jeudi 28 octobre 2021

Adolescentes de rue : un quotidien de drogue et de violences

Sep 24, 2021

La ville de N’Djamena compte beaucoup des enfants dans la rue. Ces enfants  quittent les parents et élisent domicile dans les grandes artères de la capitale pour diverses raisons. Parmi eux, il y a des adolescentes. Elles sont exposées à la violence et aux agressions sexuelles. Pour permettre à ces jeunes et adolescentes d’espérer retrouver une vie normale, l’implication des centres sociaux est nécessaire. Reportage.

Elles s’appellent Fatimé Youssouf, Sadié Ali, Rémadji Sentia Djimadoum et Achta Abakar. Elles ont toutes une histoire à raconter sur leur propre vie. Leurs âges varient de 14 à  22 ans. Les unes, orphelines de pères ou de mères et les autres, de parents divorcés. Ces 4 filles passent toute la journée derrière la grande mosquée roi Fayçal pour demander de l’aumône aux passants. Elles récoltent quelques pièces de monnaie pour survivre. En plus des pièces qu’elles reçoivent, elles reçoivent aussi de la nourriture de la part des personnes bienveillantes. Munies  de bouteilles en plastique contenant une sorte de stupéfiant à base de colles, elles aspirent au quotidien cette décoction toxique.

 Sadié Ali à 14 ans. C’est la plus jeune des 4 filles. Elle affirme être issue d’une famille de 10 enfants. Elle est orpheline de père. « J’ai quitté mon quartier Goudji ou j’habitais avec ma maman pour regagner le groupe, il y a de cela trois ans déjà. En 2018, ma mère voulait me donner en mariage, alors que je n’avais que 11 ans, mais j’ai refusé » confie l’adolescente. Après avoir refusé l’homme que sa mère lui a imposé, elle a quitté le domicile familial pour regagner la rue. Sadié Ali dit avoir arpenté les rues de la capitale pour se venger de sa mère qui voulait par la force lui donner en mariage, alors qu’elle n’avait pas l’âge de se marier. Elle regrette aussi de ne pas avoir été à l’école française. L’adolescente a fait quelques années à l’école coranique avant de se séparer de sa mère pour raison de mariage forcé. « La première fois, ma mère a tenté  de me ramener à la maison, mais j’ai refusé. Cette fois, si elle me demande de rentrer, je vais accepter », ajoute-t-elle.

Toutefois, les 3 trois autres filles, plus âgées qu’elle, ont quitté leurs maisons familiales de leur propre gré, sans pression familiale. Fatimé Youssouf, la plus âgée du groupe, ne se souvient de rien. Elle dit avoir été à l’école jusqu’en classe de CM1. Cette fille visiblement fatiguée par l’effet de stupéfiants a été traumatisée par la séparation de ses parents depuis son jeune âge. Elle ne se sépare presque jamais de sa bouteille de « drogue traditionnelle ». Elle confie avoir d’énormes regrets d’être tombée dans la dépendance de la drogue. Elle souhaite quitter la rue un jour. Et demande aux centres sociaux de l’aider à se sortir de la toxicomanie.

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse