samedi 12 juin 2021

Yaya Dillo de retour à N’Djaména

Mai 01, 2021

En cavale depuis l’attaque de son domicile en février, l’opposant Yaya Dillo est de retour à N’Djamena. Reportage.

C’est un Yaya Dillo égal à lui-même qui signe son retour sur la scène politique tchadienne. Boubou blanc, turban immaculé et bien enroulé, l’opposant signe sa première sortie publique, en plein capitale, N’Djamena. Il y a près de deux mois, cet opposant au régime de Deby était contraint de vivre caché. En février, alors qu’il s’est déclaré candidat à la présidentielle d’avril, son domicile a été assiégé par une unité de l’armée pour rébellion. Ses événements ont fait cinq morts parmi lesquels sa mère.

Devant un parterre de journalistes convié à son domicile ce vendredi 30 avril, Yaya Dillo a commenté l’actualité phare du moment : la transition militaire. Droit dans ses bottes contre d’habitude. Sans langue de bois, l’opposant a mis en garde les nouvelles autorités sur des éventuelles erreurs qu’elles seraient amenées à commettre. « Il sera inadmissible que les nouvelles autorités reprennent l’ancien système dans son intégralité avec les mêmes hommes avec même les méthodes », a-t-il déclaré. Pour lui, la junte militaire qui a pris le pouvoir après le décès du président Deby doit « définitivement tourner la page. » Car, dit-il, le problème avec l’ancien régime se résume à la mal gouvernance politique, économique et sociale.

Sur la controverse autour du Conseil Militaire de Transition (CMT), l’ancien rebelle a donné sa position. Il n’est pas contre la dissolution du CMT. « Nous ne pouvons pas exiger le retour à l’ordre constitutionnel. C’est comme demander le maintien de l’ancien système », a-t-il justifié. Mais il est catégorique sur la durée de la transition.  « Nous exigeons une transition inclusive, dans le respect du délai que la junte s’est accordée pour ne pas que le pays sombre dans une forme de gouvernance qui n’est pas légale », somme-t-il.

Pour finir, Yaya Dillo exige un dialogue inclusif. Ce dialogue, dit-il, va permettre de lancer un processus réellement démocratique pour permettre au Tchad de jeter les bases essentielles d’un État de droit et de mettre en place des institutions fortes. Pour y parvenir, l’opposant rappelle encore aux autorités de la transition d’éviter de commettre des erreurs du passé. « Je crois que les nouvelles autorités auront beaucoup de difficultés si elles adoptent des anciennes approches de dialogue parce qu’ultérieurement on a connu plusieurs types de dialogue qui n’ont jamais abouti à quelque chose de concret », relève-t-il.

Le candidat du Front nouveau pour le Changement (FNC) n’a pas manqué de demander aux autorités de ne pas seulement s’atteler sur la problématique de la sécurité mais se penser également sur la question de l’économie et du social. 

Christian Allahadjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse