samedi 12 juin 2021

Édito : 30 ans déjà

Déc 01, 2020

Donc, il y a 30 ans depuis qu’un 1er décembre 1990, le président Idriss Deby Itno et ses compagnons arrivent au pouvoir. C’était comme hier. Le temps est passé. La plupart des compagnons d’hier qui ont renversé la dictature n’y sont plus. Beaucoup sont morts de mort. Beaucoup sont morts de politique. Beaucoup se sont éloignés de la politique.

30 ans au pouvoir. Que peut-on retenir ?

D’abord la démocratie et les libertés fondamentales. Difficile de ne pas reconnaître la démocratie. Difficile de la reconnaître. Il y a quelque chose qui n’est ni démocratie pleine et entière ni libertés fondamentales solidement ancrées. On sent des fragilités partout dans le pays. Quelque chose d’insaisissable et d’indescriptible. Une démocratie un peu inachevée. Bâtarde. Au goût sans goût. Fade. Un peu amer par la faute de nous tous. Surtout par la faute de cette génération au pouvoir qui n’a pas su asseoir un pays agité. Et qui léguera certainement à beaucoup des braves tchadiens, vaillants et généreux un pays désorienté. Peut-être encore agité. Sans boussole. Sans chapeau. Et pourtant, ces braves gens ont tant sacrifié. Tant enduré. Ils sont si endurants, si croyants qu’ils finissent toujours leurs phrases par des « InchAllah » et par « Grâce de Dieu ». Il y a donc raison d’espérer qu’une vraie démocratie, pleine et entière va éclore.

Ensuite, il y a le pétrole. Oui le pétrole. On croyait que le président Deby Itno avait la « baraka » avec lui. Il a pu faire jaillir l'or noir avec un immense espoir. Le chemin a été long. La pente raide. Il a réussi, enfin. Le pays respirait la confiance parce que le projet était bien ficelé. Une première dans l’histoire. Un modèle pour contrecarrer la malédiction du pétrole. Hélas, la malédiction était plus tenace. Le fameux modèle a volé en éclat. Aujourd’hui, l’or noir tchadien n’a laissé que des regrets. Et les regrets sont stériles. La faute là aussi à cette génération incapable d’anticiper l’avenir, à être des gens humbles, malgré des airs d’hommes et des femmes austères et solidaires de leurs compatriotes. Ils se sont jetés dans le matériel, le luxe, les dépenses futiles, la corruption. Ils se querellent comme pour alimenter ce besoin. Le pétrole aidant, ils se sont lancés à corps perdu dans d’interminables rebellions asphyxiant le pays, le déstabilisant forçant ainsi le prince à investir lui aussi dans les engins de mort. L’eldorado n’est plus atteignable. Le monde a changé. Le pétrole n’est plus ce qu’il a été. Il est arraché du jour au lendemain par « les fonds vautours ». L’or noir est presque passé entre les mains d’autrui. Le pays est endetté. L’économie est à terre. Les Tchadiens ont l’air fous. Les responsables encore plus fous.

Enfin, les politiques. La politique. Quel spectacle. Opposition et pouvoir sont sans espoir. Les tchadiens ont décroché. Les partisans du régime se sont couchés. Plus personne ne raisonne le raïs. Ils lui tapissent le chemin avec des offrandes inutiles. Ils empoisonnent à dose homéopathique le Président : maréchalat, forums, nouvelle constitution, nouvelle République, etc. tout est nouveau, mais dans les faits tout est compliqué. Ils y vont à fond. Eux-mêmes ne s’y retrouvent dans le système qu’ils ont créé. Un système qui ne rime à rien, mais qui ne profite qu’à eux, peu importe les conséquences sur leurs concitoyens. Peu importe l’incongruité de leurs idées.

Et l’opposition démocratique. Incapable de se réinventer. Elle est vieillissante, croulante empêtrée dans ses querelles. 30 ans déjà pour elle aussi. Elle s’accommode au vide. Elle a aidé à faire fuir les Tchadiens de la politique. 30 ans après, le Tchad est un désert politique. Les Tchadiens errent dans ce désert à la recherche du messie politique. Ils cherchent dans le silence ce messie. Ils psalmodient « inchAllah », « grâce à Dieu » ça ira. Ils ont foi en leur pays. Ils sont croyants. Dieu semble les avoir oubliés dans le désert. Dieu aussi oublie ceux qui s’oublient.

Bello Bakary Mana  

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse