dimanche 26 septembre 2021

Le marché Dubaï est démoli

Fév 13, 2021

Situé derrière la Direction Générale de l’agence Tigo Tchad sur l’avenue Charles de Gaulle, le marché communément appelé « marché Dubaï » est démoli par la mairie centrale. Reportage.  

Les habitués du marché « Dubaï » ou « Wall Street » situé en face de la direction des ressources humaines du ministère de l’Éducation ne peuvent plus aller faire des affaires. Ce petit marché de vente des téléphones de seconde main ou neufs est démoli.

Vendredi 15h 00 sonnante. L’ambiance au marché « Wall Street ou encore Dubaï » n’est pas habituelle. Les clients déambulant et discutant les prix sont remplacés par des tractopelles, des bennes, des agents de la police municipale et des militaires. Ils sont partout. Et c’est depuis la matinée. Au coup des tractopelles, des hangars, kiosques et boutiques sont balayés, mâchés, écrasés comme du papier. Les commerçants sauvent ce qu’ils peuvent. Les vendeurs à la sauvette continuent de faire leurs affaires comme si de rien n’était.

Selon Mahamat Saleh Hissein Lamine, directeur de l'Urbanisme, de l'Aménagement et du Transport urbain de la mairie de N’Djamena, cet espace est une suite logique de la voie publique. Et c’est depuis 2016 que l’État demande à ces commerçants de quitter les lieux occupés anarchiquement, d’après ses explications. « Ils sont venus s’installer anarchiquement sur la voie publique et en faire un marché, » dit-il. D’après lui, dans n’importe lequel des pays du monde, il y a différentes zones appropriées octroyées par les pouvoirs publics. « Ici, c’est une zone administrative de services publics. C’est inacceptable d’occuper cet espace pour le commerce. Il y a différents services publics : la direction des ressources humaines, le ministère des Postes et des télécommunications, et les consulats », explique Mahamat Saleh Hissein Lamine.

Plusieurs ultimatums non respectés

Pour le directeur de l’Urbanisme de la mairie de N’Djamena, ce déguerpissement n’est pas une surprise. « Une équipe était passée il y a deux mois avertir les commerçants. La mairie a octroyé un nouveau site au quartier Klémat pour les relocaliser. Ils ont donné leur accord de principe pour quitter ». 

Ramadane, un jeune homme nous prend pour des clients. « J’ai des téléphones de bonne qualité à bon prix », nous dit-il avant de répondre à nos questions. Selon lui, certes la mairie était passée il y a presque deux mois pour demander de quitter les lieux, mais le nouveau site ne convient pas aux commerçants. « On ne sait où aller maintenant. Ils nous ont donné un terrain au quartier Klémat, mais c’est le terrain d’un particulier », dit-il.

De l’autre côté de la rue, Abdoulaye, un boutiquier s’est installé à même le sol étalant ses téléphones. Lui également reconnaît que la mairie leur a donné un préavis. « Oui au mois de mars lors du premier confinement, ils étaient venus nous donner un délai de 48h pour quitter les lieux, mais nous n'avons pas respecté le délai, » explique-t-il. Comme Ramadane, il se plaint du nouveau site. « Ils nous ont montré un lieu à Klémat pour s’y installer, mais malheureusement, ce lieu n'est pas pour l'État c’est pour un particulier et il a refusé qu’on l’occupe. Où irons-nous ? » S’interroge-t-il.

Quelques heures plus tard, la tension entre les déguerpis et les forces de l’ordre est montée d’un cran. Il a fallu faire usage des gaz lacrymogènes pour disperser les mécontents.

Djilel-tong Djimrangué
Orthom L’Or

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse