samedi 25 septembre 2021

Entre préparatifs de fin de ramadan et levée du couvre-feu

Mai 03, 2021

La fête de fin de ramadan arrive à grands pas. Le couvre-feu suite à la mort du président Idriss Deby qui a impacté négativement beaucoup d'activités économiques vient d’être levé. Ialtchad Presse a fait le tour chez les commerçants du marché. Et chez quelques gérants des bars et restaurants. Reportage.

11h. Quartier Paris-Congo dans le 6e arrondissement de la ville de N’Djamena, capitale du Tchad. À l'entrée d’un bar, une poignée de clients discutent dans une ambiance bon enfant. Quelques bouteilles de bière traînent sur la table. À l'intérieur de la pièce, un jeune homme a l'air de s’ennuyer. Il est assis, un cahier est devant lui sur la table, c’est NGUYAMBAYE Désiré. Il est gérant. Il dresse la situation du marché de ces derniers jours, « avant, à la fin du mois, nous vendons minimum 10 casiers par jour. Maintenant, même écouler la moitié est presque impossible. Dieu merci, le couvre-feu est levé, on espère que ça va redémarrer ». Certains bars sont vides. Pas de clients, les servants sont rivés sur les écrans pour chasser l'ennui.

À l’autre bout de la ville, au quartier Repos 2. Il y a « DERNIÈRE HEURE », nom d’un restaurant du 5e arrondissement de la ville. À l’entrée, un jeune garçon fait le ménage. On l’interroge. Il nous renvoie vers IZADINE Cherif,  le responsable du restaurant. Selon ce dernier, c'est la nuit que les clients viennent se restaurer, « mais ces temps le ramadan couplé à la mort du président et le couvre-feu, la fréquentation a drastiquement baissé. Inchallah avec la levée du couvre-feu, tout va redevenir normal », dit-il.

Plus loin, plusieurs cafétérias sont fermées. Quelques rares sont ouverts. C'est le cas de celles qui bordent le mur derrière le Lycée Félix Éboué. Un des tenanciers nous confie nonchalamment qu'il a ouvert pour certains étudiants qui ne font pas le ramadan, « je devais rester fermé. Pas assez de clients. Ça ne tient pas. »

Du marché central au marché de Dembé en passant par celui de Diguel, et le marché a AL-AFIA communément appelé Souk-Choleras, les premières effervescences se font sentir. Hommes, femmes, et jeunes se bousculent dans les allées faisant des emplettes se préparant à la fête de fin de ramadan. À l'entrée du marché central, Mahamat Mama est vendeur des habits prêts-à-porter, « les chiffres d’affaires de cette année seront en baisse. Cela est dû au corona virus, au ramadan et au couvre-feu. L'année dernière pendant le ramadan j’avais une recette de minimum 100 000 francs CFA par jours. Cette année je n’ai même pas 50 000 » , se lamente le vendeur.

Sur la place de marchés, plusieurs clients se plaignent du prix élevé des produits. Mariam Annour, ménagère discute le prix d'un habille et affirme, « il n'y a pas d'argent cette année. Les prix des produits sont hors de nos bourses ».

Quelques mètres plus loin chez les couturiers appelés « tailleurs ». Ils soutiennent que les clients n'affluent pas comme par les années passées. « L'année passée, a l'approche de la fête, nous passons nos nuits à l'atelier tellement qu’il y avait du boulot pour tous », regrette-t-il.

Adam Oumar Adam
Togyanouba Santanan

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse