samedi 25 septembre 2021

Hissène Mahamoud, l’ambassadeur de la gastronomie tchadienne

Fév 19, 2021

Ses débuts n’ont pas été faciles, mais il s’est accroché comme une teigne à son métier de gastronome. Il n’a pour le moment qu’un rêve : devenir l’ambassadeur de la gastronomie tchadienne. Portrait de ce chef cuisinier et pâtissier franco-tchadien, Hissène Mahamoud.

Il devrait enseigner les Lettres modernes. Mais il a tout laissé tomber pour se consacrer à sa passion l’art culinaire et la pâtisserie.

Né à Faya dans l’extrême nord du Tchad, Hissène Mahamoud est un amoureux de la cuisine depuis sa tendre enfance. Il ne pouvait pas parler de cette passion au vu et au su de tout le monde. Les préjugés sociaux et communautaires ne l’y autorisent pas. Dans le Tchad conservateur, la cuisine est réservée aux femmes.

Comme plusieurs jeunes, sa vie se partageait entre les études, sa ville natale Faya et la capitale, N’Djamena. Après son baccalauréat, Hissène Mahamoud s’est envolé pour l’Algérie. Il fait des études en Lettres modernes. À la fin de son cycle licence en 2007, le passionné de la cuisine immigre en France. Au pays du général De Gaulle Hissène échange de chemin. Il abandonne les Lettres modernes pour la gastronomie. « C’est le destin. Ce n’est pas ce que la famille attendait de moi, mais le destin en a décidé autrement. »

Début difficile

« Au début, je me cachais sous pseudonyme sur les réseaux sociaux pour faire mon métier », raconte Hissène Mahamoud. Les raisons, explique Hissène, sont les préjugés et la coutume du pays qui le pourchassait. Il vivait dans le déni et reniement de lui-même. « Chez nous au Tchad et précisément dans ma communauté c’était difficile de s’exprimer », dit-il presque la larme à l’œil. Mais la passion a fini par vaincre. Il a décidé de s’assumer et de s’afficher. « Un jour je me suis dit à moi-même : c’est un métier, je ne vole personne. Je vais le faire en public. Et le déclic est parti. Je me suis affiché avec mon propre nom de famille. Depuis lors, je suis le plus heureux des hommes ».

Son salut, il le doit à l’immigration et à son pays d’accueil, la France. Loin de sa famille et des pesanteurs sociocommunautaires, il s’est lancé à corps perdu dans ce métier qu’il aime tant. Et aujourd’hui, il est chef cuisinier et pâtissier installé en France. Il en est fier. Et sa famille aussi. « Ma mère est comblée ».

Des ambitions

Cela fait 12 ans qu’Hissène Mahamoud exerce son métier de cuisinier-pâtissier. En janvier 2021, il a organisé pour la troisième fois le Master class dénommée « journée gourmande » où des mets tchadiens sont en honneur. Mais le chef Hissène rêve grand. Il a un projet. Il veut créer une École de cuisine pour former des jeunes dans l’art culinaire. Et valoriser la gastronomie tchadienne dans le monde. Car, dit-il, cela manque au Tchad. Ce qu’il souhaite vraiment est que le ministère de la Culture valorise la gastronomie tchadienne à travers un festival à l’exemple du festival Dary. « Le Tchad est riche en la matière. Nous devrons créer un festival interprovincial », suggère-t-il. Aussi, il souhaiterait avoir le soutien du ministère. « Moi je me transforme déjà en ambassadeur de la gastronomie tchadienne dans le monde. Il faut que le ministère m’épaule dans cette tâche ». Il dit être prêt à revenir s’installer au bled pour transmettre son savoir-faire. Quand ? « Je reviendrai, inchallah », dit Hissein, dans un large sourire. Il est heureux, l’ambassadeur.

Christian Allahadjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse