mardi 28 septembre 2021

Les N’Djamenois sont inquiets

Avr 23, 2021

Depuis l’annonce du décès du président tchadien Idriss Deby Itno de suite de ses blessures, l'angoisse a gagné la capitale tchadienne. 72 heures après, les N’Djamenois vivent toujours avec l’inquiétude d’une brusque escalade militaire. Reportage.

Jeudi 22 avril, voilà 72 heures que le président tchadien Idriss Deby Itno est mort, de suite des blessures reçues au champ de combat. Le 20 avril, lorsque la nouvelle de sa mort s’est répandue, la psychose s’est emparée de N’Djamena, la capitale. Dans la foulée, marchés, écoles, alimentations, stations-service, administration etc. ont fermé. La ville ressemblait à une ville fantôme. Trois jours après, N’Djamena tente de reprendre vie. Mais la peur est toujours présente dans les esprits de ces habitants malgré l’assurance des autorités de transition.

9h du matin. Avenue Charles De Gaule jusqu’au rond-point du marché de Dembé, la circulation est fluide. Tout comme sur l’avenue Jacques Nadingar jusqu’à l’avenue Mobutu. Pas de bousculade. Peu d’embouteillage. Quelques commerces sont ouverts. Le transport en commun reprend. Les marchés sont encore moins peuplés. L’inquiétude est encore lisible sur les visages. L’après maréchal et les circonstances de sa mort sont au centre de toutes les discussions.

Deudibé Martin est moto taximan. Il n’a connu que Deby comme président. La mort de celui l’a attristé : « Je suis surpris et déçu. Je suis vraiment choqué. » Pour beaucoup de N’Djamenois, le décès du président Deby est un coup dur. « C’est trop dur à supporter puisqu’il a été pour beaucoup pour notre pays », dit Dieudonné, élève en classe de 1ère. D’autres font leur deuil. « En tant que Tchadien, je suis en deuil », déclare Allasra Smarty, gérant d’une boutique à Moursal.

La question qui préoccupe les N’Djamenois est la sécurité. La situation politico-militaire les plonge dans une incertitude. Entre la menace des rebelles de marcher sur N’Djamena, les rumeurs sur les réseaux sociaux et la succession du président les N’Djamenois sont perdus. Par mesure de prudence, des écoles privées et publiques et certains commerces sont restés toujours fermés malgré l’appel de la commune de N’Djamena à la reprise des activités. « La situation est encore incertaine. Si  les boutiques sont restées toujours fermée, c’est par prudence », dit un jeune.

A l’université de N’Djamena, les cours continuent. Très peu d’étudiants ont répondu présents ce jeudi dans les différentes facultés d’Ardep-djoumbal. Trois d’entre eux expliquent cette absence par la peur. « Ce jour du 20 avril, nous avons paniqué. Il y avait une peur terrible », se souvient cet étudiant en Sciences de l’éducation. L’inquiétude, toujours présente, empêche les autres étudiants de se rendre dans leurs facultés. « Nous n’étions pas 100 étudiants alors que nous sommes presque 1 000 », a-t-il constaté.

La succession du président fait jaser. A sa mort, un groupe de généraux s’est emparé du pouvoir en mettant en place un Comité militaire de transition avec à sa tête le fils du défunt président.  « Je suis inquiet compte tenu de la succession qui commence par poser problème », déclare Deudibé Martin. Son avis est partagé par Allas ra Smarty qui explique que le défunt président Idriss Deby Itno n’a pas pensé à préparer sa succession. Et cela, dit-il, va rendre difficile la transition.

Et là déjà des voix se lèvent pour contester la mise en place de ce conseil militaire de transition dirigé par Mahamat Idriss Deby. Société civile et partis de l’opposition dénoncent un coup d’Etat. La population, elle, n’a point confiance, « avec les militaires, il n’y a pas de confiance. On ne sait jamais avec eux », insiste Bienvenue Tog-yanuba, rencontré au marché central. Certaines accusent le président du CMT de manœuvres dilatoires pour s’accrocher au pouvoir. « Avec son père, c’était ainsi au début. La suite nous la connaissons. Et là lui aussi veut reprendre le même manège », s’insurge Allasra Smarty. D’autres ne souhaitent que la paix que ce soit avec une transition militaire ou civile. «Tout ce qu’on veut, c’est la paix. Celle-ci nous permettra de vaquer normalement à nos occupations et assurer notre survie. Nous sommes en Ramadan, un mois saint, nous orientons plus nos pétitions auprès d’Allah pour la paix au Tchad», confie un anonyme.

Christian Allahadjim
Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse