Print this page

« La Fonction publique est saturée » dit ministre Brah Mahamat, réactions des tchadiens

Juil 14, 2021

Brah Mahamat ministre a déclaré, 09 juillet que la fonction publique est saturée. Il appelle le patronat et les entreprises privées à mettre la main dans la patte. Ces propos a mise mal à l’aise les diplômés sans emplois et quelques citoyens que nous avons rencontrés ce 13 juillet 2021.  Vox pop

Fida Hoîssou Evelyne, est étudiante à l’université de N’Djamena : « J’étais choquée quand j’ai écouté les propos du ministre. Les jeunes espèrent un jour devenir des hautes personnalités et croient au changement de la situation du Tchad. Malheureusement les propos du ministre sont décourageants. Il parle des entreprises, or le climat d’insécurité, les impôts exorbitants et les taxes font peur et ne favorisent pas les investissements au Tchad. En réalité, il n’y a pas assez d’entreprises au Tchad pour recruter les jeunes diplômés comme le prétend le ministre. »

Ngamada Bertrand Ngabé, étudiant : « Je vois sa déclaration sous l’angle politique, parce qu’on sait que le Tchad a toujours besoin des ressources humaines mais c’est un problème de gestion de personnel qui se pose à mon avis. Je me demande si le gouvernement a une politique d’accompagnement du patronat lorsqu’il leur demande d’accompagner les jeunes. Une telle déclaration est un non évènement. »

Rongone Léopold : « D’après moi, ce ministre ne sait pas ce qu’il dit. Je ne lui donne pas tort. Un ministre de la fonction Publique digne de son nom ne pourrait pas dans le contexte actuel, dire que la fonction Publique est saturée. Quand on dit que la fonction publique est saturée cela signifie que les services de l’Etat fonctionnent d’une très bonne manière, c’est-à-dire aucune partie ne se plaint du service de l’Etat. Mais regardons ce que nous vivons au Tchad, l’OMS a décidé quelques conditions pour parler d’un état normal de la santé. Il y’a un nombre de la population par médecin, un nombre des élèves par classe mais y’a rien qui répond aux normes internationales. Il demande aux entreprises privées de recruter, il n’y a pas assez des entreprises sérieuses qui investissent au Tchad ».

Ngueneloum Blagué Sou, enseignant contractuel au lycée Sacré-Cœur de N’Djamena : « C’est de la poudre aux yeux la déclaration du ministre. Sur quelle base tient-il un tel propos ? Le nombre des élèves, des étudiants augmente chaque année et surtout ceux des écoles professionnelles qui sont formées spécifiquement pour un service donné. S’il y’a pas une alternative, qu’il se taise au lieu d’injurier la jeunesse. Le secteur de l’éducation à lui seul devrait observer 10000 enseignants par ans du moins tous les quatre ans. Le feu maréchal a promis 20000 emplois mais il n’ya que 6000 qui sont intégrés donc où sont passés les 14000 ? C’est pour leurs enfants ? C’est un refus et une pire méchanceté. A propos des entreprises, les impôts sont exorbitants et ne favorisent pas le climat d’affaire. Certaines entreprises qui sont déjà surplace ferment leurs portes et de nombreuses autres veulent déposer leurs valises au Tchad mais les conditions sont défavorables. Que vont faire les enfants des pauvres ? Mais on n’accepte pas ça et on va sortir dans la rue pour exprimer notre ras-le-bol ».

Allaressem Lucienne : « Quand l’Etat forme les jeunes, c’est d’abord pour la fonction Publique, c’est ce qu’on nous a fait croire. Et c’est pour cette raison, qu’on a étudié, déposé nos diplômes pour l’intégration. La grande surprise, on nous dit que la fonction Publique est saturée et que c’est les entreprises et les ONG qui devraient nous prendre en charge. Personnellement, je pense que ce n’est pas ce que le ministre devrait dire. Je suis touchée par sa déclaration, parce que j’attends l’intégration du ministère. Aujourd’hui, lorsqu’une personne est intégrée, ce n’est pas pour elle seule mais c’est l’espoir pour toute la famille. Avoir l’accès aux ONG est de plus en plus difficile à cause des exigences notamment des années d’expériences, des besoins en main d’œuvre etc. Je pense que ce ministre se moque des lauréats, et franchement, on ne sait pas s’il faut étudier ou pas ».                       

Réalisation Koumassen Juste & Orthom L’or