dimanche 26 septembre 2021

Association DONAMA, « le Cancer n’est pas une malédiction »

Fév 13, 2021

Le cancer est la cause de beaucoup des décès au monde. Au Tchad, des organisations comme l’Association DONAMA, sont dans la lutte contre cette maladie depuis 5 ans. Ialtchad Presse est allé à la découverte de cette association. Reportage.

N’Djamena 10h. Quartier Bololo. Sur une grande porte d’une maison banale, sur une petite plaque est placardée sur le mur. Il y est écrit Association DONAMA avec cette expression « Donnons-nous la main ». C’est le siège de DONAMA. Il n’y pas eu d’activités commémoratives lors de la journée mondiale de lutte contre le cancer. Mais cela n’entame en rien la raison d’être et la vision de DONAMA dans son engagement de lutter contre le cancer, dit Samira Alkhalil Mahamat, présidente de l’association. Selon elle, le 04 février dernier le monde s’est arrêté pour marquer la lutte contre le cancer. « DONAMA est créée en 2014. Nous travaillons avec des moyens limités. Mais on doit commencer à sensibiliser le public sur cette maladie », explique la présidente.

Pour elle, le cancer est une maladie comme tant d’autres. En respectant certaines règles, 41% des cancers sont évitables. Notre objectif, poursuit-elle, est de donner de bonnes informations par des personnes référencées. Elle affirme son association est accompagnée par des médecins dans cette lutte. « Cette année avec la Covid-19 depuis 2020, toutes nos activités sont presque gelées. Nous faisons de la sensibilisation de masse, mais avec les restrictions dues aux coronavirus, nos actions sont limitées. Nous avons changé de stratégie. Nous utilisons les médias audiovisuels », dit Mme Samira Alkhalil Mahamat. Aussi, elle souligne qu’aujourd’hui avec les réseaux sociaux et l’Internet c’est plus facile, même si beaucoup de Tchadiens n’en ont pas accès. « Stratégiquement nous faisons des émissions interactives, de bouche à oreille en échangeant avec les femmes dans les tontines ». Pourquoi les femmes ? « Parce qu’au Tchad ce sont les femmes qui sont les plus touchées. Et la plupart ne sont pas instruites. Donc les rencontres dans les quartiers sont très efficaces. Elles sont à l’aise. Elles posent leurs questions. Et on leur donne des orientations ». Pour les dépistages, la présidente de DONAMA note qu’après conseils, les malades sont orientés vers les médecins gynécologues. Par exemple dit-elle, le cancer du col de l’utérus est dépistable, celui du sein aussi. « Nous faisons les dépistages de masse à l’hôpital Mère et Enfant ».

« Le hic du cancer au Tchad, c’est le traitement »

Samira Alkhalil Mahamat affirme qu’au Tchad, il n’y a pas encore des plateaux de prise en charge. Grâce à la sensibilisation de son association, toujours selon elle, le ministère de la Santé publique réfléchi sur l’ensemble de la question de cette maladie, « très récemment il y a eu une signature de convention pour la construction d’un centre de prise en charge du cancer. Il y a au Tchad, une seule unité de traitement du cancer à l’hôpital de la Renaissance. Cette unité manque de matériels et de personnel, mais c’est un début encourageant ». Déjà dit-elle, il faut reconnaître que, la Première Dame Hinda Deby Itno a beaucoup contribué à cette lutte et la signature de la convention en est la preuve.

En plus, en 2018, il a été créé une Ligue des associations de lutte contre le cancer au Tchad. « C’est un nouvel organe. Il tâtonne encore. Ça sera plus facile pour tous de faire de plaidoyers auprès des autorités ou partenaires avec une telle organisation ».

DONAMA, affirme sa présidente, reçoit la visite d’une vingtaine de personnes par jour. « Nous travaillons parfois jusqu’à 2h du matin. Maintenant ce n’est pas pareil, on ne reçoit que 2 à 3 personnes par semaine. La faute à la Covid-19 peut-être. Le vrai problème c’est le manque d’appuis financiers. Cela handicape nos actions de sensibilisations et d’informations ». Dieu merci, poursuit-elle, nous avons signé une convention avec le ministère de tutelle depuis 3 mois et il nous accompagne dans nos activités.

Samira Alkhalil Mahamat témoigne avoir été victime du cancer. « Je sais ce que c’est. Ma lutte c’est d’avoir un centre de traitement palliatif. Au stade final, le cancer est très douloureux. C’est au-delà de ce que peut supporter un être humain », a témoigné la présidente.  Un centre palliatif, parce que « j’ai vu les gens en fin de vie et je me dis tout être humain a le droit de mourir dans la dignité », précise-t-elle d’un air passionnel.

Pour le responsable de DONAMA, le cancer n’est pas une malédiction, tout le monde peut avoir le cancer, mais on peut en guérir comme on peut en mourir. « La prévention est une arme plus redoutable contre toute maladie ». Elle conseille les Tchadiens d’éviter la sédentarité, de faire du sport, de manger équilibrer, de soigner les infections, d’être à l’écoute de leur santé et de leur corps. Selon elle, une infection mal traitée peut se développer en cancer après 5, 6 ans, 10 ou 20 ans. « Prévenir c’est la chose la plus facile et accessible à tout le monde ». DONAMA dispose aussi de la documentation qui accompagne ses actions et ses conseils prodigués aux malades et à toute la population.

Rappelons que la Journée mondiale contre le cancer est une initiative de l’Union internationale contre le cancer, organisation internationale qui rassemble plus de 1 200 organisations à travers 172 pays et dont la Fondation ARC est membre.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse