samedi 25 septembre 2021

Maison des médias, maison à problèmes

Nov 10, 2020

Décidé en 2009, le projet de construction de la Maison des médias du Tchad peine à se réaliser. Une initiative de la Présidence de la République décide de louer un siège temporaire, mais problèmes, il y a aujourd’hui cumul d’arriérés de loyer. Le propriétaire menace d’expulser les locataires. Reportage.

C’est dans une position inconfortable que sont les dirigeants de la maison des médias du Tchad. Ils croulent sous la pression des arriérés de loyers et d’expulsion manu militari.

Tout commence depuis les états généraux de la communication de 2009. Au sortir de cette grande messe des médias tchadiens, des résolutions ont été précises. Parmi laquelle celle de construire une maison de presse. « En 2009, les états généraux ont recommandé à l’État de construire une maison de Presse », dit François Dingames, ancien directeur de la Maison des médias du Tchad (MMT), proche du dossier.

Mais à cette époque, l’État n’avait pas construit cet édifice. Il ne pouvait pas. Seul alternatif : louer une maison pouvant servir temporairement de siège aux médias. « Depuis lors, c’est le président qui paie le loyer régulièrement. Chaque fois, on lui envoie une note de rappel et il paie », explique l’ancien directeur de la MMT.

Mais cette année (2009), des inquiétudes ont été émises çà et là. En effet, selon, Abderamane Barka, président du conseil d’administration de la MMT, lors de l’ouverture de la formation des filles et jeunes femmes journalistes, « un notaire a menacé d’expulsion les occupants ». La raison ?

Arriérés accumulés

« Cette année, nous avons envoyé la note, mais cela a coïncidé avec le Covid-19. Depuis lors, on a envoyé des lettres de relance, mais c’est resté sans suite. Normalement, chaque année, nous payons. Mais cette année, c’est l’absence de la subvention qui a fait défaut », dit François Dingames.

Le propriétaire est décédé. Et ses biens sont gérés par un notaire. Le notaire, après deux notes d’avertissement et un coup de fil, a opté en dernier recours à l’expulsion. « Ils nous a dit de nous acquitter des arriérés parce que les enfants du propriétaire ont des besoins financiers », affirme M. Dingames.

1 million de francs CFA par mois

C’est 1 million par mois qui est tiré du guichet unique afin de payer le loyer.  Depuis le mois de janvier, aucune somme n’a été versée. Ce qui constitue un cumul d’arriéré de presque onze mois. Soit 11 millions.

En une année, 12 millions sont payés rien que pour le local. Fort de ce constat, l’on se demande où en est la construction du siège ?

Et le projet ?

Les résolutions des états généraux de 2009 ne sont pas jetées aux oubliettes. La preuve : 20% du fond pour la construction a été versé cette année au trésor public. Mais malgré cela, d’autres obstacles se dressent.

« Ce qui nous manque maintenant, c’est le ministère de l’aménagement du territoire et de l’habitat. Ils nous ont donné une lettre d’attribution de terrain. Mais il manque une lettre qui précisera les dimensions. C’est au vu de cette lettre que les appels peuvent être lancés et démarrer la construction », dit l’ex-directeur.

Mbaidangrao Djekornondé Adelph

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse