dimanche 26 septembre 2021

ONASA : Riz subventionné à distribuer mais vendu

Sep 13, 2021

Depuis lundi 6 septembre, l’Office National de Sécurité Alimentaire ONASA vend du riz made in china commandé par l’État tchadien. Le sac de 50 kg se vend à 6500 F CFA. Ce riz, semble-t-il, serait destiné aux couches vulnérables de la capitale, mais finalement il est vendu. Pour s’en procurer, il faut remuer ciel et terre. Reportage

Quartier Chagoua, 7e arrondissement de N’Djamena capitale tchadienne ce lundi 13 septembre. Le temps est clément et l’ambiance est gaie dans la cour de l’Office National de Sécurité Alimentaire (ONASA). Elle grouille de monde et ressemble à un camp des  réfugiés. Cette marée humaine est venue acheter du riz vendu par ONASA. Assis ou debout dans un rang, pas respecté, chacun garde sa place. Les hommes sont séparés des femmes. Ces personnes de différents âges attendent impatiemment à rentrer avec au maximum deux sacs de riz. Il suffit de débourser 6500F CFA pour avoir un sac de riz de 50 kg vendu dans les marchés à 20.000F.

Selon un agent de sécurité en faction, c’est au total 25 containers de riz qui ont été commandés pour distribuer aux couches vulnérables. L’ONASA a préféré les vendre et à moindre coût afin d’aider aussi certains ménages qui sont en difficultés. Les conditions d’achat sont simples, il suffit de se procurer d’un ticket et suivre le rang. L’ONASA limite l’achat à deux sacs pas plus. Tout le monde se plaint de la lenteur du processus de la vente. Certaines personnes font la queue depuis 4 jours et elles n’arrivent pas à s’en procurer. D’autres prennent le risque de quitter la maison à 2h du matin dans une ville comme N’Djamena en proie à l’insécurité, mais attendent dans le rang malgré tout effort. Haoua Moussa, son bébé sur le dos a passé la nuit dans la cour de l’ONASA. Elle n’a toujours pas pu acheter un seul sac. « Nous sommes là depuis quelques jours exposés aux intempéries. Pourtant certaines personnes viennent de la maison et sont directement servies. Nous ne sommes pas contents de cette manière de faire », lance Mahamout Darius

Chose curieuse, certains commerçants viennent acheter pour aller le revendre dans leurs boutiques ou sur la place du marché. Les esprits des autres personnes qui attendent depuis des heures commencent à se chauffer en voyant les commerçants servis en grande quantité. Ce conducteur de mototaxi par exemple affirme avoir passé une semaine. Il n’a toujours pas espoir de rentrer avec un sac pour sa maisonnée. Le président de la commission de suivi de partage à qui nous avons demandé des explications sur ces faits refuse de répondre à la rédaction.  

Kouladoum Mireille Modestine

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse