Print this page

Silence radio à N’Djaména

Déc 02, 2020

N’Djaména est privé des diffusions radiophoniques ce 1er décembre. En cause, l’appel à une journée sans radio lancée par l’Union des radios privées du Tchad (URPT). L’équipe d’Ialtchad Presse est allé faire un tour dans les rédactions. Reportage.

Une « Journée sans radio ». C’est ce que vivent les Tchadiens, particulièrement les N’Djaménois ce mardi 1er décembre. C’est silence radio dans la capitale tchadienne. Cette journée sans radio a été décrétée par l’Union des radios privées du Tchad (URPT) en signe de protestation à la violation et à l’arrestation des journalistes en formation dans les locaux de la radio FM Liberté le 27 novembre passé.

Ce matin du 1er décembre, les bandes des radios telles que Vision Fm, Dja Fm, Oxygène et FM Liberté sont vides. Dans les rédactions, le silence est maître.

« Il n’y a personne. C’est fermé aujourd’hui », nous fait savoir le vigile de la radio Vision Fm, située à Atrone dans le 7e arrondissement de la ville.  Sur la page Facebook de la station, les responsables ont posté ce message : « En raison du mot d'ordre de l'URPT pour une journée sans radio ce mardi 1er décembre 2020, votre radio n'est pas en mesure de respecter ses programmes habituels. Nos émissions reprendront demain 5h30. Veuillez-nous en excuser. »

Même scénario à la radio Oxygène à Kamnda dans le 7e arrondissement. « En raison de la '' Journée sans radio'' lancée par l'Union des radios privées du Tchad, la RADIO OXYGENE informe ses auditrices, auditeurs, abonnés, partenaires qu'elle n'émet pas ce 1er décembre 2020 de 00h00 à 23h59. Elle ne fera pas également des publications sur sa page Facebook. La RADIO OXYGENE reprendra ses programmes le mercredi 2 décembre 2020. Merci de votre compréhension », a posté la direction.

À la radio Dja Fm, au quartier Ambassatna dans le 3e arrondissement, c’est aussi le vide. La rédaction et le studio sont désertés par les journalistes. À la radio Arc-en-ciel, par contre quelques journalistes sont présents. Mais l’antenne est restée fermée. De la salle de conférence au studio, c’est le vide. « Nous avons répondu à l’appel de notre organisation faîtière », a indiqué Rolande, la rédactrice en chef. Pour elle, c’est une question de solidarité. « Hier, c’est à FM Liberté. Demain, cela sera où ? », s’interroge-t-elle.

À la radio FM Liberté, le scénario n’est pas différent. Les bureaux, les studios ainsi que les salles de rédaction et de réunion sont hermétiquement fermés. D’après le directeur de la radio, Djekourninga Kaoutar Lazare, la scène qui s’est déroulée dans les locaux de sa station n’est pas seulement de la violation, mais une « agression armée. Les éléments du Groupement mobile d’intervention de la Police ont tiré des gaz lacrymogènes et de balles réelles. Heureusement qu’il n’y avait pas eu mort d’homme. En tant que membre de l’URPT, nous observons cette journée », soupire-t-il.

Selon le directeur, la radio FM Liberté ne compte pas s’arrêter là. D’autres actions sont en vue. « Nous organisons une journée de deuil, demain 2 décembre. La radio va émettre, mais que de la musique engagée et des bandes d’annonces », dit Djekourninga Kaoutar Lazare. La radio va reprendre ses programmes normalement le jeudi 3 décembre.

Selon le président de l’Union des radios privées du Tchad, Mékondo Sony, joint au téléphone, le pari est gagné malgré la mise en garde et le rappel à l’ordre du ministère de la Communication et de la Haute Autorité des médias audiovisuels (HAMA). « Le mot d’ordre est respecté à 100% sur toute l’étendue du territoire », déclare-t-il. Il souligne que l’appel ne concerne que les radios membres de l’URPT. Ce qui justifie la diffusion des programmes sur certaines stations radiophoniques privées.  Toutefois, ajoute-t-il, il y a des responsables des radios non affiliées à l’URPT qui ont manifesté leur solidarité à ce mouvement. 

L’appel à l’interruption des programmes sur les stations radiophoniques privées a provoqué l’indignation du ministère de la Communication et de la Hama. Ces deux institutions ont interpellé les responsables des médias à respecter les dispositions de leurs cahiers de charge et la loi. De la plaisanterie, rétorque le directeur de FM Liberté. « Je crois qu’à ce niveau, le ministère et la Hama sont passés à côté de la plaque », dit-il. Pour lui, l’Hama et le ministère devraient condamner l’acte qui a été posé par les éléments de la Police. Malheureusement, dit-il, « ces deux institutions ont gardé le silence et se plaisent à raconter des choses. » Interrogé sur les possibles représailles de l’organe régulateur, Djekourninga répond en reprenant cette citation philosophique, « dès qu’un homme est né, il est assez vieux pour mourir. »

Christian Allahadjim
Ngon Lokar Maurice