Print this page

L’armée et les rebelles s’affrontent de nouveau

Avr 30, 2021

Des combats mettant aux prises l’armée tchadienne et les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) ont repris depuis mardi au nord Kanem.

L’armée tchadienne et les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) s’affrontent de nouveau dans le nord Kanem depuis mardi 27 avril. Les combats continuent encore dans la journée de jeudi.

Il y a quatre jours, la junte militaire au pouvoir a annoncé son refus de négocier avec ces rebelles les qualifiant de « hors-la-loi » et les accusant de terrorisme. Pourtant ceux-ci étaient prêts à un cessez-le-feu pour dialoguer.

Selon les nouvelles autorités de N’Djamena, ces « terroristes », acculés par la force de frappe de l’armée, se sont réfugiés au Niger avec leur chef Mahamat Mahdi Ali en vue de se reconstituer. Pour les anéantir, N’Djamena a demandé la coopération militaire de Niamey. Le 26 avril, les autorités nigériennes qui ont chassé ces « hors-la-loi » de leur territoire.

Selon nos informations, les éléments du Fact se sont redirigés vers le Kanem et éparpillés le long de la frontière. L’armée tchadienne est entrée en action. Des opérations terre et ciel sont lancées depuis mardi 27 avril. Jusque-là, l’armée n’a pas communiqué sur ces opérations.

Dans un communiqué publié ce jeudi 29 avril, le chargé de communication du groupe rebelle indique l’armée tchadienne évite des affrontements terrestres au profit des bombardements aériens. Il annonce par la même occasion qu’un hélicoptère de l’armée a été abattu ce 29 avril grâce à leur système de défense antiaérien. Selon Rfi, l’information a été confirmée par des sources sécuritaires tchadiennes. Pour le groupe rebelle,  la France aide l’armée tchadienne avec des vols de reconnaissance. Pour cette raison, il menace d’abattre désormais tout aéronef qui survolera leur position. 

Il faut le rappeler, les incursions des rebelles du Fact sur le territoire tchadien ont commencé le 11 avril, le jour de l’élection présidentielle. Ils ont progressé rapidement pour atteindre le nord Kanem. Le 17 avril, l’armée détruit totalement la logistique des rebelles. Le lendemain, l’armée lance de nouveau l’offensive et annonce avoir mis en déroute les rebelles. Le chef rebelle a reconnu avoir opéré un repli. Le 19 avril, les rebelles lancent une contre-offensive surprise au cours de laquelle le président de la République Idriss Deby Itno est tué. Dès lors, les nouvelles autorités de N’Djamena ont promis en découdre avec ceux qui ont ôté la vie à leur Maréchal chef suprême des armées Idriss Deby Itno.