mardi 21 septembre 2021

Insalubrité dans les marchés de N’Djamena

Aoû 20, 2021

En cette période de saison de pluies, plusieurs marchés de communes d’arrondissement de la ville de N’Djamena sont insalubres. Certaines marchandises comme le poisson frais et autres aliments, notamment les légumes et les crudités se vendent à même le sol sans aucune mesure d’hygiène. Ce manque d’hygiène pourrait constituer un sérieux problème de santé publique si les autorités communales n’’interviennent pas. Reportage

Beaucoup de marchés de la ville de N’Djamena sont, en cette période de pluies dans une insalubrité sans précédent. Les marchandises comme les légumes, le poisson frais et autres sont exposés à même le sol. Si rien n’est fait pour assainir ces marchés, cette situation d’insalubrité risquerait de créer un problème de santé publique. De l’avis de certains commerçants rencontrés dans les marchés de la commune du 7e arrondissement de la ville de N’Djamena, les autorités communales ne se soucient pas de l’hygiène de leurs marchés, mais que, ce qui les préoccupe, c’est les recettes collectées. Pour Marie Ronel, vendeuse de poisson frais, les maires ne font pas bien leur travail, ils ne descendent pas dans les marchés pour constater la situation dans laquelle les femmes vendeuses de poissons vivent. « La mairie ne fait rien, c’est nous qui achetons du sable pour aménager nos parcelles, mais cela ne règle pas la situation », déplore-t-elle. Même son de cloche pour Abakar Ali boucher, toujours au marché de Dembé dans le 7e arrondissement, il estime que normalement, à la fin de l’heure, les agents municipaux qui vadrouillent pour arnaquer les paisibles citoyens, devraient nettoyer les marchés, comme le font leurs collègues au marché central. Ce dernier se dit écœuré par le comportement de la police municipale qui là seulement pour arnaquer tous les jours 200 f CFA aux commerçants, avant d’affirmer que si les recettes collectées sont utilisées à bon échéant, les marchés de N’Djamena ne se trouveraient pas dans la boue chaque saison pluvieuse.

Au marché de Dembé, les légumes, le poisson frais et autres aliments accessibles aux citoyens, les tas d’immondices et les eaux stagnantes s’entremêlent. Les vendeuses, conscientes du risque sanitaire qu’elles encourent, accusent les autorités communales de ne pas assumer leur responsabilité. Certains commerçants vont même dire que les agents municipaux sont affectés dans les marchés juste pour arnaquer les paisibles commerçants et non pour assurer la tâche qui leur est assignée.

Cependant, certains employés de la mairie du 7e balayent à revers de main toutes les allégations des commerçants et les vendeuses de légumes et de poissons. Pour ce policier municipal qui s’exprime sous anonymat, il y’a manque de volonté concernant l’entretien des marchés chez certains commerçants. Il déclare qu’en principe, chaque matin, avant de s’installer, les vendeuses devraient nettoyer leurs places et ramasser les ordures pour les déposer dans les bacs à ordures, avant de déplorer le manque cruel de civisme chez ces femmes vendeuses. Il a néanmoins reconnu la défaillance de certains agents municipaux et avant d’ajouter que d’autres s’évertuent à faire correctement leur boulot et que les commerçants devraient les aider à bien accomplir leur devoir, qui d’assurer la sécurité et le contrôle d’hygiène et d’assainissement dans les marchés de la ville de N’Djamena.

Jules Doukoundjé

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse