samedi 12 juin 2021

N’Djaména renoue avec les provinces

Jan 24, 2021

La ville de N’DjamÉna est désormais déconfinée suite à un décret présidentiel le 22 janvier dernier. Le transport interurbain reprend de plus belle. Une décision qui donne une bouffée d’oxygène aux agences de voyages. Elle est aussi un soulagement pour les usagers. Reportage.

C’était vendredi passé que la décision du déconfinement de la capitale tchadienne est tombée : N’Djamena est déconfinée. Ce matin dans les différentes agences de voyages tous les bus sont alignés le long de la voie du contournement de Dembé. Il n’y a pas achalandage. L’industrie peine à reprendre. Les voyageurs ont déserté. L’ambiance est calme contrairement à d’habitude. Jeudi matin, la plupart des bus des agences de voyages stationnés au-delà de 20 km de N’Djaména selon les exigences de l’ancien décret sont tous de retour en ville.

Adoum Bakadi, est gestionnaire dans une agence. Selon lui, cette décision ressemble à une écaille de poisson longtemps calée à la gorge. « C’est un soulagement pour nous et pour nos clients. Vous savez, l’interdiction de voyages interurbains a eu beaucoup de conséquences. Surtout social, les employés et leurs familles ont beaucoup souffert et l’industrie les chiffres d’affaires des agences ont chuté », confie-t-il.

Pour Adoum Bakadi, il n’y a pas des clients parce que la décision de déconfinement est encore fraîche. « Les choses vont reprendre doucement et on reprendra le rythme d’antan ». Peut-être si les travailleurs gagnent leur salaire dans les jours qui suivent, la semaine prochaine, il y aura de changement, poursuit-il. « Nous n’avons pas augmenté le prix de transport. C’est difficile encore surtout que c’est le weekend. On espère la semaine prochaine sinon les jours à venir un changement », soutient le gestionnaire. 

Ndjenom Sévérine est en visite à N’Djamena. Et la décision l’a bloqué depuis 3 semaines. « Je suis venue à N’Djamena pour acheter des produits et repartir aussitôt, mais le confinement m’a bloquée. Je m’empresse à repartir avant qu’une autre décision me bloque. La vie à N'Djaména est très dure. Je repars à Moundou, c’est le même tarif. Il n’y a pas de problème », dit-elle souriante.

Pour Abdramane Senoussi, chauffeur d’une agence à Njari, « Taacha Abéché ».  « C’était très dur pour moi. Je suis chauffeur depuis des années. Lors de la suspension des activités, j’avais des problèmes à avoir 500FCFQ en poche. Si cela devait continuer encore ça allait être la catastrophe », dit-il.

Moussa, un autre chauffeur, témoigne. « J’ai beaucoup perdu. Et ce n’est pas l’État qui va me le rembourser. Franchement cette épidémie qui vient d’où on ne sait fait des dégâts. Dieu merci, on reprend Allah ».

Adam, secrétaire général du syndicat des transporteurs et FRET de N’Djamena, estime que le confinement de la ville est une décision difficile, mais comme il s’agit de la santé publique, il faut l’accepter. Selon lui, les conséquences économiques d’une telle décision sont évidentes. « Dieu merci, elle est levée. C’est salutaire pour l’industrie de transports et pour les personnes qui sont restées longtemps confinées à N'Djaména involontairement ».

Moyalbaye Nadjasna

 

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse