dimanche 26 septembre 2021

Les retraités, maltraités

Mai 20, 2021

Ce sont la plupart des personnes du 3e âge. Ceux qu’on appelle les « aînés ». Ils sont fonctionnaires. Ils sont ou étaient arrivés à la fin de leur carrière, mais ils peinent à percevoir leurs pensions de retraité, leurs primes de départ, leurs frais de transport entre autres. Ce matin du 20 mai, ils se sont réunis à la bourse de travail pour échanger sur leur situation. Ils révèlent la suspension de quelques cadres de la CNRT par l’Inspection Générale de Contrôle d’État (IGCE). Ils décident de camper demain, devant le ministère de Finances et du Budget. La rencontre s’est déroulée au sein de leur Comité Adohc, piloté par Moussa Mahamat Abmour. Reportage.

Ce vendredi 21 mai à 6 heures du matin, tous les retraités se sont donné rendez-vous devant le ministère de Finances et du Budget pour faire camper, a déclaré M. Moussa Mahamat Abmour, président du comité Adohc. C’était, à l’issue d’une Assemblée générale tenu ce 20 mai 2021 à la Bourse de travail de N’Djamena, capitale tchadienne. « Nous ne sommes pas des licenciés d’une quelconque entreprise. Nous sommes des fonctionnaires de l’État en retraite. Nous avons rendu service à ce pays. Nous revendiquons ce qui nous revient de droit, les arriérés de nos pensions, les frais de transport pour ceux qui ont travaillé en cette période, des primes de départ et les allocations de congés non payés», voilà en substance ce qui a motivé cette assemblée générale affirme, Alladoum Tedengarti, Secrétaire Général (SG) du comité Adohc.

Dans une ambiance de débat à travers un échange très vif, ces hommes et ces femmes du 3e âge affirment avec amertume qu’ils ne sont pas des retraités, mais des maltraités. Selon le SG du comité Adohc, ils ont tenté à maintes reprises de voir le ministre de Finances et du Budget, mais en vain. Ils ont reçu un refus catégorique. il rajoute que, concernant le titre de transport pour certains retraités qui ont travaillé en cette période, ils ont écrit le 14 décembre 2020 au Secrétaire Général sortant de la Présidence. « Nos revendications ont été trouvées légitimes d’après lui et avait demandé aux ministres de la Fonction publique et son collègue de Finances et du Budget de nous payer. Curieusement, en décembre 2020, lorsqu’ils ont payé les titres de transport aux fonctionnaires actifs, ils nous ont royalement oubliés », explique-t-il. Beaucoup des retraités présents ont pris la parole. L’heure n’est pas à tergiverser sur leurs revendications, relèvent-ils.  Certains s’inquiétaient de leur sort et se demandent si les anciens retraités sont pris en compte dans la lutte. Moussa Mahamat Abmour, président du comité Adohc répond que personne n’est oublié dans les revendications. « Nous entendons formuler nos cahiers de doléances et tout y sera retracé. Nous le porterons auprès des nouvelles autorités », dit-il.

Des cadres suspendus

Mahamat Abdelkrim Haggar, directeur de la Caisse nationale des retraités du Tchad a été suspendu de ses fonctions par l’Inspection Générale de contrôle d’État. les faits incriminés sont la mauvaise gestion et les détournements des ressources des pensionnés, le morcellement des marchés douteux en bon de commande administrative d’un montant de 1 milliards 794 millions, des avances de plus de 100 millions accordés sur les ressources des pensionnés, un retrait de 100 millions non reversé dans la caisse de la CNRT entre autres. Mme Hadjé Zara Adjidde, est comptable. Elle a été aussi suspendue de ses fonctions.  Elle a fait un déficit de 566 millions, des paiements fictifs de 413 millions et un retrait non justifié de 100 millions. Le dernier responsable, c’est Doh Yangara, chef de service administratif et du personnel. Lui aussi est accusé de mauvaise gestion des ressources et l’octroi, approbation des états financiers caractérisés par des informations non sincères, implication active dans tous les engagements des dépenses à caractères fictif et irrégulier.

Pour les retraités, ils sont maltraités depuis longtemps, mais la vérité commence à jaillir. « Ces gens qui n’ont pas pitié des personnes de 3e âge sont démasqués et suspendus. Ils ne doivent pas revenir par la porte arrière, gérer la Caisse nationale des retraités du Tchad », disent les retraités en colère.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse