samedi 12 juin 2021

Journal

Journal (149)

L’Assemblée Nationale a adopté ce mardi 28 avril la nouvelle loi sur les actes de terrorisme. Elle a été adoptée à l’unanimité par les 155 députés présents à l’hémicycle.

La plénière, présidée par le président de l’Assemblée Nationale (PAN), Haroun Kabadi. C’était en présence du ministre de la Justice chargé des droits humains, Djimet Arabi, et de la ministre Secrétaire Générale du gouvernement, Mme Mariam Mahamat Nour.

La peine de mort a été officiellement supprimée du code pénal tchadien en 2014. Elle a été ensuite réintroduite en 2015 dans la loi portant répression des actes terroristes. C’est dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, peu après les des attentats de N’Djamena en septembre 2015. Cette loi a été appliquée à l’encontre de 10 membres de Boko Haram, auteurs du double attentat attentats commis au Commissariat Central et à l’École Nationale de Police de la N’Djamena.

Rappelons que ces attaques avaient fait 38 morts, dont les trois kamikazes, et une centaine de blessés.  

Le ministre de Finances et du Budget, Hamid Tahir Nguilin; a animé une conférence de presse le samedi 25 avril 2020 pour préciser le cadre de mise en œuvre du plan de soutenabilité socioéconomique annoncé par le président de la République IDRISS DEBY ITNO. 

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le gouvernement tchadien a pris plusieurs mesures pour permettre de maintenir l’équilibre socioéconomique. Selon le ministre Hamid Tahir Nguilin, C’est pour faire face aux immanquables répercutions sur l’économie et sur la vie de la population que le président Idriss Deby Itno a instruit le gouvernement de prendre des mesures immédiates, concrètes et suffisantes en faveur des couches vulnérables, des jeunes, des opérateurs économiques et des personnels soignants. Le ministre des Finances informe que la mesure portant réduction de 50 de taxes pour tous les opérateurs économiques de tous les secteurs est appliquée. Un fonds de 30 milliards de F CFA destiné à l’entreprenariat des jeunes est attendu pour la première semaine du smois de mai. Et il y a les entreprises qui vont bénéficier d’un paiement 110 milliard. Le paiement des capital-décès pour 1644 bénéficiaires est prévu pour ce mois.  

Une opération baptisée « colère de Boma » du nom de la localité tchadienne attaquée par la secte religieuse Boko Haram est lancée le 29 mars 2020, par le président de la République Idriss Deby Itno. C’est à l’issue d’une visite de supervision dans des postes avancés des forces de défense et de sécurité aux confins du Lac-Tchad que la décision a été prise.

La mort de 98 soldats lors de l’attaque de Boma mardi dernier a ému le pays.  « Ces crimes ne resteront pas impunis », a promis le président tchadien. C’est pourquoi il a décidé de camper aux confins du Lac-Tchad.

De plus, il veut revoir tout le dispositif militaire en place et lancer une offensive d’envergure contre la nébuleuse Boko Haram. Sur-le-champ, il enfile son treillis de général d’armée et tient une réunion de guerre à Kaïga Kindjiria, zone lacustre située à 5 km du poste ennemi. Téléphone à la main, le Général président visionne la carte géographique et lâche, « je suis déterminé et prêt à écraser ces terroristes. ».

Une bagarre rangée a opposé en début juin 2 villages situés à 20 kilomètres au sud de la capitale du Mayo kebbi Est, Bongor, dans le Canton Tougoudé.

Selon nos sources, c’est après avoir participé aux funérailles d’un décès survenu dimanche 31 mai 2020 à Nahaïna. Les visiteurs de Tougoudé se sont rendus dans un débit la boisson. La bagarre a éclaté lors des buveries. On y a dénombré 40 blessés dont 10 cas graves, visés par les flèches et le jet des briques. Les victimes ont été admis à l'hôpital provincial de Bongor.

Rappelons que c’est le énième fait divers dans le département du Mayo-Boneye qui vient se rajouter à d’autres. Cette insécurité inquiète les populations de la zone. 

Le président de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), Saleh Kebzabo, a dénoncé ce jeudi 7 mai, du siège de son parti, la gestion du Covid-19 par le gouvernement.

L’ancien chef de file de l’opposition tchadienne a attiré l’attention du public sur le fait que la maladie a commencé à faire des rependre dans la capitale, N’Djaména.

« Mes premières pensées vont aux familles éplorées qui ont perdu des parents proches ou lointains, ou des connaissances. C’est un moment cruel, dans une famille, que d’avoir à affronter autant de vicissitudes en même temps. Il est extrêmement difficile, en effet, de subir tant d’épreuves et tant de malheurs sans fin » a dit M. Kebzabo.

« Où est a donc été notre gouvernement pour ne rien faire ? », s’interroge l’opposant. Pour lui, le gouvernement continue de berner la population avec de fausses informations. Dans sa dénonciation, il a fait la quelques propositions entre autres : que le président sorte de son silence et prenne le dossier Covid-19 en main, il demande que les axes nord sud dans les grandes villes et aux frontières soient fermés, il réclame que les commerces des vivres et les commerces générales soient rouverts à un moment précis etc.

