samedi 25 septembre 2021

Pahimi Padacké Albert (PPA), l’astucieux candidat

Mar 21, 2021

Longtemps sous l’ombre du son leader et mentor Dr Nouredine Delwa Kassiré Koumakoï, président de VIVA RNDP, Pahimi Padacké Albert a cassé la baraque pour tracer son chemin. Il a créé son parti RNDP-Le Réveil depuis il a fait sa place sur la scène politique et en étant plusieurs fois ministre et une fois Premier ministre. Il est candidat à la présidentielle d’avril 2021. Portrait de cet homme politique astucieux.

Le destin est métaphysique mais il peut aussi être également forgé. Pahimi Padacké Albert natif de Gouin, sous-Préfecture de Torrock ne s’est jamais imaginé faire de la politique. Il l’a rencontré à l’Université du Tchad grâce à un patriarche politique, Dr Delwa Kassiré Koumakoî. « Il nous enseignait le droit public. Une matière à l’épreuve orale. Il m’a très vite remarqué parce que je lui posais toujours de questions pertinentes ».

 « Un jour il, (Kassiré) a demandé de me voir. Je suis rendu à son domicile. Dans notre conversation, il me fait savoir que je suis son petit frère. Donc je dois le fréquenter à chaque fois, ». Raconte Padacké.

En 1990, le régime dictatorial du Président Hissène Habré tombe. L’ère nouvelle sonne, c’est la démocratie portée par le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) d’Idriss Deby. Dr Kassiré koumakoï, ministre de Habré à l’époque, trouve refuge à l’extérieur du pays. Le jeune Pahimi garda le domicile de koumakoï avec un de ses neveux. « Kassiré de retour me demande d’élaborer un projet de règlement intérieur et un statut pour créer un parti politique. Il me demande ensuite de préparer une assemblée générale», relate Pahimi.  Jeune diplômé sans expérience avec toute une panoplie d’idées derrières la tête, dit : « Je vais vous aider, mais je ne veux pas faire la politique. » Grande surprise, Pahimi Padacké Albert figure sur la liste des membres fondateurs et du Bureau exécutif.

La nouvelle vie de Pahimi commence. Elle est envahissante. Toujours sans conviction, il revient vers Dr Kassiré et lui dit : « cette vie ne m’intéresse pas la politique ». Son mentor lui répond, « met toi au travail ». Un an plus tard, le laborieux Pahimi est nommé secrétaire exécutif national de la formation politique Rassemblement National pour la Démocratie et le Progrès (VIVA-RNDP).  

En 1996, lors des présidentielles, le président fondateur du VIVA-RNDP Dr Kassiré Koumakoï est arrêté par le régime MPS. Pahimi porte le parti sur ses épaules. « J’ai fait passer sa candidature pendant qu’il était en prison. J’ai battu campagne comme directeur et comme candidat », explique-t-il. M. Pahimi n’avait que 29 ans, à l’époque. Il est vite baptisé « le Mandela tchadien » grâce à ses discours touchants.

Kassiré sort de la prison la même année. Il désigne la mauvaise organisation des campagnes suite à un accident sur la route de Pala, Léré occasionnant la mort de 4 membres importants de VIVA RNDP. Frustré, Pahimi démissionne du VIVA-RNDP et crée  le parti Rassemblement National des Démocrates Tchadiens (RNDT-le Réveil) le 11 septembre 1996.

Il a désormais son destin politique entre les mains. Il est déterminé a montré à son mentor de quoi il est capable. Vite il attire les regards sur lui. Il entre en 1994 dans le gouvernement. La politique lui réussit bien. Du 13 février 2016 au 04 mars 2018, il devient Premier Ministre. C’est la consécration du petit garçon de Gouin

Il est le dernier premier ministre du président Deby Itno. Pahimi se consacre à plein temps à son parti, surnommé le parti du Cop Blanc. « Je ne peux rester indifférent face à la situation actuelle que travers le Tchad. » Pour lui, les élections de 2021 se déroulent dans un contexte difficile. Il fait allusion à l’attaque du domicile de l’opposant Yaya Dillo et à la mort de sa maman, une vielle maman de 80 ans. « Le RNDT analyse avec beaucoup de critique la situation du pays aujourd’hui, » dit-il.  D’après le président de RNDT, s’abstenir, retirer sa candidature ou boycotté ces élections, c’est accepté de voire la population Tchadienne dans la souffrance.

D’après lui, le boycott ne résout pas la demande du peuple tchadien. « Le peuple veut un changement, une alternance pacifique au sommet de l’État. Le RNDT part aux élections pour renverser le régime MPS », conclu Pahimi Padacké avec assurance.

L’ancien Premier ministre a fait ses études primaires et secondaires dans son village de Gouin. Puis il obtint son baccalauréat série A4 au Lycée Joseph Brahim Séid de Pala. Admis à l’Université du Tchad, Faculté de Droit, il décrocha sa licence en Droit et Technique Juridique en 1990 et une maitrise en droit public l’année suivante.

Djilel-tong Djimrangué

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse