dimanche 13 juin 2021

Gouvernement de transition : la Société Civile pas contente

Mai 04, 2021

Le gouvernement de la transition au Tchad est connu depuis le 02 mai. Pahimi Padacké Albert (PPA) est Premier ministre de la transition il y a une semaine. Il a composé un gouvernement de 40 ministres. La société civile n’est pas représentée dans ce gouvernement. Certains membres ne sont pas contents. Ils le font savoir. Reportage.

12 heures. Quartier Sabangali, 3e arrondissement de N’Djamena capitale tchadienne. Sur l’avenue rue de Corniche sur une plaque, il est écrit  Coordination des Associations, sociétés civiles et des Droits de l’Homme (CASCIDHO). Mahamat Digadjimbaye, Coordonnateur de la CASCIDHO nous accueille. Nous échangeons la composition du gouvernement de la transition. D’entrée de jeu, M. Mahamat Digadjimbaye affirme que la CASCIDHO  a pris acte de la mise en place du Conseil Militaire de la Transition (CMT). Selon lui, c’est une réalité qui est là et il faut faire avec. La CASCIDHO regrette que la société civile ne figure pas dans ce gouvernement de transition. Au départ, dit-il, il a été question d’une mise en place d’un gouvernement de large ouverture, impliquant la société civile, les acteurs politiques comme souhaité par toutes les forces vivent et également par la communauté internationale. «Malheureusement, ce gouvernement n’est composé que des acteurs politiques», dit-il. D’après lui, ce gouvernement n’est pas inclusif. Malheureusement, poursuit-il, la société civile est exclue. Le Coordonnateur de la CASCIDHO attire l’attention du CMT sur cette omission. Monsieur Mahamat Digadjimbaye soutient que c’est un mauvais départ et s’indigne, « les mêmes causes produisent les mêmes effets ».

Selon le coordonnateur, il est important de trouver une solution à ce problème dans une transition pacifique, apaisée et inclusive. Car, insiste-t-il, la société civile aujourd’hui ne se reconnaît pas dans ce gouvernement. « La société civile n’a même pas été consultée pour des échanges francs et sérieux. C’est en toute sincérité un faux départ, il faudrait que les autorités de la transition essaient de recadrer cela », rajoute-t-il. Pour lui, la politique d’exclusion a été toujours à la base de tous les maux au Tchad. D’après lui, si tout le monde accepte d’accompagner la transition, il faut impliquer tout le monde dans les organes de transition.

Nous demandons Mahamat Digadjimbaye : est-ce que la délégation de l’Union Africaine a déjà rencontré la société civile ? Il nous répond que c’est prévu pour le 4. Selon lui, ce gouvernement aurait dû attendre la fin de la mission de la délégation de l’UA. L’UA, dit-il, veut une transition apaisée, participative et inclusive. «Aujourd’hui, la société civile joue un rôle déterminant de même que les acteurs politiques. Elle ne quémande pas une place dans la transition, mais dans la transition on a notre place et notre mot à dire », martèle Mahamat Digadjimbaye.

Ben Saïd est secrétaire général de la Confédération des travailleurs du Tchad(CLTT). Pour lui, le gouvernement d’hier est composé que des partis politiques, la société civile ne fait pas partie. En principe, indique-t-il, dans ce gouvernement, il est prévu une large ouverture donc tout le monde doit s’y retrouver. « À mon avis, c’est peut-être très tôt de réagir et dire qu’il y a un échec, mais la formation du gouvernement de la transition interroge sans la participation de la société civile ». Selon lui, la Charte de transition prévoit une large ouverture de concertation et la société civile est une frange importe de la population qui ne devrait pas être exclue. Les erreurs commencent déjà à se faire remarquer dans la transition, affirme-t-il. D’après le syndicaliste, il faut corriger ces erreurs dans les prochaines formations des autres organes de transition afin qu’il n’y ait pas des mécontents et aller en avant. «Il faut qu’on construise un vrai Tchad réconcilié avec tous ses filles et fils».

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse