samedi 25 septembre 2021

Les concasseuses de Klémat

Nov 20, 2020

Entre le futur grand hôtel Palace Toumaï, la future cité internationale des affaires sur le Boulevard François N'garta Tombalbaye et l’École Nationale Supérieure des Travaux Publics (ENSTP) sous le soleil ardent, dans la chaleur suffocante et la poussière, les concasseuses sont là, assises, silencieuses. Dans des gestes presque mécaniques, elles cassent du béton le réduisant en briquaillons. Un travail harassant pour joindre les deux bouts. Et pouvoir élever leurs enfants dans la dignité. Ialtchad Presse vous amène en immersion chez des concasseuses. Reportage. 

Fatimé, l’air détendu, étale ses matériels de travail. Un marteau et un seau. Son métier : concasseuse. Elle y exerce depuis 15 ans. Regard endurci, mais le sourire présent, elle nous reçoit en cette matinée froide du mois de novembre. Surnommée la doyenne par ses collègues, Mme Fatimé, la soixantaine est la cheffe d’une quarantaine de femmes qui travaillent sur ce site.

Chaque matin, en compagnie d’une petite fille, elle vient sur le site gagner sa vie. Toute la journée, marteau en main, elle casse du béton pour vendre comme du gravier. Elle a commencé quand la vente du son de mil ou de maïs qu’elle a entreprise ne lui rapportait rien. Elle embrasser alors le concassage. Elle a commencé sa carrière sur un site derrière le lycée Félix Éboué et le stade Idriss Mahamat Ouya. Elle a fini sur le site de la construction de la cité des affaires.

Mme Mariam exerce également dans ce domaine. La cinquantaine révolue, 7 ans d’activité, explique comment elle s’est retrouvée dans ce métier. « Tout est parti après le décès de mon mari. Les membres de ma belle-famille m’ont jeté, moi et ma fille, à la rue. Je ne savais quoi faire pour que moi et ma fille puissions manger. J’ai décidé de venir casser les morceaux des bétons pour revendre », dit-elle posément

Travail pénible

Ces femmes concasseuses tirent leurs revenus de ce pénible métier. Elles s’installent comme elles peuvent sous des petites tentes de fortune, d’autres sous des parasols, elles sont exposées à tous risques sanitaires. À toutes les intempéries. Une vie de souffrance, de lutte pour la survie.

D’abord, il y a les rayons solaires qui brûlent leurs peaux tous les jours avec son cortège des maladies. Ensuite l’inhalation de la poudre que dégage le béton est aussi source de maladie.

Enfin, travailler marteau à la main toute la journée, à frapper du béton de manière répétitive, encore et encore est la recette parfaite à la fatigue du corps et de l’esprit. Et surtout, le revenu ne suit pas la pénibilité du métier. 1 sac de béton concassé coûte 1 000 F CFA. De plus, en cette période de crise économique et sanitaire, l’écoulement du produit sur le marché est difficile. L’industrie du BTP est à l’arrêt. « C’est très difficile maintenant de vendre 1 sac de gravier. Avant on vendait 4 à 5 sacs par jour. Mais avec cette double crise, rien ne marche pour nous », se plaint Fatimé.

Grâce à une association, des parasols ont été distribués. D’autres promesses leur ont été faites, mais jusque-là non réalisées. « L’année passée, il y a une organisation qui est venue nous recenser, mais jusqu’aujourd’hui, cette organisation n’est pas revenue », dit Mme Fatimé. Il n’y a pas longtemps, le Ministère de la Formation professionnelle et des Petits Métiers a suggéré aux concasseuses de contracter des crédits destinés à la promotion de la femme dans les entreprises. Mais pour les concasseuses, c’est une suggestion hors de leur réalité. « Nous ne sommes que des démunies et nous n’avons aucune garantie à offrir pour obtenir des crédits », disent-elles en chœur. L’idée des autorités est d’amener ces femmes à abandonner ce métier à risque et se tourner vers des secteurs plus prometteurs. « C’est bien beau, mais le risque de remboursement est élevé. Prendre ce crédit, c’est courir le risque de finir en prison », dit la doyenne Mme Fatimé.

Christian Allahdjim
Djilel-tong Djimrangué

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse