samedi 25 septembre 2021

Confinement : hôpitaux et centres de santé désertés

Jan 09, 2021

Le confinement total de la ville de N’Djamena pour cause de recrudescence de la Covid-19 a des effets sur tous les services. Même les services de santé n’échappent pas à cela. Les couloirs de certains centres de santé de N’Djamena sont vides. Ialtchad Presse est allé constater. Reportage.

L’achalandage dans les couloirs des hôpitaux et des centres de santé où se bousculent agents de santé, patients et parents des malades est un souvenir lointain depuis le confinement des N’Djamenois.

A l’Hôpital Sultan Kasser communément appelé « Polyclinique », les couloirs sont vides. Selon le Surveillant général, Hassane Hassaballah, c’était l’hôpital le plus fréquenté à cause de sa position au centre-ville. Et surtout à proximité du grand marché central. En temps normal dit-il, l’hôpital Kasser enregistre en moyenne 150 à 200 consultations par jour. Aujourd’hui dans le contexte du covid-19 et les impacts du confinement, c’est au plus 80 consultations.

Pour lui, même le suivi et le contrôle des patients après consultations, examens et analyses sont inabordables. Le confinement fait grimper les prix. Par exemple, les patients sont incapables de payer leur transport en mototaxi « clando ». Trop cher.  « C’est extrêmement difficile, il n’y a pas de transport. Avec ma fille malade, nous sommes venues ce matin en mototaxi « clando » qui nous a coûté 2000FCFA. Nous allons payer le double pour repartir à la maison. Je n’ai que 10 000FCFA, après transport et consultation, il ne me reste pas assez d’argent pour payer l’ordonnance de ma fille », dit une patiente sous couvert de l’anonymat. Elle demande au gouvernement d’alléger les mesures en remettant les minibus en circulation tout en limitant le nombre comme dans le passé pour soulager les patients.

Selon le surveillant général, la plupart des patients sont incapables de payer le transport, la consultation et l’ordonnance en même temps, « nous sommes obligés par moment de les prendre comme des cas sociaux. Ils ne paient pas. Ils sont consultés directement », dit-il. Il indique que l’équipe de l’Hôpital Kasser ainsi que ceux des centres sous tutelle sont toujours disponibles 24heures sur 24 à répondre à leur appel. Selon lui, ils craignent une chose : ceux qui faute de pouvoir payer les frais de transport, risquent de tomber dans l’automédication. « L’autre inquiétude c’est les femmes enceintes dont la plupart accouchent dans ce contexte risque d’accoucher à la maison. C’est dangereux et risqué pour la vie de la mère et de l’enfant en cas de complications », martèle, Hassane Hassaballah.

Il estime que l’État doit faire plus de sensibilisation auprès de la population. Pour lui, c’est la ville de N’Djamena qui est confinée et non la population selon les termes de la décision gouvernementale. « Il est vrai que c’est difficile, mais je demande à la population de venir plutôt dans les hôpitaux ou les centres de santé. Se soigner dans la rue est dangereux », affirme le surveillant. Il demande au gouvernement d’alléger les mesures. Surtout de permettre que le transport urbain reprenne dans le respect strict des mesures de distanciation sociale. « S’il y a le transport, les gens viendront se soigner dans les hôpitaux ».

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse