dimanche 26 septembre 2021

Crise à la LTDH : Dobian Asngar appelle à la responsabilité

Aoû 30, 2021

Le président d’honneur de la ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH), et représentant de la fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) auprès de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) Dobian Asngar se dit consterné par le comportement des responsables de la LTDH qui n’arrivent pas à résoudre les problèmes internes de l’institution et de les exposer. Il tente ici de faire la lumière sur ce qui gangrène l’institution qu’il a eu à diriger. Entrevue.

La Ligue tchadienne des droits de l’homme (LTDH) traverse une crise sans précédent depuis sa création. Un problème de leadership et d’ego que les responsables de l’institution tchadienne pour la défense des droits humains n’ont pas su gérer depuis plus d’un an. Après une médiation par le Conseil d’Administration (CA), les membres du Conseil d’orientation et de contrôle (COC) de l’institution ont décidé de mettre fin à ces querelles inutiles qui gangrènent la LTDH. Les 11 membres que constitue le COC ont décidé d’une manière collégiale de suspendre le président, M. Max Loalngar.

Pour le président d’honneur, Dobian Asngar, c’est déplorable le comportement des responsables de la LTDH. Il estime que c’est irresponsable de la part des responsables de l’organisation d’exposer les problèmes internes de l’institution sur les réseaux sociaux. « Un problème d’une organisation se règle dans l’organisation. Un problème de famille se règle en famille. Ce n’est pas dans la rue », martèle le président d’honneur de la LTDH. Selon lui, les responsables n’ont pas un petit grain de respect pour eux-mêmes et pour la population qu’ils sont censés défendre.

Au sujet de la suspension du président de la LTDH, M. Max Loalngar, Dobian Asngar souligne que, c’est un cumul de problème d’ego et d’irresponsabilité qui ont abouti à cette situation. « Les conseillers du COC ont fait un rapport de médiation de tout le personnel jusqu’aux gardiens. Nous avons dégagé des conclusions en disant que celui qui gère ne respecte pas les procédures et que celui qui a la responsabilité de contrôler contrôle », explique-t-il. L’ancien président et président d’honneur de la LTDH affirme que depuis 1 an, après le congrès qui a élu M. Max comme président, ce dernier n’a pas pu respecter ni appliquer les actes qui ont été pris par le congrès. A son avis, les réunions statutaires qui sont prises par les textes du CA et les réunions du COC, dont lui-même a présidé n’ont pas été prises en compte, «  c’est une faute grave ». Pour éclairer la lanterne des Tchadiens, Dobian Asngar soutient que le président suspendu n’écoute personne. Pire, il dit n’avoir pas confiance en certains membres du COC, en les qualifiant des gens infiltrés, alors qu’ils sont élus comme lui. « Quand vous êtes contre tout le monde et que la maison est en train de tomber, et vous ne prenez pas vite des décisions pour sauver la situation, qui doit porter la responsabilité », s’interroge-t-il. Le défenseur des droits humains affirme que le président de la LTDH a refusé deux fois, de participer à la présentation du rapport et que ce sont les autres membres qui ont assisté. Il évoque aussi le manque de sagesse, en se répandant partout sur les réseaux sociaux.

La caisse de la LTDH est vide

Outre le manque d’écoute et de prise de décisions qui sont en quelque sorte le péché qu’a commis M. Max Loalngar, il leur serait reproché, lui en tant que président et les autres responsables, de ne pas pouvoir chercher des financements pour faire fonctionner normalement la LTDH. Les querelles des responsables ont considérablement affecté l’état financier de la structure. Le personnel n’est pas payé, sans occulter le cumul des arriérés de loyer du local. Pour trouver une solution idoine, Dobian Asngar propose la tenue d’un congrès extraordinaire dans un bref délai. Cela va permettre de dénicher les vrais responsables et de les sanctionner. Selon lui, c’est seulement après ce congrès extraordinaire que l’on pourra mettre sur pied un nouveau bureau. Toutefois, il relève le manque de moyen financier qui handicape l’organisation du congrès extraordinaire pour sauver la LTDH.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse