dimanche 13 juin 2021

N’Djaména, épicentre du Covid-19

Jan 04, 2021

Le ministre de la Santé publique Abdoulaye Sabre Fadoul a fait le point global sur la pandémie du coronavirus au Tchad. De mars à janvier 2021, 2 213 cas sont déclarés positifs.

Deux choses sont à retenir de cette communication du chef de département de la Santé publique. Primo, le bilan de la situation épidémiologique de la maladie à coronavirus au Tchad. Secundo, les mesures prises par le gouvernement.

Le bilan du 19 mars 2020 au 3 janvier 2021

Le bilan de la maladie s’élève à 2 213 cas déclarés positifs, selon le Pr Choua Ouchemi, coordinateur de la commission nationale de riposte sanitaire. Parmi ces cas, il y eu 104 décès et 389 patients sous traitement, la plupart à leur domicile.

D’après lui, pendant la première vague de contamination, la situation épidémiologique était maîtrisée. « De mars en juillet, on était arrivé à 11 cas ». Malheureusement, dit-il, entre mi-novembre et fin décembre, la courbe est remontée de façon exponentielle. « Rien qu’entre le 16 au 31 décembre, N’Djamena a enregistré 302 cas positifs ».  Cela s’explique par un relâchement par tous des mesures barrières, a dit le Pr Choua Ouchemi. « Nous sommes encore loin de la fin de cette pandémie ».

N’Djamena est considéré comme l’épicentre de la propagation de cette maladie. Sur les 2 000, plus de 1 000 sont déclarés à N’Djamena avec 63 décès sur 104. C’est pourquoi le gouvernement cherche vaille que vaille à casser la chaîne de transmission en renforçant certaines mesures déjà en vigueur.

Les mesures « impopulaires »

Sur les mesures prises par le gouvernement, le ministre de la Santé publique Abdoulaye Sabre Fadoul a rappelé que celles prises lors de la première vague sont toujours en vigueur. Mais, fait-il constater, elles ne sont plus respectées, surtout les gestes barrières. Vu la montée de la courbe en fin décembre, le gouvernement a pris un autre décret pour réaffirmer ces mesures et en renforcer certaines.

Il s’agit du décret 2585 du 31 décembre 2020 portant confinement de la ville de N’Djamena et renforcement des mesures sanitaires. Ces mesures vont de la fermeture des frontières terrestres et aériennes aux établissements scolaires et services publics et privés non essentiels à l’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes, du transport interurbain et urbain. Sauf dérogation est faite aux services de santé, bancaires, stations-service, commerces des produits alimentaires, hôtels et vols cargo. Le couvre-feu est revu de 20 heures à 18 heures. Toutes ces mesures ne concernent que la ville de N’Djamena pour une durée d’une semaine renouvelable.

Dr Abdoulaye Sabre Fadoul reconnaît que ces mesures ne sont pas populaires. « Ces mesures, s’il faut être honnête et sincère, ne sont pas gaies et populaires. Elles sont même insupportables pour nos citoyens les plus fragiles socialement parlant », admet-il. Effectivement. Mais, se défend-il, le gouvernement n’a d’autres choix de prendre des dispositions qu’impose la situation sanitaire. « Toutes ces mesures ne visent qu’un seul objectif, celui de limiter le rythme de contamination en cassant la chaîne de transmission de personne en personne », souligne-t-il.

Actuellement, le Tchad dispose d’un seul laboratoire pour poser le diagnostic. Neuf sites de prélèvement sont installés en provinces et cinq à N’Djamena. L’hôpital provincial de Farcha, aménagé pour hospitaliser les cas positifs, dispose de 18 lits en réanimation et est doté d’une centrale de production d’oxygène. Bientôt les villes comme Moundou, Bongor et Abéché seront dotées de cette centrale. 

Christian Allahadjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse