Print this page

Conflit à Esso : les employés rejettent l’offre de séparation

Sep 02, 2021

Le samedi 28 août dernier, le ministère du Travail a convoqué les délégués des employés de la compagnie pétrolière au Tchad. Objectif: leur signifier la proposition de l’employeur qui consiste à verser 2 mois de salaires. Les employés ont rejeté l’offre. Reportage.  

Selon Mme Dahasseal Dekoundou, porte-parole de la délégation - Esso Chad, une assemblée générale a été tenue le lundi 30 août dernier. Cette rencontre visait à faire le point sur leurs différentes revendications en rapport au départ de leur employeur Esso Tchad. Plusieurs rencontres d’après elle ont eu lieu avec les autorités tchadiennes. Le samedi, 28 août dit-elle, le ministre du Travail a convoqué les délégués des employés nationaux d’Exxon Mobil. Mme Dahasseal Dekoundou affirme que le ministre les a informés que leur employeur leur propose 2 mois de salaires comme prime de séparation à l’amiable, assortis  des conditions. La porte-parole de la délégation des employés cite les conditions, « prendre les 2 mois de salaires et renoncer à discuter sur ce point, en cas de refus, Esso retire son offre, l’acceptation vaut permission de la visite de Savannah Energy sur le site de Komé pour valider la vente et mettre fin à la violence sur le site. »

Pour la déléguée, s’il fallait faire une évaluation de tout ce dont Esso va bénéficier après la vente, ce qu’on leur propose ne représente que 2 %. Le 29 août dernier, l’AG  a rejeté unanimement cette proposition, note-t-elle. La prime de bonne séparation explique-t-elle, c’est une pratique. Pour la déléguée, Esso et ses employés se sont accordés sur un certain nombre de mois concernant la prime de bonne séparation en fonction de l’ancienneté. Pour Esso, dit-elle, c’est un transfert et il n’y a pas de raison pour que la compagnie paye cette prime. La PDG d’Esso d’après la déléguée affirme qu’Esso n’est pas en train de partir, mais change juste de nom. « Ce qui est faux, parce que les actionnaires de Esso c’est EXXON MOBIL. Lorsqu’Exxon Mobil se retire, cela veut dire que cette entreprise meurt au profit d’une nouvelle entreprise qui est Savannah Energy. Savannah Energy n’est pas affiliée à Exxon Mobil, c’est là le dilemme », dit Mme Dahasseal Dekoundou.

La déléguée du personnel national a signifié qu’à travers leurs revendications, 6 points sont capitaux. Il s’agit du plan Épargne de retraite, « l’argent des employés cotisés chez Esso pour les retirer  au moment donné, qui ne devrait pas faire l’objet de discussion », ensuite, le plan médical pour les retraités, « si Esso s’en va sans une moindre garantie, ce serait une manière d’abandonner les employés à leur triste sort ». Autre point, le plan médical pour les employés actifs, « beaucoup sont malades à cause des pressions et produits chimiques dangereux », il y a aussi le remboursement des crédits immobiliers, « Esso doit verser 20% et 25 %, si elle part sans aucune garantie, les banques risquent de saisir les biens de certains employés sous crédits », un autre point, c’est le versement de solde de tout compte des employés avant tout départ. Et enfin, la prime de bonne séparation.

Mme Dahasseal Dekoundou, rappelle que le lundi surpassé, les délégués voudraient rencontrer la Directrice générale d’Esso Chad, mais elle avait déclaré qu’elle était occupée. Or, elle multipliait les visites et rencontres ailleurs dans les ministères et autres, souligne la déléguée.  Elle ajoute que, la PDG d’Esso Tchad voulait organiser la visite sur le site de Komé avec la représentation de la société Savannah Energy, le 24 août. «  Les employés mis au parfum ont occupés la piste d’atterrissage. Elle a appelé le ministre de travail et le ministre lui avait répondu de ne pas forcer la visite », mentionne la déléguée. Depuis lors souligne-t-elle, les négociations sont suspendues, arrêtées ou terminées, personne ne sait. Mme Dahasseal Dekoundou soutient que la Direction générale d’Esso Tchad veut forcer cette visite pour valider sa vente.

Le porte-parole conclut qu’ils vont continuer la revendication de leurs droits. Elle précise qu’ils ont de nombreuses stratégies qui sont leurs armes de guerre.

Moyalbaye Nadjasna