Print this page

Transition : « Le dialogue doit être permanent », selon Djasnabaille

Sep 19, 2021

La transition en marche au Tchad, ne fait pas l’unanimité. Les contestions, les mécontentements se révèlent tous les jours. Le Vice-président du Groupe de réflexion et d’appui à la paix et la réconciliation au Tchad (GRAPAT) note que le dialogue est permanent et les Tchadiens doivent préserver les fondamentaux de la démocratie.

Le Groupe de réflexion et d’appui à la paix et la réconciliation au Tchad (GRAPAT), est une plateforme née au lendemain de l’annonce du décès du maréchal indique son vice-président Abderamane Djasnabaille. L’objectif du GRAPAT est de soutenir le Conseil militaire de transition(CMT) qui faisait face à la rébellion, mais aussi la situation interne.

Selon lui, la paix on n’en parlera jamais assez dans un État où les aspirants au pouvoir sont nombreux, il faut dialoguer de façon permanente. Abderamane Djasnabaille, note qu’il n’est pas facile de rassembler les personnes de différentes cultures, mais les Tchadiens doivent développer le vivre ensemble. Il faut donc, toujours selon lui, amener les gens à débattre sérieusement de la question de paix. « Nous avons aujourd’hui les fondamentaux de la démocratie. Une presse riche et variée. Un multipartisme intégral avec plusieurs organisations de la société civile. Toutes ces entités devraient façonner les mentalités pour que le comportement des Tchadiens change », dit-il.

Le débat sur le CNT est un faux débat

Sur la question de la mise sur pied du Conseil national de la transition (CNT) avant le Dialogue national inclusif (DNI), M. Abderamane Djasnabaille réitère ses propos en soutenant que le dialogue est permanent. La mise sur place du CNT avant le DNI ne pose aucun problème. Il se voit ambassadeur de la paix. Et déclare que, tout ce qu’on a aujourd’hui est provisoire, tout sera discuté lors du DNI. Il estime plutôt qu’il revient au DNI de fixer la règle du jeu. « Le CNT va regrouper toutes les forces vives de la nation. Je pense que la meilleure solution c’est de dialoguer et cesser de nous combattre tout le temps », lance, le vice-président du GRAPAT.

M. Djasnabaille trouve que le pays a assez de problèmes à résoudre. Il cite le conflit agriculteurs-éleveurs, le manque d’emploi pour les diplômés qui prennent d’âges. D’après lui, ce sont des choses sérieuses à considérer. Le vice-président du GRAPAT demande aux Tchadiens d’être sereins et de venir discuter de leurs problèmes ensemble.

Pour le politicien, il faut surtout régler les problèmes sociaux sinon on parlera toujours de l’injustice. Si certaines personnes vont croire être supérieures à d’autres, il n’y aura jamais la paix, soutient-il. « Je mets l’accent sur la jeunesse. Cette jeunesse-là elle va compter aussi pour demain. Il faudrait qu’au dialogue, les gens prennent le temps pour discuter de ce qui concerne la jeunesse. Et ce, en termes d’emploi, d’éducation civique, de formation et du vivre ensemble », conseille-t-il.

M. Abderamane Djasnabaille, est aussi le président du parti Alliance tchadienne pour la démocratie et le développement (ATD).

Moyalbaye Nadjasna


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/ialtchad18/public_html/templates/ts_dailytimes/html/com_k2/templates/default/item.php on line 356