mardi 21 septembre 2021

Outragés, les magistrats rangent leurs toges

Sep 18, 2020

Au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue ce vendredi, le syndicat des Magistrats du Tchad (SMT) lance une grève d’une semaine pour protester contre l’incident survenu au Palais de Justice de N’Djamena.

Deux heures et demie d’horloge. Le temps qu’a pris l’assemblée générale extraordinaire du syndicat des Magistrats du Tchad tenue ce vendredi 18 septembre 2020 au palais de Justice de N’Djamena. À huis clos, les magistrats ont débattu de leurs conditions de travail et la position à adopter concernant l’attaque des magistrats en pleine audience à N’Djamena. Dans les conclusions présentées par le secrétaire général du SMT, Djonga Arafi, les magistrats ont décidé de trois choses.  

Premièrement, un arrêt de travail d’une semaine. « Nous avons décidé d’un arrêt de travail et cela sur l’ensemble du territoire national du 21 au 28 septembre pour protester contre cette atteinte », a déclaré M. Djonga Arafi. La veille, l’ordre des Avocats a pris la même décision. Deuxièmement, le SMT exige que les forces de l’ordre déployées pour la sécurisation des entités judiciaires soient renforcées en effectif, en armes et en munitions. Car, estime le président du SMT, Mahamat Wade Djibrine, celles du palais de N’Djamena, en sous-effectif, n’ont pas pu maîtriser ces individus à l’origine de l’incident du jeudi. Troisièmement, le SMT exige la poursuite des auteurs de cette attaque qui est une atteinte à l’autorité de l’État.  « En attaquant le palais de Justice, c’est attaquer directement la personne du président de la République puisque c’est lui le président du conseil supérieur de la Magistrature », a commenté le président du SMT Mahamat Wade Djibrine. Cela, dit-il, vient révéler le climat d’insécurité généralisé sur les magistrats. Le SMT dit en appel au Maréchal Idriss Déby Itno pour assurer la sécurité des magistrats.

Autre aspect, les magistrats ont déploré au cours de cette assemblée la « défaillance totale » du ministre de la Justice. Selon les magistrats l’appareil judiciaire tchadien fonctionne mal. Par le passé, disent-ils, ils ont décrié les libérations illégales, les arrestations arbitraires, les ingérences, etc. Les hommes en noir se sont donnés rendez-vous le lundi 28 septembre 2020 pour une assemblée évaluative du MT.  

Pour rappel, dans la matinée du jeudi 17 septembre 2020, le tribunal de Grande instance de N’Djamena a condamné sieur Abdoulaye Ahmat Harang, colonel de son état, à 5 ans de prison ferme pour coups et blessures volontaires mortels. Cette décision a provoqué la colère de ses proches présents dans la salle d’audience. Selon des témoignages, ils ont injurié les juges responsables du dossier avant d’exfiltrer manu militari le condamné pour une destination inconnue. Acte qui a provoqué sidération et émoi. Aux dernières nouvelles, le condamné et ses complices ont été arrêtés par les services de sécurité.

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse

Votre Publicité sur Ialtchad Presse