samedi 25 septembre 2021

Amtoukouin sous les eaux

Aoû 20, 2020

L’histoire se répète au quartier Amtoukouin dans le 8ème arrondissement de N’Djamena. Tout un carré s’est réveillé submergé par les eaux de pluie. Reportage au cœur d’une catastrophe naturelle. Reportage.

Jeudi 20 août 2020. Le ciel nuageux continue de gronder. Malgré cela, nous prenions la route du 8e arrondissement. C’est tout un quartier inondé de la ville de N’Djamena qui nous accueille. Sur les visages des résidents, consternation et désolation se lisaient au premier regard. Sur le terrain, c’est la catastrophe. Des images bouleversantes.  De l’eau partout. Au petit matin de ce jeudi, une grosse pluie d’au moins quatre heures a submergé la capitale tchadienne. Et le carré 41 du quartier Amtoukouin dans le 8ème arrondissement de la ville de N’Djamena a subi les effets.

Djibrine Mahamat, yeux hagards, fouille vainement dans les eaux de sa cour pour retrouver sa carte nationale d’identité. Il vient d’assister impuissant à l’écroulement de ses quatre chambres où il loge avec sa famille. Pour lui, c’est un cataclysme.  Fort heureusement, ils ont évacué leurs effets bien avant. Au moment de publier cet article, lui et sa famille ne savent pas où loger. Néanmoins, il nous informe qu’ils iront passer sa nuit dans une mosquée.

Comme lui, ce sont des centaines de familles qui ont vu leurs habitations submergées par les eaux ou écroulées dans le carré 41. Les eaux ont monté à une hauteur d’un mètre. Par endroit, elles sont à 1,5 m. C’est le sauve-qui-peut. Les victimes ne savent à quel saint se vouer. D’un côté, il y a celles qui évacuent leurs effets dans l’eau pour les installer sur les estrades des voisins. De l’autre, ceux qui tentent de barricader l’entrée de leurs concessions avec des sacs de sable, de remblai.

Chez les autres voisinages, c’est le désespoir. Dans une chambre à côté, un homme désespéré refuse de céder aux supplications de ses voisins. Il s’est barricadé dans l’unique chambre qui lui reste et souhaite qu’elle s’écroule sur lui. Il dit vouloir mourir que survivre. Ses voisins défoncent la porte et le sorte de force. Il a l’air sonné par l’écroulement de toutes les chambres de sa maison. Le regard vide et lointain, il était en peine, inconsolable.

Brahim Zakaria, assisté de ses cousins, essaye d’évacuer les eaux de la cour de sa concession. Sa famille a trouvé refuge chez un voisin-bienfaiteur. « C’est grâce à notre voisin qui a une maison en étage que nous avons trouvé refuge. Ce sont sept familles qui sont hébergées là-bas actuellement », dit-il. Si sa famille est à l’abri, d’autres sont contraintes de quitter le quartier. « Je préfère mon Mardjandaffack », lance un jeune homme ayant sur sa tête sa valise. Comme ce dernier, des centaines de personnes ont trouvé refuge dans d’autres quartiers de la capitale. Grâce à des amis ou des bus loués, ces victimes ont évacué leurs effets vers leurs nouvelles demeures.

Oumar Mahamat Makaye est le chef de carré 41. Devant chez lui, ses voisins ont entassé leurs effets tirés sous l’eau. Lui-même tente de dresser un barrage à l’aide des sacs remplis de remblai.  D’après ses explications, l’inondation de son carré est due au débordement des bassins de rétention de la commune du 7ème arrondissement. « Les eaux proviennent du 7ème arrondissement. De ce côté, il y a un bassin de rétention qui a craqué et de l’autre il y a un canal qui verse dans notre carré », accuse-t-il.

En 2016, le quartier a vécu pareille situation. Et cette fois-ci, la population est très remontée contre les autorités. « Nous avons mené des démarches bien avant la saison des pluies auprès des autorités communales pour voir s’il y a lieu de réorienter les eaux provenant du 7e arrondissement, mais elles ne nous pas écoutées », dit Brahim Zakaria.

Très remonté, le chef de ce carré déplore que la population soit abandonnée. Pour lui c’est la non-assistance des autorités municipales qui est écœurante. « Tout ce que nous voulons est que les autorités municipales viennent constater la situation mais jusque-là rien », regrette Oumar Mahamat Makaye. Les deux victimes condamnent le laxisme de ces autorités. « C’est vraiment méchant. Une administration qui ne peut pas agir vite est une administration inexistante. »  Très fâché, il rajoute que « si le maire venait à se présenter sur les lieux, ils vont le promener dans ces eaux à longueur des heures pour qu’il comprenne. »

Situation critique

« Nous sommes actuellement dépassés », lance le chef de carré. « C’est plus de 1 500 ménages qui se retrouvent sous les eaux », précise-t-il. Il faut venir en aide à ces personnes. Pour les sinistrés, les vivres proposés par le ministère de la santé publique et de la Solidarité nationale ne sont pas prioritaires. « Le plus urgent, c’est de leur trouver où loger ces familles et de quoi se couvrir », affirme Oumar Mahamat Makaye. Car, selon lui ces eaux ne pourront pas tarir dans une semaine ni dans un mois.

Pour l’heure, il est difficile d’établir un bilan des dégâts. « Aucune perte en vie n’est signalée », informe le chef de carré. Mais le carré est en train de se vider de sa population qui, certainement, le repeuplera à la fin de la saison des pluies.

Comme pour rajouter à la catastrophe, une autre catastrophe plus violente s’abat sur eux à coup de gaz lacrymogènes. Les sinistrés, ne sachant où aller, se sont installés sur l’avenue Taiwan bloquant ainsi la circulation. Les éléments du Groupement mobile d’intervention de la Police (GMIP) tentent de les déloger à coup de tombes lacrymogènes. Une scène surréaliste qui s’est déroulée vers 18 heures 30min.

Christian Allahdjim

  1. Arts & Culture
  2. Musique
  3. Mode-Beauté

Vos Annonces sur votre site Ialtchad Presse