Rappelons que la pandémie du coronas virus a été officiellement reconnue et une cellule de veille créée à la mi-avril.

Le ministre de la Justice, Chargé des Droits humains, Djimet Arabi, a suspendu toutes les audiences sur l’ensemble du territoire national.

C’est par une note circulaire, signée le mercredi 6 mai, que la nouvelle est officiellement annoncée. « Dans le souci de garantir le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement, toutes les audiences sont suspendues sur l’ensemble du territoire national à partir de jeudi 7 mai 2020 », peut-on lire dans la circulaire.

Cette décision est prise en attendant l’évaluation de la situation par la sous-cellule de veille du ministère de la Justice. La note précise que, « en cas d’extrême nécessité, des solutions pourront être envisagées ».

Un arrêté conjoint des ministres en charge de la Sécurité et des Transports, rendu public le mercredi 6 mai, annonce la mise en quarantaine de N’Djamena pour deux semaines.

Selon l’arrêté, les entrées et sorties des personnes dans la capitale tchadienne sont interdites pour deux semaines renouvelables à compter du 8 mai. Une dérogation est accordée aux véhicules transportant les marchandises et les denrées alimentaires. Ils pourront exceptionnellement rentrer à N’Djamena à partir de 22 heures.  

En outre, l’arrêté signé par le ministre Mahamat Abali Salah et son collègue Abderamane Mouctar Mahamat précise que les personnes se trouvant à l’intérieur de N’Djamena peuvent circuler dans la limite fixée par le couvre-feu. Les véhicules utilitaires sont tenus également de respecter la distanciation sociale, avec un maximum de 4 personnes y compris le chauffeur.

Le ministre de la Santé publique, Mahamoud Youssouf Khayal, rappelle à l’ordre les responsables des cliniques médico-chirurgicales, cabinets médicaux et cabinets des soins.

C’est par une note circulaire du 30 avril relatif au traitement des malades du Covid-19 que le ministre a réagi. « Il nous a été donné de constater que des structures sanitaires reçoivent en consultations et quelques fois en hospitalisation, des patients présentant des symptômes similaires à ceux du Covid-19, sans pour autant saisir au préalable les services de santé compétents du ministère de la Santé publique » relate la note circulaire.

Selon le ministre Mahamoud Youssouf Khayal, compte tenu de l'ampleur que prend la pandémie du Covid-19 au Tchad, cette pratique peut avoir des effets négatifs sur les efforts du gouvernement de limiter la propagation de la maladie.

Dans la note, il est demandé aux responsables des structures sanitaires citées de référer, les cas de toute personne suspecte au Covid-19, à l'hôpital provincial de Farcha pour une prise en charge. Le non-respect de cette note exposera les contrevenants à des « sanctions graves ».

Des mesures sont annoncées par le Comité de gestion de la crise sanitaire (CGCS) en faveur du secteur agricole. Le coût global est estimé à 17 milliards de FCFA. L’annonce a été faite par le ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Oumar Yaya Hissein, à travers un communiqué signé le mardi 26 mai 2020.

Le gouvernement tchadien a décidé d'augmenter sur les fonds propres de l'État, les ressources destinées à la production agricole. Ceci, en vue d'une moisson abondante pendant la campagne agricole 2020 et celles à venir. « Cette démarche se résume en terme chiffré par une dotation globale supplémentaire de 17 milliards FCFA », selon le communiqué.

Le chef de l'État, Idriss Deby Itno, a prescrit, dans le cadre de ces mesures, de rétrocéder plus de 1 000 tracteurs aux groupements des producteurs, à un coût largement subventionné. Une priorité sera accordée aux groupements féminins qui doivent bénéficier d'au moins 30 % des cessions.  Le produit de cette rétrocession sera injecté dans d'autres activités du secteur. Aussi, il est prévu l’acquisition  d’un complément de 10 025 tonnes de semences maraichères et pluviales ; 40 000 litres d'insecticides et des produits antiacridiens ;  50 tonnes de fongicides ;  3 000 kits de traitement ;  5 000 charrues à traction animale entre autres.

Parmi les mesures en faveur du secteur agricole, il y a également la dotation de 10 000 producteurs maraichers en kits de matériels.  Le CGCS envisage par ailleurs de financer les missions d'encadrement et de suivi de la campagne agricole sur toute l'étendue du territoire.  Pour ce faire, il est prévu d’adapter les restrictions de la circulation des personnes à la nécessaire mobilité des paysans et des producteurs.

Enfin, « le Président de la République réitère son appel aux Tchadiennes et aux Tchadiens de s'investir massivement dans l'exploitation de nos richesses et immenses terres pour assurer notre sécurité et notre souveraineté alimentaire », précise le communiqué.

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse