mercredi 16 juin 2021

Chronique

Chronique (34)

Le président Deby Itno n’est plus. On a tout dit sur lui. En bien et en mal. Moi, le premier. Il faudra se résoudre à tourner la page. Avant de la tourner, je voudrais revenir commenter une fois encore les évènements de ces dernières semaines.

Mort du président

Version officielle : Le Maréchal est mort au combat les armes à la main. Il est mort comme il a vécu, intensément. Depuis qu’il est entré dans la vie des Tchadiens, il y a bien longtemps, il avait quelque chose qui le distinguait de ses prédécesseurs : sa patience. Une patience mesurée, calculée, réfléchie qui a fait craquer amis et adversaires. Sa patience était sa plus grande force. Lors de son dernier meeting, il avait demandé pardon aux Tchadiens pour s’être emporté. Les Tchadiens, je pense, lui ont déjà pardonné.

Version non officielle : Le Maréchal aurait été assassiné? Par qui? Pourquoi? Mystère et boule de cristal. Je n’ai pas arrêté de fouiller. D’interroger. De questionner. Je continue à m’interroger. Je n’ai comme réponses que des histoires invraisemblables. Sans têtes. Ni queues. Ces histoires mises ensemble ne tiennent pas, comme on dit, la route. Sacré Maréchal. Du haut des cieux, il dira certainement…. « en faite….disons… », son expression favorite. Et passera à une autre expression, « restez unis, mais dans la République… ». Il a marqué ce pays. En bon ou en mauvais. Chacun fera ses comptes.

Mythe?

Un mythe est-il en cours d’être né? Difficile de se prononcer. Si j’étais le conseiller du Maréchal, je lui aurais suggéré d’être Empereur. Un peu comme Napoléon. Tiens son autre surnom « le Napoléon d’Afrique », attribué par le journaliste français Pierre Elkabbach, un de ces jours où son pouvoir avait vacillé. Et qu’il a réussi à s’en sortir.

Le président Deby Itno n’aurait-il pas pardonné au président de l’Assemblée nationale (PAN) de refuser de lui succéder?  Je crois que oui. Parce que la toile d’araignée tissée par le défunt serait difficile à détricoter par le PAN. Alors pourquoi accepter?

Non, la bonne question c’est : pourquoi avoir refusé?

D’abord est-ce pas par loyauté? Presque 30 ans au côté du Maréchal. Le PAN Haroun Kabadi (HK) a refusé d’assumer l’intérim que lui reconnaissent les textes transitoires de la Constitution. Il a refusé donc le pouvoir au pays des hommes qui aiment le pouvoir. Pourtant c’est un homme de pouvoir. Qui a sa place aurait refusé? Peu de personne pour ne pas dire personne. Est-ce ce refus n’est pas plutôt de la sagesse? De l’intelligence? Il a donné ses raisons : maladie et âge respectable. Quoi d’autre aurait empêché HK? La peur? Je ne crois pas. Le manque d’ambition? J’en doute. Du haut de ses 70 ans passés, seul lui sait pourquoi. Il faut respecter sa décision. Mais on finira par le savoir un jour. Peut-être que l’écrivain Ali Abdramane Haggar a raison de dire qu’il a manqué de courage. Mais peut-être que HK a totalement raison d’avoir refusé. Et réserve aux Tchadiens une grosse surprise.

Toujours est-il que HK est encore à la manette. Presque omniprésent. L’Assemblée Nationale après être dissoute par la junte est reconduite avec HK à sa tête jusqu’à la mise en place du nouveau Conseil National de transition (CNT). Fort probablement que le même Kabadi sera à la tête du CNT. En cette période difficile, il serait plus utile là qu’ailleurs.

Entre-temps, que deviennent les partisans de l’ex-régime? Les opposants? La société civile? Les politico-militaires? Chacun se cherche. Chacun voit midi à sa porte.

Avez-vous découvert, comme moi, lors des funérailles que le Tchad était presque la « Corée du Nord de l’Afrique ». Je n’exagère pas. J’ai une preuve qui plaide pour ma farfelue thèse : les pleureuses de la Place de la Nation le jour des funérailles. C’était hallucinant. Non? C’était de l’émotion? Ok mais…

Avez-vous constaté aussi que, au lendemain du décès du Maréchal, les informations n’ont pas aisément  circulé. Tout a été verrouillé aux premiers jours et aux premières heures. Les rumeurs et les « fakes news » ont envoûté les Tchadiens. Bref, c’était plus de peur que de la rumeur vénéneuse. Bon en notre « République presque Gondwanaise » on a réussi, pour l’instant, une succession dynastique en douceur. Le cataclysme prévu s’est éloigné, mais il faut continuer à surveiller la « marmite Tchad » comme du lait sur le feu ardent des passions du pouvoir.


Enfin, les Tchadiens ont un Conseil Militaire de Transition muet. Pas étonnant ce sont les plus gradés de la grande muette. Ils ont également un Premier ministre sans envergure. Ils feront avec. Ils ont opposition démocratique « gaga », ils l’observent. Ils ont société civile fâchée, ils la surveillent. Ils ont une diaspora excitée, ils s’en amusent. Malgré à ces tensions, les Tchadiens sont, étonnement, stoïques. Un vieux papa m’a dit « mon fils, les gens s’agitent, mais Allah à son plan ». Allah? Avec le ramadan, je lâche prise. J’avais envie de lui crier « Allah n’est pas obligé » comme le titre du roman du célèbre écrivain ivoirien Amadou Kourouma. Je me suis abstenu. Et j’ai monologué dans ma barbe, « sacré Tchadien, fataliste au bout du bout du bout ».

Bello Bakary Mana

Au lendemain des obsèques nationales du président Deby, la situation politico-militaire semble peu à peu se détendre. Le groupe rebelle du FACT se dit prêt au dialogue. Analyse.

La menace rebelle qui plane sur N’Djamena, la capitale politique tchadienne, semble levée, à en croire la déclaration du chef du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), Maqamat Mahdi Ali. Pourtant, il y a quatre jours, les rebelles menaçaient encore de marcher sur N’Djamena bien que le président Deby soit tué au front. Cette menace a laissé les habitants de la capitale dans une confusion et une inquiétude. Revirement au lendemain des obsèques nationales du président Deby.

Sur les ondes de la Rfi, le chef rebelle Maqamat Mahdi Ali a déclaré, ce samedi 24 avril, être pour une issue politique à la crise actuelle au Tchad. Et prêt pour un cessez-le-feu pour dialoguer au tour d’une table avec toutes les composantes de la vie politique et sécuritaire du Tchad. Étant donné que la crise politico-militaire actuelle est née avec la mise sur pied d’un Conseil Militaire de Transition (CMT). Lequel CMT qui est contesté par les rebelles, une grande partie de la classe politique et de la société civile tchadienne. Presque tous réclament un dialogue inclusif et un retour à l’ordre constitutionnel.

Qu’est-ce qui aurait influencé Mahamat Mahdi Ali, pourtant déterminé avec ses éléments à renverser le pouvoir de N’Djamena ? Est-ce les frappes des forces françaises ? Est-ce la déclaration d’Emmanuel Macron aux funérailles de Deby ? Certainement les deux.

Le 22 avril, soit à la veille des obsèques du président Deby, le groupe rebelle s’est fendu d’un communiqué dans lequel il déclare avoir été bombardé par les forces françaises, sur ordre de la junte militaire au pouvoir. Selon le chargé de communication du groupe rebelle, « l’opération visait à éliminer physiquement leur leader. Mais elle a échoué. » Ces frappes, bien que le bilan n’ait été communiqué jusque-là, auraient considérablement réduit les capacités humaines et matérielles du Fact, déjà affaibli par les combats dans le Kanem.

L’autre élément qui aurait dissuadé le FACT à renoncer à son engagement à renverser le pouvoir en place à N’Djamena est la déclaration aussi musclée que sérieuse du président français Emmanuel Macron. « La France ne laissera jamais personne remettre en cause ni aujourd’hui ni demain l’intégrité et la stabilité du Tchad », a déclaré Emmanuel Macron aux obsèques de Deby. Cela justifie valablement les frappes qui ont été menées sur le groupe rebelle replié au nord du Tchad.

Reste à savoir si le CMT accédera aux demandes des rebelles et de la classe politique qui réclament un dialogue inclusif pour une transition apaisée. Et le CMT, en quête d’une légitimité, n’a rien à perdre en acceptant ce dialogue. 

Christian Allahadjim

Plus que quelques heures, quelques jours…puis c’est fini. La campagne électorale sera bouclée. Les Tchadiens iront aux urnes faire leur choix. La campagne était tellement terne que j’avais eu la peur de la page blanche. Heureusement que le Maréchal candidat était là. Il trouvait toujours une manière de faire parler de lui même si ce n’était pas de la bonne façon. Ma peur de la feuille blanche s’est donc envolée. Je ne me suis pas efforcé pour résumer et commenter les sorties agressives presque vaniteuses du candidat Deby Itno. Je m’interroge au moment d’écrire cette chronique. Que cache la nervosité du Maréchal ? Deux célèbres journalistes, sous d’autres cieux, avaient écrit un livre. Et l’avait titré : Un président ne devrait pas dire ça.

J’ai choisi de m’inspirer du titre de leur ouvrage pour intituler ma modeste chronique : Un président sortant ne devrait pas dire ça.

Récapitulatifs et commentaires…

Le 13 mars passé, c’était le jour du grand meeting tenu au stade Idriss Mahamat Ouya à N’Djamena, capitale tchadienne. La vedette était le candidat du Mouvement patriotique du Salut (MPS), parti au pouvoir, Idriss Deby Itno. Il s’était lancé dans un long discours dans un stade rempli à craquer, devant un public acquis à sa cause, il avait, plus d’une heure, fait le show. Il ne s’est attardé sur son bilan et son programme politique, le Maréchal a jeté tout par-dessus le mur du stade. Il s’en est pris violemment à ses opposants qui se sont retirés de la course et aux activistes.   « N’en déplaise à ces illuminés, à ces officines extérieures… » jusqu’à là c’est la campagne électorale et c’est compréhensible. Mais tout a dérapé lorsqu’il a rajouté... « je leur dis ‘damboula hanakoum’ ».

L’expression « Damboula », en arabe tchadien, est une vulgaire insulte. Ces propos injurieux ont enflammé la campagne et les réseaux sociaux. Certains opposants ont appelé à sa démission immédiate. D’autres ont interpellé le procureur à s’autosaisir. Le Maréchal, Président peut-il dire cela ? Le débat faisait rage que….

Entre temps, le Maréchal est déjà dans le Tchad profond. Précisément à Amtimane et à Mongo, deux villes du centre du pays. Il bat campagne. Il se montre dans ses beaux jours à Mongo. Il est magnanime, miséricordieux. Il a accordé son pardon public à un compagnon récalcitrant. Un général qui quelques mois avant a été radié de l’armée pour avoir adressé une lettre critique au président. Il est bienfaisant le président. A Amtimane, le Maréchal était dans ses mauvais jours. Il était véhément. Il rappelle aux électeurs tchadiens le cadeau qu’il leur a apporté au prix du sang et des larmes : la liberté et la démocratie. Et précise, « la démocratie n’est pas venue en avion ni en autobus. Nous l’avons amenée par le combat, par le prix du sang ». Ces propos font réfléchir. Qu’a voulu dire le président ? Veut-il dire que le vote des Tchadiens n’a aucune importance ? Veut-il dire que seules les armes sont les moyens d’imposer une alternance? Un Maréchal ne devrait pas dire ça...

Quelques jours plus tard, le président sortant est dans la ville de Bongor. Il connaît bien celle-ci pour avoir été lycéen. Il était heureux comme tout, esquissant même quelques pas de danse Gourna avant de monter sur le podium. Il a fait des promesses pour tous et pour chacun. Et puis le naturel est vite revenu au galop, « celui qui tentera de perturber cette élection me trouvera sur son chemin ». Et oh surprise, le président avait un cadeau pour ses partisans. Abdelkader Mahamat dit Baba Ladé est présenté, béni et adoubé. Baba Ladé ? Enfin un cadeau grec au bongorois. Baba Laddé ne représente pas la région. Déjà qu’il peine à se représenter lui-même. Il n’a pas bonne presse dans ce coin du pays. Un président sortant n’a pas besoin d’un appui pareil.

5 avril, retour dans la capitale. Le candidat du consensus est dans le 2er arrondissement de la ville. Il prend la parole. Il s’enflamme. Il lâche des coups durs d’un ton guerrier, « qui peut empêcher ces élections ? Je jure, ces chiens errants…tout chien errant…ces chacals… qui tenteront d’empêcher le 11 avril prochain me trouveront sur leur chemin ». Menaces ? Frustration ? Simple provocation ? Le Maréchal a pris goût au buzz. Peut-être parce qu’en face, il n’y a pas de poids lourd politique. Ce pamphlet vise encore les opposants et les activistes qui veulent manifester le 11 avril, jour du vote. Les réseaux sociaux s’enflamment encore. Cette sortie rappelle celle du guide libyen Mouamar Kadafi, en son temps, lorsqu’il traitait ses opposants de « chiens errants, de chacal ».  

Aux dernières nouvelles plusieurs opposants et acteurs de la société civile sont arrêtés. On les soupçonne de terrorisme selon le ministère de la Sécurité publique. Un candidat ne doit pas faire ça.

J’ai fini ma chronique, mais je n’ai toujours pas trouvé réponse à mon interrogation. Que nous cache le candidat président Maréchal Deby Itno ? Un Maréchal ne devrait rien cacher. 

Bello Bakary Mana

La première Dame du Tchad Hinda Deby Itno est sur tous les fronts depuis le lancement de la campagne électorale pour la présidentielle d’avril 2021. Qu’est-ce qui fait courir la première Dame ?

C’est un secret de polichinelle que l’omniprésence de la première Dame aux côtés de son mari de président interroge. La secrétaire particulière du président Deby, Hinda Deby Itno est l’ombre de son époux. Elle est toujours là. En avant de la scène comme à l’arrière-scène. Les années passent et la première Dame semble prendre goût à la politique active. Ce qu’elle ne faisait pas même lorsqu’elle était la présidente de l’OF/MPS. Cette fois-ci, avec la présidentielle d’avril 2021, la première Dame se démarque et s’engage sur la scène politique.

Depuis le lancement de la campagne électorale, Hinda Deby Itno est engagée pour la cause de son époux, Idriss Deby Itno. Ce n’est plus la première dame qui se contentait d’accompagner son époux lors de ses tournées, ses campagnes. Cette fois, elle s’affirme, s’affiche et s’initie à la politique. Seule ou aux côtés de son mari candidat, elle bat campagne : à Abéché, à Massenya, à Bol, à Ati pour convaincre l’électorat de voter le candidat du consensus

Ce n’est pas tout. La surprise vient du fait que la première Dame apparaît sur les posters géants comme colistière de son mari candidat. Du moins pas sur les affiches officielles imprimées par la direction nationale de campagne. L’abus vient des bureaux de soutien au MPS qui affichent le couple présidentiel comme des colistiers. Sa présence sur les posters géants laisse penser cela. Comme le cas Joe Biden et Khamala Haris aux États-Unis ou Patrice Talon et Mariam Chabi Talata au Bénin. Ces exemples ont-ils inspiré Hinda Deby Itno ?

La nouvelle constitution prévoit le poste de vice-président qui est nommé et révoqué par le président. La première dame peut-elle ou veut-elle prétendre à ce poste?

Le dernier mot revient au président Idriss Deby Itno, s’il est réélu, peut-être, la première Dame Hinda Deby Itno sera récompensée comme vice-présidente pour « services rendus au parti et à son époux ». Enfin cette possibilité peut s’avérer loufoque, mais rien n’est à exclure dans cette République de béni-oui-oui.  

Christian Allahadjim

Lorsque j’ai vu les images du président candidat Deby Itno, une seconde après sa publication, coude contre coude avec le chef des Transformateurs Succès Masra, je l’ai montré à un cousin. Il me répond : « Non, ces images sont truquées ». Je lui réponds, « non, elles sont authentiques ». Une autre personne entre dans la pièce. Il regarde les images, il a la même réaction, « non, c’est un montage ».

Un débat s’engage. Je leur dis « a priori, un président qui rencontre son compatriote, il n’y a rien de plus normal. Sauf que le timing est mauvais pour le jeune leader. Et excellent pour le Maréchal ».

Mes deux interlocuteurs lâchent, « tu as raison », mais ils avaient l’air sonné. Pourtant ils ne sont ni membres ni sympathisants des Transformateurs. Ils aimaient simplement l’audace de M. Masra. Ils sont déçus. « Il est comme les autres politiciens, je le présentais. », conclut une troisième personne qui s’est jointe à la discussion.

Voilà. Le génial Maréchal tacticien et stratège, président et candidat sortant vient de réaliser un coup fumant en s’appuyant avec succès sur Succès. Il vient d’effacer son « Damboula présidentiel » et a atténué « la bavure Dillo »

Le chef des Transformateurs vient par cette rencontre de rentrer dans la catégorie de « tous les mêmes », enfin peut-être...

Ensuite, la toile apprend la nouvelle et s’enflamme. Les internautes ont pris d’assaut les réseaux sociaux (RS) pour, en majorité, dénoncer M. Masra. Dans la précipitation, les Transformateurs ont tenté de faire barrage face au feu des critiques. C’était du parler pour parler.

Le lendemain : Conférence de presse au QG des Transformateurs. J’ai écouté et j’ai regardé avec beaucoup d’attention M. Masra accompagné de son Bureau Exécutif sur les RS. Certains ont la tête du mauvais jour. Il y a visiblement du gène dans les regards. La communication du chef était dispersée et surtout elle ne disait rien de plus que la veille. C’était de la redite. J’ai eu le sentiment qu’il parle trop. Il parle tantôt comme un gourou. Oui le gourou de la secte des transformateurs. Tantôt, comme un nationaliste entonnant les premiers mots du premier ver de l’hymne national tchadien : « Ta liberté… ». Et les autres membres du parti complètent le ver « …naîtra de ton courage ». Il y a quelque chose d’hallucinant.

Je ne le comprenais pas. Si j’étais là, je l’aurais certainement interpellé sur sa méthode de presbytérien. Une nouvelle religion est-elle née?

Il enchaîne son introduction avec des « la Terre promise », « Moïse », « Desmund Tutu », « Mandela », « De Klerk », « Martin Luther King » et tutti quanti pour nous convaincre que les Transformateurs ne sont pas un parti comme les autres, mais des « dialogueurs, des solutionneurs ». J’étais perdu. Succès et ses lieutenants sont sur leur comète. Ils parlent d’eux. Pour eux. À eux.

Les Tchadiens veulent qu’il explique le « pourquoi maintenant ? » de cette rencontre. Et s’il reconnaît avoir commis une erreur en acceptant de rencontrer le président Deby à ce moment précis. Mais tout cela lui passait par-dessus la tête.

Pourtant, les erreurs de Succès Masra sont nombreuses. Mais le public lui donnait l’avantage du doute. Et surtout donnait la chance au coureur parce qu’il représente la relève comme Yaya Dillo d’ailleurs.

Il en a commis des erreurs….

Première erreur : adopté la ligne dure avec ses marches et ses critiques acerbes. Aller rencontrer le président presque en catimini, il ne fallait pas. Il devait au moins annoncer la nouvelle avant d’aller à cette rencontre. Cet oubli voulu ou pas, a laissé un goût amer à ses admirateurs et aux Tchadiens.

Deuxième erreur : à quel titre est-il allé rendre visite à celui qui tire les ficelles de la non-reconnaissance de son parti?

Troisième erreur : Masra dans sa communication dit que le président le reconnaît enfin. Il affirme que le président demande qu’on arrête d’emmerder son parti. Il cherche donc la légalité et la légitimité à la présidence. Est-ce la bonne adresse? J’en doute…

Quatrième erreur : le jeune leader dit demander le report de l’élection présidentielle. Très bien. Est-ce qu’il faut le faire à la présidence? N’est-il pas plus indiqué de revendiquer l’annulation de cette élection devant les institutions en charge et devant les médias?

Cinquième erreur : cette rencontre précipitée avec le président et candidat Deby Itno a semé le doute chez les autres chefs de parti. Surtout dans le rang de la nouvelle génération qui demande un dialogue inclusif.

Enfin, après la conférence de presse, les Transformateurs et leur chef ne mesurent toujours pas les dégâts de cette rencontre improvisée. Une rencontre qui a permis au Maréchal d’apaiser les tensions. De baisser les pressions diplomatiques de plus en plus fortes sur son régime. Succès Masra a commis une boulette pour parler vulgairement. Il a servi sciemment ou inconsciemment d’oxygène à un pouvoir à bout de souffle, en bout de course. Pis, il n’en a même pas conscience.

Masra fait comme si rien ne s’est passé en appelant à une nouvelle marche. Sortez de votre bulle M. Succès. Le doute s’est installé. Il faut maintenant le dissiper en donnant des solides gages. Les Tchadiens n’en peuvent plus. Et n’en veulent plus de cette pratique « politicienne » de la politique.

Bello Bakary Mana                                                                                  

Le 16 novembre dernier, le Président de la République, Idriss Déby Itno, par un décret, a prolongé le couvre-feu en vigueur pour une période de deux semaines. Cette prorogation a fait réagir plus d’un Tchadien. Si le couvre-feu aide à contrecarrer la propagation de la pandémie à coronavirus, il est aussi à l’origine des cas d’accidents et d’autres exactions constatées à travers la ville de N’Djamena.

A l’approche de l’heure du couvre-feu, dans les quartiers périphériques de N’Djamena, la circulation devient intense et dangereuse.  Motocyclistes et chauffeurs roulent à tombeau ouvert pour regagner leurs domiciles, rapidement. Entre temps, dans certains carrefours, certains agents des forces de sécurité, matraques et chicottes en main, attendent impatiemment les « malheureux » qui dépasseront l’heure du couvre-feu.

Vers fin octobre, une scène, du moins scandaleuse, s’est produite au rond-point dit « double voie », sur l’axe Jacques Nadjingar dans le 7e arrondissement de N’Djamena. Une jeune dame au volant de sa moto a été interceptée vers 21h05mn par les forces de sécurité en faction pour veiller aux horaires du couvre-feu. Selon ses dires, elle se rendait au chevet de sa maman mourante à l’hôpital. « Je veux voir ma maman ! Ma maman est en train de mourir » lance-t-elle. Notre reporter qui a été lui également arrêté, malgré la présentation de sa carte professionnelle, suit de près la scène. La jeune dame, la trentaine environ, tente de s’expliquer en vain. Elle éclate en sanglots. Exacerbée par le comportement des forces de sécurité qui refusent d’entendre mots, elle se déshabille. Cet acte, une femme dénudée, qui devrait interpeller les éléments de force de sécurité ne les gêne absolument pas. Au contraire, « raboutoua » lance l’un d’eux en Arabe locale pour dire « attachez-là ». Sur la vingtaine de personnes arrêtées, personne n’arrive à venir au secours de la jeune dame. Il a fallu l’arrivée du « chef secteur » aux environs de 00h00 pour commencer à libérer certaines personnes, notre reporter y compris. 

Ce fait n’est pas isolé. Si de manière formelle, aucun acte officiel, ne fait exceptions aux personnes pouvant circuler au-delà des heures du couvre-feu, certaines catégories socioprofessionnelles en souffrent. Journalistes et personnels de santé par exemple qui finissent leurs services tard sont souvent victimes des exactions des forces de sécurité. Certains agents qui savent lire et écrire couramment le français comprennent facilement les « hommes de la presse », à la présentation de leurs cartes professionnelles.  Mais, il y en a d’autres qui refusent toutes explications. Parfois certains responsables des médias en sont victimes.  C’est le cas du rédacteur en chef de la Radiodiffusion nationale tchadienne qui a été battu par la force mixte alors qu’il rentrait du travail. L’affaire est actuellement pendante en justice. Les exemples sont légion. La sous-directrice de l’information en ligne de l’Agence tchadienne de presse et d’édition avait vu également sa moto arrachée à l’approche de l’heure du couvre-feu par les mêmes éléments de force de sécurité, alors qu’elle rentrait du bureau, après une séance de travail.

La recrudescence de ces exactions a fait réagir le bureau de l’Union des journalistes tchadiens (UJT). Par un communiqué, l’UJT a dénoncé « un traitement malveillant dont sont continuellement victimes les journalistes, souvent pris à partie par ceux-là mêmes qui sont censés les protéger dans le cadre de leur mission d’informer le public ». Selon l’UJT, il est aberrant qu’au nom de la lutte contre le Coronavirus soient quotidiennement l’objet de brimade, brigandage et de traitements dégradants de la part des éléments des forces de l’ordre malintentionnés déployés dans les rues.

Le couvre-feu fait vraisemblablement plus de victimes que la pandémie de coronavirus elle-même.  Chaque semaine des cas d’accidents sont enregistrés à l’approche de l’heure du couvre-feu. Ces faits doivent interpeller les autorités afin de recadrer les choses. Car, on le sait tous, les mesures barrières édictées pour contrecarrer la propagation de la Covid-19 sont foulées au pied par la population. Les attroupements et autres rassemblements ont repris de plus belle. Les débits de boisson sont pris d’assaut à condition de libérer les lieux avant 21h00. Seul le port de masque est d’actualité.

Enfin, le couvre-feu est devenu un vrai business à grand profit. Les engins récupérés sont systématiquement conduits à la Coordination située au quartier Moursal, plus exactement à l’École de Police. Pour récupérer son engin, le propriétaire doit débourser un montant. Le propriétaire d’une camionnette doit payer 100 000 F CFA. Une voiture berline, c’est 60 000 F CFA. Et 20 000 F CFA pour une motocyclette. Une fois collecté, personne ne sait où va cet argent. En cette période de crise, certains Tchadiens font les poches d’autres au nom de la Covid-19. Ce couvre-feu insensé devient de plus en plus un « couvre poche » au grand dam des citoyens. Il faudra, rapidement, arrêter ce couvre-feu sinon les dérapages iront grandissants.

La grogne aussi. Elle a déjà commencé avec les personnels soignants du centre de tests PCR à l’hôpital de la Référence de N’Djamena où le corps médical a décidé de travailler seulement de 8h à 14h. Alors qu’avant, ils travaillaient de 8h à 16h. Raison : Ils ne perçoivent pas les avantages liés à leur mobilisation par exemple de l’eau et de quoi se nourrir. Pourtant les tests PCR destinés à la gratuité au début, se paient aujourd’hui 15 000 F CFA par tête. L’argent dit on est collecté pour être acheminé vers une destination inconnue. Et les agents de santé mobilisés en première ligne pour combattre la pandémie sont abandonnés, le ventre creux et la gorge sèche, sans aucun scrupule. Cela aussi doit changer.

Ngonn Lokar Maurice

Le monde du football tchadien est en pleine ébullition depuis que le ministre de la Jeunesse et des Sports a dénoncé, sur les réseaux sociaux, les responsables de la Fédération tchadienne de football association (FTFA), les qualifiant des mafieux à l’origine de la contre-performance du football. Pendant que sa publication faisait débat chez les internautes, une note signée de son directeur général FTFA met fin au contrat de l’entraîneur français Emmanuel Tregoat.

Dans le milieu sportif, le lobbying est une réalité connue de tous et le Tchad n’en fait pas exception. Mais pourquoi ailleurs cela évolue-t-il? Pourquoi pas au Tchad ? Depuis fort longtemps, les Tchadiens ont toujours dénoncé la manière avec laquelle les dirigeants de la FTFA gèrent le foot. Cette fédération comme son statut relève à la fois du ministère des Sports car, elle est non seulement affilée à une organisation supranationale qu’est la Fédération internationale de football association (FIFA), elle bénéficie aussi directement du financement de l’Etat. L’idée ici est de faire des fédérations des entités autonomes et de leur permettre d’être plus performantes pour l’évolution des sports tout en les préservant des interférences politiques. Le ministère des Sports en tant que département chargé de mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière des sports, se doit d’avoir un regard afin que les fonds alloués par les instances internationales contribuent à rendre performant le secteur. Un contrôle encadré par un cahier de charge bien défini pour éviter ce que les gens qualifient d’ingérence. Le ministre à travers son post sur sa page Facebook, a dit tout haut ce que beaucoup disent tout bas. Le cas de la FTFA est édifiant dans la mesure où même la gouvernance interne est contestée par les uns et les autres. Et au cœur des divergences, la gestion des fonds alloués par la FIFA. Il y a même une affaire encore pendante à la justice.

Dénoncer un réseau de mafieux qui n’a aucune notion de patriotisme comme a relevé le ministre, reviendrait à se demander comment certains responsables sont arrivés à la tête des fédérations. Sont-ils des passionnés du foot ? Du sport en général ? Ou sont-ils des hommes d’affaires qui ont flairé une opportunité d’affaires ? Voilà le débat de fond que soulève l’indignation du ministre au-delà des points de vue des uns et des autres. L’expérience a montré qu’à chaque fois, il faut que le président de la République intervienne pour que les lignes bougent dans un sens ou un autre. Lors de la pose de pierre du futur stade de Mandjanfa, le président a dénoncé avec force la gestion du football tchadien. Cela a-t-il créé un débat ? Rien du tout. Tout le monde a applaudi alors qu’il ne lui revient pas à lui de porter des critiques publiquement. C’est signe que la situation est grave. Si le ministère des Sports a cette prérogative, il ne serait que normal. Certaines critiques trouvent que voient la sortie du ministre est maladroite. Et encore plus maladroite parce qu’il l’a fait sur Facebook. Être ministre est aussi être citoyen qui se prononce sur des sujets qui touchent à la Nation. Les différentes opinions consécutives par rapport à cette publication, qu’elles soient critiques ou non, ont permis pour certains observateurs de comprendre le vrai mal du football que beaucoup taisent.

Maurice N’gonn Lokarr

Le président de République, Idriss Déby Itno, est revenu pour la énième fois sur la question de la cohabitation pacifique et du vivre ensemble. C’est à l’occasion de son élévation au titre de Maréchal du Tchad, le 11 août 2020. Après plusieurs interpellations de la conscience des Tchadiens, il est à remarquer que sur le terrain, rien ne change. Le communautarisme est un fait. Au-delà des mots n’est-il pas temps de passer aux actes ?

Comme l’a chanté un musicien ivoirien, « la paix n’est pas un vain mot, mais un comportement à apprendre à nos enfants ». La paix justement, passe par la cohabitation pacifique ou du moins, la cohabitation pacifique peut être signe d’une paix acquise. Mais au Tchad, l’absence de guerre est souvent comparée à la paix. Dans les faits, les Tchadiens ont du mal à cultiver le vivre ensemble. Cette situation est d’autant plus exacerbée par l’injustice, l’impunité, le manque d’équité et surtout la culture communautarisme.

Comme l’a si bien dit le président Déby, « les droits du citoyen ne sont pas dissociables ni matériellement ni juridiquement, des devoirs qui se confondent avec le statut constitutionnel de citoyen ». Mais encore, faudrait-il que tous les Tchadiens bénéficient concrètement des droits reconnus à chaque citoyen. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes se sentent écartés, marginalisés, voire abandonnés par la République. Ces jeunes qui, pour la plupart, diplômés sans emplois, finissent par s’adonner à l’alcool ou à d’autres pratiques malsaines parce qu’« ils n’ont pas trouvé  du boulot dans ce pays ». Or, d’un autre côté, le clanisme, le clientélisme ou la corruption favorisent des jeunes qui occupent des postes de responsabilité alors qu’ils n’ont pas le minimum requis pour ces fonctions. Comment promouvoir le vivre ensemble alors sans équité, sans justice ?

Si de nos jours, les réseaux sociaux sont mal utilisés, c’est parce qu’à la base, il se pose un problème d’éducation, de culture du numérique. Plutôt que de servir de plateformes d’opportunités et d’ouverture au monde, la toile est devenue aujourd’hui un lieu de culture du communautarisme et de la division. Et c’est normal ! Car, ceux qui se sentent opprimés ou oubliés n’ont que la toile pour se défouler, pour extérioriser leurs ressentis. Couper l’internet ou les réseaux sociaux n’est pas la solution. Les autorités tchadiennes doivent comprendre que ce n’est pas parce qu’il y a les réseaux sociaux qu’il y a le communautarisme. C’est parce qu’il y a le communautarisme que les jeunes viennent en parler sur les réseaux sociaux. Les priver de ces outils, c’est encore accentuer davantage leur haine envers certains, et même envers le pouvoir.

Les maux ne se soignent pas que par les mots. Aujourd’hui, il est temps de laisser les discours et passer aux actes. Pour que le vivre ensemble et la cohabitation pacifique devienne réalité au Tchad, il suffit de traiter les citoyens, selon la Constitution, comme étant égaux. Il importe de trouver une identité commune à tous les Tchadiens. De nos jours, en dehors de l’Armée nationale par laquelle les Tchadiens se reconnaissent il n’y a pas des valeurs communes à partager. L’identité tchadienne n’existe presque pas. Trouver un symbole à travers lequel tous les Tchadiens pourront se reconnaître serait déjà un pas vers le vivre ensemble.

Aussi, les jeunes tchadiens doivent être éduqués sur les valeurs de la République. Même la Morale et le Civisme qui autrefois étaient enseignés à l’école primaire tendent à disparaître. Il faut que les Tchadiens, dès le bas-âge sachent qu’ils sont égaux qu’ils ont un même pays, les mêmes valeurs, la même patrie. Il est temps de construire la nation tchadienne, et ce ne sera pas que par des mots.

Maurice Ngonn Lokar

Donc le Tchad fête sa 60e année d’indépendance ce 11 août 2020. 60 ans ce n’est pas rien. C’est toute une vie faite des moments de bonheur et des moments de tristesse. 60 ans dans la vie d’un homme ou d’une femme, c’est l’âge du début de sagesse, de repos et de bilan de vie. Quel bilan pour ce pays? Positif ou négatif? Que dire sur le passé. Qu’avons-nous fait du présent? Pouvons-nous évoqué le futur le cœur apaisé?

Positif, parce que le Tchad existe dans ses 1. 284. 000 km carré. Il est encore entier. Ceux qui ont assisté le 11 août 1960 aux célébrations de cette indépendance étaient certainement heureux. Le bonheur simple de s’être débarrassés du système colonial et des colons qui les asservissaient dans leur propre pays. « Enfin libres, enfin nous avons notre destin en mains », doivent-ils se dire. Ne serait-ce que cela, c’est déjà positif. C’est déjà un accomplissement. Un bonheur immense. Cette liberté est une conquête sans prix.

Négatif, parce que la moitié de 60 ans nous les avons passés à se faire la guerre. Oui la guerre entre nous. Beaucoup de destruction. Beaucoup de retard. Beaucoup de rancune. Beaucoup de rancœur et des déchirements. Seuls le temps et la volonté de chacun de nous ont commencé à effacer cela depuis quelques deux décennies. Seules nos valeurs de solidarité, d’hospitalité et de pardon ont commencé à gommer cela. On ne peut parler du présent sans évoquer le passé. Sauf que le Tchad est un pays singulier. Son présent se résume aussi à cela : jusqu’aujourd’hui, les historiens tchadiens n’ont pas restitué dans des manuels un récit national. Nous n’avons presque pas un récit national. La guerre peut constituer un chapitre de notre récit national, mais pas notre guerre fratricide. Triste. Négatif.

Peut-être, la guerre contre l’occupant libyen, le coup de main militaire chez nos voisins, nos victoires sportives même si elles sont très peu, les succès de nos artistes, de nos écrivains, etc. Mais même cela est trop peu. Parce que nous avons passé trop de temps à nous faire la guerre.

Quoi qu’il en soit, il y a mille raisons de célébrer notre indépendance.  Chacun à sa façon. La célébrer parce que le pays existe. C’est déjà un acquis inestimable. Il n’est plus cet État Néant.

Comment évoquer le futur dans le Tchad d’aujourd’hui ? C’est un exercice difficile. Les malins diront qu’il sera radieux. Les réalistes diront que cela sera dur. Les pessimistes diront que cela sera l’enfer. Tous ont raison d’avoir à moitié tort. L’autre moitié appartient à demain. Et demain est une espérance infinie…

Bonne fête Tchadiens (nes)!

Donc en ce 11 août est aussi, officiellement, la date de l’élévation à la dignité de Maréchal de l’actuel Président de la République, Idriss Deby Itno. Pourquoi avoir choisi cette date? Pourquoi a-t-il accepté cette distinction? Le mérite-t-il?

D’abord, Maréchal n’est pas un grade. C’est une distinction sur des faits d’armes. Maintenant, couplé la date de l’élévation à cette distinction de Maréchal avec le jour de l’indépendance du pays n’est pas très brillant. Pas pour être contre, simplement il faut prendre un jour pour fêter notre anniversaire. On ne naît qu’une fois, qu’un seul jour. Et ce jour nous appartient. Le 11 août devrait être consacré seulement à la naissance du pays du Tchad. A son existence comme pays libre et souverain.

Ensuite, dans son entretien avec Alain Foka de Radio France Internationale (RFI), dès l’entame le journaliste a posé une excellente importante question au Président : pourquoi Maréchal? En avez-vous besoin, M. le président? Autrement dit, notre Maréchal est déjà président. C’est le sommet de la hiérarchie. Grosso modo, la réponse du Maréchal Président Deby Itno était : « …je suis un soldat et je n’ai rien demandé. Ce sont les parlementaires qui en ont décidé ».

Enfin, cette réponse est une esquive ou une vérité? Les deux à la fois. Si Deby Itno était resté soldat, oui par ses faits d’armes peu de personnes allaient lui contester cette distinction pour service rendu.

Mais voilà, il est Président. Il n’avait pas besoin d’un titre de plus. Fut-il une distinction militaire. Cette distinction semble un peu le « Mobutiser » mais Deby Itno n’est pas Mubutu. Il est Deby Itno mais Maréchal quand même.

Bello Bakary Mana

Ses adversaires le disaient fatigué de gérer son système « toile d’araignée ». Un système dont il est le cœur. Et d’où il voit tout, sait tout, contrôle tout et décide de tout. Pis ces derniers temps, il s’est recroquevillé sur lui-même et sur son fauteuil de président laissant fleurir rumeurs et ambitions dans son entourage. Il surgit toujours à la dernière minute tel un vieux lion forçant tous les ambitieux à faire profil bas. Il vient de surprendre pour la énième fois par sa longue présence au Lac après l’attaque de Boko Haram (BH). Alors qu’une semaine auparavant, on le disait éreinté par le pouvoir. Longue chronique d’un soldat hardi, d’un président déroutant et du tout nouveau Maréchal!

Mercredi 23 mars, pendant que le pays luttait contre le virulent coronavirus, une autre nouvelle, tout aussi virulente, tombe : la secte BH a attaqué par surprise l’Armée Nationale Tchadienne (ANT) sur l’île de Bohama, dans la région du Lac. Le bilan est de 98 morts et 44 blessés graves. C’était un coup dur. Parmi eux plusieurs officiers importants. Jamais de mémoire de tchadien, l’armée n’a subi une si grande perte. Jamais de mémoire, le soldat Idriss Deby Itno (IDI) n’a vécu un tel affront.

Par un tweet le président tchadien annonce la nouvelle « pendant que nous sommes en lutte contre le coronavirus, les illuminés de BH ont attaqué nos forces armées dans le Lac-Tchad. Je salue le sacrifice de nos vaillants soldats. Je réitère notre total engagement à vaincre le péril terroriste. » À ce moment, le président n’a pas laissé paraître sa colère. Il la rumine et décide de se rendre sur les lieux de l’attaque.

Sur l’île, c’est la désolation : voitures calcinées, corps noyés, soldats égorgés, munitions emportées. Le président avance au micro, lunettes noires sur un visage fermé, la voix chevrotante de colère, il annonce que ces méfaits doivent être punis.

Le lendemain, il remballe sa veste de président et enfile sa tenue de soldat. Ajuste son grade de Général 5 étoiles. Décide de camper sous un hangar loin des dorures du palais. Dans le sable, la poussière, l’austérité des lieux, l’inhospitalité du climat. Il n’est à l’aise que parmi sa troupe. Il fait de son hangar son quartier Général. Il jure d’en finir avec la secte terroriste de BH. Il s’entoure de ses officiers. Il prépare la riposte.

À cet instant, le soldat a pris le dessus sur le Président. Il aime cela IDI, être soldat. Être simplement combattant sur le terrain. Se contenter du peu. Vivre en groupe. Défier toutes les lois du protocole. Il oublie même qu’il est président. Qu’il ne devrait pas être là, surtout pas en première ligne. Sauf qu’il a déjà dit que le Tchad est le seul pays au monde où le président monte au front pour faire la guerre. Il n’a pas tort. Il connaît ce pays, il connaît ce peuple pour qui être chef, c’est savoir guerroyer. C’est une des qualités de chef qui les impressionne. Un chef prêt à faire face à la mort, cette visiteuse indésirable. « Pour gouverner les Hommes, il faut les impressionner », disait Napoléon Bonaparte.

Le soldat Deby Itno a-t-il fait de cette assertion son principe?  Il y a longtemps, un routier du journalisme français Jean-Pierre Elkabbach l’avait déjà surnommé, en direct sur les antennes de la radio française Europe 1 le Napoléon d’Afrique. C’était au lendemain de sa fumante victoire en 2008, sur les rebelles venus de l’Est échoués aux portes de son palais. Alors que personne ne le croyait capable de retourner la situation en sa faveur. Une prouesse militaire dont les Tchadiens en parlent jusqu’aujourd’hui. Qui invoquant le soutien français. Qui invitant la division des rebelles. Peu importe, le soldat Deby Itno est sorti victorieux après avoir presque perdu ce pouvoir qu’il aime tant.

Beaucoup de Tchadiens ne l’aiment pas comme président, mais beaucoup l’adore comme soldat et admire son audace. Ils oublient comme lui qu’il est président. Ils oublient comme lui que sa place n’est pas en première ligne. Ils sont amoureux de leur président-soldat lorsqu’il brandit sa canne de général. Et entonne le cri de ralliement « moral, moral, moral »

Dans les Réseaux sociaux (RS), il n’y avait que des éloges pour lui. Pourtant, les internautes tchadiens sont connus pour leurs critiques acerbes. Ils aiment le détester virtuellement. Ils adorent l’admirer militairement.

Le Président de l’Assemblée Nationale (PAN) Dr Haroun Kabadi et Mahamat Zene Bada, Secrétaire Général (SG), du Mouvement Patriotique du Salut (MPS, parti au pouvoir), se sont rendus sur le terrain. Ils n’ont pas pu retenir leurs ardeurs.

Le PAN, euphorique, trouvait que le grade de Général était peu pour le soldat Deby Itno. Le SG enthousiaste renchérit « … M. le président sur les réseaux sociaux, c’est un boum ». Avant cela, l’opposant Saleh Kebzabo (SK), président de l’UNDR, a critiqué la présence prolongée du président et a dénoncé les injustices dans l’armée. Aussitôt, un torrent de reproches s’abat sur SK. Certains lui réclament le silence, d’autres exigent de lui la solidarité face à l’ennemi.

Entre-temps, le président fait de la « com » sur les RS. Il en a fait son allié. Lui qui dénonçait, il y a peu, sa mauvaise utilisation. Il en joue, en rejoue, en abuse. Il laisse photographier presque tous ses faits et gestes. Tantôt descendant de son hélicoptère. Tantôt pianotant sur son téléphone devant la carte de la région. Il trace sa stratégie de contre-attaque. Ces images venues d’un autre monde frappent les imaginaires.

Elles ne sont pas seulement destinées à la consommation locale. Elles s’adressent aux partenaires stratégiques, aux présidents des pays voisins, à ceux des pays du G5 Sahel. C’est très fort. C’est un coup fumant d’un président bluffant. C’est la tactique d’un soldat téméraire qui s’appuie sur la technologie de l’information et de la communication. Le soldat Deby Itno n’est plus ce soldat d’antan. C’est un Général 2.0, un soldat de son époque.

Une semaine après le lancement de l’opération « colère de Bohama », il fait le tour des lieux de combat entouré par la troupe. Assis au milieu des soldats, il lance en Arabe locale « armé tchadienne maa lib hana Boko Haram ». Traduction libre : « Boko Haram ne peut se hasarder à s’amuser face à l’armée tchadienne ». Et le Général-soldat rajoute que le Tchad ne participera plus aux opérations hors des frontières.

La nouvelle retentit, à travers le monde, comme un coup de canon tiré par le Général Deby Itno. Les partenaires stratégiques sont tétanisés, particulièrement la France. Les pays voisins sont chaos debout. Les pays du G5 Sahel sont envoyés au tapis. C’est le branle-bas de combat dans les rédactions et les chancelleries. Sans le soldat Deby, ça serait la catastrophe prédisent les plus optimistes.

Pendant ce temps, il a déjà enfilé sa veste de président. Le ministre tchadien des Affaires Étrangères et de l’Intégration Africaine de l’époque Chérif Mahamat Zene est envoyé au combat médiatique arrondir les angles. Il affirme par communiqué que les propos du président ont été mal interprétés. Au passage, il tacle nos collègues-journalistes de langue arabe. Il conclut que Tchad ne quittera pas les théâtres des opérations extérieures. La colère de Bohama s’est envolée. La diplomatie des tanks est toujours d’actualité.

Début du mois mai. L’actualité colère de Bohama s’est atténuée. Corona virus a repris le dessus. Le comité de veille mis en place et dirigé par Kalzébeu Pahimi Debeu (KPD), ministre d’Étatt, patine. La maladie et sa psychose gagnent du terrain. Les esprits s’emballent. Le comité fait un faux pas en signant une convention avec la Fondation Grand Cœur de la Première dame Hinda Deby Itno au lendemain de l’annonce par le président d’un investissement de 15 milliards de francs CFA. L’opposition monte au front et dénonce cela. Saleh Kebzabo, opposant, ne lâche pas prise comme pour prendre sa revanche sur sa sortie sur Bohama. Dans un tweet, il appelle le soldat Deby Itno à reprendre le commandement de la guerre contre la Covid-19. Il aime cela, le président, se faire désirer.

15 mai. Le président dissout la cellule de veille sanitaire. M. Kalzébeu et sa cellule sont enterrés. Deby Itno prend la tête d’une nouvelle organisation, le Comité de gestion de crise sanitaire.

26 juin. Bohama est presque aux oubliettes. Coivd-19 s’affaiblit. Le président de l’Assemblée Nationale, Dr Haroun Kabadi sent l’ennui s’installer à travers le pays. Il sort de son tiroir son discours de Bohama dans lequel il disait que le grade de Général était peu, trop peu pour le soldat Deby Itno. Il met en œuvre une proposition de résolution.

Le verdict tombe : le Général Idriss Déby Itno est élevé à la dignité de Maréchal du Tchad pour service rendu à la Nation et les nombreuses victoires militaires remportées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, souligne l’article 1er de la proposition de résolution votée par les députés. C’est par 146 voix pour, 00 contre 00 abstention. L’opposant Saleh Kebzabo présent lors de la plénière quitte la salle avant le vote. Il n’a pas apprécié la procédure adoptée. Pour lui, cette récompense est contestée dans sa méthode, mais pas dans le fond. À retenir « pas dans le fond ». Les partisans du pouvoir jubilent.

29 juin. Le PAN Dr Kabadi et les présidents des groupes parlementaires se rendent au Palais présidentiel signifier au Président Deby Itno son élévation à la dignité de Maréchal du Tchad. Élévation acceptée par le premier des Tchadiens. Une première dans l’histoire du Tchad. Une de plus dans l’histoire singulière de l’Afrique noire.

La date de la cérémonie de l’élévation est fixée au 11 août. C’est aussi la date de l’indépendance du pays. Simple coïncidence? Choix assumé? Calcul politique? Quelques jours avant, une note officielle du Protocole d’État est signifiée à tous pour dire qu’il faudra désormais dire et écrire :  Maréchal du Tchad, Président de la République, Chef de l’État. Une page de l’histoire est tournée.

Bello Bakary Mana

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse