samedi 12 juin 2021

Confinement prorogé, la colère des N’Djamenois

Jan 09, 2021

La reconduction du confinement de la ville de N’Djamena suscite des réactions. Beaucoup se disent déçus par cette décision.

Avec la nouvelle vague de contamination de la Covid-19, le gouvernement a pris des mesures drastiques afin de limiter la propagation. Le confinement de la ville de N’Djamena décrété le 31 décembre puis reconduit le 7 janvier, pour une semaine, ne fait pas l’unanimité malgré la virulence de la maladie.

Dans les carrefours (les lieux de regroupement des jeunes) et ailleurs, le sujet de conversation est le confinement de la ville de N’Djamena. À Habbena dans le 7e arrondissement, quelques jeunes conducteurs de moto taxi discutent sur la prorogation du confinement. À notre arrivée, ils nous disent, « vous êtes bien arrivés ».  

Parmi ces jeunes, Rondounba Laouroutou, la mine grave, s’emporte « le gouvernement veut nous tuer à petit feu. » Pour lui, ce confinement ne respecte pas les normes. Le gouvernement n’a même pas pris en compte les conséquences de cette décision. « La population a le droit d’être préparée avant qu’une décision la concernant ne soit appliquée », dit-il. Pour Rondounba, c’est un jeu politique, « Ils nous confinent sans les mesures d’accompagnement alors que le Tchadien vit de son quotidien. Les petits métiers sont tous arrêtés et il est difficile de joindre les deux bouts il faudra qu’ils nous trouvent une solution sinon nous sommes prêts pour sortir dans les rues », prévient-il.

Elysée Ngaramadji, lui aussi conducteur de moto taxi est contre ce confinement. Selon lui, c’est une manipulation de la part du gouvernement. « Au Tchad, on vit au jour le jour », dit-il. Les activités génératrices des revenus sont au ralenti les ménages ne peuvent se nourrir puisqu’il y a aucune activité économique, explique-t-il. « Ce confinement est un jeu politique », affirme Elysée. Selon lui, il faut laisser les gens vaguer à leurs occupations. « Je demande au gouvernement de faire preuve d’indulgence », supplie-t-il.

Bien que ce confinement ne soit pas total comme au début, la population souffre selon plusieurs citoyens. Les commerces non essentiels fermés, le transport urbain suspendu, les bars et restaurants fermés, des gens tournent en rond.

Max Loalngar, président de la Ligue tchadienne pour la défense des droits de l’Homme (LTDH) dans un communiqué de presse, a exhorté le gouvernement à ne pas renouveler ces mesures. Selon lui, le renouvellement de cette mesure relève pose problème. « Les libertés publiques sont du domaine législatif. Il est inadmissible que le pouvoir exécutif prenne des actes sans en référer au pouvoir législatif et les imposer à la population comme s’il s’agissait des lois », proteste Me Max Loalngar.

Les mesures d’accompagnement mis en place par le gouvernement ne sont pas du goût du président de la LTDH. Pour lui, la distribution des kits alimentaires prévue par le gouvernement n’est que poudre aux yeux, « pendant la première vague, le gouvernement n’a pas été en mesure d’alimenter les vulnérables. Ce n’est pas cette fois-ci qu’il en aura la capacité », dit-il. La seule solution viable est « de permettre aux N’Djamenois d’être libre de toute contrainte à part l’application stricte des mesures barrières pour pouvoir subvenir eux-mêmes à leurs besoins. »

Djilel-tong Djimrangué

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse