mardi 28 septembre 2021

Confinement : les mototaxis démentent avoir fait de la surenchère

Jan 15, 2021

Le transport urbain a repris service ce 14 janvier. Les conducteurs des motos taxis communément appelés « clandomen » se défendent d’avoir surenchéri durant le confinement strict. Reportage.

Les conducteurs des mototaxis ou « clando » démentent avoir haussé les prix de la course durant le confinement. Moursal. Avenue Mbaïlem Dana Thérèse, nom de l’ancienne Maire de la ville de N’Djamena. Bizarrerie tchadienne. Dans ce pays on immortalise les vivants. Sous un arbuste peu ombrageux, un groupe des clandomen attendent dans la causerie les éventuels clients. « Bonjour, les amis », ils répondent par un bonjour très appuyé et amical. Ils portent tous leurs cache-nez. Ils respectent cette mesure face au redoutable coronavirus. Il est particulièrement important surtout dans leur métier. Première interrogation : les clients estiment que vous, les « clandomen », aviez fait de la surenchère lors du confinement dur, que répondez-vous ?

Faux. Répondent-ils, unanimement. « Nous avons entendu une femme sur l’antenne d’une radio dire nous taxons 2000FCFA la course à l’absence des minibus et taxis. Peut-être ailleurs, mais pas ici à Moursal » disent-ils avec fermeté. Pour eux, les clients sont des rois même s’ils les taxent de profiteurs. Ils soutiennent ne jamais surtaxer les clients. « Cette désinformation vient des personnes de mauvaise foi qui veulent discréditer notre débrouillardise. Nous prenons que 250 FCFA pour des petites distances entre Moursal et le marché de Dembé. Et 500F si c’est une grande distance », confient-ils.

Deuxième interrogation (relance) : Il semble que vous vous frottiez les mains à chaque fois que les minibus ou « car Ha hiss » sont interdits de circulation pour raison de la Covid-19 ? « C’est tellement archifaux. Vous nous voyez tous ensemble on s’ennuie. Cela prouve qu’on n’a pas de clients. Ils rajoutent, « nous prenons souvent des risques. Et surtout lorsque le couvre-feu était à 18h00. Cela pour déposer nos clients en retard chez eux », notent-ils.

Remadji Céline est une usagère fidèle de mototaxi. Selon elle, ce n’est pas tous les clandomen qui font de la surenchère. « Ici à Moursal, je continue à être déposée au prix régulier et selon les distances. Je n’ai jamais payer au-delà de 500FCFA même durant la période sans minibus et taxis », a témoigné la jeune cliente.  Pour Maurice Djimtan, un autre client, les clandomen ont exagéré un tout petit peu avant de se rendre revenir à des meilleurs sentiments. « Ils ne sont pas malins. Ils auraient dû garder le même prix en travaillant plus vite pour faire plus de tournées. Peu importe les circonstances. Travailler plus et gagner plus disait un ex-président français », soutient-il en éclatant de rire. Et rajoute « …la France n’est pas le Tchad tara. Je viens de dire une bêtise, mais je maintiens mon affirmation ».

Pour les conducteurs des mototaxis, ces accusations sont gratuites. Ils affirment ne pas gagner beaucoup d’argent. Et de toutes les façons, il n’y pas ou il n’y a plus assez d’argent dans un pays en crise comme le Tchad, disent-ils.

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse