mercredi 27 octobre 2021

Wakit Tama : La marche du 2 octobre étouffée dans l’œuf

Oct 04, 2021

La coordination des actions citoyennes Wakit Tama a appelé à une marche pacifique dite de protestation ce samedi 02 octobre sur toute l’étendue du territoire national et envers la diaspora. Les autorités en charge de la sécurité publique ont pris un arrêté autorisant la marche, mais l’itinéraire change. Changement d’itinéraire que les initiateurs n’ont pas digéré. Ce matin, ils se sont réunis au point de départ initialement prévu qui est le rond-point à double voie pour marcher jusqu’au stade Idriss Mahamat Ouya. Mais ils ont vite été dispersés par les forces de l’ordre. Reportage.

L’acte 4 de la marche pacifique de Wakit Tama prévu ce 2 octobre a été très vite dispersé par la police. Tôt ce matin, les forces de l’ordre ont été déployées autour du  rond-point du pont à doubles voies et celui du 10 octobre. Et patatras, une véritable échauffourée éclate entre les marcheurs et les policiers qui ont fait usage de gaz lacrymogènes. Déterminés, les marcheurs s'organisent en petits groupes. Mais les forces de l'ordre à leurs trousses multiplient les tirs de gaz lacrymogènes, sous cette pression, les marcheurs ont fini par se disperser. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvent tous au quartier général du parti Les Transformateurs pour reprendre la route. Quatre véhicules de la gendarmerie les devancent avant de les asperger des gaz lacrymogènes. Les usagers de l’avenue Jacques Nadingar et les riverains n’ont pas été épargnés par la poudre de lacrymogènes. Certains domiciles privés ont reçu de visites inopinées des éléments de la sécurité. Quelques jeunes disent avoir été brutalisés par les forces de l’ordre. « Nous nous sommes réfugiés dans une maison et ils sont entrés pour nous donner des coups de fouets et de cross », disent-ils.

Peu de temps après, les marcheurs retournent au siège des transformateurs toujours suivis de près. Surplace, un véritable théâtre de combat entre les forces de l’ordre et les marcheurs. Un spectacle violent entre les deux camps, les marcheurs et les forces de l’ordre. Les uns envoient des pierres et les autres du gaz lacrymogène. Quand les policiers parviennent à les disperser, ils reviennent à la charge jusqu’à casser la vitre de l’ambulance de la sécurité. Un boutiquier non loin du café des transformateurs serait blessé transporté d'urgence à l’hôpital.

Tout était parti de la modification de l’itinéraire de la marche par les autorités. Deux jours avant la marche, le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration Souleymane Abakar Adam a signé un arrêté autorisant la marche, mais change l’itinéraire demandé. Pour le ministre, la marche doit commencer au rond-point Hamama pour finir au palais du 15 janvier. Pas question de changer l’itinéraire. Wakit Tama campe sur sa position en maintenant l’itinéraire qu’elle a indiqué.

Depuis le siège de son parti, le président des transformateurs Dr Succès Masra affirme qu’il y a eu des tirs nourris des forces de sécurité sur le siège de son parti ou ils se sont retranchés. Selon Me Max Loalngar coordonnateur des actions citoyennes Wakit Tama, il y a eu 45 blessés dont 5 graves.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse