jeudi 29 juillet 2021

Découvrez les espaces de divertissement à N’Djaména

Oct 03, 2019

A N’Djamena, ce ne sont pas les lieux de divertissement, de lecture et centre d’éducation culturelle et physique qui manquent. Nous vous proposons une liste non exhaustive des coins à découvrir à dans la capitale tchadienne. 

L’Institut français du Tchad, le centre Al Mouna, le centre Dakouna Espoir, les maisons des quartiers, la Bibliothèque nationale, le Centre catholique universitaire, la maison de la culture Baba Moustapha, la librairie La Source, le stade Idriss Mahamat Ouaya sont entre autres les principaux centres culturels et de divertissement.

L’Institut français du Tchad

L’institut français du Tchad est une composante du réseau mondiale des instituts français. Fondé en 2012, il est un établissement culturel rattaché à l’ambassade de France au Tchad. Il fait dans la promotion des cultures et aussi dans l’éducation. De manière plus globale, les instituts français sont des établissements à caractère industriel et commercial. Ils sont des opérateurs des ministères chargés des affaires étrangères et de la culture pour une synergie d’action culturelle extérieure de la France.

Le centre des jeunes « Dakouna Espoir »

Il est le fruit du sacrifice d’un chorégraphe tchadien Aleva Ndavogo Jude. Le centre « Dakouna Espoir » est une structure d’accueil d’enfants des rues et enfants défavorisés de l’association Tchado Star. Dakouna, qui signifie, « Nous voici » œuvre pour la promotion et l’expression de la danse afro-contemporaine et contemporaine. Le centre fait de l’éducation, la lutte contre l’exclusion et la marginalisation, la mixité sociale, la coexistence pacifique et l’insertion socio-économique ses combats. Pour ce centre, un enfant doit avoir une famille qui sera là pour lui. D’où l’essence du nom Dakouna. Depuis 2016, Tchado Star a été soutenu par le SCAC de l’ambassade de France au Tchad dans le cadre de deux projets d’insertion socioprofessionnelle des enfants.

Le centre Al Mouna

Le Centre Al Mouna créé en 1986 est une association à but non lucratif ayant pour objectif de : promouvoir, sans distinction d'origines culturelles, religieuses ou politiques, les relations entre Tchadiens. C’est un lieu d'accueil, de dialogue et de rencontres entre les diverses composantes de la société tchadienne. Entre autres objectifs du centre : promouvoir une culture de la paix ; former à la prévention et à la résolution des conflits ; contribuer au développement et à l'épanouissement intégral de l'Homme et à de meilleures relations entre Tchadiens.

Le centre organise et accueille régulièrement des colloques et conférences sur des thèmes relatifs à la société tchadienne. Al Mouna est donc une institution qui veut faire la promotion de la culture tchadienne dans toute sa diversité. Il œuvre aussi pour la promotion de la culture traditionnelle avec des recherches sur les ethnies tchadiennes ; accorde une aide aux groupes voulant se structurer pour préserver leur héritage culturel.

Maison de la culture « Baba Moustapha »

La Maison de la culture Baba Moustapha est un centre de droit tchadien reconnu d’utilité publique. Elle est composée d’une vingtaine de personnels. Le directeur est nommé par un arrêté sur proposition du ministre en charge de la culture.

Elle se veut un lieu d’études, de la culture, de la réflexion critique, de dialogue, de la confrontation d’idée, de brassage de cultures et de formation ouvert à tous au-delà des clivages ethniques, politiques et religieux.

Ce centre ambitionne : donner à la culture institutionnelle tchadienne une légitimité dans la vie de la société. C’est un centre de formation et d’autoformation dans le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC). Cette maison de culture se place comme le creuset des énergies créatrices d’ici et d’ailleurs pour favoriser l’éclosion de nouvelles formes artistiques ; et créer le cadre d’une coopération culturelle multilatérale décomplexée.

Centre catholique universitaire

Le Centre Catholique Universitaire (CCU) de N'Djamena est une initiative de l'archidiocèse de N'Djamena. Ouvert en 1989 au quartier Sabangali, puis en 1994 à Farcha, il s'adresse à tous les étudiants des universités, des institutions et des grandes écoles, sans aucune distinction. Grâce aux équipements et aux propositions de formations et d'animations, le CCU s'efforce d'apporter aux étudiants un soutien et un accompagnement dans leurs études.

Moyennant un abonnement d'environ 6 € par an, les étudiants ont accès à des équipements de travail de tout genre. C’est le cas des salles de lecture, préaux équipés de tableaux, des livres universitaires dans les bibliothèques, et un ensemble de formations humaines, intellectuelles et spirituelles, d'animation culturelles variées. Une cafétéria offre la possibilité de se restaurer à moindre coût, et de profiter d'un lieu convivial. Depuis 2009, une salle informatique propose des formations réputées dans la capitale, ainsi que des services de saisie, impression.

Le stade Idriss Mahamat Ouya

Le stade Idriss Mahamat Ouya est un stade omnisports de football et athlétisme situé à N’Djamena. Il fait partie d'un complexe sportif qui abrite notamment un hippodrome. C'est dans ce stade qu'ont lieu les matchs de l'équipe nationale du Tchad, les matchs des principaux clubs de N’Djamena ainsi que les rendez-vous de courses de chevaux et d'athlétisme. C'est le plus grand stade du Tchad et il peut contenir jusqu'à 20 000 spectateurs.

La librairie la source

La Librairie La Source s’appelait IDT-LIBRAIRIE. Elle est créée le 8 mars 1951 à Fort Lamy, actuel N’Djamena. C’était une succursale de l’Imprimerie du Tchad (IDT). Elle était gérée par les sœurs de la Sainte Croix. Avec les événements de 1979, et compte-tenu aussi du vieillissement de leur congrégation, elles sont obligées de rentrer en France. Le père Martelés a assuré l’intérim jusqu’en 1979.

C’est avec l’arrivée de la sœur Alice Faucon de la congrégation des Xavières en septembre 1984 que la librairie s’établit dans ses locaux actuels à l’avenue Bokassa au quartier Kabalaye. En 1995, la sœur Alice Faucon décède. Le 08 mars 1999, IDT-Librairie La Source est devenue « Librairie La Source », propriété du diocèse de N’Djamena.

Les maisons du quartier

N’Djamena compte deux maisons de quartier, celles de Chagoua et de Dembé qui ont ouvert leurs portes le 15 juin 2009. Ainsi que deux maisons de jeunes à Walia et Ndjari Dar El Salam, fonctionnelles depuis le 15 juin 2010. Toutes ces maisons ont été construites grâce au financement de l’Agence française du développement (AFD) et sont gérées par la mairie centrale.

Créées dans le but de faire la promotion de la culture, d’encadrer, d’orienter et de favoriser l’épanouissement de la jeunesse, ces maisons font également un parcours citoyen de six mois qui permet de travailler avec les jeunes sur trente-six thématiques qui sont entre autres : le code de la route, la citoyenneté, le danger de l’alcoolisme, l’orientation universitaire et professionnelle.

Ces maisons dédiées aux jeunes servent également d’espaces de création de jeunes talents et d’apprentissage des arts martiaux. Elles constituent des véritables lieux de brassage et de découvertes culturelles pour les jeunes, voire les moins jeunes.

La bibliothèque nationale

Elle est une structure étatique, sous tutelle du ministère du Développement touristique, de la culture et de l’artisanat. La bibliothèque nationale est un centre de documentation de référence nationale. Son rôle est de faire la promotion des œuvres tchadiennes mais aussi de les exposées pour une lecture de tous.

IALTCHAD PRESSE

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse