Djamena et président du CSAI après ne présente aucun point faible inconvénient. Il a fondé la plateforme interconfessionnelle, il a semé la paix entre les communautés. Ces bienfaits sont incomparables, il est toujours disponible à intervenir pour résoudre les problèmes entre les communautés il est respectueux de toutes créatures de Dieu, c’est bien de l'honorer ».

Ismaël Hassan Youssouf, « aujourd'hui Imame Hassan Hissène Abakar est honoré pour l'immortaliser, car il collabore avec tous les Tchadiens sans hésitation, plusieurs différends communautaires  sont résolus par lui, même en dehors du pays l'honorable Hassan Hissène Abakar a cohabité ».

Abdelbasit Hassane, « l’imam Hussein Hassan Abakar est honoré ce matin, c’est une très bonne chose. Il a marqué l'histoire du Tchad, il a aussi instauré la langue arabe au Tchad, baptisée une rue en sa mémoire me rappelle sur son existence , je suggère aux Tchadiens de copier le bon chemin de l’ imam ».

Kaltouma Abdallah Mahadi, « le défunt de son vivant à réaliser beaucoup de choses pour nous, il a assisté les démunis, les veuves et les orphelins. L'existence de la cimetière de Lamadji est instaurée grâce à lui, il intervient positivement en vers les Tchadiens, il est normal de baptiser cette avenue en son honneur pour  le  rappel des antécédents ».

Sangnoudji Francine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse