dimanche 26 septembre 2021

Quarantaine, confinement, et maintenant grève totale !

Jan 11, 2021

Entre mise en quarantaine des N’Djaménois et le confinement de la ville, la plateforme syndicale revendicative du Tchad (PSRT) lance une grève totale à partir de ce lundi, 11 janvier jusqu’à la satisfaction totale de ses revendications. Ialtchad Presse est allé rencontrer le porte-parole de la plateforme. Reportage. 

14h. École du Centre. Sous le gros arbre de la cour de cette école, des membres des syndicats sont assis. Ils discutent dans le respect des mesures barrières. On nous fait attendre quelques minutes. Ensuite, nous sommes reçus par Mahamat Nassaradine Moussa, Secrétaire général de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST). Il est aussi porte-parole adjoint de la plateforme revendicative.

Notre première question. En cette période difficile de pandémie de la Covid-19, est-il opportun de lancer une grève ? Il racle sa gorge et lâche « Le Tchad est vaste. Il n’y a pas que N’Djamena, bien que ce soit la capitale. Cette grève est lancée après une année de promesse creuse et non-tenues du gouvernement ». Il indique qu’en janvier 2020, la plateforme a signé un protocole d’accord avec le gouvernement. Cela, suite aux douloureuses « 16 mesures » qui ont vu les indemnités des fonctionnaires coupées à 50% ainsi que le gel des leurs avantages de carrière. Malgré cet accord, dit-il, le gouvernement n’a rien fait. « Chaque 3 ans, les travailleurs devraient avoir un salaire supplémentaire à titre de frais de transport. Sur le protocole d’accord, la plateforme a suggéré au gouvernement d’échelonner le paiement si cela va peser sur le budget de l’État », explique le porte-parole. Lors du lancement du recensement biométrique, le ministre des Finances et du Budget a promis de payer les effets des avancements et les transports sur le fonds de covid-19. Même avant cette promesse, dit-il, le gouvernement a promis de payer les transports avant décembre 2020. « Arrivée en fin décembre, le gouvernement n’a pas respecté sa promesse. Il reste les transports de 2017 à 2020. En octobre dernier, promesse a encore été faite de payer les effets des avancements, reclassements et confirmations », note-t-il.

Pour lui, la plateforme syndicale revendicative regrette le non-respect des engagements de l’État. « Même s’il a des difficultés, ceux avec qui nous avons négocié peuvent nous appeler et nous les signifier. Nous pouvons nous entendre. Mais le gouvernement a payé le salaire de décembre sans respecter ses promesses de payer aussi les avantages. Cela n’est pas anormal », dit-il. Et pourtant, le 28 décembre 2020, la plateforme a adressé une correspondance au président du Haut comité, pour l’informer du non-respect de la promesse gouvernementale. La plateforme affirme qu’elle n’est pas responsable de tout ce qui adviendra, affirme M. Mahamat Nassaradine Mahamat pour qui le gouvernement fait la sourde oreille.  « C’est pourquoi le 9 janvier, nous avons convoqué une réunion élargie aux responsables des tous les syndicats membres de la plateforme. Nous avons posé le problème et la décision finale était de lancer une grève générale à partir de lundi, 11 janvier jusqu’à satisfaction totale », affirme le SG

Greve confondu au confinement ?

Retour sur la grève en période de pandémie. Le porte-parole adjoint de la plateforme persiste et estime que le Tchad ne s’arrête ni ne se résume à la seule ville de N’Djamena. « Le Tchad c’est 1 284 000km². Et d’autres villes, les autres provinces ne sont pas confinées, c’est la seule ville de N’Djamena qui est confinée. Même si certains services ne fonctionnent pas, il y a les services essentiels ici dans la capitale. A notre avis, ce confinement n’a aucun effet sur notre grève », a confié Mahamat Nassaradine Moussa. Il précise que ce n’est pas une grève sèche, mais une grève avec des services minimums dans les hôpitaux.  Cependant, insiste-t-il, la grève ne sera levée qu’à la satisfaction totale. Il a rappelé aussi que le gouvernement a exigé de vérifier les actes des carrières des agents avant toute prises en compte. « A l’heure où je vous parle, plus de 6 lots sont aux finances. Le 1er lot est arrivé depuis le 04 novembre 2020. S’il y avait réellement de la volonté gouvernementale, à cette date déjà, il doit y avoir au moins un début d’exécution », conclut le porte-parole.

Il faut rappeler que la plateforme syndicale regroupe quatre centrales syndicales à savoir, l’Union des Syndicats du Tchad (UST), la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST), le syndicat national des Enseignants et Chercheurs du supérieur (SYNECS), le Syndicat des Médecins du Tchad (SYMT).

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse