dimanche 26 septembre 2021

DNI: Ibédou participera et explique pourquoi

Sep 13, 2021

La Convention tchadienne de Défense des droits de l’Homme (CTDDH), membre de la coordination citoyenne Wakit Tama a décidé, à la surprise générale, de participer au Dialogue National Inclusif (DNI) et de s’impliquer dans tout le processus de transition. Le secrétaire général de la CTDDT, Mahamat Nour Ibedou a annoncé la position de la structure qu’il dirige à ses camarades de Wakit Tama. Ialtchad Presse l’a rencontré. Il explique son choix. Reportage.

La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme (CTDDH) n’est pas d’accord avec la manière avec laquelle la transition est en train d’être menée et n’approuve pas les injustices de toutes formes, et surtout les manœuvres néfastes ayant conduit à la cherté de la vie actuelle. Mais elle décide quand même de participer au DNI et de s’impliquer dans le processus de son organisation. Les cadres de cette structure pour la défense des droits humains ont mûrement réfléchi et décidé de changer la stratégie de lutte, voilà en résumé la position officielle de la CTDDH.

Pour le secrétaire général Mahamat Nour Ibedou, que la rédaction a rencontré, après une analyse approfondie du contexte actuel dans lequel se trouve le pays et les atermoiements des acteurs sociopolitiques, une réunion du comité exécutif élargie au Conseil national de direction de la CTDDH a décidé qu’il faut revoir la stratégie de la lutte combat. Et pour cela, il faut intégrer le DNI en s’impliquant dans le tout le processus de son organisation. « La CTDDH décide de plus subir, mais d’être actrice à part entière, car ce pays est notre patrimoine commun et tous les Tchadiens doivent participer à sa gestion », précise-t-il. Selon lui, la structure qu’il dirige s’est attelée pendant plus d’une décennie à dénoncer sans complaisance les violations des droits fondamentaux des citoyens.

Pour défendre le point de vue de la CTDDH, il explique qu’il n’y a pas de problème avec ses camarades de la coordination citoyenne Wakit Tama, c’est juste une divergence d’opinions. Selon le SG, c’est d’abord un souci stratégique, sinon ils n’ont pas changé de fusil d’épaule. « Le CMT a accordé 10 places à la coordination Wakit Tama pour le comité d’organisation du DNI, mais la plateforme en veut la moitié. Nous avons pensé que 10 places, c’est raisonnable. Nous avons pendant longtemps discuté avec les camarades, mais leur position n’a pas changé. Et la CTDDH a pris sa décision de participer au processus pour l’organisation du DNI », explique Mahamat Nour Ibedou.  Il soutient que la position de la coordination Wakit Tama a considérablement évolué, et qu’elle a accepté de participer au DNI, mais pas dans le comité, si ses exigences ne sont pas prises en compte. Il faut rappeler que Wakit Tama souhaite que le CMT lui accorde la moitié de places dans le comité d’organisation.  A son avis, Wakit Tama a mis beaucoup de temps à contester systématiquement tous les actes posés par le président Idriss Deby Itno et puis maintenant, du CMT. « La CTDDH a constaté que ces genres de positions ne payent pas assez. Être dehors et contester, c’est synonyme d’impuissance, il faut mener le combat de l’intérieur, car ils prennent de décisions qui nous impliquent tous », dit le SG.

La CTDDH demande à ses militants et sympathisants de prendre la mesure de la situation actuelle, car le combat est multiforme et nécessite une réorientation de la lutte pour la justice et contre les violations des droits de l’homme en les adaptant au contexte actuel.

La participation de la CTDDH, l’un de poids lourd de la coordination Wakit Tama au DNI pourrait peut-être faire douter certains membres de la plateforme et impacterai négativement les éventuelles manifestations pacifiques.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse