mardi 28 septembre 2021

Dérapages et "couvre-poche" du couvre-feu

Written by  Nov 29, 2020

Le 16 novembre dernier, le Président de la République, Idriss Déby Itno, par un décret, a prolongé le couvre-feu en vigueur pour une période de deux semaines. Cette prorogation a fait réagir plus d’un Tchadien. Si le couvre-feu aide à contrecarrer la propagation de la pandémie à coronavirus, il est aussi à l’origine des cas d’accidents et d’autres exactions constatées à travers la ville de N’Djamena.

A l’approche de l’heure du couvre-feu, dans les quartiers périphériques de N’Djamena, la circulation devient intense et dangereuse.  Motocyclistes et chauffeurs roulent à tombeau ouvert pour regagner leurs domiciles, rapidement. Entre temps, dans certains carrefours, certains agents des forces de sécurité, matraques et chicottes en main, attendent impatiemment les « malheureux » qui dépasseront l’heure du couvre-feu.

Vers fin octobre, une scène, du moins scandaleuse, s’est produite au rond-point dit « double voie », sur l’axe Jacques Nadjingar dans le 7e arrondissement de N’Djamena. Une jeune dame au volant de sa moto a été interceptée vers 21h05mn par les forces de sécurité en faction pour veiller aux horaires du couvre-feu. Selon ses dires, elle se rendait au chevet de sa maman mourante à l’hôpital. « Je veux voir ma maman ! Ma maman est en train de mourir » lance-t-elle. Notre reporter qui a été lui également arrêté, malgré la présentation de sa carte professionnelle, suit de près la scène. La jeune dame, la trentaine environ, tente de s’expliquer en vain. Elle éclate en sanglots. Exacerbée par le comportement des forces de sécurité qui refusent d’entendre mots, elle se déshabille. Cet acte, une femme dénudée, qui devrait interpeller les éléments de force de sécurité ne les gêne absolument pas. Au contraire, « raboutoua » lance l’un d’eux en Arabe locale pour dire « attachez-là ». Sur la vingtaine de personnes arrêtées, personne n’arrive à venir au secours de la jeune dame. Il a fallu l’arrivée du « chef secteur » aux environs de 00h00 pour commencer à libérer certaines personnes, notre reporter y compris. 

Ce fait n’est pas isolé. Si de manière formelle, aucun acte officiel, ne fait exceptions aux personnes pouvant circuler au-delà des heures du couvre-feu, certaines catégories socioprofessionnelles en souffrent. Journalistes et personnels de santé par exemple qui finissent leurs services tard sont souvent victimes des exactions des forces de sécurité. Certains agents qui savent lire et écrire couramment le français comprennent facilement les « hommes de la presse », à la présentation de leurs cartes professionnelles.  Mais, il y en a d’autres qui refusent toutes explications. Parfois certains responsables des médias en sont victimes.  C’est le cas du rédacteur en chef de la Radiodiffusion nationale tchadienne qui a été battu par la force mixte alors qu’il rentrait du travail. L’affaire est actuellement pendante en justice. Les exemples sont légion. La sous-directrice de l’information en ligne de l’Agence tchadienne de presse et d’édition avait vu également sa moto arrachée à l’approche de l’heure du couvre-feu par les mêmes éléments de force de sécurité, alors qu’elle rentrait du bureau, après une séance de travail.

La recrudescence de ces exactions a fait réagir le bureau de l’Union des journalistes tchadiens (UJT). Par un communiqué, l’UJT a dénoncé « un traitement malveillant dont sont continuellement victimes les journalistes, souvent pris à partie par ceux-là mêmes qui sont censés les protéger dans le cadre de leur mission d’informer le public ». Selon l’UJT, il est aberrant qu’au nom de la lutte contre le Coronavirus soient quotidiennement l’objet de brimade, brigandage et de traitements dégradants de la part des éléments des forces de l’ordre malintentionnés déployés dans les rues.

Le couvre-feu fait vraisemblablement plus de victimes que la pandémie de coronavirus elle-même.  Chaque semaine des cas d’accidents sont enregistrés à l’approche de l’heure du couvre-feu. Ces faits doivent interpeller les autorités afin de recadrer les choses. Car, on le sait tous, les mesures barrières édictées pour contrecarrer la propagation de la Covid-19 sont foulées au pied par la population. Les attroupements et autres rassemblements ont repris de plus belle. Les débits de boisson sont pris d’assaut à condition de libérer les lieux avant 21h00. Seul le port de masque est d’actualité.

Enfin, le couvre-feu est devenu un vrai business à grand profit. Les engins récupérés sont systématiquement conduits à la Coordination située au quartier Moursal, plus exactement à l’École de Police. Pour récupérer son engin, le propriétaire doit débourser un montant. Le propriétaire d’une camionnette doit payer 100 000 F CFA. Une voiture berline, c’est 60 000 F CFA. Et 20 000 F CFA pour une motocyclette. Une fois collecté, personne ne sait où va cet argent. En cette période de crise, certains Tchadiens font les poches d’autres au nom de la Covid-19. Ce couvre-feu insensé devient de plus en plus un « couvre poche » au grand dam des citoyens. Il faudra, rapidement, arrêter ce couvre-feu sinon les dérapages iront grandissants.

La grogne aussi. Elle a déjà commencé avec les personnels soignants du centre de tests PCR à l’hôpital de la Référence de N’Djamena où le corps médical a décidé de travailler seulement de 8h à 14h. Alors qu’avant, ils travaillaient de 8h à 16h. Raison : Ils ne perçoivent pas les avantages liés à leur mobilisation par exemple de l’eau et de quoi se nourrir. Pourtant les tests PCR destinés à la gratuité au début, se paient aujourd’hui 15 000 F CFA par tête. L’argent dit on est collecté pour être acheminé vers une destination inconnue. Et les agents de santé mobilisés en première ligne pour combattre la pandémie sont abandonnés, le ventre creux et la gorge sèche, sans aucun scrupule. Cela aussi doit changer.

Ngonn Lokar Maurice

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse