samedi 25 septembre 2021

Poisson fumé, pourquoi les prix flambent ?

Nov 02, 2020

Au quartier Abena dans le 7e arrondissement de la ville de Ndjamena, capitale tchadienne, le marché de poisson fumé appelé communément « Tarodona » « les déguerpis » en arabe tchadien, les prix flambent. Qu’est-ce qui justifie cette flambée des prix ? Ialtchad Presse s’est rendu sur les lieux pour comprendre pourquoi ? Reportage.

L’ambiance de ce mercredi 21 octobre au marché « Taradona » n’est pas celle d’antan. Les allées sont quasiment désertes. Les marchands attendent les clients en tuant le temps dans des longues causeries. Sur leurs visages, il se lit un mélange de tristesse et de lamentation. Selon les vendeurs, les affaires sont aux arrêts. Pour Moussa Abdoulaye, vendeur semi-grossiste, les prix du poisson flambent à cause du problème d’insécurité dans certaines zones de pêche au Lac Tchad. Il rajoute que le sac de poissons vendu à 20 000 FCFA auparavant est actuellement à 45 000 FCFA. « Nos clients n’arrivent pas à nous croire. Ils demandent le pourquoi cette montée des prix. Ils pensent que nous spéculons, mais c’est le prix d’achat du produit qui revient cher. Il nous faut bien faire un bénéfice, c’est ce qui fait tourner nos affaires. Nous ne pouvons pas vendre à perte tout de même. »  Un second vendeur et pêcheur soutient « en période de crue, les poissons descendent en profondeur se cacher sous les herbes. Donc en tant que pêcheurs nous comprenons ces étapes, mais c’est toujours difficile du côté des clients. »

Les ménages désemparés

Une dame assise face aux étals d’Oumar Alhaji dit être dans une confusion totale et ne sait quoi faire. Sous le sceau de l’anonymat, elle déclare, « je vous assure, je n’ai que 5 000 F en main et je croyais comme d’habitude prendre le poisson pour 3 000 F, mais le tas que vous voyez devant moi coûte 5 000 f. » Impossible pour cette dame d’acheter. Si elle achète, elle n’aura pas assez d’argent pour se procurer de la farine pour la boule de mes enfants. « Ce que je crains si j’achète les petits poissions mon mari risque de ne pas me croire et me créer de problème. C’est cela ma crainte. Voilà les difficultés pour nous les ménagères Tchadiennes. »  

Kostoingué Florent, la cinquantaine révolue, rencontré sur place, est en compagnie de sa femme. Selon lui, il faut se déplacer des fois pour découvrir certaines réalités. « J’accompagne ma femme pour baisser les coûts de transport surtout que nous habitons Toukra. Je me rends compte de ce dont endurent nos épouses sur les marchés. Les hommes être compréhensibles envers leurs femmes. Si nous voulons manger à notre souhait qu’on augmente l’argent de popote », dit M. Kostoingué.

Plus loin dans le marché, une vendeuse pour confirmer la flambée des prix, affirme, « je ne gagne rien, j’achète cher ». Et les clients poursuit-elle, « veulent toujours payer moins chers. ». Une autre vendeuse qui refuse de décliner son identité, déplore l’ambiance déprimante du marché.

Les vendeuses de poissons fumés demandent que l’Etat et toutes les sociétés paient le salaire les quinzaines du mois et la fin du mois pour relancer l’engouement des clients du marché de poissons « Taradona ».

Moyalbaye Nadjasna

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse