mardi 28 septembre 2021

Inondation : Walia et Toukra pris en sandwich

Nov 13, 2020

Les quartiers Walia et Toukra dans le 9e arrondissement ressemblent à des îles en plein cœur de N’Djamena. En cause la crue du fleuve Chari et du Logone.  Ialtchad Presse est allé le constater. Reportage.

Walia. Carré Ngonba dans le 9e arrondissement de la ville de N’Djamena. Un silence de cimetière y règne sur ce carré qui abrite l’ex cimetière Sud de N’Djamena. Quelques maisons abandonnées se dressent au milieu des eaux. A l’entrée de l’ex cimetière, quelques jardiniers s’activent à arroser et planter des légumes. À côté d’eux, des manœuvres chargent une benne de sable.

L’air frais qui souffle en cette matinée du 13 novembre sur le carré Ngonba semble ne produire aucun effet sur Pabamé. Pantalon noir replié jusqu’aux genoux, t-shirt noir aussi, il s’active à renforcer le barrage autour de sa concession. L’eau y est déjà entrée, mais stoppée grâce à une petite digue faite des briques. Depuis le début de la semaine, les eaux du fleuve Chari ont débordé de leur lit et se sont déversées sur le carré. Ngonba s’est retrouvé brusquement inondé. 

Les eaux rendent l’accès difficile à la concession de Pabamé, notre conversation s’est tenue à distance comme au temps des Sao. La légende raconte que les Sao, hommes de grande taille, pouvaient communiquer entre eux sur des kilomètres. Selon M. Pabamé, depuis douze ans qu’il habite le coin, c’est la première fois que les eaux du fleuve ont débordé pour atteindre ce niveau. « Cela ne s’est jamais produit depuis que je vis ici. Les anciens du coin disent que c’est un phénomène qui se répète chaque 10 ans », dit-il. Les voisins de M. Pabamé se sont réfugiés dans d’autres quartiers. Même une partie de l’ancien cimetière s’est retrouvée sous les eaux. Malgré tout il est resté avec sa famille sous les eaux. « Je suis le seul à rester malgré l’inondation. Mais là je vois d’autres voisins qui ont commencé à regagner leurs demeures », fait-il observer.

Pour bloquer l’écoulement des eaux du fleuve au quartier, les habitants de Ngonba se sont mobilisés pour construire un barrage sur les berges du Chari. « C’est ce qui a ralenti la montée des eaux. Le niveau d’eau a commencé à baisser », affirme M. Pabamé. 

Toukra. Le même scénario se dessine. Les eaux du fleuve Logone ont débordé pour se déverser également dans les quartiers Dingangali, Ngueli, Ngoumna, etc. Les quartiers comme Dingangali et Ngueli ont été évacués simplement. Ses habitants ont été relogés sur le site de Toukra. A Ngoumna par exemple, la résistance s’organise encore grâce à des digues. Vers Toukra, les maisons qui ne sont pas inondées sont encerclées par les eaux obligeant les résidents à vivre comme sur une île.

Cohabiter avec les eaux

Madjirangué Aristide, habite Gardolé Djedid près de 3 ans déjà. Bottes au pied, il marche en direction du goudron. Il doit se rendre en ville pour quelques courses. Bien que sa cour ne soit pas inondée de l’intérieur, à la devanture déjà il faut plonger les pieds dans l’eau.  Chaque jour, il faut marcher dans les eaux pour rejoindre la grande voie. « C’est fatigant la marche dans l’eau. Mais on n’a pas le choix », se lamente-t-il. Lui aussi dit que ce phénomène se répète à chaque 10 ans. « Depuis 2012, c’est cette année que ça se reproduit ». Mais précise-t-il, ce n’est pas avec la même ampleur. « Pour la première fois, c’était à une faible intensité. Mais cette fois, c’est inquiétant. » Justement, le niveau d’eau ne fait qu’augmenter de jour en jour. Cependant, souligne Aristide, il n’y a pas des maisons écroulées dans son secteur. « Heureusement qu’ici il n’y a que des maisons en dur. Sinon cela allait très grave. »

Malgré le niveau d’eau qui ne fait qu’augmenter, certains habitants ont préféré être des insulaires en cohabitant avec les eaux. Ils refusent d’abandonner leurs maisons et leurs biens à la merci des voleurs. Le vol a augmenté dans les différents quartiers inondés. Pour assurer la sécurité de leurs biens, certains pères de famille évacuent les progénitures et gardent la maison à la nuit tombée.

Walia et Toukra sont pris en sandwich par les eaux du fleuve Chari et Logone plongeant les populations dans le désarroi.  Tout porte à croire que la fin de leur calvaire n’est pas pour demain.

Christian Allahdji

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse