mardi 28 septembre 2021

Amtoukoin, un carré fantôme

Aoû 23, 2020

Trois jours après que l’inondation d’une partie du quartier Amtoukouin, le carré 41 est un carré fantôme. Reportage.

Adoum Hassan s’active à enlever les tôles et les chevrons de leurs maisons écroulées. Le 20 août, sa famille et lui ont perdu 10 chambres à la suite de l’inondation. Juste dehors, des adolescents se plaisent à prendre un bain dans les eaux stagnantes. Pendant ce temps, quelques rescapés évacuent leurs derniers effets mis à l’abri chez des voisins. Un piroguier navigue là à la recherche de potentiels clients.

Sur le balcon d’un étage, une femme nous montre sa concession complètement inondée. La situation était pareille en 2016, nous dit-elle. « C’est 3 ans après qu’on a pu reconstruire et nous réinstaller. Et voilà que cette année, 6 sur 10 de nos chambres se sont écroulées », se désole-t-elle. En attendant de trouver où se loger, ses enfants et elle sont accueillis par un voisin. Un peu loin sur la terre sèche, une femme est en train de rassembler ses tasses dans un pagne. À côté d’elle, un groupe de jeunes pressent les matelas pour les sécher rapidement. Tous sont le point de départ.

Le carré 41 du quartier Amtoukouin dans le 8e arrondissement est un carré fantôme. « Nous abandonnons le quartier. L’État n’a qu’à faire une réserve », lance un jeune homme qui se fait pousser dans une grosse bassine installée sur les eaux. Le carré 41 est bien vide. Ses habitants sont partis comme emportés par les eaux. Les portails bien cadenassés ou ouverts décrivent, alignés les uns après les autres, pas une âme qui occupe les lieux. Un silence absolu règne sur les lieux. On entend quelques coassements des crapauds. Les inondations ont eu raison des résidents qui résistaient encore. Ils ont fini par abandonner leurs maisons.

Le manque d’assistance

« Vous faites le recensement des victimes ? » Cette question nous a été posée durant toute la tournée que nous avons faite pour constater les dégâts des inondations. « Désolé, nous sommes journalistes. Nous sommes là pour témoigner de la catastrophe qui vous arrive. » Ils rajoutent, « c’est bien, montrez aux responsables notre misère ». Ces fréquents échanges démontrent combien les victimes attendent impatiemment de l’aide. Lorsqu’on leur demande, avez-vous reçu de l’aide ? « Aucun responsable n’est venu constater de visu les dégâts », disent à l’unanimité les victimes.   Selon les victimes depuis le premier jour aucune autorité n’est venue s’enquérir de la situation. Ils disent avoir reçu la visite des policiers nerveux venus leur jeter des bombes lacrymogènes. Une information que confirme le chef de carré, Oumar Mahamat Makaye.

Selon le chef de carré, la situation est critique et nécessite une réponse urgente, mais les autorités communales sont restées de marbre. Pour lui, la première action à entreprendre est l’évacuation des eaux pour libérer le carré. « L’État a des moyens pour faire ce travail à moins que des gens n’aient pas la volonté de nous aider », dit-il.

Toujours selon Oumar Mahamat Makaye, le problème est simple à régler. « Il faut rediriger les eaux venues du 7e arrondissement ailleurs. Elles ne trouvent pas de passage pour se jeter dans le grand canal de N’Djari. C’est cela qui crée l’inondation du carré 41 de notre quartier. Il faut évacuer ces eaux peut encore sauver certaines concessions de l’effondrement », dit-il. Un avis que partage Adoum Hassan qui en appelle à l’aide le président de la République : « tout ce que nous voulons c’est qu’on nous évacue les eaux. Que le Maréchal prenne les choses en main et nous vienne en aide », insiste-t-il.

De l’aide, les sinistrés en ont besoin. Si nos confrères ont relayé l’information hier disant que le ministère de la Santé publique et de la solidarité nationale à travers l’ONASA a assisté les victimes du 8e arrondissement avec des vivres, le chef de carré 41 dit n’être informé de rien. Il continue à condamner l’inaction des autorités communales du 8e arrondissement. Ils les accusent de jouer le médecin après la mort. « Au lieu de curer les canaux de drainage dès le début de la saison, c’est maintenant qu’elles courent de gauche à droite pour le faire », regrette-t-il. Or, dit-il, si ce travail a été fait en amont, cette situation allait être évitée.

En attendant que le carré se vide de ses eaux, Oumar Mahamat Mackaye demande avec insistance aux autorités communales du 8e arrondissement d’étudier les faisabilités pour drainer les eaux qui viennent du 7e arrondissement hors de la ville.

Christian Allahdjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse