samedi 25 septembre 2021

Journée mondiale de la presse, état de la presse tchadienne

Mai 03, 2021

« L’information comme bien public », c’est le thème de la journée mondiale de la presse ce 3 mai. C’est l’occasion pour l’Union des journalistes tchadiens (UJT) et le patronat de la presse tchadienne (PPT) de faire un état des lieux sur les conditions d’exercice du métier de journaliste au Tchad.   

Pour le président de l’Union des journalistes tchadiens (UJT), Abbas Mahamaoud Tahir, le choix du thème de la commémoration de cette année est  lié à l’événement. Cette 28e édition de la journée mondiale de la liberté de presse coïncide avec le 30e anniversaire de la déclaration de Windhoek, appel qui a permis l’institutionnalisation, en 1993, de cette journée mondiale de la liberté de la presse (JMLP). Le but : célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évaluer la liberté de la presse à travers le monde, défendre l'indépendance des médias et rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l'exercice de leur profession. D’après lui, dans le contexte tchadien, cette 28e  année de la JMLP correspond également aux 30 ans de démocratisation en cours de consolidation et qui sert de creuser au pluralisme et à la libre expression. Pour cette année, selon le président de l’UJT, les festivités marquant cette journée ne peuvent se tenir compte tenu du deuil national de 14 jours en hommage au feu Maréchal Idriss Deby Itno, président de la République. Mais elles seront organisées en différé, rassure Juda Allahondoum, président du PPT.

Au sujet de l’état actuel de la presse tchadienne, le président du Patronat de la presse tchadienne, Juda Allahondoum, souligne que les signaux ne sont pas encourageants.  « Nous n’occupons pas une bonne place dans le classement de Reporter Sans Frontière. 123 sur 180. Nous faisons partie des pays où la liberté de presse est en danger. Il y a trop de pressions sur la presse privée », dit-il. Toutefois, le président du PPT reconnaît que des efforts sont faits. « Néanmoins, il faut noter qu’à l’heure actuelle, aucun journaliste n’est en prison, aucun organe n’est sanctionné pour de manquements professionnels. C’est déjà quelque chose de positif ».

Pour les difficultés que rencontrent les organes de presse et les journalistes, le président du PPT souligne que les défis majeurs restent l’accès aux sources d’information officielles. « De nombreuses personnalités fuient la presse privée pour la simple raison qu’elles craignent de perdre leur  poste. Difficile pour les journalistes tchadiens de faire de l’investigation », affirme Juda Allahondoum.

Le président du PPT reconnaît qu’il y a un véritable problème de viabilité des organes de presse. « Aujourd’hui, le marché de la publicité est trop restreint, ce qui ne permet pas aux entreprises de presse de faire de recettes pour assurer leur  fonctionnement. Ce qui conduit à des actes contraires à l’éthique et à la déontologie quand ces organes veulent coûte que coûte vivre », fait-il remarquer.  L’UJT et le PPT notent que les journalistes ont des difficultés sur le terrain du fait des forces de l’ordre. « Les journalistes qui, quelquefois, subissent de bastonnades comme lors des manifestations et du couvre-feu imposées par les forces de l’ordre et de sécurité. Cette attitude sape le moral des jeunes reporters », rapporte Juda Allahondoum.

Pour pallier à ces difficultés et favoriser un climat à l’exercice du métier de journaliste, le PPT propose que « la subvention aux médias soit inscrite dans le budget de l’État et définir clairement les conditions d’accès, favoriser l’accès aux sources d’informations aux journalistes et adopter une loi sur la publicité pour contraindre les multinationales à faire régulièrement les annonces et les publicités dans les journaux. »

Depuis le 20 avril, le Tchad est dans un régime militaire avec la création du Conseil militaire de transition (CMT) après le décès du président Deby. Bien que des régimes militaires soient à craindre, le PPT estime qu’il est encore très tôt de tirer des conclusions. « Jusqu’à preuve de contraire il n’y a pas encore des abus à signaler en dehors de nos confrères arrêtés lors de la marche du 27 avril, mais qui sont remis en liberté après nos interventions auprès des responsables de la police », affirme Juda Allahondoum. Il exhorte le CMT et les autorités de la transition d’impliquer  la presse dans toutes leurs initiatives.

Rappelons que le 3 mai de chaque année, la Communauté internationale, sous l’égide de la Commission des Nations-Unies pour la Science, l’Éducation et la Culture (UNESCO), célèbre la liberté de presse à travers le monde. Cette journée est instituée en 1993. Donc la 28e édition.

Allarassem Djimrangar

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse