samedi 25 septembre 2021

« Mouhadjirines », ces petits bras du Soukh

Nov 03, 2020

Dès qu’on met les pieds dans les grands marchés de N’Djamena, capitale tchadienne, on est rapidement entouré par une ribambelle d’enfants. Tous très jeunes. Ils offrent leurs bras contre quelques pièces de monnaie pour transporter marchandises et provisions. Qui sont ces enfants ? D’où viennent-ils ? Reportage.   

Jeudi 23 octobre. Marché central de N’Djamena, le soleil est presque au zénith. Le thermomètre indique 32°. À l’entrée sud du grand marché, vendeurs et clients se bousculent.  A droite, des vendeuses de légumes et d’épices installent pêle-mêle leurs marchandises sur des étals ou à même le sol. À gauche, des vendeurs à la criée des habits, des chaussures, de la viande, des biscuits sous l’œil des agents de la Police municipale qui filtrent les entrées et les sorties.

Sur l’allée principale, Mme Solange, ménagère, est prise en chasse par un groupe de jeunes vendeurs de paniers. « Veux-tu un panier ? », disent en chœur ces jeunes. « Oui, j’en veux un. Et je voudrais aussi une personne parmi vous pour m’aider à faire mes courses », dit-elle. Cet échange témoigne de l’activité que mènent en parallèle les enfants mendiants : la vente des paniers et garçons de course.

Appelés communément « mouhadjirines » ou encore les enfants-talibés, ces enfants mendiants ont créé, depuis quelques années, d’autres formes d’activités pour gagner de l’argent. Certains vendent des paniers. D’autres proposent de transporter les paniers remplis de produit. D’autres encore font les deux. Ils sont visibles dans tous les grands marchés de la ville.

« Je fais ce travail par obligation », déclare Souleymane, un enfant talibé. Ce mineur, envoyé par ses parents pour faire des études coraniques, se retrouve en train de mendier, de vendre et transporter des paniers au marché central de N’Djame. Au début, il ne mendiait pas. Mais cette pratique, selon lui, ne lui rapportait pas grand-chose (argent) pour satisfaire son maître. Ce qui lui valait des coups de chicote chaque soir à la rentrée. Pour éviter ces traitements inhumains et dégradants, Souleymane se lance dans d'autres activités : celles de vendre les paniers et d’aider des personnes à faire leurs courses au marché. « J'ai décidé de prendre le chemin du marché où je vends les paniers et je me porte volontiers de les transporter pour les courses des clients », explique-t-il.

Moussa fait partie également de ces enfants. À l'âge de 5 ans, il quitte ses parents qui sont à Moundou pour regagner son maître à N’Djamena. Aujourd’hui âgé d’une dizaine d’années, il est porteur de panier. Il le fait depuis 3 ans. Il ne se plaint pas. Il dit gagner sa vie au quotidien.  « Du matin au soir je peux gagner plus de 1 000F, avec l'argent de la vente de mes paniers, je peux avoisiner les 1 500F à 2 000F », se réjouit-il.

Après constatation, ces enfants proposent d’abord leurs paniers aux clients. Une fois acheté, ils se proposent d’aider le client à faire ses courses en portant son panier. Si l’offre est acceptée, celui-ci devient garçon de course. Le contrat est de transporter le panier durant toute la tournée du marché jusqu’à la station des bus ou des motos. Le prix du service est laissé à l’appréciation du client qui donne selon son bon gré. 50F, 100F, 250F. Rarement le montant dépasse 250F. Leur service est très sollicité. 

David est un client satisfait. Il apprécie l’initiative de ces enfants. « Je trouve très bien cette initiative. Par exemple, j'ai trois paniers plus d’autres choses à porter. À moi seul, je peux faire 3 à 4 tours pour pouvoir amener à ma voiture, mais grâce à eux, je n'ai pas besoin de me fatiguer», dit-il. Mais pour d’autres personnes, c’est une forme d’exploitation de ces enfants.

Parmi ces enfants qui cherchent à gagner leurs pains quotidiens, il y a des brebis galeuses. Celles-ci disparaissent avec les paniers garnis de leurs clients. Mme Solange en a été victime. Un jour, elle a assisté au vol d'une femme au grand marché par ces enfants. Depuis ce jour, elle est vigilante. « Le jour où j'ai assisté à ce vol, quand je remets mon panier, je prends le soin qu'il soit devant moi afin de le surveiller », dit-elle.

Un commerçant du marché, qui requiert l’anonymat, « il y a une excuse des autorités qui font croire que la majorité de ces enfants sont venus des pays voisins, tels que le Niger, le Nigéria ou encore le Cameroun. Cela n’est pas aussi vrai. La plupart sont tchadiens. Ils sont confiés par les parents à des maîtres pour apprendre le Coran (le livre saint). Beaucoup d'entre eux sont des orphelins. Les maîtres leur mènent la vie dure, ils se réfugient au marché et empruntent d'autres chemins. Voilà la vérité », dit-il en colère.

Christian Allahdjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse