samedi 25 septembre 2021

Musée National, grenier du passé tchadien

Fév 16, 2021

Le Tchad dispose d’un musée national. Il y a de nombreux objets qui retracent l’histoire et la culture du pays. Pour mieux connaître cette prestigieuse institution culturelle, Ialtchad Presse vous amène à sa découverte. Reportage.

N’Djamena, capitale tchadienne. Quartier Am-riguébé, au 5e arrondissement. En face du Palais du 15-janvier se dresse depuis le 28 novembre 2010, le siège du Musée National tchadien. Création : le 06 octobre 1962, « c’est le creuset de l’histoire et de la culture tchadienne, mais aussi de l’humanité », dit M. Adoum Gariam Philippe, directeur national du musée. Il dispose des annexes à Sarh et à Abéché. Avant cette bâtisse, le musée était logé dans un bâtiment colonial, construit en 1911. C’était l’ancien bureau du Gouverneur de l’Afrique Equatoriale Française (AEF). Le musée est géré selon la loi du 24 mars 2011 qui l’érige en établissement public à caractère administratif doté de personnalité morale et disposant d’une autonomie financière.

Selon le Directeur, la gouvernance du musée est le résultat des institutions fusionnées. Il s’agit de l’ordonnance, du 15 septembre 2016, créant la Maison des Patrimoines culturels du Tchad (MPCT). Cette maison affirme-t-il, est composée de la Direction de la Bibliothèque Nationale, de la Direction du Bureau tchadien du Droit d’Auteur, de la Direction du Centre National de Lecture publique et d’Animation Culturelle et la Direction de la Diffusion et de la Communication. Le musée a 3 services, « le Service administratif, le Service de l’Animation des Expositions et des Actions éducatives puis le Service de la Conservation et de la Recherche ».

Adoum Gariam Philippe explique qu’un musée comme celui du Tchad est une institution publique à but non lucratif au service public de la société. Pour lui, le musée est utile pour la recherche, les études, l’éducation et le tourisme. « La politique d’un musée consiste à protéger les œuvres patrimoniales, mais aussi, à les enrichir et à les diffuser dans le cadre d'une politique culturelle adaptée aux besoins », dit-il. C’est ainsi, précise-t-il, que le Musée National a toujours comme priorité l’accessibilité du public le plus large pour un égal accès de tous à l’éducation et à la culture. Enfin le musée a des difficultés comme « pas suffisamment des bureaux pour le personnel, pas de guides anglophones, pas assez de matériels, les finances sont à sec à cause de la conjoncture économique, etc. »

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse