dimanche 2 octobre 2022

Journal

Journal (334)

Pour la reprise des cours, le Centre national des œuvres universitaires (CNOU) a procédé le lundi 14 septembre à la désinfection des tous les bus universitaires à N'Djamena.

Au total, 17 bus en bon état, d'après un responsable du (CNOU), « le reste sera réparé dans les prochains jours ».

Les bus fonctionnels sont mis en circulation ce mardi 15 septembre pour la rentrée académique des étudiants.

Pour éviter la propagation de COVID-19, le respect des mesures de distanciation sociale est exigé. Il sera appliqué dans chaque bus avec une limite de 40 personnes.

Enfin, selon le CNOU, la désinfection des bus est prévue chaque jour en d'après-midi.

En grève depuis le mois de mars, les étudiants de la 3e et 4e promotion de la Faculté de Médecine de l’université d’Abéché menacent de faire passer leur action à la vitesse supérieure. C’est au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi par le comité de crise à N’Djamena.

« C’est notre dernier recours », lance sèchement Hamid Anar Barkaï, membre du comité de crise de la situation des étudiants en Médecine à l’Université Adam Barka d’Abéché, à l’entame de la conférence de presse.

Dans le liminaire, les membres du comité, par la voix de Hamid Anar Barkaï, ont expliqué les raisons qui les ont amenés à faire la grève depuis le 5 mars 2020. « Plusieurs problèmes d'ordre éducatif et des désordres administratifs nous ont poussés à entrer en grève », dit Hamid Anar Barkaï.

D'après le comité de crise, les problèmes sont entre autres : le retard des cours, la fusion des niveaux, le manque crucial des enseignants permanents, le non suivi de stage à l'hôpital provincial d'Abéché, le mauvais accueil réservé aux enseignants missionnaires, etc. Face à ces problèmes, les étudiants ont exigé de meilleurs cadres et meilleures conditions pour eux et leurs enseignants. Mais des négociations entre les étudiants, l’administration et le ministère de l’Enseignement supérieur n’ont pas pu décanter la situation. « Nous demandons à l’administration de nous résoudre en urgence ces problèmes pour mettre fin à cette grève », affirme M. Hamid sinon « nous serons dans l’obligation de passer à la vitesse supérieure », dit-il sur ton ferme.

Rappelons que la faculté des sciences de la santé humaine (FACSSH) d’Abéché est créée le 25 mars 2011. Elle compte deux départements : médecine/chirurgie et science biomédicale/pharmaceutique. Selon le comité de crise, les niveaux 2 et 6 n’existent pas. Ce qui fait qu’à partir de la 5e année, les étudiants sont transférés à la FACSSH de N’Djamena pour finir leur cursus. Mais une note a suspendu le transfèrement.

L'élection du nouveau bureau exécutif de la Chambre de commerce, d'industrie, d'agriculture, des mines et d'artisanat (CCIAMA) a eu lieu ce vendredi 11 septembre 2020.

Les 112 élus consulaires, installés le 5 septembre dernier, ont élu le Bureau Exécutif de la CCIAMA. La liste Alliance Consensus de Ali Adji Mohamed Saïd est arrivée en tête. Ce dernier est élu donc président de CCIAMA pour les 4 prochaines années. Son équipe l’emporte avec 65 voix contre 41 pour la liste de son adversaire Amir Adoudou Artine.

Cette élection du bureau exécutif de la CCIAMA a vu la confrontation âpre entre les deux équipes.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Tchad a remis des chèques aux trois lauréats du Hackathon Stop Covid-19. La cérémonie a eu lieu ce vendredi 11 septembre 2020, en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian, avec la participation des partenaires techniques et financiers.

Le Hackaton était l’occasion pour onze équipes constituées de jeunes filles et garçons, de se concerter et proposer des projets innovants. Au terme de la compétition, les 3 projets les plus innovants ont été sélectionnés pour être développés et testés avec l’accompagnement d’experts. La première place est remportée par le Projet de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), porté par Cherifie Ahmat Doudoua et Épiphanie Nodjikoua Dionrang. Le Projet de BIOGAZ, porté par Djonyabe Lucien Yanyabe, Sylvain Keunpelba Beblere et Galrya Thierry remporte le deuxième prix. Enfin, Moudine Armel Bouri, Mamadou Abdoulaye, Madjon Kyebteube et Djenet Emile occupent la troisième place avec leur Projet de géolocalisation de pharmacies, centres de santé et spécialiste médicaux.

Le Hackaton Stop Covid-19 a permis d'identifier des solutions innovantes de lutte efficace contre la pandémie et favoriser le relèvement socioéconomique post-crise. Le Programme des Nations Unies pour le développement au Tchad a organisé cette compétition avec ses partenaires Chad Innovation , le Réseau des Jeunes pour le Développement et le Leadership au Tchad - RJDLT et WenakLabs. Le thème retenu pour cette première édition est : « COVID-19 : Mieux se préparer, répondre et se relever ». L'événement a couvert quatre axes de réflexions notamment la santé, l’économie, l’environnement et la stabilisation dans le bassin du Lac Tchad.

« Que vos efforts aillent au-delà de vos limites avec des idées innovantes encore plus spectaculaires. Nous attendons de vos projets, en incubation, un résultat susceptible d’enclencher le développement de ce beau pays », a déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian aux lauréats.

Le ministre de l’Économie, de la Planification du Développement et de la Coopération Internationale, Issa Doubragne, et le Représentant résident de la Banque africaine de développement (BAD) au Tchad, Ali LAMINE ZÉINE, ont signé un accord de don pour le financement du projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad. La signature a eu lieu par visioconférence ce vendredi 11 septembre 2020.

La Banque africaine de développement accorde un don de plus de 19 milliards de francs CFA, pour contribuer au financement d’une partie des coûts du projet d'interconnexion électrique Tchad-Cameroun. Ce projet vise l’amélioration du cadre de développement économique des États membres de la CEEAC (Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale). C'est par la fourniture de l’électricité en quantité suffisante et en qualité et à moindre coût.

L'interconnexion des réseaux électriques entre les deux pays est axée premièrement sur les infrastructures électriques notamment : la construction de 1024 km des lignes d’interconnexion HT (786 km au Cameroun et 238 km au Tchad) ; la construction et l’extension de 7 postes HT/MT (4 au Cameroun et 3 au Tchad), et l’électrification rurale (409 localités, 1610 km de réseaux MT et 368 postes MT/BT au Cameroun et 69 localités, 470 km de réseaux MT et 58 postes MT/BT au Tchad).

La deuxième composante concerne la gestion du projet à savoir : gestion administrative et financière du projet ; suivi et contrôle de l’exécution des travaux d’infrastructures, mise en œuvre du Plan de Gestion environnementale et sociale et du Plan de Réinstallation.

Le président du jury du baccalauréat de l'année 2020, Bianzebeu Tikri, a animé un point de presse ce mardi 08 août 2020. L'occasion était pour lui de proclamer les résultats des premières épreuves écrites.

Sur 87 500 candidats au baccalauréat 2020, 18 037 sont déclarés définitivement admis, soit un taux de 20,61%. 19 443 autres candidats sont admis à composer la deuxième série des épreuves écrites, soit un taux de 22,22%.

Dans les détails, c'est la série C arabe qui vient en tête du taux de réussite. Sur 35 candidats, 27 sont déclarés admis d'office, soit un taux de 77,14%. Suit la série G2 arabe avec un taux de réussite de 46,94% pour les épreuves écrites.

La série AB est dernière. Elle a enregistré le taux le plus faible de réussite au baccalauréat 2020. Sur 152 candidats, seulement 26 sont déclarés admis d'office.

Le président du jury, Bianzebeu Tikri informe que les résultats peuvent être consultés dans les heures qui suivent auprès des opérateurs de téléphonie via un système de messagerie. Il demande par ailleurs aux chefs des établissements où les résultats seront disponibles par affichage de s'organiser pour éviter les attroupements.

Ce samedi 5 septembre, le Palais du 15 janvier a servi de cadre au lancement des Journées d’actions citoyennes pour la rentrée scolaire et académique 2020-2021.

« À une situation exceptionnelle, il faut une mobilisation exceptionnelle », selon une publication de la présidence de la République. Les journées d'actions citoyennes visent à préparer un cadre pour le déroulement des activités académiques et scolaires prévues le 15 septembre.

Ces journées sont voulues par le président, Idriss Déby Itno, dans l’espoir de susciter une grande mobilisation possible pour rendre effective la reprise des cours. Il faut savoir que les inondations à N'Djamena ont connu beaucoup des dégâts d'eaux.

Le président Deby Itno a été représenté lors de la cérémonie par le ministre d’État, ministre Secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeubé Payimi Deubet.

Le processus du baccalauréat de l'enseignement général et technique du second degré de la session d'août 2020 tend vers la phase de classement des copies et des résultats, a indiqué le président du jury du baccalauréat, Pr. Bianzeubé Tikri.

Après la phase de correction, c’est celle de travail du secrétariat pour le classement des copies et du traitement d'autres données sur les archives de l'ONECS.

« Si nous continuons avec ce rythme de travail dans ce sens rapide, correct et bien abattu, les résultats du baccalauréat ne seront pas dans longtemps », selon le président du jury.

« Nous sommes presque à la fin de la phase de classement des copies par centre et par ordre numérique. Il reste à chercher les copies où les candidats ont mal écrit leur nom ou leur numéro pour les insérer sur la liste. C'est pourquoi nous entrons sur la machine pour chercher les données de ces candidats pour cela. Nous sommes presque à la fin de la phase de classement des copies », précise-t-il.

La deuxième session des épreuves du baccalauréat est prévue une semaine après les résultats.

Lors de sa visite au jury du Baccalauréat 2020, le ministre d'État, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, Kalzeube Payimi Deubet, a annoncé le paiement de la subvention aux syndicats

Les enseignants tchadiens étaient habitués à cotiser pour la célébration de leur journée du 5 octobre. Cela change cette année, ils ont aussi reçu un soutien pour l'édition 2020.

« Pas plus tard qu’hier, le Maréchal du Tchad a autorisé le décaissement de 45 millions de F CFA pour l’organisation de la Journée mondiale des enseignants. En ce qui concerne la plateforme des syndicats du secteur de l’éducation, le Maréchal du Tchad a ordonné le décaissement de 160 millions de F CFA d’ici le début de la semaine au titre de la subvention de tous les syndicats », dit le ministre.

Au sujet des œuvres universitaires, « nous n’avons pas d’arriérés de salaires. Le cas des contractuels de l’enseignement supérieur reversé à la solde a été décanté », dit-il.

M. Kalzeube dit aussi que le marché pour la réparation des bus et un autre en cours relatif à l’acquisition de nouveaux bus et des aménagements pour la restauration des étudiants sont prêts.

« Toutes les dispositions ont été prises, pour que l’année se termine dans les bonnes conditions, mais aussi que l’année nouvelle démarre dans les meilleures conditions », dit le ministre.

L’année académique 2019-20 suit son cours à l’université de N’Djamena. Par une note circulaire, le président de ladite université a fixé la reprise des cours pour le 15 septembre.  L’Union nationale des étudiants tchadiens (Unet) se dit prête.  

Le bureau national de l’Union nationale des Étudiants Tchadiens (Unet) a, lors d’un point de presse en date du 28 août, posé des conditions pour la reprise des activités, alors que la section de N’Djamena n’en pose aucune. Et se dit plutôt prêt pour la reprise des cours à l’université. Selon son Secrétaire Exécutif (SE) de l’Unet, section de N’Djamena, Azibert Malloua, il est temps de rattraper le temps perdu. « Nous avons passé près de 6 mois à la maison. Je pense que le chronogramme établi par la présidence de l’université va nous permettre de rattraper le temps perdu. Nous sommes prêts », a-t-il justifié.

Toutefois, reconnait Azibert Malloua, cette reprise va être difficile. « Le transport va être le gros problème. Nous sommes à 2 semaines de la reprise, mais les bus ne sont pas réparés », se plaint-il. Pour lui, le manque de volonté des responsables du Centre national des œuvres universitaires (CNOU) ne fait aucun doute. « Cela fait 6 mois que les cours sont suspendus. C’était le moment propice pour réparer les bus, mais rien n’est fait », déplore, le SE. Ce qui, à son avis, peut causer des perturbations. Mais « nous sommes prêts », assure-t-il.  

Après près de 6 mois passés à la maison, les étudiants de l’université de N’Djamena veulent reprendre le chemin des amphithéâtres. La note circulaire rendue publique le 30 août, signée par le président de l’université de N’Djamena Mahamat Saleh Daoussa Haggar a informé de la révision du chronogramme académique 2019-2020.

On peut lire dans le document que pour le cycle Licence, la reprise des activités académiques est fixée pour le 15 septembre, soit la fin du premier semestre au 15 octobre. Le second semestre commencera le 16 octobre pour finir le 31 décembre. Même chronogramme pour le cycle Master.

Pour que cette reprise ne connaisse encore des perturbations, le SE de l’Unet, section de N’Djamena, appelle l’administration à faire le suivi des activités et des enseignants.  

Pour rappel, le 20 mars, alors que le premier cas de Covid- 19 a été détecté au Tchad, le gouvernement a suspendu toutes les activités scolaires pour éviter la propagation de cette pandémie.

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

-Vos Annonces sur le site Ialtchad Presse-

  1. Divertissement
  2. Sports
  3. Mon Pays

Votre Publicité sur Ialtchad Presse